David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.

Les Rois du Soleil de J.Lee Thompson (1963)

Aller en bas

White Square Les Rois du Soleil de J.Lee Thompson (1963)

Message par Albéric le Lun 24 Déc - 7:55


Résumé :
Chassé par un usurpateur, le jeune roi maya Balam trouve refuge sur une terre nouvelle où il établit avec ses compagnons la civilisation maya. Mais les Mayas se heurtent aux Indiens conduits par Aigle Noir qui fait sentir à Balam la cruauté des sacrifices humains et la nécessité de fraterniser avec les autres peuples.

J'ai la flemme de donner un avis étayé et argumenté de mon cru, voici celui de :
http://wild-wild-western.over-blog.com/article-les-rois-du-soleil-1963-57710075.html

Si on vous donne quelques indices : les sixties, Yul Brynner, James Coburn et Brad Dexter, une BO d’Elmer Bernstein, des costumes incas à plumes, le ‘villain’ qui attaque un village, vous répondez automatiquement « LES 7 MERCENAIRES », n'est-ce pas ? Eh bien, non. Il s’agit des « ROIS DU SOLEIL », postérieur au classique de John Sturges. Er si Coburn ne figure pas au générique, c'est parce qu'il assure anonymement la voix off d'ouverture !
Un film assez oublié aujourd'hui, mais qui se révèle beaucoup moins médiocre que ne le laisseraient supposer son sujet casse-gueule et le nom de J. Lee-Thompson à la réalisation. Préfigurant « APOCALYPTO », « LES ROIS DU SOLEIL » conte l’arrivée d’une tribu d’Incas sur un rivage de la future Amérique et leur difficile alliance avec les « natives » locaux.
Ça pourrait être kitsch et désuet. Ça l’est un peu, mais pas complètement. La photo de Joe McDonald est splendide, jouant des clairs-obscurs, costumes et décors sont particulièrement soignés et les comédiens bien intégrés à la reconstitution. Surtout Brynner, dans un rôle de chef indien qui semble taillé dans l’ébène. Théâtral et poseur, exhibant son physique musculeux et complaisamment huilé, l’acteur n’a peut-être jamais été aussi charismatique. Peut-être parce qu'il a en face de lui le pâle George Chakiris ? Quoiqu’il en soit, il paraît dix ans plus jeune que dans « LES 7 MERCENAIRES » tourné trois ans… plus tôt. À ses côtés, Shirley Ann Field est très photogénique et des vétérans comme Dexter, Richard Basehart, Leo Gordon ou Barry Morse n’échappent pas toujours au ridicule avec leurs perruques à chignon et leurs jupettes.
Le scénario prêche l’amitié entre les peuples, l’abandon des sacrifices barbares, l’entraide et le progrès. Thompson qu’on a connu si démissionnaire à la fin de sa carrière soigne joliment les séquences de batailles épiques et une mise en scène ample et solennelle. Un peu trop bavard pour son propre bien « LES ROIS DU SOLEIL » n’en demeure pas moins un beau film d’aventures, qu’on apprécie encore plus si on retombe légèrement en enfance le temps de la projection.
Pour résumé, un beau film d'aventures que j'ai vu avec plaisir et revu avec grand plaisir, et plus profond qu'il n'y paraît avec son choc des civilisations : contrairement à ce que nos dirigeants et les médias mensonges nous bassinent à longueur de temps nous nous élevons et nous tombons tous ensemble et il y a d'autres voies que celle de la compétitivité = compétition mortifère.



(dans le même style, si quelque sait où mettre la main sur Le Capitaine de Castille où un jeune hidalgo et un chef amérindien déchu font cause commune durant la Conquista...)


Dernière édition par Albéric le Dim 29 Déc - 11:34, édité 2 fois
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Les Rois du Soleil de J.Lee Thompson (1963)

Message par Dark schneider le Ven 28 Déc - 20:35

Des films sur les Mayas, on ne peut pas dire que ça coure les rues... En plus, j'aime beaucoup Yul Brynner. Donc un film à voir en ce qui me concerne, je le met sur ma liste d'attente !
avatar
Dark schneider
Unificateur des Nadirs

Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Les Rois du Soleil de J.Lee Thompson (1963)

Message par Dark schneider le Dim 29 Déc - 11:15

J'ai passé un bon moment en voyant ce beau film, tourné à une époque où hollywood savait toujours servir un minimum de qualité. En plus, on sent que les 50's sont passés et le scénario de ce film n'est pas vraiment prétexte à servir la toute puissance du capitalisme et propose un message véritablement universel et humaniste. 

Comme tout film de ce genre, pas d'effets numérique et donc pléthore de figurants !

Cependant, le film souffre du temps passé, et il est difficile pour quelqu'un d'averti de ne pas tiquer sur certains défauts : le casting en premier lieu. Yul Brynner est évidemment parfait dans son rôle, très crédible, bourré de charisme et de classe (et au passage, son doubleur VF est vraiment parfait lui aussi, on ne croirait même pas qu'il est doublé !), mais il porte tout le film sur ses épaules car en face le reste du casting est plutôt faible. Tous les acteurs principaux incarnant des mayas sont joués par des occidentaux à peine maquillé, et malheureusement, ça fait tache ! Choix étonnant quand même, car même à cette époque ça aurait pu être évité. 

On insiste beaucoup sur le fait que ce peuple maya ne connait pas le fer, mais l'on voit son roi se battre avec un sabre de bois, ce qui n'a aucun sens : un simple gourdin serait beaucoup plus efficace. On tiquera aussi sur le fait qu'à peine installé sur de nouvelles terres, nos mayas s'empressent de bâtir une petite pyramide, certes pas immense, mais qui pousse quand même à la vitesse d'un champignon... la gestion du temps a été mal pensé. Tout comme quelques aspects peu crédible du scénario :
Spoiler:
la quête de vengeance du méchant roi maya, inexpliqué, qui irait jusqu'à traverser le golf du mexique pour vaincre un ennemi qu'il a déjà pris les terres, et comment peut-il savoir que ce dernier s'est installé au Texas ?
 .

Mais ne boudons pas notre plaisir non plus, le film n'a pas prétention à être une reconstitution historique et cela importe peu. Le principal c'est que l'on passe un bon moment et que le message du film est parfaitement claire et lisible.


Sinon le film n'est pas de John Sturges mais de J.Lee Thompson, qui avait réalisé l'année d'avant le mémorable Tarass Boulba, toujours avec Brynner.
avatar
Dark schneider
Unificateur des Nadirs

Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Les Rois du Soleil de J.Lee Thompson (1963)

Message par Albéric le Dim 29 Déc - 15:20

Sinon le film n'est pas de John Sturges mais de J.Lee Thompson
Erreur rectifiée.
John Sturges c'est The Magnificient Seven...
... mon cerveau a buggé devant le charisme de Yul !

Sur les anachronismes et les incohérences, oui il y en  a... mais vu que Hollywood et les networks US font bien pire aujourd'hui cela passe plutôt bien, surtout avec le puissant message humaniste qui est développé dans le film.

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Les Rois du Soleil de J.Lee Thompson (1963)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum