David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Régis Goddyn, Le Sang des 7 Rois

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Re: Régis Goddyn, Le Sang des 7 Rois

Message par Albéric le Jeu 12 Sep - 21:05

Et ça continue...

"intrigue téléphonée, "récit ennuyeux", "persos à charisme d'huître", "écriture franchement poussive", "procédé narratif insupportable"... Et ben dites donc, qu'est-ce que cela doit être le tout-venant fantasy noté moins de 7/10 (soit 3/4 des titres chroniqués) !

Est-ce que qqn l'aurait mauvaise de voir un auteur francophone publié et soutenu par l'Atalante alors que lui-même a vu son manuscrit refusé par le même éditeur car jugé, je cite, "poussiéreux" ? (et oui, j'ai qques infos croustillantes sur le sujet !)

Fort heureusement certains lecteurs sont plus honnêtes sur babelio (16 notes pour un joli 4/5).

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Régis Goddyn, Le Sang des 7 Rois

Message par e-bou le Sam 14 Sep - 23:59

Bonjour à tous.

Eh non, je ne vous ai pas oublié. Effectivement, ça ne s'arrange pas du côté d'Elbakin... J'attendais, un peu septique, ce qui m'était réservé. C'est à dire qu'étant nominé... ça pouvait signifier que ces gens avaient un peu repensé leur position.

Au final, je trouve un peu pervers de nominer les gens pour mieux les enfoncer ensuite. Pourquoi avoir choisi le sang des 7 rois s'il n'y avait personne dans le jury pour le défendre ? Ça n'a aucun sens.

Cela dit, Albéric, je suis bien curieux des infos que tu nous divulgues à demi-mot. Le terme "poussiéreux" aurait-il une histoire du côté d'Elbakin ? Ferais-je les frais d'un règlement de compte entre Elbakin et l'Atalante ? Ça pourrait expliquer la précipitation de ce Gillossen à dégainer son arme au bout des premières pages.  

Heureusement, il y a quantités d'autres forums, blogs..., et l'essentiel est qu'un certain nombre de lecteurs aient passé un bon moment avec mon bouquin, pour un auteur, c'est le principal. 

Ah ! Un message vient à l'instant de tomber du ciel sur le forum en question (page 4), les choses se rééquilibrent un peu. Ça va devenir intéressant.
avatar
e-bou
Porteur de l'armure de bronze d'Orient

Date d'inscription : 02/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Régis Goddyn, Le Sang des 7 Rois

Message par Oncle Kiin le Dim 15 Sep - 4:00

Juste un mot pour dire que j'ai relu pas mal de passages du tome 1 cet été, et que je les ai encore mieux appréciés que la première fois.
Après, il faut tout de même noter que c'est un livre qui a une certaine personnalité, et du coup, je comprends aussi très bien qu'on puisse "ne pas marcher".
Précisément, je pense que les mêmes choses qui m'ont séduit auront pu en rebuter d'autres.

(Ma critique du tome 2 ne viendra pas tout de suite : je l'ai acheté par précaution, mais vu le retard de lecture que je me tape, je pense attendre la sortie du tome 3 pour enchaîner les deux.)

(Et pour ceux qui se demanderaient pourquoi je relis des trucs alors que j'ai du "retard de lecture", eh ben c'est comme ça, je suis un grand reliseur :p )

En tout cas, E-bou, ne te tracasse pour des avis plus mitigés par-ci par-là, ça prouve simplement que le livre n'est pas interchangeable et suscite des opinions tranchées. C'est plutôt bon signe :)
avatar
Oncle Kiin
Tribun de la Pia fidelis

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Régis Goddyn, Le Sang des 7 Rois

Message par Albéric le Dim 15 Sep - 6:28

e-bou a écrit:Cela dit, Albéric, je suis bien curieux des infos que tu nous divulgues à demi-mot. Le terme "poussiéreux" aurait-il une histoire du côté d'Elbakin ? Ferais-je les frais d'un règlement de compte entre Elbakin et l'Atalante ? Ça pourrait expliquer la précipitation de ce Gillossen à dégainer son arme au bout des premières pages.  
Heureusement, il y a quantités d'autres forums, blogs..., et l'essentiel est qu'un certain nombre de lecteurs aient passé un bon moment avec mon bouquin, pour un auteur, c'est le principal. 
Ah ! Un message vient à l'instant de tomber du ciel sur le forum en question (page 4), les choses se rééquilibrent un peu. Ça va devenir intéressant.
Salut à toi e-bou ! Quand on surfe sur la Toile les avis sont dans l'ensemble assez voire très positifs. Du coup l'existence de nids de rageux interloque.

Oui j'ai des infos.  
Je te les envoie par MP car le sieur est procédurier.

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Régis Goddyn, Le Sang des 7 Rois

Message par Dark schneider le Dim 15 Sep - 11:17

En plus sur ce forum il font un long sujet consacré "aux clichés de la fantasy" et tapent systématiquement sur les cycles jugés par trop classique, et là quand un auteur propose une démarche un peu différente...il se fait aussi taper dessus !
avatar
Dark schneider
Unificateur des Nadirs

Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Régis Goddyn, Le Sang des 7 Rois

Message par Albéric le Dim 15 Sep - 11:34

Dark schneider a écrit:En plus sur ce forum il font un long sujet consacré "aux clichés de la fantasy" et tapent systématiquement sur les cycles jugés par trop classique, et là quand un auteur propose une démarche un peu différente... il se fait aussi taper dessus !
ça, c'est les incohérences habituelles voire systématique de ten.nikable : on peut en faire une collection de leurs contradictions schizophréniques dignes des Cahiers du Foot...


Dernière édition par Albéric le Dim 6 Oct - 8:36, édité 4 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Régis Goddyn, Le Sang des 7 Rois

Message par Albéric le Dim 15 Sep - 11:41

e-bou a écrit:Au final, je trouve un peu pervers de nominer les gens pour mieux les enfoncer ensuite. Pourquoi avoir choisi le sang des 7 rois s'il n'y avait personne dans le jury pour le défendre ? Ça n'a aucun sens.
Oui effectivement c'est assez sadique.
Mais tu n'es pas le 1er à en souffrir.
Thomas John pourrait en témoigner.
(on lui a fait des ronds de jambe avant d'écrire qu'il faisait du bousin fantasy : depuis il ne fréquente plus ten.nikable alors qu'il était assez actif sur le site).

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Régis Goddyn, Le Sang des 7 Rois

Message par Albéric le Lun 30 Sep - 9:56

Enfin commencé donc.  
J'ai vite repéré ce qui avait tant plu à Oncle Kiin et le truc marche avec moi aussi... lecture en cours, mais lentement hein (car j'en encore 340 pages à lire pour rendre ma déception SF à la bibliothèque municipale).

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Régis Goddyn, Le Sang des 7 Rois

Message par Albéric le Dim 6 Oct - 19:21

Oncle Kiin , vil cachottier,
tu ne nous avais pas dit qu'on reprenait les thématiques de Fils-des-Brumes autour de la lutte des classes... On peut mieux comprendre pourquoi les bobos conservateurs de ten.nikable ont détesté et pourquoi lelf a adoré !

Oncle Kiin, et si Armine...
Spoiler:
... était la Reine résurgente qui dirige les rebelles ?

Après "révolution de cailloux" j'enchaîne car j'ai hâte d'atteindre "les crocs du pigeon" !

Le Sang des 7 rois noté 6,5/10 par les blasés hypocrites d'en face est différent dans les intentions et l'exécution du Haut Royaume de Pierre Pevel noté 8/10 par les mêmes faux-culs, mais franchement il n'y a pas une classe d'écart entre les 2 romans, juste un différentiel de vista (c'est le 1er roman de Régis et le 14e de Pierre).


Dernière édition par Albéric le Lun 7 Oct - 11:09, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Régis Goddyn, Le Sang des 7 Rois

Message par Albéric le Dim 6 Oct - 22:06

J'en suis au chapitre "Rosa" : c'est presque gemmellien.
Cool !

ruyeresb a écrit:Après un démarrage un peu poussif, le livre se transforme en une fresque épique et inventive qui revisite une fantasy bien en verve, à l'intrigue haletante qui vous pousse toujours plus loin dans le récit. Une histoire ancienne, des hommes au sang bleus, pour partie traqués, une rebellion qui se trame contre l'injustice, une Garde qui en fait complote et se retourne contre les hommes, un héros attachant et aux étranges pouvoirs, tous les ingrédients sont là, mélangés dans un creuset romanesque semblable à celui d'un Jordan ou d'un Gemmell.
Jordan + Gemmell ? Tu confirmes Oncle Kiin ?

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Régis Goddyn, Le Sang des 7 Rois

Message par Oncle Kiin le Dim 6 Oct - 23:13

Pour Jordan, peut-être mais ça ne m'a pas sauté aux yeux.
Mais pour Gemmell, on pourrait retrouver quelques connexions, oui. Dans certaines ambiances et dans certains rapports entre les personnages.
Mais alors, pour le coup, pas le Gemmell du "cliché" (bouquins pop-corn sans réelle profondeur (1) ), plutôt le Gemmell un peu âpre, un peu taiseux, celui des sentiments enfouis sous la surface et du rapport au monde mi-émerveillé mi-douloureux, ce genre de trucs.
Et encore, je ne peux pas dire que ça m'ait frappé à la lecture (j'ai plutôt pensé quelques fois à Zelazny), mais maintenant que tu le dis, oui, il y a un petit quelque chose dans certains passages.

(1) Justement j'étais à l'instant sur un blog, en train de lire une critique du Roi sur le Seuil, et ça m'a fait réaliser que très souvent, les avis sur les romans de Gemmell vont dans la même direction, en l'occurrence une direction assez éloignée de mon ressenti à moi. Là par exemple, le mec a aimé et le dit honnêtement, en plus son blog est bien écrit et tout, mais en gros c'est encore "j'adore, c'est épique, bon après faut pas chercher la profondeur mais c'est pas ce qu'on lui demande, c'est répétitif mais à chaque fois je marche".
Or, mis à part le côté "répétitif" que je vois bien, pour le reste ça ne correspond pas tellement à ce que je ressens quand je lis Gemmell. Je vais pas en tartiner trois pages dans le mauvais fil, mais si j'ai le temps j'essaierai de trouver le bon topic où poser ça par écrit : cette drôle de sensation dissonante entre ce que j'ai l'impression de lire quand je lis un Gemmell, et ce qu'en disent la plupart des critiques que j'ai pu trouver à droite et à gauche.
avatar
Oncle Kiin
Tribun de la Pia fidelis

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Régis Goddyn, Le Sang des 7 Rois

Message par Albéric le Lun 7 Oct - 0:43

@ Oncle Kiin

Je rebondirai demain (tout à l'heure ?) sur tout ça !
Je viens de finir "les crocs du pigeon" et j'ai bien envie de connaître la suite de la saga du Sang des 7 rois.

D'ailleurs tout ce délire autour du pigeon à crocs m'a bien faire rire : du trône du pigeon (et pan dans les dents du TdF) à la revanche du pigeon...


Et puis bel hommage de l'auteur à Fritz Leiber dans la dernière scène du roman...


Dernière édition par Albéric le Mar 8 Oct - 20:32, édité 2 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Régis Goddyn, Le Sang des 7 Rois

Message par Albéric le Lun 7 Oct - 1:01

Et un très bonne interview d'Actu SF (c'est quand même d'un autre niveau que ce que proposent les blasés d'en face)

http://www.actusf.com/spip/Interview-de-Regis-Goddyn.html

Verne et Dumas comme sources, tout le monde l'a vu
... sauf les blasés d'en face : c'est plus qu'inquiétant cet aveuglement pour le site soi-disant de référence pour la Fantasy en France.

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Régis Goddyn, Le Sang des 7 Rois

Message par JMtimba le Lun 7 Oct - 13:49

Oncle Kiin a écrit:
Justement j'étais à l'instant sur un blog, en train de lire une critique du Roi sur le Seuil, et ça m'a fait réaliser que très souvent, les avis sur les romans de Gemmell vont dans la même direction, en l'occurrence une direction assez éloignée de mon ressenti à moi. Là par exemple, le mec a aimé et le dit honnêtement, en plus son blog est bien écrit et tout, mais en gros c'est encore "j'adore, c'est épique, bon après faut pas chercher la profondeur mais c'est pas ce qu'on lui demande, c'est répétitif mais à chaque fois je marche".
Or, mis à part le côté "répétitif" que je vois bien, pour le reste ça ne correspond pas tellement à ce que je ressens quand je lis Gemmell. Je vais pas en tartiner trois pages dans le mauvais fil, mais si j'ai le temps j'essaierai de trouver le bon topic où poser ça par écrit : cette drôle de sensation dissonante entre ce que j'ai l'impression de lire quand je lis un Gemmell, et ce qu'en disent la plupart des critiques que j'ai pu trouver à droite et à gauche.
Je sens qu'on va être en total accord!!!!
avatar
JMtimba
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 28/06/2007

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Régis Goddyn, Le Sang des 7 Rois

Message par Albéric le Mar 8 Oct - 19:47

Visiblement tout le monde a apprécié ce roman sauf le site de référence qui a pris un malin plaisir à le dévaloriser.

David Weber avec La Guerre des dieux avait composé un chouette revival héroïc-fantasy, Régis Goddyn avec Le Sang des 7 Rois nous gratifie d’un chouette revival low fantasy : avec leur bonne connaissance du genre, les 2 auteurs aborde leur sujet avec générosité et humilité. On est vite plongé dans une ambiance qui rappelle les bonnes vieilles sagas médiévales littéraires ou télévisées (c’est triste de devoir rappeler à certains que G.R.R Martin n’est pas le seul auteur autorisé à piocher chez Maurice Druon et consorts).

L’histoire commence à la page 1, et c’est ça c’est bien. J’ai un temps soupçonné l’auteur d’appartenir au courant de la Fantasy poétique, mais non en fait. Si le héros narrateur d’alignement loyal neutre ne se laisse pas facilement cerner, il n’y a pas de distanciation qui empêche l’empathie avec celui qui constitue le principal protagoniste du roman.
J’ai pensé à Corwin d’Ambre (Roger Zelazny), le personnage blasé qui devient un super révolutionnaire humaniste.
J’ai pensé à Djeeb Scoriolis (Laurent Gideon), un personnage emphatique et empathique qui ne laisse pas indifférent.


Certains rageux ont dénoncé, je cite, un roman « poussiéreux » (sic). Mais les vrais amateurs parleront d’agréable odeur de patine. Orville au Goulet c’est Edmond Dantès sur L’Île mystérieuse : on s’inspire de Verne et Dumas, mais parfois j’ai aussi retrouvé le parfum de René Barjavel et de Robert Merle.
Là où le Lorn Askarian du Haut Royaume de Pierre Pevel marchait dans les pas du Comte de Monte-Christo, Orville suit d’autres traces que celle d’Alexandre Dumas : tout ce qui se construit autour de la vengeance du pigeon contient une plaisante dose d’humour qui se termine par un très sympathique clin d’œil aux héros de Fritz Leiber


L’ensemble reste assez hétérogène :
La 1ère partie est centrée sur la mission d’Orville qui se transforme en survival montagnard de plus en plus intimiste quelque part entre Randonnée pour un tueur et Cliffhanger. Cette presque dommage de ne pas être allé plus loin dans cette voie, car si les scènes d’action sont peu nombreuse elles sont bien troussées et tirent l’ensemble vers le haut. Dans les cols et les crêtes dotés de forts jolies descriptions assez immersives, notre capitaine-ambassadeur commence sa lente transfiguration physique, physiologique et psychologique.
Certains rageux ont trouvé à ce stade du roman l’usage du journal insupportable. Je n’ai pas ressenti cela bien au contraire. L’alternance des techniques narratives permet de donner du rythme et de la fluidité à la quête d’Orville qui sans cela aurait été trop lente et trop longue, bref trop monotone.
Dans la 2e partie cela se diversifie, d’un côté nous suivons Orville et les exilés du Goulet traité avec un 2e degré subtilement assumé, d’un autre côté, nous avons quasiment de l’héroïc-fantasy avec Rosa et les compagnons du Verrou (ces passages ont un côté David Gemmell assez agréable à lire).
La candeur de Rosa, qui pense comme une proie, tranche avec la violence qui l’entoure mais aussi avec un Orville qui pense de plus en plus comme un prédateur. J’ai hâte d’assister à la rencontre de ces 2 représentants d’une humanité nouvelle confrontés à des méchants très méchants à la Gemmell : impossible de ne pas penser aux paladins noirs SS style de Renégats, c’est-à-dire des blonds aux yeux bleus obsédés par la pureté raciale (mais pas que)…


Mais je me demande si le récit n’aurait pas gagné à développer dès le départ une structure en POV faisant alterner des chapitres consacrés à Orville et des chapitres consacrés à Rosa avec des interludes sur les intrigues des Gardiens et des rebelles. Car en l’Etat des éléments arrivent trop tôt ou trop tard dans l’histoire : tout cela aurait pu gagner en fluidité.

Le worldbuilding a été volontairement épuré et c’est tant mieux. Certains rageux ont dénoncé la flemmardise de l’auteur, mais moi je préfère la simplicité à un naming inutilement compliqué à base de trémas et d’accent circonflexes (quand je pense que les mêmes ne trouvent rien à redire sur un méchant millénaire nommé Xhum Y’Zir…). Comme souvent je vous renvoie à la satire de Boulet : http://www.bouletcorp.com/blog/2010/05/21/fantasy/.

Le magicbuilding a été volontairement épuré et c’est tant mieux. On part de talents liés au sang qui rappellent les univers de Brandon Sanderson (difficile de ne pas songer à celui de Fils-des-Brumes), pour développer les Pouvoirs Extra Sensoriels des univers de David Gemmell. Mine de rien c’est assez élégamment fait. Gageons que sang bleu, sang rouge, Gardiens, Clairvoyants et mages nous réserve encore pas mal de surprises.

On nous laisse dans le schwartz pas mal de temps au niveau des intrigues et des mystères. On a un triumvirat monarchie, théocratie, Gardiens optimates en opposition à des rebelles populares. Mais chaque faction a son idéologie et ses objectifs, sauf que dans les rebondissements difficile de savoir qui trahit qui avec ces plans cachés et ces gents infiltrés. Ainsi l’empressement des méchants contrastent avec leur emphase à faire des plans sur plusieurs générations.
Certains éléments arrivent trop tôt, d’autres trop tard. L’un d’événement majeur du roman est traité hors-champ avec une ellipse et il faut attendre l’opposition entre Orville et son alter-ego pour comprendre de quoi il retourne vraiment.
Reste le gros WTF du coup de foudre d’Orville pour Armine… Gageons que l’auteur nous réserve une surprise !

Mais c’est contrebalancé par des thématiques politiques et sociales intéressantes. Cette opposition entre sang bleu et sang rouge, entre noblesse qui est puissante et veut le rester et petit peuple qui demande qu’on lui la paix, rappelle cette bonne vieille lutte des classes (qui pour certains n’existent pas que d’autres déclarent qu’ils sont en train de la gagner).
Dans une veine similaire, dans la construction du 8e royaume on retrouve les utopies sociales du XIXe siècle comme le Phalanstère de Charles Fourier.



Il ne se passe finalement pas tant de choses que cela dans ce tome 1, et pourtant cela se lit et vite et difficile de s’ennuyer tant l’auteur ne ménage pas ses efforts pour amener de la variété sur le fond comme sur la forme.
Du classique peut-être, mais assurément du solide. Si vous cherchez un cycle familier et différent à la fois, Le Sang des 7 rois est fait pour vous n’en déplaisent aux blasés d’un site de fantasy bien connu faisant soi-disant référence.


Vous avez remarqué mes nombreuses comparaisons entre David Gemmell et Régis Goddyn : ce sont 2 auteurs complètement autodidactes qui ont misé avant tout sur la générosité et la sincérité, et qui ne rechigne pas à prendre parti lorsque qu’ils abordent des thèmes politiques et sociaux.


Dernière édition par Albéric le Mer 16 Oct - 15:06, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Régis Goddyn, Le Sang des 7 Rois

Message par Oncle Kiin le Mar 8 Oct - 22:13

Albéric a écrit:
un cycle familier et différent à la fois
Amen.
avatar
Oncle Kiin
Tribun de la Pia fidelis

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Régis Goddyn, Le Sang des 7 Rois

Message par e-bou le Mer 9 Oct - 10:13

D'une part merci de vous intéresser ainsi à mon histoire, d'une manière aussi juste, à tous les sens du terme. Pour la fin du tome 1, je ne vois vraiment pas en quoi ce colosse à la barre d'un bateau avec un râleur à la proue peut être un hommage à Fafrd et le souricier gris. ;-)

Toujours est-il que personne avant n'avait vu cela.

Maintenant, la question est de savoir ce que je vais faire de ces deux là sur le second tome. À bien y regarder, la mer intérieure et l'océan extérieur, ça ne vous rappelle rien du côté de Leiber ? À ceci près qu'il faut arriver chez lui à la fin de la série pour qu'un passage ne se fasse entre les deux, alors que le goulet existe du début dans LSD7R, et que c'est même un des points névralgiques de l'histoire.

Pour le coup de foudre armino-orvillesque, il vous faudra beaucoup de patience, car une longue histoire ne s'écrit pas en un jour. Mais il y a naturellement une raison, ça pourrait même s'avérer un peu inquiétant.

avatar
e-bou
Porteur de l'armure de bronze d'Orient

Date d'inscription : 02/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Régis Goddyn, Le Sang des 7 Rois

Message par Albéric le Mer 9 Oct - 21:02

e-bou a écrit:D'une part merci de vous intéresser ainsi à mon histoire, d'une manière aussi juste, à tous les sens du terme. Pour la fin du tome 1, je ne vois vraiment pas en quoi ce colosse à la barre d'un bateau avec un râleur à la proue peut être un hommage à Fafrd et le souricier gris. ;-)

Toujours est-il que personne avant n'avait vu cela.
Pourtant on passe bien des jours maigres du Goulet aux jours maigres de Lankhmar ! Faut dire aussi que certains spécialistes n'ont pas vu les clins d'oeil de Brent Weeks et de Scott Lynch à Fritz Leiber en dépit des interviews des auteurs qui les explicitaient...

Bruna Para de noosfère a aimé, et c'est une pointure
http://www.noosfere.org/icarus/livres/niourf.asp?numlivre=2146584598
Mais je ne m'explique pas cette obsession à voir du Trône de Fer partout : la low fantasy à intrigues a connu de grandes heures bien avant G.R.R. Martin...
Jérôme Vincent d'ActuSF a aimé, et c'est une pointure
http://www.actusf.com/spip/Le-sang-des-7-rois.html
...
Bref tout le monde a aimé sauf le site qui doit défendre et promouvoir la Fantasy au quotidien : les incohérences habituelles des blasés d'en face.

Tu nous donneras des nouvelles du LSD7R hein !


Dernière édition par Albéric le Mer 16 Oct - 15:08, édité 2 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Régis Goddyn, Le Sang des 7 Rois

Message par e-bou le Mer 9 Oct - 21:40

Tu nous donneras des nouvelles du LSD7R hein !
Naturellement, et avec plaisir.

La principale chose que j'ai retenu du TDF, c'est la structure en éventail. On part d'un petit détail et on élargit au fur et à mesure. Par ailleurs, j'ai toujours aimé les parcours initiatiques dans les paysages désolés (Le petit garçon deviendra un grand héros en se nourrissant de cailloux), mais c'est une autre structure.

Donc, la première partie du tome 1 est un parcours initiatique, et la seconde s'écarte en éventail. Le tout étant pour moi de contrôler le monstre, et donc de ne pas autant s'écarter que Martin, car il y a vite beaucoup de personnages, ils sont partout dans le monde et l'histoire devient difficile à piloter pour un débutant.

Allez un truc sur le tome 2 juste pour ce forum : Dans le chapitre "la mort de Lulius Never", le prénom est l'origine latine d'un prénom actuel, et le nom est un anagramme.

Le capitaine Never serait-il né des mots, ou né des vers ?
Never, more:
Si on est amiénois (habitant d'Amiens), on peut assez facilement reconnaître dans le descriptif de la maison de Never celle que Jules Verne a habité et qui abrite, justement, la maison Jules Verne. En particulier cette tour qui ne sert qu'à rêver.

Travailler sur les anagrammes autour de Verne, c'est un autre hommage, l'homme jouait aussi à ce jeu. Par exemple, Hector Servadac, c'est Cadavres à l'envers. La plus grande difficulté a été de m'assurer que personne n'avait utilisé Never pour Verne.

Lors des épinales 2013, Stéphane Marsan est venu me voir dans un bistrot d'after festival, et m'a dit qu'il aimait bien mon livre, mais aussi dit que pour lui, Rosa aurait du venir dans le second tome (trop tôt ou trop tard, peut-être ;-)).  J'ai été très surpris qu'il me dise que c'était un roman vernien, et qu'il n'y avait pas beaucoup d'auteurs verniens français. Naturellement, j'avais déjà écrit le tome 2, et naturellement je n'avais pas du tout vu cette dimension dans mon livre. Comme quoi... Maintenant, vous avez une clé pour découvrir ce qui se cache derrière le nom de son navire, mais il faudra attendre février 2014 et le tome 3.  
avatar
e-bou
Porteur de l'armure de bronze d'Orient

Date d'inscription : 02/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Régis Goddyn, Le Sang des 7 Rois

Message par Dark schneider le Jeu 10 Oct - 9:12

Lulius => Julius => Jules

Never ??? très difficile  

avatar
Dark schneider
Unificateur des Nadirs

Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Régis Goddyn, Le Sang des 7 Rois

Message par Albéric le Jeu 10 Oct - 9:55

Ce mystérieux Never fait aussi penser à un autre mystérieux N...
Spoiler:
Le prince Dakkar ferait-il aussi un apparition dans le cycle ?
Quand je pense que certains continuent à se moquer selon eux des mauvais décalques du Trône de Fer... Des bobos qui se croient branchouilles alors que ce ne sont que des rageux très limités.
e-bou a écrit:Le capitaine Never serait-il né des mots, ou né des vers ? 
Never, more:
Si on est amiénois (habitant d'Amiens), on peut assez facilement reconnaître dans le descriptif de la maison de Never celle que Jules Verne a habité et qui abrite, justement, la maison Jules Verne. En particulier cette tour qui ne sert qu'à rêver.

Travailler sur les anagrammes autour de Verne, c'est un autre hommage, l'homme jouait aussi à ce jeu. Par exemple, Hector Servadac, c'est Cadavres à l'envers. La plus grande difficulté a été de m'assurer que personne n'avait utilisé Never pour Verne. 

Lors des épinales 2013, Stéphane Marsan est venu me voir dans un bistrot d'after festival, et m'a dit qu'il aimait bien mon livre, mais aussi dit que pour lui, Rosa aurait du venir dans le second tome (trop tôt ou trop tard, peut-être ;-)).  J'ai été très surpris qu'il me dise que c'était un roman vernien, et qu'il n'y avait pas beaucoup d'auteurs verniens français. Naturellement, j'avais déjà écrit le tome 2, et naturellement je n'avais pas du tout vu cette dimension dans mon livre. Comme quoi... Maintenant, vous avez une clé pour découvrir ce qui se cache derrière le nom de son navire, mais il faudra attendre février 2014 et le tome 3.  
Mine de rien l'ami Stéphane est un bon connaisseur du genre, on n'en dira pas autant des cadors du faux rhum de ten.nikable de plus en plus en contradiction avec sa mission...
Comme quoi il faut assumer ses influences qu'elles soient conscientes ou inconscientes : cela fait du bien de retrouver un auteur vernien. C'est quand même incroyable que les 2 auteurs français les plus lus dans le monde soient délaissés par les Français au nom d'un élitisme mortifère aussi débile que détestable.

un enseignant de français dans le secondaire a écrit:Je ne comprends pas : les enfants lisent beaucoup de littérature jeunesse en primaire, mais arrivés au collège ils perdent le goût de la lecture, parfois définitivement...
Voyons voir les livres que tes élèves de 4e doivent lire :
Le Père Goriot, L'Homme qui rit, L’Assommoir, L'Education sentimentale, La Cantatrice chauve, En Attendant Godot, ... Bref de bonnes vieilles purges des familles !
Si la France est le pays développé qui lit le moins, c'est peut-être aussi et surtout parce qu'on s'acharne à dégoûter de la lecture des générations et des générations d'adolescents...

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Régis Goddyn, Le Sang des 7 Rois

Message par Albéric le Lun 21 Oct - 8:50

J'ai oublié d'approfondir le cas Rosa :
trop tôt ou trop tard ?
Si le livre 1 est consacré au parcours initiatique d'Orville, alors le personnage arrive trop tôt.
Si le livre 1 est consacré à la présentation de l'univers et de ses enjeux, alors le personnage arrive trop tard.

Dans les 2 cas, rien qui ne tire le roman vers le bas.


Dernière édition par Albéric le Dim 8 Déc - 19:08, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Régis Goddyn, Le Sang des 7 Rois

Message par e-bou le Dim 8 Déc - 18:34

En fait, je ne raisonne pas en livres isolés, c'est une histoire continue, que j'entrecoupe toutes les 400 pages, pour que chaque volume puisse entrer dans la poche du voyageur.

Les tomes n'ont pas de titre pour cette raison. Donc, Rosa serait apparue au début d'un tome si les volumes faisaient 293 pages. Mais 122000 mots et 400 pages, je trouve ça très classe.
avatar
e-bou
Porteur de l'armure de bronze d'Orient

Date d'inscription : 02/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Régis Goddyn, Le Sang des 7 Rois

Message par Albéric le Dim 5 Jan - 17:42

e-bou a écrit:En fait, je ne raisonne pas en livres isolés, c'est une histoire continue, que j'entrecoupe toutes les 400 pages, pour que chaque volume puisse entrer dans la poche du voyageur.

Les tomes n'ont pas de titre pour cette raison. Donc, Rosa serait apparue au début d'un tome si les volumes faisaient 293 pages. Mais 122000 mots et 400 pages, je trouve ça très classe.

Meilleurs voeux e-bou !

Un feuilleton romanesque dans la grande tradition du XIXe : cool ! Mais j'aurais trouvé encore plus cool qu'on aille vers le "vachement bien" à Brust avec introduction d'un nouveau personnage / POV à chaque tome. Orville, puis Rosa, puis...

J'ai fait l'acquisition du 2e épisode.
(trop la classe les tranches qui forment un fresque !!!) 
Compte-rendu quand je l'aurai lu...  

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Régis Goddyn, Le Sang des 7 Rois

Message par e-bou le Dim 5 Jan - 18:01

Albéric a écrit:introduction d'un nouveau personnage / POV à chaque tome. Orville, puis Rosa, puis...

Ça aurait été un bon choix, mais ça rend les choses un peu artificielles, tout de même. Un peu comme chez Wolfgang Hohlbein. Au début, c'est assez continu, puis, ça devient un peu comme dans Martine : Andrej dans les Catpathes, Andrej en Autriche, Andrej et l'ordre de Malte, Andrej en Egypte... J'ai préféré une chronique continue. C'est un choix. J'espère que le tome 2 te plaira. Il me semble déjà bien loin... alors que le 3 est bouclé et que je m'épuise sur les corrections du 4.  
avatar
e-bou
Porteur de l'armure de bronze d'Orient

Date d'inscription : 02/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum