David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.

Jean-Luc Istin, Elfes

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Elfes

Message par Albéric le Mer 10 Fév - 10:18


Elfes tome 12 : La Reine des Sylvains
La jeune Ora, elfe Orpheline, est partagée entre son désir de vengeance et le sort tragique du peuple Elfe qui l’a jadis abandonnée.
Ora, une jeune elfe élevée par des orcs est devenue une guerrière et veut prouver à tous qu’elle est digne du clan. Elle décide alors de se venger de celle qui a tué ses parents et l’a chassée de sa forêt : Eliseii, la reine des elfes. Mais la tuer condamnerait les Sylvains à une mort certaine, car partout autour d’eux, les hommes meurent sous les crocs de monstres venus du Nord... avant de revenir à la vie, affamés et malveillants !



Dans ce tome 12, après avoir détruit Aspen (voir Elfes tome 6), Cadania (voir Elfes tome 9) et Kastennroc (voir Elfes tome 11), la mago psycho Lah’saa continue sa conquête du monde… L’Hiver vient ! (d’ailleurs soit dit en passant, vachement plus vite que dans la saga de G.R.R. Martin)

Au cœur des gorges volcaniques du Margh, loin au Sud de la Forêt de Duhann, la petite elfe Sybil voit son père blessé mourir d’épuisement sous ses yeux… avant de tomber sur un commando ork qui se dispute au sujet du sort à lui réserver. Mais le chef ork a une petite idée la concernant ! Les dés en sont jetés et elle devient Ora, fille de Roo et ’Ma, sœur d’Ekba et Braa… (merci à David C. pour le pitch ^^)
Chez les orks on respecte le courage, et c’est tout naturellement qu’est respectée la « brindille » qui malgré son manque de muscle et de corpulence est devenue une des meilleurs chasseuses du clan. Mais après la cérémonie qui fait d’elle une guerrière à part entière, elle fait le serment de mettre fin aux jours des assassins de son père biologique… Sauf que la peste mort-vivante s’est abattue sur les Cités-Etats de Tarascon et que les jours de tout le monde sont désormais comptés !
Pour les réfugiés de la Forteresse de Lierre, le dernier espoir est que l’elfe rebelle renoue avec la magie des siens et maîtrise le pouvoir du crystal vert, car sinon pour chacun il n’y aura plus de lendemain… Ora pourra-t-elle vaincre Eliseii la reine des elfes sylvains qui en devenant un monstre est passée à l’ennemi ?
Depuis plusieurs tomes les morts-vivants balaient tout sur leur passage, mais ici c’est peut-être enfin le début de la fin pour la pétasse nécromancienne qui les dirige… Car Ora l’elfe au cœur d’ork qui est devenu Reine au lieu de devenir Khan passe en mode search and destroy ! Il ne manque plus que Fall l’elfe blanc au cœur noir, Gaw’yn l’efle noir au cœur blanc et Redwin la Légende pour que la fête soit complète et que cela chie des bulles pour les bad guys… Humains, nains, elfes, orks : la Grande Alliance contre-attaque !!!

Graphiquement je ne sais pas trop comment juger le travail de l’italien Gianluca Maconi assisté aux couleurs d’Olivier Héban. On est dans les nouveaux standards SFFF de chez Soleil, mais j’ai trouvé celui-ci moins soigné que la plupart des autres tomes de la saga, surtout quand je vois les cicatrices d’Ora qui vont et viennent en fonction des cases et des planches. En fait, je crois que c’est plutôt inégal car toute la partie combat des chefs est bien fichue et m’a rappelé au bon souvenir de la BD Dark Fantasy Arawn et par là à celui de l’héritage Métal Hurlant.
Le vrai problème vient qu’on veut dans le même tome nous faire un Danse avec les loups à la sauce J.R.R. Tolkien et un Seigneur des anneaux à la sauce George Romero. C’est beaucoup trop pour un seul tome de 54 pages, donc fatalement les rebondissements pour faire avancer l’intrigue sont peu ou prou artificiels (la reine sylvestre connectée à la Terre Mère qui ne détecte pas l’invasion de goules c’est abuser de notre suspension d’incrédulité). Déjà que la place manque, alors je n’ai pas compris pourquoi on s’échinait à rependre tous les codes du zombie virologique (l’épidémie, la quarantaine, « OMG j’ai été mordu(e) », « il faut viser la tête ! » et tutti quanti).

Sinon sympa le théâtre de marionnettes de la page 22, qui nous résume les tomes 2 et 7, mais j’ai presque été frustré de voir aussi peu Garm le guerrier ork au cœur d’or qui pète à la fois la classe et la badassité et de ne pas voir ce grand frère parti guerroyer sur le continent… Qui sait, ce n’est peut-être que partie remise ?
blink      

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Elfes

Message par Albéric le Jeu 25 Aoû - 16:57

Sieben a écrit:Un Elfes uniquement scénarisé par Péru ou Jarry, bah probable que j'aurai un autre jugement.
Oui, mais il aura fallu Elfes pour expérimenter et aboutir à Nains et Les Maîtres Inquisiteurs, fallait bien commencer qque part pour tourner la page Lanfeust...
Jarry, tu sens déjà dans Elfes qu'il est dans le trip Warhammer, Péru fait son petit bonhomme de chemin, et si j'ai souvent râlé contre Istin à l'époque de Soleil Celtic je trouve que cette série lui a permis de passer à autre chose et de s'améliorer... J'aime bien le revival Drizzt Do'Urden, mais comme toi je m'interroge sur Corbeyran qui ou est le maillon faible ou n'arrive pas à se mettre au diapason. La dynamique de groupe de cette équipe serait intéressante à étudier : qui est la véritable tête pensante ? qui tire l'ensemble vers le haut ?

Oui tu es plus exigeant que moi au niveau graphique, mais d'un autre côté j'ai toujours trouvé Le Gal nettement plus impressionnant que Rosinski (que j'aime bien hein, je ne boude jamais mon plaisir de le retrouver)

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Elfes

Message par Albéric le Jeu 25 Aoû - 18:45


Résumé tome 13 : Heureux le guerrier mort
Lhasaa et ses légions de morts sèment la désolation et le chaos partout où elles passent. Aucun seigneur, aucune armée, aucun mur ne semblent pouvoir arrêter la nécromancienne elfe noire... jusqu'à ce que Fall et son dragon se dressent sur sa route. Il est temps pour les plus anciennes et puissantes créatures du monde de s'affronter. Le champ de bataille les attend, qui de l'elfe blanc ou de l'elfe noire y mourra ?


Décidément, cette saison 3 de la série Elfes est sponsorisée par les mouchoirs Kleenex
Spoiler:
car après la tragédie de Kastennroc (Pleurs) et la chute des royaumes sylvains (Pleurs), la légende de Fall l’elfe blanc au cœur noir prend fin… (Pleurs)
Dans ce tome 13, l’elfe maudit, mélange d’Elric Melniboné écolo et de Shiryû du Dragon fantasy, persuadé de faire le mal en voulant faire le bien, va jusqu’au bout de sa triste destinée : en croyant faire le mal il n’a cessé de planter les graines du bien, et alors qu’il croit se délivrer de sa malédiction en réalisant le sacrifice ultime pour le bien de tous il plante probablement pour tous la graine du mal ultime… (Pleurs)


Aujourd’hui, cité d’Adelessen. La horde morte-vivante de l’elfe noire Lah’saa poursuit sa progression dans le sang et dans les larmes : Fall est dans ses rangs et livre un combat à mort avec Jonesh son beau-frère… Comment en est-on arrivé là ? (GRR Martin, au bout de 20 ans quand est-ce qu’on passe enfin aux choses sérieuses SVP ?)
Un tome assez touffu : on nous raconte le destin de Fall après la chute du sanctuaire vert (cf tome 8), son retour parmi les Elfes Blanc et ses relations avec la belle Tenashep et son frère Jonesh le revêche, mais aussi sa quête pour empêcher la résurrection de Lah’saa, l’éveil de cette dernière qui s’avère sans doute être son pire échec, mais aussi la résistance acharnée d’un petit groupe mené par Redwin, oh yeah, Aamnon, Gal Kahnridge et le petit Rom (oui, on vous a reconnu Gimli, Legolas (Elrond ?), Aragorn (Boromir ?) et les Hobbits !!! ^^),
la triste histoire du Gengis khan au féminin qui est devenue un monstre parce qu’on pensait qu’elle pourrait devenir un monstre (whaou, on a carrément un préquel avec une magiocratie de sorciers oracles sur fond de Minority Report !), ainsi que la légende des cristaux magiques pouvant mener au pouvoir ultime (oui, on vous a reconnu les silmarillions ! ^^)…
Après la bataille du Gouffre du Helm, voici celle de Minas Tirith : tous convergent vers la cité d’Adelessen, et une fois de plus la traîtrise à l’œuvre avec ces salopards d’homines crevarices (appelés aussi collabos entre 1939 et 1945 : certains se reconnaîtront et nous les enverrons à leur semblable le diable). Qui de l’elfe blanc qui peut posséder les esprits et de l’elfe noire qui peut posséder les corps sera le plus fort ? Qui d’entre deux remportera la victoire ? Car au final, il ne peut en rester qu’un !
Dans l’épilogue, après tant de sacrifices et de souffrances les Elfes Blancs entrent à leur tour dans la Grande Alliance, mais ils ont peut-être autant de chance d’en être les sauveurs que d’en être les fossoyeurs !
Spoiler:
Débarquement en Normandie ou Rosemary Baby ?

Les jolis clins d’œil aux œuvres de JRR Tolkien et à l’univers Warhammer sont toujours aussi cools et niveau scénario Olivier Peru ressemble de plus en plus au Roi Midas, niveau dessins en dépit de quelques défauts d’anatomie le travail de Stéphane Bileau est appréciable, et niveau couleurs celui de Merli est toujours aussi agréable…
Mais la série a été prise au piège de son succès, et joue désormais les équilibristes entre le serial et le feuilleton (d’où les changements de direction dans la scénarisation)… Mais c’est aussi ce qui permet aux éditions Soleil de prendre définitivement les commandes de la fantasy en bande-dessinée, à l’exception des éditions Delcourt qui font très joliment de la résistance avec la série Wollodrïn (rendez-vous le mois prochain avec le tome 7 intitulé Les Flammes de Wffnïr !)
Vite, la suite !!!


Dernière édition par Albéric le Jeu 25 Aoû - 18:50, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Elfes

Message par Albéric le Jeu 25 Aoû - 18:49


Résumé tome 14 : Le Jugement de la fosse
Dans la cité-état semi-elfe de Trein ErMadenn, le haut conseil refuse catégoriquement de commercer avec les Hommes, leur vouant une haine et une rancoeur sans limite. Urghain, lun des plus importants conseillers de la ville, révolté par ce comportement sectaire se saoule dans une taverne et tue accidentellement son propriétaire. Condamné par ses pairs à « la fosse », il est miraculeusement sauvé par un mystérieux inconnu. Ce dernier a capturé une Goule et fait savoir à Urghain et ses amis que linvasion est imminente ne laissant que peu despoir aux Semi-Elfes. Selon lui, le seul moyen de sauver est de sallier avec la terrible Lahsaa et son armée de Goules Mais pour cela, Urghain doit convaincre le conseil et la tâche sera ardue car, comment persuader une assemblée de pactiser avec les démons ?


Ce tome 14 revient dans la Cité-Etat semi-elfe de Trein Er’ Madenn Fern fondée dans le tome 4… Cela fait de bien de voir mise une en scène une République médiéval-fantastique car marre des monarchies de pacotille traditionnelles à mon genre de prédilection ! Au sein du conseil de la Cité, nous suivons les débats entre progressistes, menés par Urghain, Fergon et Heymy-Li (^^) et conservateurs, mené par l’hominus crevaricus Thorn’un, synthèse de la pourriture politicarde prête à tout et au reste pour conquérir le pouvoir et le conserver…
Le bouillant Urghain ne veut pas que son peuple métisse passe de victime à bourreau, car il voit très bien où peut conduire la pente glissante de l’isolationnisme et du racisme… Victime d’un complot, il est conduit au jugement de la fosse pour être sauvé par un mystérieux étranger qui va le conduire vers un complot plus terrible encore… Car la horde des morts-vivantes conduite par la nécromancienne elfe noire Lah’saa poursuit sa route vers le sud en semant mort et destruction sur son passage, et les représentants du Grand Capital sont prêts à faire alliance avec la Bête Immonde. Tout le monde sait comment cela va finir : dans le sang et les larmes, avec des rats ploutocratiques qui quittent le navire qu’ils ont eux-mêmes contribué à faire échouer par avidité en jouant à pile ou face aux games of thrones… Allez pourrir en enfer, messieurs les tocards politicards !!! MDM

Une assez bonne bande dessinée fantasy, qui ne démérite absolument pas, mais pour laquelle je n’ai pas réussi à m’emballer malgré les graphismes réussis du dessinateur serbe Vukic assisté aux couleurs de Digikore Studios. Déjà les semi-elfes sont le maillon faible de la série, avec aucun fil conducteur et aucune figure récurrente entre les différents tomes, tous dessinés par des artistes différents. De plus force est de constater que la Fantasy n’est pas le genre de prédilection du prolifique Eric Corbeyran : ici il emprunte à ses collègue Nicolas Jarry et Jean-Luc Istin leurs boîtes à outils, mais on reconnaît trop facilement Nicolas Sarkozy, François Hollande ou Marine Le Pen derrière les discours détestables de telle ou telle pourriture carriériste… C’est un peu le problème, avec la nouvelle génération de bandes dessinées fantasy les scenarii ont clairement gagné en qualité pour franchir un cap, mais ce n’est pas encore le cas des œuvres de l’auteur… Le narration se veut soignée avec prologue, tragédie en 3 actes présentant unité de lieu, de temps et d’action, et épilogue, mais la chute est un peu brutale et on se retrouve orphelin de figures auxquelles se raccrocher (les twists sanglants c’est bien, mais quand tu tues tout le monde et qu’il ne reste plus personne à suivre le destin c’est naze : j’ai un peu peur pour la fin de la saga de GRR Martin…).

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Elfes

Message par Sieben le Ven 26 Aoû - 10:36

Albéric a écrit:Oui, mais il aura fallu Elfes pour expérimenter et aboutir à Nains et Les Maîtres Inquisiteurs, fallait bien commencer qque part pour tourner la page Lanfeust...

Et oui, il y a toujours un brouillon avant d'aboutir au chef d'oeuvre. ^^

Quant à Lanfeust faut arrêter avec ça, cela fait 15 ans qu'elle est tournée la page. Tu crois qu'une fois le dernier tome sorti les mecs ont brûlé un cierge, versé des larmes en tremblant à se demander ce qu'ils allaient bien pouvoir faire ensuite ? Soleil est une entreprise, ils ont pas tergiversé, cela a enchaîné sur énormément de trucs ensuite: Arawn, Servitude, Shaman, etc.

Albéric a écrit:J'aime bien le revival Drizzt Do'Urden, mais comme toi je m'interroge sur Corbeyran qui ou est le maillon faible ou n'arrive pas à se mettre au diapason. La dynamique de groupe de cette équipe serait intéressante à étudier : qui est la véritable tête pensante ? qui tire l'ensemble vers le haut ?

Corbeyran. Dommage qu'il ne soit pas remplacer par Sylvain Cordurié qui fait des bons truc en Fantasy.

Quant à la dynamique de groupe, d'après Nicolas Jarry il me semble, le projet initial est partie d'Istin (logique puisque scénariste du t1) qui communique avec l'éditeur. Ensuite selon Jarry chacun est libre d'écrire ce qu'il veut du moment que l'univers est respecté.

Albéric a écrit:Mais c’est aussi ce qui permet aux éditions Soleil de prendre définitivement les commandes de la fantasy en bande-dessinée, à l’exception des éditions Delcourt qui font très joliment de la résistance avec la série Wollodrïn (rendez-vous le mois prochain avec le tome 7 intitulé Les Flammes de Wffnïr !)

Mouais, là tu t'emballes un peu je pense mais ça se comprends vu ton enthousiasme. Mais ça marche sur courant alternatif ces choses là. Quantité ne veut pas dire qualité, et Soleil édite énormément en fantasy mais pas toujours en qualité malheureusement.

Tu l'as dit il y a Wollödrin du côté Delcourt, et si Soleil a eu son Lanfeust dans les 90's, ces 10 dernières années le héros de BD fantasy que tout le monde suivait, le phénomène en tête des ventes venait de chez Delcourt : Okko !
Et puis c'est sur courant alternatif comme je disais, un coup ce sera Glénat avec Elric, un coup Le Lombard avec Saga Valta, un coup Dargaud avec Griffe Blanche, après Casterman, etc.

N'empêche je lis quand même tes avis sur la série, et même si j'ai du mal à l'encadrer tu donnes envie (parfois). Keep Going.
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Elfes

Message par Albéric le Ven 26 Aoû - 10:54

côté heroic-fantasy / medfan, c'est Soleil le plus achalandé (oui quantité n'est pas qualité, mais le truc de ouf qui sort de nulle part j'y crois plus) : quand tu veux un truc sympa, t'es sûr d'en trouver chez eux et ce n'est pas le cas de la concurrence.

Okko c'est fini non ?
Elric c'est le truc à suivre, mais avec 1 tome par an tout au plus... (croisons les doigts)
Saga Valta, c'est  Dufaux donc ça va partir en couilles (en fait c'est déjà le cas)
Griffe Blanche ça vaut quoi ? (connais pas)

(oui, Cordurié fait des trucs bien)


Dernière édition par Albéric le Mer 25 Oct - 17:21, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Elfes

Message par Oncle Kiin le Ven 26 Aoû - 11:34

Faut vraiment que je reprenne ces séries quand j'aurais un peu le temps...
J'avais pas été vraiment conquis par les premiers tomes des Elfes (sympa sans plus, pour moi), mais j'entends tellement de bien des Nains, notamment ici ^^...
(Et oui, je sais bien que c'est ce qu'ils veulent, mais moi quand deux séries se passent dans le même univers, je dois tout lire )
avatar
Oncle Kiin
Tribun de la Pia fidelis

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Elfes

Message par Sieben le Ven 26 Aoû - 12:31

Albéric a écrit:
Okko c'est fini non ?

Tout comme Lanfeust. Sauf que pour l'un ça fait moins d'un an et que l'autre ça en fait 15. Précision: Okko est mis entre parenthèse selon Hub, histoire officiellement terminée mais il n'exclut pas un jour de reprendre les pinceaux.

Albéric a écrit:Elric ce le truc à suivre, mais avec 1 tome par an tout au plus... (croisons les doigts)

La différence entre une vraie collaboration d'artistes sur Elric, qui ont à cœur de faire du bel ouvrage. Et une série qui fonctionne plus à l'américaine, à la chaîne, où chacun fait son truc plus ou moins dans son coin tant que le cahier des charges est respecté. Je ne dis pas que les artistes sur Elfes sont moins exigeant avec eux-même et moins à cœur de faire une BD qui plaise à tout le monde, mais il n'y a pas cette alchimie qu'on peut retrouver sur une série comme Elric où tu perçois que les gars ont le souci de faire un truc homogène.

Albéric a écrit:Saga Valta, c'est  Dufaux donc ça va partir en couilles (en fait c'est déjà le cas)

Tu trouves que ça part en sucette toi ? Moi au bout de 2 tomes je trouve que ça tient encore la route. Il y a des soucis en revanche: annoncé en 3 tomes, finalement tant que ça marche on va prolonger l'aventure avec plusieurs histoires (oh tiens, comme Elfes!). Problème: Aouamri c'est pas un rapide (du tout) et est-ce qu'il aura envie ? Mais sur la BD en elle-même je ne vois pas le souci pour l'instant.

Albéric a écrit:Griffe Blanche ça vaut quoi ? (connais pas)

C'est chez Dargaud et ça vaut largement les 3/4 des séries de chez Soleil. Comme je suis très chiant et exigeant j'ai trouvé cela pas mal et il manque pas grand chose pour que ça bascule dans le franchement bien.

C'est une série finie en 3 tomes (mais un second cycle est programmé) d'heroic fantasy dans la Chine médiéval avec comme personnages principales une femme guerrière: Griffe Blanche.

C'est scénarisé par Serge Le Tendre (La Quête de...) qui avait une bonne idée de départ mais qui ne parvient pas malheureusement à ajouter cette petite touche épique propre au genre. Dommage car il y a des trucs super divertissant: le tome 1 est un peu bateau avec une histoire de dragons, le tome 2 est amusant avec une révolte dans une cité dirigée par des singes sacrés, et le tome 3 c'est l'Armageddon. C'est souvent très cliché (mais pas plus que certains albums d'Elfes).

La vraie satisfaction vient du dessin d'Olivier Taduc (Chinaman) et des couleurs de Jean Bastide (Elric). Du grand art semi-réaliste.

Evidemment ça n'a pas eu la même exposition qu'Elfes, donc on n'en parle moins. Tout comme Siorn dont le non-succès commercial est navrant tant elle est au-dessus du lot.
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Elfes

Message par Sieben le Ven 26 Aoû - 12:37

Oncle Kiin a écrit:J'avais pas été vraiment conquis par les premiers tomes des Elfes (sympa sans plus, pour moi), mais j'entends tellement de bien des Nains, notamment ici ^^...

Oublie Elfes. Nains peut se lire séparément et sans dire qu'il y a un monde d'écart, on sent direct la différence entre une série où chaque scénariste fait sa popote de son côté et une autre avec un seul scénariste qui sait où il va. En plus on peut dire que Jarry franchit vraiment un cap. Même les dessins sont mieux sur Nains.
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Elfes

Message par Albéric le Ven 26 Aoû - 13:17

une série où chaque scénariste fait sa popote de son côté et une autre avec un seul scénariste qui sait où il va.
aucune incohérence avec 5 scénaristes sur 15 tomes, alors que Dufaux, Desberg et cie n'arrivent pas à être cohérents sur 2 tomes... je sais que tu es attaché à 1 série = 1 auteur, mais il ne faut pas non plus jeter le bébé avec l'eau du bain

sinon tu ne peux pas écrire que Lanfeust c'est fini depuis 15 ans, alors que tome 10 de Lanfeust Odyssey sort en 2018 ?

Saga Valta c'était 2 tomes, mais le tome 1 a marché donc direction 3 tomes, et comme le tome 2 a marché direction 4 tomes... comment du peux faire du build up avec un tel business plan ? et puis...
1) syndrome Dufaux qui écrit des diptyques, mais sans aucune cohérence entre eux donc à la fin d'une série plus rien n'a de sens
2) syndrome Thorgal : tu retrouves des éléments similaires entre Saga Valta, qui est un projet refusé pour Thorgal, et Goluas, qui est un projet refusé pour Thorgal
... je me superméfie !

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Elfes

Message par Sieben le Ven 26 Aoû - 20:04

Albéric a écrit:
aucune incohérence avec 5 scénaristes sur 15 tomes

Ma lecture commence à remonter maintenant mais pourquoi qu'ils ont des flingues dans le tome 2 et pas ailleurs ?

Aucune incohérence ? T'as vraiment lu le T4 de Corbeyran ? Une purge. Me souviens encore du passage où le méchant fait chanter le héros en échange de libérer son ami. Le héros cède à ses exigences mais... oublie de demander la libération de son pote (pouf un trou gros "comme ça" dans le scénar qu'il est tombé).

Dufaux, je n'ai pas lu toute sa biblio donc je peux pas juger, et le bonhomme a bien des défauts dont celui de ne pas toujours tenir ses promesses et de rallonger ses séries, j'en conviens. Mais des incohérences sur Saga Valta ? J'ai rien vu qui ne m'ait fait enrager comme sur Elfes. Le récit tient la route. Il rallonge un peu l'aventure ? Et ben je commencerai à gueuler quand vraiment ça tirera en longueur. Rappel: c'est Aouamri au dessin. Le gars est rapide et se lasse vite. Très peu probable qu'une collaboration avec Dufaux aille au-delà de 4 tomes.

Albéric a écrit:sinon tu ne peux pas écrire que Lanfeust c'est fini depuis 15 ans, alors que tome 10 de Lanfeust Odyssey sort en 2018 ?

Quand je parle de Lanfeust je parle du vrai Lanfeust, celui qui a fait rêver des milliers de gamins, celui qui lui a donné ses lettres de noblesse: Lanfeust de Troy. Le reste c'est de la daube commercial parce qu'il faut bien qu'ils gagnent leur croute eux-aussi. Je leur reproche pas, mais ne soyons pas dupes sur la valeur du truc. C'est comme les Astérix: on préfère penser à ceux de Gosciny plutôt que ceux écrits par Uderzo et les derniers par je sais plus son nom.

Albéric a écrit:2) syndrome Thorgal : tu retrouves des éléments similaires entre Saga Valta, qui est un projet refusé pour Thorgal

Tu confonds avec Asgard de Xavier Dorison et Ralph Meyer (pas pour rien d'ailleurs si c'est Dorison qui reprend Thorgal vu le succès d'Asgard). C'est celui-là le projet proposé pour un Thorgal, pas Saga Valta.

Albéric a écrit:et Goluas, qui est un projet refusé pour Thorgal

Je ne connais pas. Je connais Golias par contre. Si c'était ça ce que tu voulais dire c'est Serge Le Tendre le scénariste, pas Dufaux. Et ça ce passe en Grèce, donc Thorgal... vois pas le rapport.
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Elfes

Message par Albéric le Ven 26 Aoû - 21:44

d'un tome à l'autre aurais-je du préciser !

Mouais, je voulais le laisser en dehors du coup ce tome 4 qui est clairement le plus faible de toute la série. Je pense même que si tu es en froid avec cette série, c'est à cause de lui. blink
Sur les armes à feu, si si elles réapparaissent dans certains pays / tome : on est dans du Warhammer like, et il me semble qu'il y a une timeline établie...


Sinon, si si j'ai bien lu l'interview dans Zoo magazine où Serge Le Tendre expliquait que son script pour la suite de Thorgal avait été refusé, que celui de Dufaux avait connu le même sort, et qu'ils avaient recyclé leur travail pour de nouveaux titres... du coup dans Saga Valta et Golias tu retrouves une sorcière noire chelou et ses molosses de l'enfer : c'est un hasard à ton avis ? ^^

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Elfes

Message par Sieben le Ven 26 Aoû - 22:48

Bon pour Golias ne pouvant vérifier l'info je te crois. Mais franchement de toutes les critiques postées sur le web tu es bien le seul à faire un rapprochement entre Golias le prince grecque, et Thorgal l'anarchiste viking. C'est capillotracté à mort comme rapprochement. Y a une sorcière, comme dans on ne sait plus quel album de Thorgal, la belle affaire.

Quant à Dufaux, soyons cohérent 2 secondes. Tu ne peux pas reprocher à Dufaux d'avoir "le syndrome Thorgal" et de piocher chez Van Hamme, et d'un autre côté dresser des louanges à Olivier Peru qui sur le tome 3 d'Elfes pompe sans vergogne chez Michael Moorcock ! Non ?

Et puis bon, j'ai fait la remarque sur d'autres sites de BD à l'époque, la comparaison entre Saga Valta et Thorgal m’agace tout autant que toi lorsque tu lis une critique fantasy avec "ça me rappelle le Trône de Fer"... Y a un viking, il est rejeté par les siens, il va vivre tout un tas de truc. Voilà, après je ne pense qu'on va rentrer dans le même délire que Thorgal qui pioche dans tout et n'importe quoi. Thorgal a brasser tellement de truc que je serais capable de faire un rapprochement avec Tintin en forçant un peu le trait.
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Elfes

Message par Albéric le Ven 26 Aoû - 23:08

T'es sûr de m'avoir compris ? Saga Valta et Golias étaient tous les deux au départ des réponses à un appel d'offre pour un projet Thorgal : il y avait un cahier des charges, Dufaux et Serge Le Tendre ont été recalés et ils ont récupéré leurs billes pour faire leurs propres séries (je ne l'invente pas, je l'ai lu sur papier).
Dufaux a récupéré Roméo et Juliette / Les Niebleungen pour construire sa série et Serge Le Tendre a récupéré l'Histoire de la toison d'or pour construire sa série... Et je n'ai aucun problème avec ça, mais quand ces 2 séries qui sont nées du même projet et évoluent sur des routes différentes mettent en scène le même personnage, ce n'est pas un hasard. Quand ces projets à géométrie doivent changer de voilure, consciemment ou inconsciemment ils piochent dans le matériel d'origine. Sinon aucun lien entre Golias et Thorgal ? l'arbre du monde qui peut de faire perdre la mémoire, c'est pas le tome 19 des fois ? ^^

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Elfes

Message par Albéric le Dim 29 Jan - 18:35

@ Sieben : maintenant que Delcourt et Soleil appartiennent au même groupe, ils vont devoir être complémentaires et non concurrents... blink

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Elfes

Message par Albéric le Dim 29 Jan - 18:39


Résumé tome 15 : Noir comme le sang
Troisième opus dédié aux elfes Noirs, les plus sombres des Elfes des Terres d’Arran.
Gaw’yn et Dyfeline fuient Scarande à bord d’un navire. La belle, effondrée, ne pardonne pas au jeune elfe noir le massacre de sa famille, dont elle est l’unique survivante. Attaqués par une flotte de barbares nordiques commandée par une demie-elfe noire, ils sont pris au piège. S’ils ne meurent pas déchiquetés, ils serviront à grossir les rangs de l’armée de goules qu’elle constitue pour Lah’saa la nécromancienne et qui doit conquérir les empires de Sud. Alors que Dyfeline est mordue par une goule, Gaw’yn conclut un pacte qui lui permettra de rester en vie mais surtout de tout tenter pour guérir Dyfeline du mal qui la consume. Tandis que la demi-elfe noire et son armée marchent sur Majimoor, un autre danger guette Gaw’yn : son ancien mentor, allié à son plus fidèle ennemi, bien décidés à se venger, sont sur ses traces.
Mais les plans de Lah’saa la nécromancienne changent, et c’est vers la citadelle de Slurce, sanctuaire des elfes noirs, que l’armée de goules doit se mettre en route…



J’attendais avec impatience de retrouver les aventures de l’elfe noir au cœur blanc, et ce tome 15 intitulé Noir comme le sang m’a plutôt déçu car pire de ne pas vraiment retrouver les vibes de la saga de Drizzt Do'Urden j’ai ressenti une forte impression de tome OSEF.
Sur le fond on a un couple maudit en cavale avec Gaw’yn qui aime Dyfeline qui hait Gaw’yn pour autant pour ce qu’il est, un assassin, que pour ce qu’il a fait dans le tome précédent, des assassinats… On relie l’histoire de l’elfe noir à la peste zombie, puisque que le couple est pris en tenaille entre l’armée d’invasion conduite par Lp’hen et les traqueurs Varh’yn et Droy’yn toujours en quête de vengeance contre notre héros. Tout le récit est centré sur Gaw’yn qui ne ménage pas ses efforts pour dézombifier Dyfeline mordue par une goule et qui désormais appartient à l’armée des morts… Vu que plusieurs tomes précédents étaient basés sur le fait qu’on ne puisse redevenir humain après avoir été transformé en zombies, je tique déjà assez fortement, mais en plus la zénitude et le sang-froid du personnage face à la situation m’a interloqué…
On aurait pu mettre en avant les côtés cavale et traque au lieu d’en faire un deus ex machina, le triangle amoureux entre Gaw’yn en pleine crise d’identité tiraillée, la dure Lp’hen et la douce Dyfeline, sur le héros tiraillé entre loyauté et rébellion à Slurce, son côté agent double qui fait semblant d’agir pour les envahisseurs tout en aidant les défenseurs, sur l’Empire Assasside dont on craint l’armée mais dont on ne voit pas le bout d’une lance… C’est dingue le nombre de bonnes idées qu’on a choisi de ne pas développer voire de ne pas exploiter du tout, pour retomber dans un happy end mielleux tout plein !

Mais je parts sans doute avec des a priori, car aux dessins le chinois Ma Yi cède la place au roumain Adrien Popescu… La spécificité des elfes noirs au sein de la série Elfes venait justement des graphismes syncrétiques entre Orient et Occident, et ici avec les Empires de Dumn et Assanide il aurait dû se régaler. Ici on essaye de rattraper le coup en collant aux tomes précédents, et ce n’est pas réussi ! Les graphismes sont inégaux du début à la fin avec au story board Stéphane Créty qui continuent de suivre le cahier des charges des comics avec des KRLIRGZIIINGG / UUURRHH ! / YYYRRHH ! / SHLARK / STOMP ! / SHLURK (alors qu’il était déjà responsable du tome le moins réussi de la série Nains), et au dessin Adrien Popescu que j’avais bien aimé sur son passage dans Les Maîtres Inquisiteurs mais ici ne semble pas à l’aise avec un charadesign fluctuant (merde t’as au minimum 1 an pour faire 48 pages, et tes personnages changent de visage voire de morphologie d’une planche à l’autre ? sérieusement ???), des arrière-plans parfois inexistants pour faire la part belle aux gros plans, une récurrence des cases soit mal encrées soit trop artificiellement colorisées… Bref, une désagréable impression de boulot ou mal conçu ou pas abouti !
Je dis ça pour tous les éditeurs français : si vous vous voulez bosser en studios comme les Américains, les Japonais ou les Italiens, il serait grand temps d’être plus professionnels et de vous organiser en amont au lieu d’improviser en cours de route ! Non seulement vos errances sont pénibles pour les lecteurs, mais en plus elles sabotent tous vos efforts… (exemple : lancer une série avec un super tome 1 avant de confier le tome 2 à des tâcherons, ce qui refroidi les intéressées et condamne ladite série… Soupirs…)

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Elfes

Message par Albéric le Lun 13 Fév - 20:59


Résumé tome 16 : Rouge comme la lave
L’ultime confrontation entre Lah’saa et les peuples unifiés des Terres d’Arran…
Contre toute attente, l’elfe bleu Athé’non a survécu à l’assaut de la forteresse de Kastennroc. Il est aux portes de la mort mais se venger de Lah’saa est une idée qui l’aide à survivre.
Lah’saa qui, au pied de la citadelle de Slurce, négocie avec les elfes noirs… Soit ils l’acceptent comme leur souveraine, soit elle les détruit tous. Les elfes Noirs acceptent et laissent Lah’saa atteindre l’objectif qu’elle s’est fixée. L’elfe nécromancienne exerce désormais son pouvoir sur les terres d’Arran à partir de la citadelle…
Mais une autre armée approche, dirigée par Tenashep l’elfe blanc, Redwin le guerrier nain, Aamnon le seigneur elfe Bleu, Gal l’Yrlanais, et on raconte même qu’il y aurait un mage parmi eux…



Attention, la critique qui va suivre contient des spoilers… du Seigneur des Anneaux ^^
Dans ce tome 16 intitulé Rouge comme la lave, Lah’saa bien qu’affaiblie par son combat contre Fall / Elendil est parvenue à destination de Slurce, où elle compte bien redonner vie à ce qui a été détruit (nonobstant les nombreuses tentatives d’assassinat fomenté par Mester Thuryn ^^). La peste zombie et les ténèbres se sont abattues sur le mondes des hommes, et ne résistent plus guère que les bastions nains et elfes (Lothlorien, Fondcombe, Vert-Bois le Grand, Montagnes Bleues et Monts de Fer… nous connaissons la chanson ^^)
Nous sommes donc à la fin du voyage commencé dans le tome 6 :
- l’Elfe bleue Lanawyn toujours prisonnière de son propre corps occupé et contrôlé par la Maîtresse des Ténèbres, s’active à découvrir les derniers secrets de celle qui est responsable de son sort tout comme de la mort de son bien-aimé…
- Athénon le survivant du Siège de Kastennroc retourne sur le lieu de ses cauchemars où tout a commencé, car il guide Ora la superhéroïne elfe au cœur d’orc accompagnée par un tigre à dents de sabre albinos et les trois champions peaux-vertes Rank, Tarrec et Killrok (à tout ça fleure bon World of Warcraft ^^)… Leur but ? Détruire les reliques du Sombre Seigneur à « la Montagne du Destin » ^^
- la Grande Alliance des Elfes et des Hommes menée par Orbothesh / Elrond et Tenashep / Arwen qui s’enfonce dans les rangs ennemis avec la force du désespoir pour détourner l’attention du Sombre Seigneur ^^
- un commando formé par un magicien, un maître nain, un seigneur elfe et un roi des hommes venu des terres du nord qui provoquent le Seigneur des Ténèbres pour donner une chance à leurs amis de réussir… Les Nazgûls sont de la partie pour défendre leur seigneur et maître, mais en face d’eux il y a Redwin de la Forge, la Colère de Dieu sur Terre !

Les différents POVs sont équilibrés et bien rythmés, bref bien gérés, du coup le grand final ne déçoit pas et l’action et l’émotion de l’epicness to the max est au rendez-vous : nous sommes en présence d’un chouette revival SdA / Warcraft / Warhammer (mais pas que, comme le bras droit de Lash’aa qui ressemble fortement au Kurgan d’Highlander ^^), et pour ne rien gâcher les graphismes du duo formé par Duarte et Héban sont très efficacess (ils se sont améliorés au fil des tomes, et nous gratifient de planches souvent assez belles et parfois très belles).
Après on voit quand même la différence entre un crossover conçu dès le départ, comme celui des Maîtres Inquisiteurs, et un crossover qui a été élaboré en cours de route, comme celui qu’on a ici. Tant qu’on gagne on joue, et la saga continue vu qu’il reste pas mal de trucs en suspens comme le retour des mages, les cristaux de pouvoirs, Rom l’apprenti de Redwin, la résurrection des elfes rouges ou la naissance à venir de « Damien, la Malédiction »… (et dommage que les tomes consacrés aux Semi-Elfes n’aient pas réussi à passer du serial au feuilleton, ou que les tomes consacrés aux Elfes Noirs n’aient pas réussi à se greffer sur le crossover)

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Elfes

Message par Albéric le Mar 16 Mai - 20:03


Résumé Elfes tome 17 : Le Sang noir des sylvains
On ne peut oublier qui l’on est vraiment…
Ilaw a sept ans quand ses parents l’abandonnent. C’est à son oncle, un bâtard de Sylvain et de Bleu, capitaine de navire, que revient la tâche de l’élever. Au fil des années, le jeune elfe oublie tout de sa vie dans la forêt. Après plus d’une décennie passée en mer à voguer de port en port, son oncle se fait tuer. Ilaw est alors livré à lui-même. Fuyant l’avancée des goules, il rencontre Ora, la reine de la forêt de Duhann.
Il pense avoir enfin trouvé une nouvelle famille, un nouveau clan, jusqu’à ce que des assassins elfes noirs lui révèlent le sombre secret qui se cache en lui et la raison pour laquelle ses parents l’ont jadis abandonné…



Dans ce tome 17 intitulé Le sang noir des Sylvains, Ilaw est différent : comme tous les siens il entend l’appel de la forêt et le chant de la terre, mais il entend aussi la voix de son cavalier sombre… A la mort de sa sœur aînée, ses parents le confie à son oncle Astaran, un forban elfe bleu qui écume les mers du nord.
Dans un première partie riches en phylactères nous faisant partager les pensées et les émotions d’Ilaw, nous sommes dans la fantasy intimiste à la Robin Hobb, sauf on est plus proche de la Dark Fantasy de la série Les Mendiants des mers de Paul Kearney. Dans la douleur, il apprend les règles de la survie, mais aussi la solitude et la haine qui permet de s’en accommoder…
Dans un 2e partie, livré à lui-même Ilaw trouve sont Salut en suivant la nouvelle Reine des Sylvains. Nous sommes dans la fantasy épique, car il rejoint les rangs de la Grand Alliance et en affrontant la peste morte-vivante il s’illustre autant comme survivant que comme combattant. Et parmi les guerriers et les réfugiés elfes, nains, orcs et humains plus personne ne fait attention au fait qu’il ne soit pas comme les autres. Il flirte avec Loënyss la sœur du maître de chasse, mais son admiration quasi religieuse va à Ora l’Elfe au cœur d’Orc qui a réussi là où il pense avoir échoué… Quand son secret et sa nature sont révélés par les maîtres recruteurs de Slurce, Ilaw décide de fuir à nouveau…
Dans une 3e partie, en cavale pour échapper à des Siths qui veulent moins le ramener à leurs sombres maîtres qui lui voler son âme, Ilaw se trouve un étrange mentor qui parle aux morts. Le jeune guerrier elfe tourmenté par ses démons intérieurs fait face à un vieil exorciste nain qui a su vaincre ses démons intérieurs, et il a peut-être enfin des solutions pour faire taire son cavalier sombre (rdv pour le tome 8 de la série Nains qui justement mettra en scène Sriza du Temple, ce chasseur de démons badass ! blink)… Nicolas Jarry nous fait là de l’heroic fantasy comme David Gemmell savait si bien le faire, et c’est vachement bien !
Tant qu’on n’est pas mort, on a le choix… Ilaw est confronté aux siens et il s’enfonce dans les ténèbres pour rejoindre le Côté Obscur bien qu’il y ait encore de la lumière en lui… The End ou To Be Continued ?


Une belle histoire pour un bon tome de la série Elfes, et si Gawyn l’elfe bleu au sang noir empruntait au Drizzt Do’Urden de R. A. Salvatore Ilaw l’elfe vert au sang noir emprunte lui au Dexter de Jeff Lindsay.
Mais encore une fois les graphismes mainstream bien que satisfaisants ne sont sans doute pas à la hauteur du propos. Gianluca Manconi ici assisté aux couleurs de Nicola Righi ne fait pas partie des meilleurs dessinateurs de l’écurie Soleil, et ici les finitions sont moins réussies que d’habitude (il y a mêmes des inégalités graphiques en début et en fin de tome qui font un peu la BD finie à la bourre).

PS: Nicolas je sais que tu lis mes critiques… ça ne te dirait pas d’écrire à nouveau des romans fantasy, car tu as vraiment les vibes qu’il faut, voire carrément la vista… Une série de romans illustrés comme les lights novels japonais, un univers étendu porté par des romans fantasy comme les anglo-saxons savent si bien le faire, une franchise multimédia pour tenter de faire un Warhammer à la française… Ce n’est pas les bonnes idées qui manquent, ni les artistes de talents pour les porter !

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Elfes

Message par Sieben le Mer 13 Sep - 22:00

Au fait, après les Elfes et les Nains, Soleil prépare pour la rentrée littéraire une série Orcs et Gobelins. Toujours avec la même team que Elfes. Dommage que ce ne soit pas la team Nains... mais à voir, à lire.
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Elfes

Message par Sieben le Mer 13 Sep - 22:04

Et puisqu'on parlait de Saga Valta sur ce fil, plus haut, j'ai enfin lu le tome 3 sorti ce mois d'août. Déçu. Mon avis:

Ouais ben… je suis quand même assez déçu à la fin. J’ai relu les deux premiers tomes en diagonale histoire de me rafraîchir la mémoire : premier tome classique mais divertissant suivi d’un second où cela digresse pas mal mais je laisse sa chance au produit.

Pour ce tome final, là on ne fait plus dans le classique mais dans l’éculé. Le brave, beau, musclé et noble Valgar empile les conquêtes amoureuses tel un Conan le cimmérien, sauf que le héros de Robert E. Howard date des années 30, ce genre de cliché heroic fantasy sonne un peu de façon ringarde je trouve dans une série d’aujourd’hui. Et que dire du « promis » d’Astridr, qui a un physique disgracieux, tordu, et est bien vicieux pour nous montrer que c’est un vilain méchant pas beau. Pire poncif tu meurs. Franchement, à quoi sert l’archère Looki si ce n’est pour le seul plaisir de rajouter de la gonzesse bien roulée ? Bon après ça se termine aussi en eau de boudin cette histoire avec un affrontement final bâclé, un twist bien dark mais mal servi par une narration qui manque d’épaisseur (Astridr ayant été absente du début à la fin, on ne sait pas ce qu’elle devenait, du coup on ne ressent que très peu d’émotion sur ce qui peut lui arriver), et un épilogue à l’arrache guère concluant. Jean Dufaux comme d’hab’, ne souhaite pas conclure ses récits en se réservant une fenêtre de sortie et un nouveau cycle possible. La quête de Valgar cherchant justice après la traîtrise de Thorgerr aux cent guerriers est achevée, un peu lamentablement à mon avis, mais néanmoins finie. Cependant, qui sait, d’autres saga de Valgar ou d’un autre personnage pourront être racontées… Pas fou le Dufaux.

Pour les graphismes, c’est du très bon Aouamri au dessin et Goussale aux couleurs, mais se sont bien les seules choses qui sauvent la série de la perdition.

Un gros regret.
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Elfes

Message par Albéric le Mer 13 Sep - 22:43

@ Sieben :
http://david-gemmell.frbb.net/t1741-jean-dufaux-et-mohamed-aouamri-saga-valta#25467
je te laisse le soin de faire un copier coller, et puis après on effacera ce message et le précédent ?

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Elfes

Message par Albéric le Mer 25 Oct - 17:33


Résumé tome 19 : L'Ermite de l'Ourann
Galamnon et Aaliatep, deux elfes blancs, enquêtent sur la mort de la vieille ermite Nawel, avec laide de sa petite fille, Cleriis, la pêcheuse de koralis. Mais une fois arrivés sur Ekrin, petite île perdue au milieu de l'océan, les enquêteurs découvrent que la vérité est beaucoup plus compliquée qu'il n'y paraît... Quel est le rôle d'Orunthal et de Tei'hooh, les deux fiers semi-elfes, dans cette affaire ?


Ce tome 19 intitulé L'Ermite de l'Ourann, aurait pu être très bon, malheureusement après un tome 18 ambitieux mais confus celui-ce est ambitieux mais déséquilibré (et ce n'est pas la première fois qu'Eric Corbeyran nous fait le coup dans la série).
Le récit est entièrement construit en analepse : dans une introduction à la Stephen King du plus bel effet la vieille pêcheuse de perles Cleeris va nous raconter l'année de ces 13 ans où pour elle tout a changé, pour le meilleur comme pour le pire... L'érudite exilée Nawel a été enlevée, et les elfes blancs Aleatep et Galamnon louent ses services pour retrouver sa piste. Cette dernière travaille contre son gré pour les semi-elfes Oranth'al la brute et Tein-Nooh la vamp, et entre les uns et les autres poursuivis par des pirates boranais s'engage une course au trésor au cœur du Pays des Vents qui pourrait changer à jamais l'univers d'Arran !
Que c'est dommage ! La mise en place du récit est très longue et comporte pas mal de scènes qui n'apportent rien à l'histoire, du coup la partie Indiana Jones est scandaleusement tronquée (au point qu'après avoir révélé son secret de l'Ermite de l'Ourann, et les auteurs écrasent les personnages comme des mouches en 3 pages).
Spoiler:
Pourtant le pitch est très bon puisque les valeurs sont inversées avec des criminels punks qui veulent faire éclater la vérité pour construire un monde universaliste, et les les justiciers bien propres sur eux qui veulent enterrer la vérité pour protéger un ordre établi suprématiste : la fin est tragique, car nous sommes dans la reprise des moments les plus sombres du Silmarilion de J.R.R. Tolkien, quand la peur et l'ignorance dressait les peuples les uns contre les autres pour protéger l'ego surdimensionné de leurs dirigeants... La petite Cleeris, innocente, insouciante et inconscience est coincée entres les uns et les autres, et il y aurait eu un formidable relationship drama à développer entre elle et ses compagnons sombres au cœur pur et lumineux au cœur sombre. Seule dépositaire du plus grand secret de la race elfe, elle ne peut que se morfondre de ne pas eu pas les moyens de continuer la lutte de ceux qui sont morts pour leur rêve d'un monde meilleur sans haine ni violence, ni mépris ni indifférence...
Niveau graphisme le serbe Bojan Vukic continue de me surprendre : d'album en album ses dessins continuent de s'améliorer... Mais il n'a pas encore trouver le bon dosage entres décors splendides, qui parfois pètent même une classe de ouf, et un charadesign plutôt comics certes assez joliment réussi (genre Galamnon qui entre Clark Kent et Lex Luthor affiche un look proche de celui de Ricardo Montalban dans Star Strek II : La Colère de Khan ^^) qui d'une planche à l'autre souffre de regrettables fluctuations...

PS: achtung spoilers
Spoiler:
Au fond de la boîte de Pandore reste-il l'Espoir ? La mort des justiciers punks trahis par les policiers politiques elfes blancs n'est pas sûre à 100% (sans parler de cette joyeuse allusion à notre triste réalité néocons)... Quel pied cela serait une suite avec ces personnages qui viendrait totalement invalider le sad end !

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Elfes

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum