David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.

Philip K. Dick, Blade Runner

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Philip K. Dick, Blade Runner

Message par M.W's.L. le Dim 10 Juin - 14:31

Bonjour à toutes et à tous.

Fiouh, c'est la première fois que je créé un nouveau sujet sur ce forum... Mais bon, en voyant l'intitulé de la sous-partie, "Les livres de SF", je n'ai bien évidemment pas pu m'empêcher de poster ici. L'auteur dont je parle là, Philip K. Dick, ça m'étonne qu'il ne soit pas dans la liste des écrivains de Science-fiction aux côtés d'Isaac Asimov par exemple. Pourtant ils ont pu écrire plus ou moins aux mêmes époques et ont traités de thèmes similaires. Mais bref, passons !

Ce qui est important dans l'oeuvre de Dick (ce topic traite entre autre de "Blade Runner", mais je parle aussi de tout ce qu'il a pu écrire en général, par exemple "Minority Report", mit au cinéma avec Tom Cruise comme acteur principal), c'est le concept d'androïdes face aux humains. "Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?" est le nom originel de "Blade Runner" (adapté en 1982 par Ridley Scott, avec Harison Ford en vedette, rien que ça), et cette simple question qui peut sembler être un titre amusant en révèle bien plus que ce que l'on pourrait croire aux premiers abords (déjà sur l'état de la vie sur Terre, rendue presque impossible à cause des radiations nucléaires et de la quasi-absence de vies animales et végétales). Cela implique que les androïdes (ce ne sont pas juste des machines, car ils ont bien des organes, etc., d'origine synthétique néanmoins) aussi nommés "réplicants" puissent bénéficier de ce qui permet aux hommes de rêver : l'inconscient. Et donc qu'ils possèdent une conscience...

En fait, je trouve que ça va très loin. "Je pense donc je suis", la célèbre citation de Descartes, signifie que la conscience qui nous caractérise si bien en étant la seule preuve tangible d'une existence réelle et non programmée. "Je pense donc je suis", c'est la conscience immatérielle, le vide qui se vide, tellement lointaine et propre à chacun. Et c'est ce que les androïdes ne peuvent avoir. Notre conscience est impossible à situer dans l'espace et ne se trouve pas plus dans notre cerveau que perdu au bout de nos orteils. Dans le cas des androïdes, ce qui leur permet de penser, c'est un ensemble de composants électroniques bien précis qui se trouvent dans le corps. C'est donc l'une des différences majeures entre les êtres synthétiques et organiques.

Aussi, "Blade Runner" va plus loin que ça encore (et oui !). Comme on peut le voir de nos jours, l'homme tend à devenir un être prothétique qui utilise la technique (à ce propos, entre "Protagoras" de Platon et "Prometheus" de Ridley Scott, si vous voulez en apprendre plus en vous éclatant sur la technique je vous conseille vivement de voir le second au cinéma !) pour se faciliter la vie. Si vous avez vu "Wall E" des studios Disney-Pixar vous comprendrez où je veux en venir : l'apport de tous les appareils électroniques et de tout ce qui nous entoure nous rend dépendant de la technologie (je sais, venant de quelqu'un qui écrit sur un ordinateur, c'est un peu un comble...). Dans son livre, les hommes ont même des systèmes implantés dans le cerveau qui leur permette de choisir une humeur, une motivation, etc. C'est là ce qui est terrible, et la SF de Dick est très dure envers l'humanité qui a fuit une Terre qu'elle a dévastée pour faire la même erreur dégoûtante sur Mars ! Et à côté de ça, les androïdes les plus perfectionnés (les Nexus 6 dans le roman) tendent à vouloir vivre plus que 4 années de labeurs, à s'émanciper du contrôle anthropique et à s'humaniser en se séparant, eux, de toutes les technologies qui les rendent synthétiques et les font passer pour de simples machines. C'est fort. L'humain se robotise et le robot s'humanise.

Si vous connaissez le manga en 8 tomes "Pluto" de Naoki Urasawa vous devriez le lire, il apporte un soupçon de fraîcheur à ces idées d'êtres robotiques méprisés par des humains de plus en plus froids et distants entre eux. Sinon, le cinéma et la littérature sont toujours là pour vous aider... Voilà, je crois que je vais m'arrêter là. Bon, je n'ai pas beaucoup mis d'informations réelles sur le contenu du livre, j'ai plus tenu un débat philosophique avec moi-même traitant du génie de Philip K. Dick... Je vous conseille de le lire, au moins ce roman-ci, si vous en avez l'occasion, c'est une bonne expérience à mon avis. Sinon, si quelqu'un à des choses à rajouter sur ce livre, je l'y invite grandement, car ce topic a besoin d'être complété je pense ^^' Enfin, si je révèle des choses qui vous paraissent cruciales pour l'histoire (je n'en n'ai pas eut l'impression mais bon) je peux mettre des spoilers, vous n'avez qu'à demander =)

Bonne journée et merci de m'avoir lu !
avatar
M.W's.L.
Légionnaire de la Martia victrix

Date d'inscription : 24/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum