David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.

Joe Abercrombie, La Première Loi

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Joe Abercrombie, La Première Loi

Message par Albéric le Dim 18 Nov - 18:52

Joe Abercrombie, La Première Loi  :

Résumé du tome 1 : La 1ère Loi
Jadis synonyme de liberté et de progrès, l'Union n'est plus que l'ombre d'elle-même, minée par la corruption, les complots de toute sorte et l'incompétence notoire de ses dirigeants. Ces derniers n'ont aucune conscience des dangers qui les guettent : au nord, les clans barbares se rassemblent sous une bannière unique; du sud, où les forces du Gorkhul étaient jusque-là tenues en respect par l'armée régulière, proviennent de bien curieuses rumeurs. Bayaz, le Premier des Mages, sort de sa retraite millénaire pour sauver ce qui peut encore l'être. Son plan inclut un barbare philosophe, un jeune officier écervelé, un navigateur volubile, une intrépide chasseresse, un apprenti dépressif et surtout une grosse, grosse colère...

Résumé du tome 2 : Déraison et Sentiments
Le tocsin de la guerre résonne aux portes de l'Union. L'armée du monde libre, inexpérimentée, semble inconsciente du danger qui la guette. Face à elle, sur le front du Nord, les  barbares de Bethod se chauffent d'un tout autre bois... Au sud, les forces du Gorkhul se massent au pied de la cité de Dagoska. Alors que la ville bouillonne des préparatifs de la bataille, Glotka découvre une conspiration visant à livrer la ville à l'ennemi sans combat. Menacé à chaque instant, l'Inquisiteur a besoin de réponses, et vite. Pendant ce temps, la poignée de héros réunie par Bayaz progresse vers le bord du Monde. Le Mage espère y trouver la Graine, une relique jadis responsable de la destruction d'un empire et, peut-être aujourd'hui, l'unique voie de salut pour l'Union...

Résumé du tome 3 : Dernière Querelle
La fin approche. Logen Neuf-Doigts n'a plus qu'une seule bataille à livrer, sans doute la plus dure : celle qui l'opposera à Bethod, le roi du Nord, l'homme qui tient tête à l'Union. Il est temps pour le Sanguinaire de rentrer chez lui et d'affronter son plus vieil ami devenu son pire ennemi. Après avoir fait l'amère expérience de la guerre, Jezal dan Luthar a tourné le dos à la vie militaire pour couler des jours heureux avec sa promise. Mais le prestige et les honneurs ont la vilaine habitude de se rappeler au bon souvenir d'un homme au moment où il s'y attend le moins... Et tandis que le Roi de l'Union n'en finit plus d'agoniser, les paysans se révoltent et les nobles complotent. Nul ne semble conscient du danger qui pèse sur Adua. Bayaz a un plan pour sauver le monde, comme toujours, mais il comporte des risques. Le Premier des Mages est-il prêt à briser la Première Loi ?

C'est une excellente trilogie. J'ai beaucoup aimé. :thumright:
Mais ce n'est pas vraiment de la fantasy épique...
Ce n'est pas non plus de la vraie Dark fantasy...
J'ai cru que c'était de la fantasy humoristique...

En fait c'est les 3 à la fois et cela constitue un formidable écrin pour une critique acerbe de notre société moderne dirigée par des crevards narcissiques au nom du financiarisme.
C'est énorme !


Avec du recul, c'est peut-être ce que j'ai lu de plus proche du Trône de Fer malgré un humour corrosif et une bonne dose d'esprit subversif :
- les combats dans le Nord ne sont pas si éloignés de ceux d'au-delà du Mur
- le Gurkhul entre civilisation et barbarie m'ont rappelé les pays outremers
- le Vieil Empire en ruines n'est pas très éloigné des Conflans, Trident, Harrenhal & cie
- les intrigues d'Adua n'ont rien à envier à celle de Port-Réal
etc

Le 1er tome avait été une agréable découverte de l'auteur, de son style et de ses créations avec son Cercle du Monde, qui rappelle aux vicissitudes de notre réalité bien à nous, et à ses personnages hauts en couleur emmenés par un Inquisiteur Glotka spécialiste en cynisme et en sarcasme.


Le 2e avait été une confirmation : j'accroche très bien à la démarche de l'auteur :
Spoiler:
- Bayaz, Logen, Ferro et Jezal partent pour la traditionnelle quête au bout de monde
- West rejoint les « Expandables » du Nord dans leur guerre contre Bethod
- Glotkta seul contre tous est envoyé défendre Dagoska contre ses bons vieux amis du Gurkhul.
Et dans les 3 cas cela part en cacahuètes grave !
Il n'y a rien du tout au bout de la Quête !
La campagne du Nord part en vrille, et West aggravent lourdement les choses.
Glotka se barre avant l'assaut final en laissant les bons se sacrifier pour rien et en laissant les méchants continuer leur business.

Le 3e n'a pas déçu mes espérances : du sang et des larmes en 2 parties bien remplies.
On retrouve toutes les qualités des 2 tomes précédents, toutefois la partie action m'a semblé plus ou moins perfectible même avec l’intervention des Cent Verbes, cela déchire grave sa race.
Et au bout de 2000 pages impossible de savoir si j'ai lu un cycle de fantasy épique ou un cycle qui se moquait de la fantasy épique !
Comme le dit le 4e de couverture, Joe Abercrombie mélange intimement et habillement héroïsme et humour noir et réussit là ou Richard Morgan peine à réellement convaincre avec Terre de Héros et où Sam Sykes a échoué avec la Porte des Eons.


Après s'être attaché aux personnages durant autant de pages, comme Renifleur le lecteur a bien du mal a faire la différence entre les bons et les méchants (s'il y existe encore une différence entre les 2...) :

- Logen, le barbare philosophe perdu quelque part entre Conan et Kull
Spoiler:
est un schizophrène meurtrier qui a autant de sang sur les mains que son vieil ami/ennemi Bethod et après tout ce qu'il a vécu et subi il revient à la case départ c.a.d au 1er chapitre du 1er tome !

- Ferro Maljin, l'esclave rebelle
Spoiler:
On nous montre le lent processus qui lui fait redécouvrir et récupérer une part d'humanité... et elle devient une demi-déesse avide de vengeance qui repart arpenter les terres du Gurkhul : là aussi retour à la case départ !

- Jézal dan Luthar, l'officier dandy
Spoiler:
s'est révélé avoir été prisonnier des événements voulus et mis en place par Bayaz de longue date, et malgré sa bonne volonté et ses bonnes idées devient sans aucun espoir d'échappatoire une énième marionnette du pouvoir !
Le relation Jézal / Bayaz est un copié-collé amoral de la relation Arthur / Merlin car ici point d’héroïsme d'un côté et de paternalisme d'un autre côté : tout est mensonges, manipulations et intérêts bassement calculés.

- le tourmenté colonel West
Spoiler:
qui a gravit au mérite toute la hiérarchie militaire et a sauvé par 2 fois l'Union est une énième victime collatérale des machinations de Bayaz

- l'Insigne Lecteur Sult
Spoiler:
qui passe pour le méchant de service au sein du Conseil Restreint, est peut-être celui qui était le plus proche de la vérité : s'il avait collaboré avec le Juge Suprême Marovia ou lieu de constamment lui chercher des noises, il serait sans doute parvenu à libérer l'Union de son plus grand tyran

- le cynique et sarcastique Inquisiteur Glotka
Spoiler:
malgré tous ses petits moments de réflexions humanistes, a-t-il acté qu'il est définitivement devenu un sociopathe sadique ?
Quand il épouse Ardee est-ce pour se venger de Collem ? Pour le punir d'avoir survécu à la guerre où son humanité fut perdue ?
Quand il assume la paternité de son enfant à naître est-ce pour humilier Jézal ? Pour le punir d'être celui qu'il avait été ?
Et quel malin plaisir il prend à torturer psychologiquement et physiquement ses anciens partenaires !
Pour lui aussi retour à la case départ sauf que son ancien patron joue le rôle de la victime, et que l'ancienne victime joue le rôle de l'assistant tourmenteur...

et j'ai gardé le meilleur pour la fin !
- Bayaz, le jovial magicien sauveur du monde libre
Spoiler:
se révèle être un redoutable Machiavel pour qui la fin justifie tous les moyens.
Tous les complots, intrigues, machinations mises au jour par Glotka ne sont que la partie émergée de l’iceberg des plans à l'intérieur des plans d'un Bayaz qui manipule tout et tout le monde pour obtenir des armes à utiliser dans son affrontement séculaire contre le Prophète Khalul.
Et on se met à douter quand les masquent tombent :
Bayaz le gentil Premier des Mages ?
Le meurtre de Juvens, la mort de Toloméï, la chute du Créateur...
Bayaz a tellement menti et brouillé les cartes qu'on en sait plus qui croire !
Bayaz le défenseur des libertés ?
Il s'avère contrôler étroitement le monde libre d'une main de fer sans l'ombre du plus petit scrupule à l'aide de la force la plus puissante qui soit : le pognon !!!
Bayaz le dernier rempart des forces Bien ?
Entre ceux qu'ils l'abandonnent et ceux qu'il a abandonnés, il compte ses alliés sur les doigts d'une main, alors que Khalul le méchant théocrate qui dirige l'Axe du Mal ne semblent absolument pas manquer d'exécutants intiment persuadés de la justice de leur cause...
De la même manière, on nous répète sans arrêt qu'il ne faut surtout pas enfreindre la 1ère et la 2e loi, or Bayaz n'hésite pas à enfreindre la 1ère et son apprenti n'hésite pas à enfreindre la 2e pour parvenir à leurs fins.
En somme le conflit Bayaz / Khalul rappelle le conflit Vorlons / Ombres de Babylon V : derrière les belles justifications et les beaux discours, ils sont aussi pourris et bouffis d'orgueil l'un que l'autre et les peuples font les frais de la leur guerre éternelle dont nul ne connaît les origines nébuleuses.


Bref comme les personnages, le lecteur s'est bien fait balader par l'auteur !


J'ai presque l'impression que le message de Joe Abercrombie est que plus les choses changent et plus elles restent les mêmes...
… en critiquant une certaine vision du monde qu'on nous vante ou qu'on nous masque
- les puissants collaborent ou combattent entre eux en fonction de leurs préjugés ou de leurs intérêts, et les faibles servent de pions ou de chair à canon (soit vous obéissez, soit vous êtes écrasés)
- dans une Union qui rappelle sans doute plus les Etats-Unis d’Amérique que le Commonwealth britannique, les véritables dirigeants sont à moitié mégalomanes, foncièrement ploutocrates (« hors de questions de taxer ou réguler la finance » sic), fondamentalement ultralibéraux (« le libre échange mène à la liberté et au progrès pour tous » sic... même si des pans entiers de la société crèvent de faim ou de peur), et ouvertement méprisant envers les petites gens (« les petits se contentent de petites satisfactions : l'important c'est de leur faire croire qu'on s'occupe d'eux » sic)
- les personnages qui s'en sortent correctement sont finalement ceux qui du début à la fin ont collaboré avec le système et ses représentants hypocrites, incapables ou les 2 à la fois, et qui n'ont pas arrêté de déclarer que le monde, la société et la vie sont injustes et qu'il faut faire avec (des genres de Forrest Gump décalés en quelques sortes)...


Dans tous les cas Joe Abercrombie appartient à cette nouvelle vague de la fantasy que j'ai hâte de le relire à nouveau !


PS :
J'ai souvent dénigré Pygmalion, mais là à part la traduction des titres qui s'assied sur les jeux de mots de l'auteur, c'est vraiment du bon boulot y compris et surtout au niveau du prix !

Si on va encore plus (trop ?) loin :
Union = EUA ; guilde des banquiers = Goldman Sachs; Bayaz = Henry Paulson ou Lloyd Craig Blankfein
Nord = Russie ; Bethod = Poutine ?
Gurkhul = monde musulman ; empereur = roi Saoud ; Khalul = Oussama Ben Laden
Vieil Empire = Vieille Union Européenne dont les morceaux en compétitivité les uns avec les autres se détruisent mutuellement au nom du renard libre dans le poulailler libre


Dernière édition par Albéric le Lun 25 Aoû - 21:52, édité 3 fois
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Joe Abercrombie, La Première Loi

Message par Dark schneider le Dim 2 Déc - 11:01

Elle me fait de l'oeil depuis longtemps cette série surtout qu'elle est dispo en poche!

Par contre je ne fais pas attention : c'est long comme bouquin? Il n'y a pas trop de remplissage/longueur? (je crois bien que je deviens de moins en moins tolérant avec ça...).
avatar
Dark schneider
Unificateur des Nadirs

Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

White Square Joe Abercrombie, La Première Loi

Message par Albéric le Dim 2 Déc - 14:55

Mes 3 tomes en grand format cumulent 1800 pages.

Autant le 1er tome comporte encore du gras littéraire ici ou là, autant les tomes 2 et 3 m'ont semblé bien rempli (mais des spécialistes diraient qu'on a pas encore atteint un vrai poids de forme).

En tout cas, Elbashit qui a écrit que la 1ère moitié du tome 3 était dispensable car terriblement ennuyeuse se fourre le doigt dans l'oeil, car il s'y déroule le dénouement de la Guerre du Nord !
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Joe Abercrombie, La Première Loi

Message par Dark schneider le Lun 15 Juil - 11:13

Ca donne envie en tout cas !
avatar
Dark schneider
Unificateur des Nadirs

Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Joe Abercrombie, La Première Loi

Message par Albéric le Ven 16 Aoû - 15:49

Pour rappel Joe Abercrombie est la tête de gondole du futur recueil de nouvelles dédié à DG.
Pour plus d'infos :
http://david-gemmell.frbb.net/t1129-legends-une-anthologie-dediee-a-david-gemmell

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Joe Abercrombie, La Première Loi

Message par Albéric le Sam 17 Aoû - 23:18


C'est quoi ce charadesign foireux ?
Certes on n'est jamais à l'abri d'une bonne surprise...
(mais si avec ces graphismes ce n'est pas gagné !)

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Joe Abercrombie, La Première Loi

Message par Albéric le Mar 3 Sep - 21:26

Oncle Kiin a écrit:Le premier mouvement, qui a pas mal le vent en poupe depuis le succès de GoT, c'est une Fantasy de rupture avec la Fantasy à l'ancienne : donc beaucoup plus gritty, voulant "exploser les codes", se moquer un peu des archétypes répétitifs, des naïvetés et des éléments caricaturaux qu'on trouve chez les auteurs des décennies précédentes, etc. (Abercrombie est sans doute le fer de lance de cette tendance, sans parler de tous les clones - parfois pas mauvais - du Trône de Fer).
L'auteur Alexandre Malagoli me disait la même chose : Abercrombie serait la tête de gondole de la Fantasy post-Martin...

Oui mais non.
Effectivement j'ai été un des premiers à écrire que le cycle de La Première Loi était un bel émule du Tdf : on reprend le récit à intrigue, la structure en  POV, la volonté de faire réaliste et l'esprit gritty.
Sauf qu'Abercrombie est un véritabla auteur fantasy donc injecte plus de démons, de merveilles et d'action.

Il a très vite compris que se poser en rupture de la Fantasy classique avec des bad guys qui vont loler sur les tombes des good guys, c'est pas possible sur le long terme.
Servir froid reste très gritty en piochant largement dans le western spaghetti (lui-même en rupture avec le western hollywoodien, mais qui a su voler de ses propres ailes en créant ses propres codes), mais le cynisme est déjà un petit contrebalancé par pleins de petits trucs comme le super tueur à gages invincible qui dit non aux banquiers de Bayaz et aux religieux de Khalul pour ouvrir une 3e voie. Disons qu'on passe du triomphe des personnages mauvais à la demi-victoire des personnages neutres stricts.
Il est à parier que Les Héros vont poursuivre dans cette voie (avant Red Country où le condottiere crevard de La Première Loi, déjà sur la voie du repentir dans Servir Froid, va devenir un protecteur d'orphelins).

Abercrombie, il est trop fort !
C'est le Quentin Tarentino de la Fantasy.


Dernière édition par Albéric le Mer 6 Nov - 17:56, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Joe Abercrombie, La Première Loi

Message par Albéric le Jeu 12 Sep - 20:53

Et ça continue...
Le boss des blasés d'en face souligne la faible audience d'Abercrombie en France sur le fait que Servir Froid en version broché à 30€ édité au mois de mai n'est pas encore en rupture de stock 1 trimestre plus tard... On lui rappellera quand même que le cycle du La Première Loi a rencontré un public très satisfait avec 3 éditions en 6 ans ! Et oui les chiffres on peut leur faire dire n'importe quoi, y compris la vérité !

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Joe Abercrombie, La Première Loi

Message par Albéric le Mer 6 Nov - 17:58

Joe Abercrombie continue son chemin du bon côté de la Force dans le monde de La 1ère Loi avec une nouvelle au nom assez évocateur : "Freedom !!"


__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Joe Abercrombie, La Première Loi

Message par Albéric le Dim 4 Mai - 10:46

Qu'il est malin ce Joe Abercrombie :
Whirrun le Cinglé = gros clin d'oeil à Druss la Légende
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Joe Abercrombie, La Première Loi

Message par Marv le Mar 6 Mai - 22:52

CRITIQUE DE PREMIER SANG (OU L’ÉLOQUENCE DE l’EPEE)


"Jadis synonyme de liberté et de progrès, l'Union n'est plus que l'ombre d'elle-même, minée par la corruption, les complots de toute sorte et l'incompétence notoire de ses dirigeants. Ces derniers n'ont aucune conscience des dangers qui les guettent : au nord, les clans barbares se rassemblent sous une bannière unique; du sud, où les forces du Gorkhul étaient jusque-là tenues en respect par l'armée régulière, proviennent de bien curieuses rumeurs. Bayaz, le Premier des Mages, sort de sa retraite millénaire pour sauver ce qui peut encore l'être. Son plan inclut un barbare philosophe, un jeune officier écervelé, un navigateur volubile, une intrépide chasseresse, un apprenti dépressif et surtout une grosse, grosse colère..."



"La vie, telle qu'elle se présente réellement, n'est pas un combat entre le bien et le mal, mais entre le mal et la perversité."


Les royaumes de l'Union n'ont jamais été aussi affaibli et corrompu qu'ils ne le sont aujourd'hui, la faute incombant pour l'essentiel à un monarque vieux et sénile laissant les rênes du pouvoir aux hommes du conseil restreint. Un conseil se composant des personnalités les plus influentes de la noblesse, se livrant entre elles, dans l'ombre, à de véritables luttes intestines pour accroître leurs influences personnelles sur le roi.
À l’extrême nord, les clans de barbares se sont désigné un nouveau Roi en la personne de Bethod qui revendique par la force armée les territoires septentrionaux du royaume dont il conteste la souveraineté et la légitimité. Au sud, l'Empereur du Ghurkul fait planer une menace bien plus terrible encore, Dagoska la cité la plus méridionale de l'union est aux premières lignes des ambitions dévorantes d'un peuple armé par la soif de revanche, et par les manœuvres de l’inquiétant prophète Khalul ....
Alors que les caisses sont désespérément vides et que les besoins de liquidités semblent plus que jamais nécessaires pour supporter le prix de l'effort de guerre, les guildes de marchands et les banques semblent plus que jamais détenir le vrai pouvoir à Adua, la capitale, mais leurs intérêts ne semblent pas converger avec ceux de la noblesse dirigeante.
C'est sans compter sur les agissements peu scrupuleux de l'inquisition qui a la lourde charge de veiller aux intérêts du royaume et ce quel qu'en soit le prix à faire payer aux traîtres à la couronne...
C'est dans ce contexte délétère que choisit de réapparaître Bayaz, le maître mage légendaire, afin de récupérer son siège au conseil restreint à la stupéfaction de tous... mais il a d'autres plans.

Premier sang, ou L'éloquence de l'épée, est le premier tome de la trilogie "la première loi" de Joe Abercrombie. C'est un gros volume d'introduction qui nous présente les différents protagonistes au travers de leurs histoires personnelles qui finiront, pour certaines, par se confondre en toute fin de récit. Tour à tour, nous suivons les destins de ces personnages dans leurs intrigues respectives alors qu'en toile de fond se dessinent tout doucement les enjeux véritables du roman. Nous prenons ainsi plaisir à partager le quotidien de ces héros pas tout à fait comme les autres, des hommes et des femmes au passé chargé, des figures surprenantes et singulières pleines de préjugés, de contradictions, d'amertumes, de ressentiment, d’états d’âme, de rancœurs voire même de suffisance.
Que ce soit Glotka le vil inquisiteur estropié, Logen le barbare pragmatique, Ferro la sauvage et vindicative indigène, Jezal le capitaine égocentrique de la garde royale, tous ces personnages apportent au roman une dimension humaine remarquable et ce bien qu'ils nous apparaissent dans un premier temps comme des stéréotypes de ce que la littérature fantastique nous sert habituellement.

Assez vite nous prenons la mesure du style assez direct de l'auteur qui prend le parti pris de nous faire vivre le récit en nous confrontant aux multiples interactions entre les différents protagonistes, tout en nous faisant partager leurs pensées les plus indiscrètes. Ce choix narratif nous permet rapidement une immersion dans le roman tout en nous permettant rapidement d'identifier la personnalité complexe de nos héros. De ce fait on ressent véritablement la volonté de Joe Abercrombie d'avoir voulu développer son récit autour de ses personnages plutôt que l'inverse. En cela on retrouve un point de convergence évident avec David Gemmell dans leurs manières de concevoir la fantasy et la place qu'ils donnent à la matière humaine. Bien qu'il nous dispense de lourdes phases narrative et descriptive, le monde de la première loi n'en est pas pour autant moins vivant et moins riche, nous découvrons tous ces aspects (politique, géographique, mythologique, historique, culturel) selon les différents points de vue très humain qui nous sont proposés tout au long du roman.

En voulant se purger de tous les clichés qui emprisonnent souvent le genre, l'auteur nous livre une œuvre sombre, violente, cruelle et profondément réaliste. À ce titre les échanges entre les différents personnages sonnent toujours juste et font preuve d'une belle authenticité. 

Si dans un premier temps, certains personnages nous paraissent assez stéréotypés, voire caricaturaux, l'auteur joué de ces fausses pistes pour mieux nous surprendre par la suite, et finalement on en vient à ne plus savoir de quoi sont véritablement capables les uns et les autres. De ce fait leurs comportements ne suivent aucune logique manichéenne, chaque personnage avance dans l'histoire avec ses préoccupations, ses valeurs, ses contraintes, ses peurs, nous les rendant aussi complexe, intéressant, qu'imprévisible.
À ce titre ce qui est particulièrement saisissant Premier sang, c'est la vision très pertinente du bien et du mal que l'auteur y développe, ces notions s'exprimant de manières différentes selon les origines sociales et culturelles ainsi que les motivations très personnelles des personnages qui nous font vivre les événements.

Le plaisir de lecture se ressent également par ces passages mêlant avec une certaine sensibilité, un humour toujours bien placé, bien pensé, parfois corrosif et ce dans des situations parfois cocasses ou désespérées.
La magie est présente mais plutôt discrète, ses manifestations sont pour l'essentiel l'apanage de Bayaz, le maître mage, qui apparaît plus que jamais comme un double obscur de Gandalf le gris tant il ne modère pas son utilisation de manière radicale afin de se défaire de toutes forces pouvant obstruer son chemin de quête. 

Ce premier tome est un bon roman mais qui a toutefois les défauts de ses qualités.
L'introduction de près de six cents pages peut sembler un peu longue pour nous amener sur l'objet véritable de l'intrigue et en voulant parfois trop marquer la nature psychologique de chacun des héros par une personnalité parfois un peu rigide et caricatural, l'auteur use pour nous surprendre de ressorts scénaristique un peu facile pour les faire évoluer dans une autre direction. Il en reste toutefois, une galerie impressionnante de personnage attachant et charismatique avec des seconds couteaux tout aussi intéressant. Comment ne pas évoquer l'officier West ainsi que les anciens compagnons de Logen mené par le puissant Rudd Sequoia, et il y en tant d'autres qui apportent aussi leur pierre à l’édifice, pour nous livrer une grande fresque de fantasy.
http://avalonfantasyforum.bbfr.net/t564-premier-sang-l-eloquence-de-l-epee-tome-i-de-joe-abercrombie
avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Joe Abercrombie, La Première Loi

Message par Marv le Mar 6 Mai - 23:00

Critique de Déraison et sentiments 

"Le tocsin de la guerre résonne aux portes de l’Union. L’armée du monde libre, inexpérimentée, mal équipée, divisée par les querelles intestines que se livrent ses chefs incompétents, semble inconsciente du danger qui la guette. Face à elle, sur le front du Nord, les barbares de Bethod se chauffent d’un tout autre bois...
Au Sud, les forces du Gorkhul se massent au pied de la cité de Dagoska. Alors que la ville bouillonne des préparatifs la bataille, l’inquisiteur Glotka – affecté là après la disparition suspecte de son prédécesseur – découvre une conspiration visant à livrer la ville à l’ennemi sans combat. Menacé à chaque instant, Glotka a besoin de réponses, et vite.
Pendant ce temps, la poignée de héros réunie par Bayaz prend la route du Vieil Empire, à destination du bord du Monde. Le Mage espère y trouver la Graine, une relique surpuissante, jadis responsable de la destruction de plusieurs villes, et peut-être aujourd’hui l’unique voie de salut pour l’Union. "


"Nous devons pardonner à nos ennemis, mais pas avant de les avoir pendus."
Heindrich Heine


Les événements de "Déraison et Sentiments" reprennent directement le fil de l'histoire laissé en suspens après le dénouement de Premier sang.
Accompagné de Logen, Jézal, Ferro, Long-pied mais aussi de son apprenti Quai, le premier Mage Bayaz devra guider sa petite troupe jusqu'aux confins du monde afin de mettre la main sur une graine mystérieuse censée détenir le pouvoir d'une arme de destruction massive. Mais traverser le vieil Empire, sillonner les ruines d'Aulcus l'ancienne capitale, s’avèrera beaucoup plus compliqué qu'ils ne pouvaient l'imaginer... Un mal ancestral est tapi dans l'ombre de la ville-joyau de Juvens, une menace prompte à se déchainer sur quiconque foulera les vestiges de la plus grande cité de l'humanité aujourd'hui maudite par les cendres du temps.

Toujours secondé par ses deux tourmenteurs, Glotka a été élevé au rang de supérieur de l'inquisition de la ville de Dagosta. Entre complots et intrigues dans une cité en proie à la confusion la plus totale depuis que son prédécesseur a étrangement disparu, Glotka est chargé de faire la lumière sur cet évènement tout en disposant des pleins pouvoirs pour contrôler et organiser les défenses de la cité afin de la préparer au mieux au siège imminent de l’armée du Gorkhul. Sous le regard du tourmenteur Vittari, chargé par l'insigne lecteur Sult de le surveiller, Glotka découvrira à son arrivée toute l'étendue de l'ampleur de la tâche qui lui a été confié. Les fortifications de la ville sont dans un état de délabrement inquiétant, pire la milice ne compte que quelques centaines d'hommes alors que la vraie force armée réside dans les troupes de mercenaires grassement rémunérés par les guildes de marchands afin d'assurer la mainmise sur la cité. Alors que cinquante mille bras armés marchent sur Dagosta, et que nul renfort n'est attendu, plus que jamais l'heure n'est plus au consensus pour l'inquisiteur et ses tourmenteurs.

Au nord, l'armée de Bethod a massacré les premières forces locales qui lui ont été opposé . À la tête de la quasi-intégralité des armées du royaume, Ladisla est bien décidé à se faire un nom à la guerre tout en matant rapidement ses barbares. Le fraichement promu colonel West est chargé d'assister le naïf et entêté prince héritier, il ne pourra qu'assister impuissant au désastre et au carnage à venir ... 
Sur ces hauts plateaux enneigés, véritable contrée inhospitalière balayé par les vents glaciaux et la brume, les espoirs de l'Union pourraient bien reposer dans l'arrivée impromptu de la bande à Séquoia (anciens compagnons d'armes de Logen), bien décidés à en découdre contre un ennemi commun personnifié par le Roi du Nord.

Si le premier tome nous présentait pour l'essentiel les personnages et le contexte, ce deuxième volume nous fait basculer rapidement dans un tourbillon d'actions et de rebondissements dans une intrigue à tiroirs qui s’enrichit tout en progressant rapidement sur trois fronts différents. Le ton se veut encore plus noir, cynique et pessimiste, avec toujours de jubilatoires joutes verbales entre les différents protagonistes. En outre, le récit en fait intervenir de nouveaux charismatiques que nous retrouverons pour certains d'entre eux dans le one shot "Servir Froid" ( Shivers un guerrier nordique, Cosca le chef des mercenaires de Dagosta, Mauthis le banquier, Dame Eider chef de la guilde des commerçants de Dagosta...), une histoire de vengeance se déroulant quelques années après la première loi en terre Styrienne.
Plus que jamais dans ce second tome Joe Abercrombie bouscule nos certitudes établies, les personnages-clés gagnent en profondeur et en réalisme tout en nous plongeant dans une incertitude totale à mesure que nous continuons à les découvrir. 
La découverte du vieil Empire, de la cité de Dagosta (avec ses oppositions culturelles et religieuses), des territoires du Nord ainsi que le soin apporté au développement la mythologie, donne une profondeur au récit tout à fait louable et réaliste.
Les scènes de bataille s’enchainent et ne se ressemblent pas, entre les petites escarmouches, les batailles rangées et le siège d'une cité, le destin de ces hommes semblent impalpable, mais quoiqu'il arrive ils devront tôt ou tard se confronter au sang et à la chair qui se déverseront généreusement dans un torrent poisseux où chaques décisions aura son importance.

La force de Joe Abercrombie est de nous donner le sentiment que dans la première loi rien n'est écrit à l'avance, les personnages forgent leur destin par leurs actions sans nous donner l'impression qu'ils soient prisonniers d'une destinée maligne, tragique ou héroïque. Les différents épilogues sont particulièrement réussis avec là encore la volonté de l'auteur de nous surprendre (dans le bon sens) en adoptant des retournements de situation cruellement inattendus mais d'une grande pertinence et d'une grande efficacité. Dans un monde où le bien n'est qu'une nuance du mal, chacun se définit par son passé et ses actes à venir sur une terre qui emprunte beaucoup plus à la notre que l'on pourrait le croire.
Déraison et Sentiments est une grosse claque littéraire.

http://avalonfantasyforum.bbfr.net/t565-deraison-et-sentiments-tome-ii-de-joe-abercrombie
avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Joe Abercrombie, La Première Loi

Message par Marv le Mar 6 Mai - 23:05

"Logen Neuf-Doigts n'a plus qu'une seule bataille à livrer : celle qui l'opposera à Bethod, le roi du Nord. Vaincre son pire ennemi lui apportera-t-il enfin la paix à laquelle il aspire ? 
Après avoir fait l'amère expérience de la guerre, Jezal dan Luthar a tourné le dos à la vie militaire pour couler des jours heureux avec sa promise. Cependant, le prestige et les honneurs ont la vilaine habitude de se rappeler au bon souvenir d'un homme au moment où il s'y attend le moins... 
Et tandis que le roi de l'Union n'en finit plus d'agoniser, les paysans se révoltent et les nobles complotent. Bayaz a un plan pour sauver le monde, comme toujours, mais il comporte des risques. Le premier des Mages est-il prêt à briser la Première Loi ?"



"Le diable sait-il qu'il est un diable ? "


Tout ne s'est pas passé comme l'avait savamment orchestré Bayaz, et c'est ainsi que la communauté a été dissoute après avoir échouée dans sa quête de l'arme ultime.
À l'instar de Logen qui reprend le chemin du nord afin de régler ses comptes avec Bethod, et Jézal qui entend bien éprouver ses sentiments à ceux d'Ardee, chacun des anciens compagnons de voyage semble retrouver le contrôle de sa destinée... en apparence tout du moins.
Alors qu'au nord la guerre s'enlise et immobilise les armées de l'Union, c'est le moment que choisit l'empereur du Gurkhul pour lancer son invasion. Mené par les "cent verbes", les disciples-dévoreurs de Khalul, des dizaines de milliers de soldats s’apprêtent à débarquer et embraser le continent désormais sans défenses.

Ce troisième et dernier tome de la première loi clos de la plus belle des manières une histoire qui se sera révélée brillante, haletante et déroutante par ses faux-semblants. C'est un récit sanglant, barbare nous proposant des épisodes martiaux savoureux comme la défense désespérée d'une forteresse en ruine par Renifleur et ses compagnons d'armes durant sept longues journées, ou bien le duel rituel que se livre Logen "le sanguinaire" et Fenris "le redoutable" dans une véritable danse de la mort rappelant deux titans des anciens temps.
"Dernière querelle" livre finalement les dessous d'une intrigue complexe où Joe Abercrombie aura ramené l'humain au centre de sa dramaturgie en proposant des personnages fouillés, profond et cruellement réaliste, des personnages qui vivent l'histoire dans une incertitude la plus totale. 

La conclusion de cette trilogie nous amène aussi à porter un regard différent sur les deux premiers volumes, le tout constituant un ensemble très cohérent et justifiant des certaines longueurs rencontrées ici ou là.
Le final est monumental, chaotique, certaines choses vont changer dans le monde de la première loi et d'autres vont rester immuables car encrées dans la nature...humaine.
Les enjeux du roman reposent bien au-delà d'une simple caricature du bien contre le mal, ces deux notions perdant habilement de leurs stéréotypes à mesure que toutes les pièces du puzzle s'assemblent pour représenter une fresque où les hommes opposent ces valeurs habilement afin de mieux défendre leurs intérêts personnels.

"Chasse le naturel, il revient au galop", Joe Abercrombie développe l'idée que les événements que nous vivons ne nous changent pas, si parfois nous pouvons nous perdre ils nous révèlent à nous-mêmes, et si les personnages évoluent au fil des pages, il n'en n'oublie pas de nous rappeler aussi qu'en chacun de nous réside une nature profonde à laquelle on ne peut échapper et que parfois faire le bien signifie s'opposer à un mal par un plus grand mal encore.
Si bien souvent dans la littérature fantasy un héros est caractérisé par son altruisme et son sens de la justice, l'auteur abat ces clichés pour développer une vision plus large, les actes héroïques découlant assez souvent d'une mise en abyme des personnages qui développent ces vertus alors qu'ils sont confrontés à l'absence de choix, en d'autres termes quand ils sont dos au gouffre.

Cette première trilogie ouvre des perspectives scénaristiques plus qu'elle ne conclut un simple cycle. Elle n'offre pas véritablement de happy end tant pour certains personnages l'auteur à fait preuve une nouvelle fois d'un profond cynisme, mais installe un cadre géopolitique où pourront évoluer les prochains opus se déroulant dans le même univers.
À ce titre, Servir froid propose moult personnages étant apparus dans la première loi et nécessite la lecture de cette trilogie pour en savourer tous les ressorts et autres implications de la conclusion de cette saga.
La première Loi est donc un excellente trilogie qui rompt avec un certain standard de la fantasy dans sa forme, tout en en proposant une histoire vive et intense dans un univers fouillé et passionnant. La vrai force du récit réside sans aucun doute dans ses personnages ultra charismatiques, qui pour une grande partie retourneront à la boue avant l'épilogue, et ce style d’écriture offrant un plaisir de lecture similaire aux romans de David Gemmell. Pas étonnant d'ailleurs que Joe Abercrombie participe au recueil à venir en hommage à cet auteur. 
Une affaire à suivre avec le plus grand intérêt donc ...

http://avalonfantasyforum.bbfr.net/t566-derniere-querelle-tome-iii-de-joe-abercrombie
avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Joe Abercrombie, La Première Loi

Message par Derfel le Ven 9 Mai - 15:12


__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Joe Abercrombie, La Première Loi

Message par Derfel le Sam 10 Mai - 17:21

Chez Fantasy au Petit-Déjeuner, on a attribué à la La Première Loi, leur prix Croissant Doré 2008, pour ceux qui aiment la Fantasy pour ce qu'elle est, une superbe littérature de divertissement.
Mentions spéciales à Terreur de Dan Simmons et Les Mensonges de Locke Lamora de Scott Lynch.

Quelqu'un est-il d'accord sur le fait que la traduction française des romans d'Abercrombie laisse à désirer ?


Dernière édition par Derfel le Sam 10 Mai - 17:32, édité 1 fois

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Joe Abercrombie, La Première Loi

Message par Albéric le Sam 10 Mai - 17:31

Quelqu'un est-il d'accord sur le fait que la traduction française des romans d'Abercrombie laisse à désirer ?
Ah le fameux débat sur les onomatopées...
Laissons aux spécialistes le soin de nous expliquer quelle est la meilleure manière de traduire les dialogues à la Tarentino... mdr

Par contre la traduction des titres est naze.


Dernière édition par Albéric le Lun 9 Juin - 14:04, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Joe Abercrombie, La Première Loi

Message par Albéric le Lun 9 Juin - 14:03

On sent le mec cool, bien dans ses baskets



Dernière édition par Albéric le Mar 10 Juin - 18:36, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Joe Abercrombie, La Première Loi

Message par Dark schneider le Ven 25 Juil - 23:07

"Logen jeta son épée, pointe en avant. Il avait espéré qu'elle se ficherait dans le sol en oscillant d'avant en arrière, mais elle bascula et retomba bruyamment. Il y a des jours comme ça..."

Premier sang, p. 230.

Sacré Abercrombie, il fait même des références au fond d'écran du David Gemmell Forum !

 


Dernière édition par Dark schneider le Sam 26 Juil - 12:27, édité 1 fois
avatar
Dark schneider
Unificateur des Nadirs

Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Joe Abercrombie, La Première Loi

Message par Sieben le Sam 26 Juil - 11:22

Haha ! Pas mal. Hâte de lire la trilogie.
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Joe Abercrombie, La Première Loi

Message par Derfel le Sam 26 Juil - 17:42

Oui, bien amusant, Dark.  

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Joe Abercrombie, La Première Loi

Message par Albéric le Dim 3 Aoû - 23:26

Dark schneider a écrit:"Logen jeta son épée, pointe en avant. Il avait espéré qu'elle se ficherait dans le sol en oscillant d'avant en arrière, mais elle bascula et retomba bruyamment. Il y a des jours comme ça..."

Premier sang, p. 230.

Sacré Abercrombie, il fait même des références au fond d'écran du David Gemmell Forum !

 
et le revival Gemmell ne fait que commencer par rapport aux œuvres postérieures...

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Joe Abercrombie, La Première Loi

Message par Albéric le Jeu 7 Aoû - 14:36

Dark Schneider a écrit:Je patine un peu sur Premier Sang d'Abercrombie, j'expliquerai pourquoi dans le topic idoine une fois le livre achevé.
C'est vrai qu'il est un peu long et verbeux par rapport au contenu. On ne sait pas trop ou on va avec l'humour noir de Glotka, l'humeur bon enfant de Bayaz et les Expandables du Nord... D'auteur plus qu'on tease sur la menace du Gurkhul alors qu'on ne voit guère le museau de ses fameux Dévoreurs. Pareille pour les mystérieux alliés du roi Bethod. On ne sait pas s'il faut prendre tout ça au 1er ou au 2e degré... Mais la chouette scène de baston à la fin est de bonne augure pour le tome 2 qui envoie du bois et le tome 3 qui roxe du poney !


Dernière édition par Albéric le Sam 16 Aoû - 21:38, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Joe Abercrombie, La Première Loi

Message par Invité le Ven 8 Aoû - 12:48

C'est vrai qu'à la fin du cycle, on a comme une sensation d'inabouti. Comme si ce n'était que le début de quelquechose qui demandé encore à se développer.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Joe Abercrombie, La Première Loi

Message par Dark schneider le Ven 8 Aoû - 13:19

Voilà Albéric, tu m'as ôté les mots de la bouche. Plein de choses positives dans ce bouquin (style d'écriture vif, et un humour qui fait mouche chez moi, persos tous attachants). Mais une intrigue qui n'avance que trop peu et une impression de ne pas savoir où on va qui fait que parfois bah j'ai pas trop envie de me ruer sur le chapitre suivant. Mais bon, c'est clair que je lirai les tomes 2 et 3.
avatar
Dark schneider
Unificateur des Nadirs

Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Joe Abercrombie, La Première Loi

Message par Derfel le Ven 8 Aoû - 14:21

Vous ne me donnez pas le goût de me plonger dans la trilogie.
Déjà que je suis mitigé pour Servir Froid.

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum