David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.

Peplum forever

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

White Square Peplum forever

Message par Albéric le Sam 5 Jan - 23:05

Les films de sword & sandals, véritable genre en soi, sont trop nombreux pour qu'on ouvre un sujet à chacun d'entre eux : je propose de collecter dans ce topic les avis les concernant.

On pourrait presque dire que lorsqu’on a vu un péplum on a vu tous les pepla.
Il est vrai que c’était au final plus des films à atmosphère dépaysante que des films à intrigue.
Car on retrouve presque à chaque fois :
Le tyran, son auxiliaire fourbe et ses gardes sans cœur (pour la baston à la fin)
Le héros, son auxiliaire loyal et ses généreux compagnons (pour la baston à la fin)
Entre ces 2 camps, une belle princesse convoitée par le tyran mais amoureuse du héros.
Et il faut suivre le cahier des charges :
Musique exotique, la scène du banquet, la scène de drague au clair de lune, la demoiselle en péril, l’opération commando pour la secourir, le péril en question et la grosse baston finale.
Bref un charme suranné qui peut faire passer de bonnes soirées, peut laisser des bons souvenirs mais qui fera pester les gros rageux élitistes qui prennent de haut le cinéma populaire.

Néanmoins quelques réalisateurs ont sorti du lot un paquet de films.
On va essayer de les repérer (pas dur : beaucoup d’entre eux ont donné leurs lettres de noblesse au western spaghetti, avant que quelques modernes ne donnent une seconde vie au genre).
Et on ouvrira un sujet dédié spécifique à ceux qui se démarqueront du lot.
Et puis le peplum, c'est quand même un thème très gemmellien donc acte !

Par contre je me suis souvenu de cela : :twisted:
seul ceux qui ont bien aimé peuvent bien châtier !
(le pire, c'est que cela constitue un chouette pot-pourri de musiques)




Et franchement, respect à l'érudit cinéphile qui a rédigé une page wikipédia de haute qualité : :thumright:
http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9plum


Dernière édition par Albéric le Dim 8 Sep - 18:49, édité 9 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Peplum forever

Message par Albéric le Lun 7 Jan - 21:49


Résumé : encore que, est-ce vraiment nécessaire...
Tandis que Jason affronte la tempête, puis les sorcières de Gaia et le Cyclope pour atteindre la Toison d'Or qui fera cesser la colère des Dieux, son cousin Adraste tente de s'approprier son trône.

Les Géants de Thessalie de Riccardo Freda, introuvable dans le commerce.
Une variation du mythe des Argonautes par le réalisateur du très bon Spartacus.
(tellement bon d'ailleurs, que Kirk Douglas a essayé d'en racheter toutes les copies pour les détruire avant de produire et de coréaliser le sien, histoire qu'on ne puisse pas faire de comparaison)
Amateurs de vieux pepla, profitez-en avant que youtube ne le repère...


Dernière édition par Albéric le Ven 24 Mai - 18:32, édité 2 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Peplum forever

Message par Duvodas le Mar 8 Jan - 19:13

oh, purée, ca c'est pour mon mercredi soir... :shock:

Merci à toi. ^^
avatar
Duvodas
Légionnaire de la Martia victrix

Date d'inscription : 30/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Peplum forever

Message par Albéric le Ven 26 Avr - 21:54


Résumé des Titans de Duccio Tessari (1962):
Dans la Grèce antique, Cadmus, roi de Thèbes, s'autoproclame comme étant un Dieu. Crios, le plus agile et intelligent des Titans, est délégué pour faire justice et, en contrepartie, doit obtenir la libération de ses frères emprisonnés dans les Enfers.

Attention à quelques raccordes abrupts : c’est les traditionnels coupages VF de l’époque !
Un péplum assez original et très rafraîchissant car totalement 2e degré : on dynamite le cahier des charges !
D’autant plus qu’on innove : escapade en trampoline, combat de catch, jeux taurins, chasse du Comte Zaroff…
Le Titan Crios doit ramener l’immortel roi Cadmos aux Enfers pour obtenir sa grâce et celle de ses frères.
Sauf qu’il est tout sauf un grand héros : c’est donc d’arnaque en arnaque qu’il va arriver à son but.

Le héros ? (Giuliano Gemma) Un roublard qui assume son manque de courage (mais très fleur bleu).
L’héroïne ? (Jacqueline Sassard) Plus cruche tu meurs ! On joue à fond là-dessus et c’est assez drôle.
Leurs side-kicks ?
Le culturiste français Serge Nubret (qui a de faux airs de Mohammed Ali) incarne l’esclave noir Rator : le héros ne cesse de le tourner en ridicule alors qu’il moins fort, moins courageux et moins charismatique que lui.
Pour faire bonne mesure ajoutons un organisateur de happenings muet qui s’associe aux arnaques du héros.
Les compagnons du héros ? Les terribles titans ne sont que des bons vivants qui ont hâte de sortir de taule.

Le méchant ? (Pedro Armendariz) Le traditionnel crevard mégalomane, sauf qu’ici il est moitié ridicule.
Son side-kick ? (Antonella Lualdi) Un reine fashion victime qui a 10 fois plus de cervelle que lui.
L’armée du méchant ? Un festival de bas du front qui comprennent schtroumpf heureux et schtroumpf grognon.

La bataille finale ? Un festival de scènes dignes des Charlots.
Et en plus on se moque des classiques car le peuple ne pige que dalle quand le héros en appel à la Liberté.

Des effets spéciaux d’un très grand kitch : le méduse qui ressemble à Tatie Danielle, Crios coiffé du heaume d’invisibilité d’Hadès est aussi crédible que Priscilla folle du désert, le cyclope tchétchène trafiquant d’armes…
Néanmoins l’histoire d’invincibilité est bien rendue : les vapeurs qui ressuscitent sont un concept intéressant.
Les décors naturels ou construits sont vraiment pas mal du tout : des films sérieux ont fait bien moins mieux !
(les scènes qui se déroulent dans des grottes annoncent clairement le très grand Mario Bava)
Les musiques sont très hétérogènes : à côté des chœurs épiques on a des marches militaires burlesques…

Notez que ce film est cultissime dans une grande partie des pays africains : un héros noir de peau, même de 2e rang, c’était une énorme révolution pour le cinéma au début des années 1960 (à fortiori pour les pepla).
A cette date seul l’immense acteur Sidney Poitier avait percé (et encore : La Chaîne date de 1958).


Un film étonnamment sympa. Si vous vous prêtez au jeu, vous pourriez passer une bonne soirée.
Je crois même qu’en lorgnant sur Ocean’s Eleven on pourrait en tirer un bon remake.


__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Peplum forever

Message par Albéric le Ven 24 Mai - 9:44


Résumé : mais est-ce bien nécessaire...
A la tête des troupes romaines, Scipion Emilien s’apprête a mettre en deroute les forces carthaginoises.

Un film qui sent bon le cinéma de quartier et la défunte émission éponyme du génial Jean-Pierre Dionnet.
Un film qui mine de rien sort agréablement du cahier des charges des classiques hollywoodiens.


Carmine Gallone avait traité de la 2e Guerre Punique avec Scipion l’Africain.
Il récidive en 1959 avec Carthage en Flammes, mais nous sommes lors de la 3e Guerre Punique et Rome veut raser la capitale de son meilleur ennemi.
Mais tout cela est montré du côté carthaginois où s’affrontent héros patriotes et traîtres collaborateurs.
Les premiers essayent désespérément de sauver ce qui peut l’être, les seconds multiplient intrigues et manipulations pour tirer les marrons du feu et pour augmenter la position qu’ils espèrent obtenir des Romains.
Le moteur de l’intrigue ce sont les romances qui se nouent entre les personnages principaux :
- Ophir est folle amoureuse du héros patriote Hiram
- Tsour est fou amoureux de son amie d’enfance Ophir
- Fulvia est folle amoureuse d’Hiram qu’elle a sauvé
- Phégor est fou amoureux de la romaine rebelle Fulvia
Tout cela date d’une autre époque mais j’ai trouvé que les motivations et les évolutions étaient bien campées.
Certains agissent noblement, d’autres bassement mais tous sont tiraillés entre ambition, dévotion et passion.
D’ailleurs les acteurs sont pas mal du tout et on retrouve :
- aux nobles José Suárez (Hiram) et Mario Girotti (Tsour), plus connu sous le pseudonyme de Terence Hill, s’oppose le manager carriériste Daniel Gélin (Phégor) qui espère monter en grade sous l’occupation romaine
- si Ilaria Occhini campe une cruche (Ophir), c’est compensée par la torturée Anne Heywood (Fulvia)
- ajoutons le courageux Thala (Ivo Garrani) et le désespéré Aldo Silvani (Hermon)
- ajoutons les loyaux Edith Peters des Peters Sisters (Sarepta) et Pierre Brasseur (Sidon)
On imagine facilement un Kingdom of Heaven antique, mais ici Carmine Gallone n’est pas à la hauteur !
Pourtant il avait défié en 1937 le Ministère de la Propagande de Mussolini en mettant en avant la romance entre Hannibal et une vestale qui désamorçait tout le discours nationaliste du film : le barbare africain à coloniser se montrait plus humaniste et plus progressiste que les impérialistes latins et leur beaux discours sur la civilisation.

Le potentiel est là, l’histoire et les personnages sont intéressants, les décors et les musiques sont réussis.
Mais le travail du bon Mario Nascimbene ne rattrape pas un montage sonore catastrophique : les bruits des coups portés ne correspondent pas aux images, ce qui donne un côté ridicule à des combats déjà pas terribles.
Et le gros problème c’est qu’on tire tout cela du livre de l’immense auteur Emilio Salgari :
- on a fait de grosses coupes dans le scénario et il est bien difficile de rentrer dans l’histoire du film
(ainsi les flashbacks sur l’exil d’Hiram et sa rencontre avec Fulvia n’expliquent pas grand-chose)
- il y a des liens très forts entre des personnages qui ne sont pas explicités
les compagnons d’Hiram, qui ont chacun leur personnalité, leur histoire et leur destin dans le livre sont survolés
l’amitié entre le carthaginois Hiram et le mercenaire Thala est mal rendue à l’écran alors qu’elle est importante
Hermon, Hasdrubal et Massinissa, essentiels dans le livre, ne sont ici quasiment pas utilisés du tout


Un film à potentiel intéressant mais raté, disons plutôt dépassé, à réserver aux afficionados et aux nostalgiques.
Voilà un film qui attend impatiemment un bon remake (je pense à Ridley qui a du mal avec les scénarii…)
Voilà un film qui donne envie de se replonger dans le très bon Qushmarrah de Glen Cook !



Dernière édition par Albéric le Dim 26 Mai - 14:02, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Peplum forever

Message par Dark schneider le Dim 26 Mai - 10:55

C'est cool que tous ces films soient sur youtube.

Ils me tendent les bras mais je n'ai pas trop le temps malheureusement. Cela dit voir Terence Hill dans un rôle sérieux, rien que pour ça je veux voir ce Carthage!
avatar
Dark schneider
Unificateur des Nadirs

Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Peplum forever

Message par Albéric le Dim 26 Mai - 17:45


Résumé : mais est-ce bien nécessaire ?
L'histoire de Constantin, qui fut le premier empereur chrétien à partir à la conquête de l'Europe en moins 300 avant JC.

Celui-là je le sens bien !
C'est pas comme si DG l'avait adoré au point de vouloir à tout prix rédiger une saga sur la personnage : la tuerie que cela aurait été !

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Peplum forever

Message par Dark schneider le Mar 18 Juin - 11:53

Vu hier soir Constantin le grand.

Péplum italien qui lorgne finalement pas mal vers le péplum américain. Avec une telle thématique et vu l'époque où il a été tourné, il était assez évident qu'il s'agirait d'un péplum "biblique". Cependant, le tout est moins flamboyant que les péplum américain (genre "La Tunique"), la réalisation est plus sèche, l'empire romain n'est pas enjolivé même si les décors sont clairement plus grand que dans la réalité (la curie romaine notamment, qui a cela dit le mérite de ne pas ressembler à un amphithéâtre)...

L'histoire raconte les premières années de l'ascension de Constantin et le début de son règne en tant qu'empereur d'occident, jusqu'à la bataille du Pont Milvius. Les faits relatés ont l'air assez fidèle à la réalité, bien que le temps apparaisse forcément très contracté, avec des ellipses hasardeuse (quand Constantin passe de César à Auguste notamment, c'est à peine si on est prévenu). 
Le film tourne autour de trois axes intimement liés : 

- L'humanisme de Constantin qui le rendra compatissant envers les chrétiens (persécuté à l'époque de Dioclétien, l'homme fort qui l'a précédé) et qui finira par être gagné par le foi (même si finalement cela n'est pas très bien rendu dans le film)
- Les intrigues de cour et la guerre civile, avec le personnage ultra classique mais bien interprété de Maxence, le crevard carriériste de circonstance qui ne pense vraiment qu'à sa gueule (ça va même trop loin, allant même jusqu'à se moquer du sort de sa famille, sachant que sa soeur Usta n'est autre que la femme de Constantin)
- Les chrétiens, pauvres, paysans, persécutés, totalement idéalisé dans le film, acceptant leur sort, tendant l'autre joue, martyr : le personnage de Livia, le canon de service. C'est de Livia que va s'amouracher le centurion Hadrien, personnage crée de toute pièce, meilleur ami de Constantin. 

Tout cela est finalement très classique, et ce n'est pas spolié que de dire que le personnage d'Hadrien, très humain et suscitant l'empathie va contribuer à l'éveil de Constantin et aussi attirer le spectateur. Car Constantin, chef militaire de renom, est parfaitement interprété par un Cornel Wilde qui a carrément la tête de l'emploi, pas franchement charismatique à cause de sa froideur, mais froideur qu'il colle bien avec l'inflexibilité et la sévérité du personnage qu'il incarne.. Hadrien apporte un personnage plus proche du public, les émotions passeront par lui bien plus que Constantin... La guerre civile va bien sur être un autre déclencheur de l'éveil à la foi de Constantin, qui verra dans le christianisme un moyen d'unifier les gens, l'universalisme chrétien donc, tout en mettant bien en avant la question de la foi qui permet de se transcender. 

La bataille finale est riche en figurants, à l'époque où les CGI n'existaient pas pour grossier une armée, on embauchait à la pelle des figurants... Assez longue, tout cela n'a cependant pas très bien vieilli. Cinéma d'un autre temps que de voir des archers tirant en nombre sur la cavalerie sans qu'un cheval ne soit touché. Une façon de tenir les boucliers peu académique (il y aurait sans doute énormément à redire sur les équipements des légionnaires), combat à l'épée peu convaincant (et quand on sait que Cornel Wilde a été sélectionné pour les JO de 36 aux épreuves d'escrime)... mais le décor de la bataille à le mérite d'être plutôt sympa, avec le pont et le Tibre, et surtout elle nous réserve quelle belles mises en scène quand les armées se font face à face, croix chrétienne à l'horizon

Bref du péplum historico-biblique fort classique, de bonne facture, non dénué de défauts mais qui au moins ne tombe pas dans des longueurs excessives. (Par contre si vous ne connaissez pas trop le genre, ce n'est pas du tout un film à voir ne priorité, il y a bien meilleure).

Bon après j'avoue que je n'ai jamais trop compris le pourquoi de l'admiration de Gemmell pour le personnage pour Constantin, j'ai du mal à faire le lien avec les héros gemmelliens habituels, Albéric va nous éclairer...
avatar
Dark schneider
Unificateur des Nadirs

Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Peplum forever

Message par Albéric le Mar 18 Juin - 12:21

David Gemmell a écrit:18. Which series do you plan to do next? Do you think you’ll ever do another historic fantasy like Lion of Macedon?
I’ve hired a reviewer to research Constantine the Great. I’d love to do a big historical novel on him. But the research alone will take two years, so I won’t be starting for at least another three years.
Le 2e tome de Rigante apporte pas mal de réponses à ta question Dark Schneider.
Comme nous DG a mangé pas mal de pepla, bibliques ou non. Cela fait partie de son imaginaire donc pas de surprise qu'il ait eu envie de se lancer dans l'aventure.
Pourquoi Constantin le Grand plutôt qu'un autre ?
Parce que le 1er empereur a aussi été un des plus grands bouchers de l'histoire antique, allant jusqu'à faire massacrer la quasi-intégralité de sa famille.
J'imagine qu'il voulait réaliser le même cheminement que pour Jon Shannow et Thuro, à la fois sauveur et persécuteur de leur peuple.

Les chrétiens, pauvres, paysans, persécutés, totalement idéalisé dans le film, acceptant leur sort, tendant l'autre joue, martyr
Les clichés sont tenaces : une fois les chrétiens au pouvoir les païens se sont faits bien plus martyrisés que ces derniers l'avaient été (les chrétiens jouaient le rôle de boucs émissaires en temps de crise, et pas de bol pour eux c'est la crise durant presque tout le IIIe siècle, alors que les païens sont exclus, convertis de force ou massacrés au fur et à mesure du Bas Empire).

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Peplum forever

Message par Dark schneider le Mar 18 Juin - 14:07

C'est tout le problème de ces films des années 50 et 60 où il n'y avait guère de place à la nuance, tout était conditionné.. A l'image du personnage de Maxence, le fourbe et méchant de service alors que dans la réalité c'était bien sur beaucoup plus complexe que ça. 

L'antiquité romaine, c'est une autre époque avec une autre philosophie, alors que les vieux péplums transposent trop souvent des réalités du 20ème siècle où s'en tiennent à des clichés appris sous la 3ème république. Mais nos politicards actuels ressemblent beaucoup au Maxence du film...
avatar
Dark schneider
Unificateur des Nadirs

Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Peplum forever

Message par Oncle Kiin le Mar 18 Juin - 14:13

J'ignorais l'admiration de DG pour Constantin, et pareil, je n'aurais pas imaginé ça. (Mais OK avec ton explication, Albéric.)
Je trouve que Julien l'Apostat (le neveu de Constantin, si ma mémoire est bonne ?) aurait fait un personnage bien plus "gemmellien".

modération : j'ai bouletté en cliquant sur répondre donc pas sûr que cela soit l'intégralité du message d'origine que j'ai restauré (désolé, Albéric)
avatar
Oncle Kiin
Tribun de la Pia fidelis

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Peplum forever

Message par Albéric le Mar 18 Juin - 18:34

Oncle Kiin a écrit:J'ignorais l'admiration de DG pour Constantin, et pareil, je n'aurais pas imaginé ça. (Mais OK avec ton explication, Albéric.)
Je trouve que Julien l'Apostat (le neveu de Constantin, si ma mémoire est bonne ?) aurait fait un personnage bien plus "gemmellien".
Remarquez dans le Cycle de Drenaï, on a déjà des allusions à Caligula, Néron, Marc-Aurèle, Commode... Pourquoi par une quadrilogie à la Rigante : 2 tomes sur Constantin, 2 tomes sur Julien l'Apostat ! Cela aurait été génial !
Pour ceux que cela intéresserait, la campagne orientale de Julien l'Apostat racontée par Ammien Gemmell Marcellin, c'est epic of the epicness : l'invasion de Sapor II, le siège d'Amida... à côté le Gouffre de Helm c'est un compte-rendu de Warhammer Battle !

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Peplum forever

Message par Albéric le Mar 18 Juin - 18:38


Je les verrai tous !
Spoiler:
quand je serrai en retraite, si les retraites ne sont pas supprimées


Dernière édition par Albéric le Dim 8 Sep - 19:10, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Peplum forever

Message par Dark schneider le Mer 19 Juin - 19:16

Bon courage !

Rhaa les 50000 Maciste !

Y'en a un paquet sur youtube en tout cas...

Mais impossible de mettre la main sur une version correcte de "Romulus et Remus", l'image est toute petite sur youtube.

Un site que tu dois sans doute connaître : http://www.peplums.info/


hop, un article sur une bd sur Julien l'Apostat : http://www.peplums.info/pep55j.htm

(Ammien Marcelin, j'en entend tellement parler en bien, notamment comme étant l'auteur antique sans doute le plus "proche" de notre littérature contemporaine, mais il est tout simplement inaccessible (hors de prix) à cause de cet insupportable élitisme universitaire qui pense que seuls des érudits et chercheurs s’intéressent à ce genre d'ouvrage)


Lister les meilleurs peplums, serait déjà pas mal !
avatar
Dark schneider
Unificateur des Nadirs

Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Peplum forever

Message par Albéric le Sam 31 Aoû - 9:41


A quand la Justice League antique ?  
Cela a existé : c'est les Argonautes !
Mais là 4 gros bras, le supervilain va bien se marrer...

Dans la mesure où les comics ont largement pioché dans les héros antiques directement (Thor par ex) ou indirectement (Aquaman par ex), à quand les neopepla qui piocheront dans les superhéros modernes ???
Avec Immortals on voit bien que cela tombe sous le sens ! (quel pied les bastons entre dieux et titans)



Dernière édition par Albéric le Dim 8 Sep - 19:11, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Peplum forever

Message par Albéric le Dim 8 Sep - 18:51

Avis aux amateurs : Les Horaces et les Curiaces


__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Peplum forever

Message par Albéric le Dim 8 Sep - 18:52

Avis aux amateurs : Le Colosse de Rhodes
(avec Sergio Leone à la réalisation !)


__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Peplum forever

Message par Albéric le Dim 8 Sep - 18:54

Avis aux amateurs : Le Fils de Spartacus
(avec Sergio Corbucci à la réalisation)


__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Peplum forever

Message par Albéric le Dim 29 Sep - 19:23

Les Gladiateurs
Je l'ai vu, mais je ne m'en souviens plus...
Vous avez vu ce super casting ! Et les cascadeurs affrontent de vrai fauves : exit les lions en peluche et les descentes de lit qu'on balance sur Steve Reeves...


__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Peplum forever

Message par Dark schneider le Dim 29 Sep - 20:43

C'est un excellent peplum !! Un très grand classique du genre avec un Richard Mature au top et des scènes d'amphithéâtres superbe.

mais attention, c'est la suite direct de La Tunique qu'il faut clairement voir avant pour comprendre le second. Mais les deux films, pourtant tournés en même temps, ont une ambiance assez différente.

Edit : je précise aussi qu'il s'agit d'un film à portée "biblique", le message religieux est prégnant, on est dans les puritaines années 50. Mais les Gladiateurs se démarquent un peu de la Tunique à ce niveau, le héros est en proie au doute. On notera la prestation délirante de l'acteur qui campe Caligula, excellent, et un empereur Claude qui prouve que parfois il faut savoir se faire discret pour réussir.
avatar
Dark schneider
Unificateur des Nadirs

Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Peplum forever

Message par Dark schneider le Lun 30 Sep - 11:20

Albéric a écrit:
Avis aux amateurs : Le Fils de Spartacus
(avec Sergio Corbucci à la réalisation)

Très sympa ce Fils de Spartacus. Décidément avec Corbucci, c'est toujours l'assurance d'avoir un excellent divertissement. On atteint pas les sommets de certains de ses futurs films, mais le niveau est déjà élevé, notamment grâce à un scénario..très comics ! si si.

Déjà on part avec un casting solide : Steve Reeves a la carrure du rôle, il n'est pas un surhomme à la Hercule mais un vrai combattant talentueux (il est un centurion, et pour être centurion il fallait donner de sa personne : le taux de décès chez les officiers romains était beaucoup plus important que chez les simples soldats), Jacques Sernas en adversaire est plutôt pas mal (même si son perso aurait mérité d'être plus développé), et on a droit à un bon Crassus, Jules César est un peu en dessous par contre... quelques chouettes tronches d'acteur chez les second rôle.
Puis surtout il y a ce choix assez unique pour l'époque de tourner en Egypte en décor réel (hormis les intérieurs bien sur), on est sur le plateau de saqqarah et guizeh, au milieu de ruines egyptiennes... très sympa, pas de carton pâte pour les extérieurs ici   (mais du coup, aucune vision d'un palais grandiose...).

Mais surtout il y a cette histoire : le titre annonce la couleur, on suivra donc les aventures du fils de spartacus dont la particularité est qu'il apprend être le fils du thrace sur le tard, alors qu'il est un centurion dévoué à César. Evidemment, l'histoire est très critiquable : tout évolue beaucoup trop vite et les persos ne sont pas assez creusés, la fin est un peu mièvre, et voir un "gentil" César contre un "méchant" Crassus relève de la facilité scénaristique. Mais l'on est dans un spectacle de pur divertissement, et à ce niveau le film assure. Ce Fils de Spartacus lorgne énormément du côté de Zorro ce qui le rend très plaisant... et par certains aspects, c'est sans doute le genre d'oeuvre qui a du inspiré V pour vendetta.

Bref, un peplum fort plaisant, et plutôt original par bien des aspects.

Dommage que la version française propose une image horriblement recadrée en 4/3 : c'est franchement infect. L'image est considérablement rognée à droite, ce qui fait que de nombreux personnages parlent hors-champ où que l'on ne voit qu'un bout de leur visage... un vrai massacre !
avatar
Dark schneider
Unificateur des Nadirs

Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Peplum forever

Message par Albéric le Mar 15 Oct - 0:03

Ah je savais qu'il vous plairait celui-là !  
Le côté Zorro est très plaisant et le thème de la rébellion servile n'est pas traité tartement...

Par contre les acteurs peinturlurés au charbon de bois pour passer pour des Africains... Plus kitsch que cela c'est pas facile à trouver...

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Peplum forever

Message par Dark schneider le Mer 6 Nov - 20:53


Je suis loin d'être d'accord sur tout (il passe beaucoup trop vite sur tous les films d'exploitation italiens), pas d'accord du tout pour 300 et d'autres trucs qui m'échappent en écrivant ce message, mais il y a quand même quelques trucs intéressant.
avatar
Dark schneider
Unificateur des Nadirs

Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Peplum forever

Message par Derfel le Mer 6 Nov - 22:00

Amusant, ce fossoyeur de films. 

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Peplum forever

Message par Albéric le Dim 10 Nov - 20:03

C'est fun, c'est frais, c'est plein de bon sens.  
Mais à part dans tous les sens !  
(bien vu le "c'est dans les petits détails que se cachent les partis pris idéologiques", genre mettre des minorités ethniques dans les mythologies antiques...)

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Peplum forever

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum