David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Javier Negrete, Seigneurs de l'Olympe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Javier Negrete, Seigneurs de l'Olympe

Message par Albéric le Sam 17 Nov - 15:04


Résumé :
Aujourd’hui beaucoup imputent à la race grouillante des hommes les malheurs de la terre. Les géants menacent d’envahir leur domaine, les satyres, centaures et autres faunes veulent leur disparition. Dans les couloirs mêmes de l’Olympe, querelles, intrigues et complots vont bon train chez les dieux dévorés par la soif du pouvoir et les appétits charnels. Typhon, enfin, un être monstrueux, mi-géant, mi-dragon, et qui se dit fils de Cronos, a décidé de détrôner Zeus, le maître de l’Olympe.
Seigneurs de l’Olympe est un roman d’heroic fantasy dont les personnages sont ceux de la mythologie grecque. On y verra Zeus abattu et Zeus reconquérant, la sage mais non si chaste Athéna, le bouillant mais balourd Arès, dieu de la guerre, le malheureux Héphaïstos, on y croisera l’irrésistible et insatiable Aphrodite ainsi qu’une cohorte de dieux et de héros.
Quand les dieux parcouraient le monde…


Le mystérieux Typhon prépare un coup d'État contre les Olympiens.
Zeus s'arme pour affronter celui qui ose contester sa suprématie, mais il semble qu'il y ait des traîtres sur le Mont Olympe...
Spoiler:
Athéna, Arès, Apollon et Hermès se préparent au pire tout en essayant de maintenir la baraque debout en l'absence de papa : Athéna part enquêter jusqu'aux portes du Tartare, Arès aussi arrogant qu'étroit d'esprit rate complètement sa campagne contre les alliés de Typhon, Apollon et Hermès se font piéger en allant consulter les oracles...
Et pendant ce temps Zeus, affaibli et mutilé, est en cavale... Il essaie désespérément de retrouver le pouvoir qui lui permettrait d'empêcher l'inévitable avec l'aide d'un jeune berger culturiste pas très futé nommé Hercule.
L'une de mes meilleurs lectures de ces 10 dernières années et de très loin en terme de plaisir de lecture. Et la fin très subtile n'est pas pour me déplaire :
Spoiler:
Tout le monde croit Chronos prisonnier des Champs Elysées, alors qu'en fait il est PDG d'une multinationale à Miami au début du XXIème siècle : ce n'est pas lui qui est piégé dans un univers parallèle, c'est tout le reste de sa famille qui appartient à une Antiquité dorée qu'il a fabriquée de toutes pièces.

Des conflits d’ego où pour conquérir et conserver le pouvoir tous les coups sont permis
Un game of thrones à l’échelle des l'échelle des dieux grecs. C’est génial !


Olympe ! Ton univers impitoyable ! :thumright:

Le vénéré Zeus (l'ignoble J.R. ?), mari volage, père railleur ou surprotecteur, adulé ou détesté, souverain tyrannique de sa famille et du monde.

La respectée Héra (La vindicative Sue Ellen ?), prise au piège dans une relation amour / haine avec son impitoyable mais toujours amoureux mari.

Poséidon et Déméter qui vivent dans l'ombre de leur trop charismatique petit frère.
Arès qui roule des mécaniques pour prouver qu'il est le dieu de la guerre, alors qu'il n'est que celui de la violence.
Athéna la fille chérie à laquelle il ne faut surtout pas toucher.
Apollon le fils modèle qui attend désespérément des compliments.
Hermès le compagnon de tous les mauvais coups de papa Zeus.
Zagreus le petit dernier à qui on pardonne tout.
Héraclès le bâtard musclé mais pas très futé auquel papa Zeus devient très attaché.
Perséphone autrefois enlevée et séquestrée désormais mariée contre son gré à un dieu neurasthénique.
Aphrodite, au courant de tout mais qui se mêle de rien.
Et grand-papa Chronos, évincé du trône, qui du haut de sa tour d'ivoire garde un œil amusé sur toute sa descendance...

Cela ressemble fort aux turpitudes de la famille Ewing qui se déroulent dans le ranch de Southfork ! Mais c'est de la fantasy épique antiquisante avec un soupçon de SF.
Et l'auteur a la bon goût de nous décrypter les mythes originaux dans un savoureux making-off.


Dernière édition par Albéric le Dim 9 Déc - 18:25, édité 4 fois
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Javier Negrete, Seigneurs de l'Olympe

Message par Marv le Lun 19 Mai - 11:00


Comme le décrit Javier Negrete dans son appendice en toute fin de volume, cette histoire prend corps dans une Grèce mythologie, véritable époque nébuleuse d'un âge obscur presque hors du temps, celui des Dieux. C'est aussi une époque troublée, violente et décadente, qui nous amène progressivement vers un quatrième âge celui du fer succédant au bronze, celui des hommes. C'est un temps pour des héros et des demi-dieux guidés par les divinités célestes pour s'opposer à la menace grandissante des anciens peuples menés par les divinités terrestres.
Dans seigneurs de l'Olympe, l'écrivain romance les évènements de la Gigantomachie tout en conservant une grande fidélité aux anciens mythes. Pour se faire il a puisé dans un grand nombre de textes anciens pour définir les bases de sa dramaturgie, et si l'on doit le taxer d'avoir pris une certaine liberté, ce sera celle d'avoir combiné plusieurs visions relatant cet épisode pour ne conserver que les éléments pouvant lui sembler pertinents et cohérents entre eux.


Seigneurs de l'Olympe est donc tout à la fois, une belle relecture de l'un des plus grands épisodes de la mythologie grecque, puisqu'il s'agit de l’équivalent du Ragnarok des mythologies nordiques, et surtout un formidable récit de fantasy épique réservant des scènes de bataille dantesques et spectaculaires. L'autre grande force du récit réside dans la richesse psychologique des personnages, où là encore Javier Negrete a su prendre à son compte toutes les sources mises à sa disposition pour définir les traits de caractère et les motivations de ces divinités, et ainsi nous dresser un tableau saisissant du contexte sociologique dormant au delà des murs de la forteresse du mont Olympe.

Le récit dévoile de manière astucieuse leurs ressentiments entre elles ainsi que leurs aspirations personnelles qui affaiblissent un peu plus chaque jour l'omnipotence d'un dieu suprême, Zeus, dont l'influence va en s'affaiblissant à mesure que les hostilités se manifestent au sein même du panthéon divin.
À l'instar d'un Wotan (ou Odin), Zeus nous apparaît comme une divinité profondément attachée à son hégémonie et à sa puissance d'antan, fuyant un mont Olympe comparable à un panier de crabes pour sillonner la terre des hommes auprès de qui il trouve l'adoration et les marques d'attention qui sied à son rang.
Mais ces absences répétées ne font qu'attiser les braises de la contestation au sein de son propre clan, plus grave encore l’impensable s'est finalement produit... Zagreus, un Dieu immortel est mort.

Défait et dépossédé de son pouvoir suprême par le déicide Typhon qui s'apprête à envahir l'Olympe à la tête de ses légions de géants et autres centaures, Zeus devra comprendre les raisons de sa déchéance tout en trouvant les ressources pour s'opposer à la chute de tout ce qu'il a établi.
Doté d'un sens prodigieux pour la narration, Javier Negrete signe avec Seigneurs de l'Olympe un récit vif et fluide offrant un grand plaisir de lecture. L'action et le rythme sont parfaitement bien dosés et les ajouts personnels de l’écrivain au mythe apportent le liant scénaristique nécessaire pour emballer une histoire qui réserve moult rebondissements. Les références à la mythologie nordique sont subtiles et ne dénaturent en aucun cas l'esprit du roman, même, elles font le lien entre deux mythologies ayant toutes deux des souches communes.

Le bestiaire fantastique est lui aussi pharaonique et fait intervenir des Géants, des Cyclopes, des Centaures, des Satyres, des Dragons, des Titans, les Hécatonchirs (les gardiens de l'enfer), les Grées, Delphyné (ou Échidna), Pýthôn le gardien de l'oracle de Delphes etc. On notera de petites modifications comme pour Échidna et Pýthôn présentés comme un couple de Dragons (dragon héraldique pour l'un, et reptilien pour l'autre) veillant sur la foudre de Zeus dans le cœur du volcan de Delphes. Dans les mythes Échidna était plutôt représentée sous la forme d'une belle nymphe au corps de serpent monstrueux. De son union avec Typhon, elle enfantera entre autres du cerbère, du Sphinx, du lion de Némée, de l'hydre de Lerne, de la Chimère, du dragon de Colchide etc. La mère des monstres en somme.


La bataille finale est incroyable, titanesque, gigantesque, en somme à la hauteur des enjeux mais avec une dimension cinématographique certaine. L'épilogue quant à lui bousculera toutes vos certitudes établies pour vous révéler une vérité qui ne manquera pas de vous esquisser un léger sourire de circonstance.
Seigneurs de l'Olympe est un livre intelligent, instructif, sans oublier d'être avant tout chose un formidable roman de fantasy antique. Alors prêt à vivre une excitante course contre la montre sur les pas de Zeus et des autres divinités de la Grèce mythologique?

En refermant les dernières pages, une question nous interpelle, nous brûle d'excitation... à quand une relecture par Javier Negrete de l'épisode de la Titanomachie :) qui relate les événements de la chute de Cronos et des titans, amenant l’avènement de Zeus et des nouveaux Dieux ?

http://david-gemmell.frbb.net/t751-javier-negrete-seigneurs-de-l-olympe?highlight=negrete
avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Javier Negrete, Seigneurs de l'Olympe

Message par Sieben le Mar 31 Jan - 16:01

Et ben j'ai bien aimé. Je recommande à ceux qui sont déjà versé dans la mythologie grec. Parce qu'il y a quand même beaucoup de noms à retenir (pour moi ça va), et je ne suis pas sûr qu'un lecteur lambda pas trop versé dans la mythologie grec parvienne à suivre.

En tout cas, on est à mille année-lumière des Mémoires de Zeus de Maurice Druon.

Pas sûr d'avoir très bien capté l'épilogue de fin sur Cronos... on dirait une espèce de mise en abîme style ce que fait Valérie Mangin en bd. C'est surtout sur l'aspect technique du truc que j'ai pas bien compris comme ça fonctionnait le miroir du temps... 'fin bon c'est un détail.

Bien aimé comment tout cela s'emboîtait, bien romancé, le personnage d'Alcide sauve un peu les meubles car mise à part Athéna, difficile de s'attacher aux panthéon grec.

Globalement c'est quand même en-dessous de Tramorée niveau action, ce n'est pas aussi épique et on se dit qu'avec une centaine de pages en plus c'était tip-top. 

Très sympa. 8,5/10
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Javier Negrete, Seigneurs de l'Olympe

Message par Albéric le Mar 31 Jan - 21:51

Pas sûr d'avoir très bien capté l'épilogue de fin sur Cronos... on dirait une espèce de mise en abîme style ce que fait Valérie Mangin en bd. C'est surtout sur l'aspect technique du truc que j'ai pas bien compris comme ça fonctionnait le miroir du temps... 'fin bon c'est un détail.
Spoiler:
au terme de la titanomachie, les Olympiens sont persuadés d'avoir enfermé Cronos dans un univers parallèle / de poche, mais en fait c'est Cronos qui a enfermé les Olympiens dans un univers parallèle / de poche... si j'ai bien compris hein ^^

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Javier Negrete, Seigneurs de l'Olympe

Message par Sieben le Mer 1 Fév - 11:49

Albéric a écrit:
Pas sûr d'avoir très bien capté l'épilogue de fin sur Cronos... on dirait une espèce de mise en abîme style ce que fait Valérie Mangin en bd. C'est surtout sur l'aspect technique du truc que j'ai pas bien compris comme ça fonctionnait le miroir du temps... 'fin bon c'est un détail.
Spoiler:
au terme de la titanomachie, les Olympiens sont persuadés d'avoir enfermé Cronos dans un univers parallèle / de poche, mais en fait c'est Cronos qui a enfermé les Olympiens dans un univers parallèle / de poche... si j'ai bien compris hein ^^

C'est ce que j'ai compris aussi, mais c'est plus au niveau de la mécanique du truc que ce n'est pas très clair. Le comment. Et puis avant la Titanomachie, Cronos enfermait ses enfants dans ce monde... 'fin bon j'ai trouvé cet ultime rebondissement un peu bizarre.
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Javier Negrete, Seigneurs de l'Olympe

Message par Sieben le Mer 1 Fév - 11:55

Après lecture de Seigneurs de l'Olympe et Chroniques de Tramorée, je me demande s'il n'y aurait pas une patte Negrete tout de suite identifiable dans sa biblio: il y a toujours cette démarche de funambule entre la SF et la Fantasy.

Quand est-ce qu'on traduit en VF ses autres bouquins ?

J'ai entendu parler d'un Salamine, et d'une fantasy un peu égyptienne, El nino del Nilo.
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Javier Negrete, Seigneurs de l'Olympe

Message par Derfel le Ven 3 Fév - 18:30

Sieben a écrit:Quand est-ce qu'on traduit en VF ses autres bouquins ?

J'ai entendu parler d'un Salamine, et d'une fantasy un peu égyptienne, El nino del Nilo.
J'ai l'impression que nous sommes plusieurs à attendre ça.

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum