David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Dark Moon : donnez votre avis !

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

Donnez votre avis sur le livre

55% 55% 
[ 21 ]
32% 32% 
[ 12 ]
11% 11% 
[ 4 ]
2% 2% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 38

White Square Re: Dark Moon : donnez votre avis !

Message par Albéric le Jeu 2 Mai - 19:05

Et bien dites donc ! Encore 2 ou 3 avis du même acabit et on ouvrir un symposium sur Maître David Gemmell.

Sur Dark Antiquité & Dark Renaissance :
Sirano est autant Denys de Syracuse que Laurent de Medicis, Ozhobar est autant Archimède que Leonard de Vinci (tous les 2 autant artistes qu'ingénieurs).
Mais qu'importe, je voulais vous amenez à la filiation avec le monde hyborien d'Howard qui mélange avec bonheur sandales et glaives, capes et épées, pirates et flibustiers, le tout avec une ambiance western.

Sur les Daroths on pourrait sentir l'héritage Alien. Mais autant dans le Vengeance de Fabrice Colin c'est totalement assumé, autant là j'ai un gros doute : la concurrence avec les horreurs du comic anglais Slaine et les monstres créés par le britannique Jim Henson est rude.
Difficile de ne pas penser davantage aux Garthims de Dark Crystal.


Et l'opposition Eldarins lumineux / Daroths monstrueux n'est pas éloignée de l'opposition UrRus / Skeksès.


Oui il y a des liens entre Dark Moon et l'Echo du Grand Chant (Prime Oltor / Prime Avatar / ). Mais c'est sans semble doute parce qu'écrits à 1 an d'intervalle ils sortent tous les 2 du même tonneau.
DG se moque du worlbuilding mais comme toutes les pièces de son imaginaire s'emboîtent très bien et que ses leitmotivs se répondent d'oeuvres en oeuvres, on a vraiment envie de croire en la théorie du GUGU (Grand Univers Gemmellien Unifié).
Alors que certains en font des caisses sur leur univers qui s'avèrent finalement assez vides et creux


Dernière édition par Albéric le Ven 18 Oct - 20:00, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Dark Moon : donnez votre avis !

Message par Albéric le Jeu 9 Mai - 17:40


Mon ancienne critique qui doit toujours trainer quelque part sur la Toile mérite rectification (c’était mon 4e DG d’affilée).
Cela se lit étonnamment vite et étonnamment bien.
Le style est un peu sec au départ, mais Karim Chergui finit par bien sentir la plume et le rythme gemmellien.
C’est par contre ballot de ne pas avoir traduit le titre Dark Moon pour sans doute faire plus, la cool !


Commençons par le worlbuilding : les liens avec Drenaï existent mais ils sont assez ténus.
(La Source, les couilles de Shemak et le sortilège de Sirano qui est le même qu’utilise la vieille bique dans Loup Blanc).
Et les Eldarins de Dark Moon ne sont pas loins des hommes-bêtes de Jon Shannow ou des Unis de WIII.
Mais nous sommes dans le monde des Oltors qui ont fait venir les Eldarins efliques et les Daroths tout droit sortis d’AVP.
Après le genocide des Oltors et le bannissement des Daroths, les Eldarins eux-mêmes font venir les humains.
Si on ajoute les différentes formes de magie, c’est de loin le plus high fantasty de tous les livres de DG.
Mais le personnage d’Ozhobar, véritable sosie de Léonard de Vinci permet d’aller plus loin.
Car que retrouve-t-on derrière ces ducs, ces condottieres et ces armées de mercenaires ?
Une Renaissance alternative ! Corduin = Florence, Loretheli = Venise, Duché des Marches = Duché de Savoie.
Ne reste à savoir que si le duc Sirano est un fils caché des Borgia de Rome ou des Sforza de Milan.
(Il faudra aussi ajouter les Îles du Sud (comme dans Renégats) et un continent méridional d’où provient la soie).
On n’est vraiment pas très loin de l’ambiance des Monarchies Divines de Paul Kearney (un must pour les fans de DG !)
On sent aussi au début des réminisences de Sergio Leone et de Clint Eastwood qu’il est difficile de se sortir de la tête par la suite, mais DG a lâché du lest sur le western médiéval (même si un passage c’est Et pour quelques dollars de plus).

J’en ai déjà parlé avec l’Echo du Grand Chant : les 2 romans sortent du même tonneau (même duel d’artillerie par ex).
On retrouve le schéma de Légende : mise en place des enjeux / des personnages, préparatifs de guerre, guerre elle-même.
L’intrigue est donc assez voire très prévisible dans ses grandes ligne, avec en plus des éléments déjà vu ailleurs chez DG.
Sauf que dans Légende la guerre constitue la partie la plus consisitante : ce n’est clairement pas le cas ici.

Et au lieu d’utiliser une figure centrale monolithique qui doit motiver toutes les autres on reprend une structure en POV :
- Tarantio/Dace le bretteur schizophrène (dont l’histoire ressemble à celle de Chaos/Den du manga culte Gunnm)

- Karis, la strong independant woman howardienne (pas trop difficile de reconnaître Belit)

- Duvodas, le ménestrel magicien pacifiste (on aura reconnu l’Owen Odell de l’Etoile du Matin)
Quel est la figure la plus importante ? Pas facile de trancher ! (Tarantio/Dace comme allégorie de l’humanité ?)
Autour d’eux des personnages secondaires très intéressants :
- Forin le colosse roux tout droit sorti des Highlands
- Vint l’aristocrate poli et généreux (une véritable licorne : c’est assez rare pour le signalé dans le GUGU)
- Necklen le vieux vétéran paternaliste qui souffre la disparition de sa femme et sa fille
- Ozhobar l’inventeur autodidacte revanchard
- Sirano le prince sorcier torturé (la ressemblance physique avec le jeune Druss interloque)
Mais on aura tous reconnu la parenté à la fois avec Robert. E. Howard et avec Michael Moorcock.
Responsable de la destruction de sa ville, de son duché et de son monde et fera tout pour retarder l’inévitable.
A côté d’eux de chouettes personnages ternaires :
- le Duc Albreck, dernier espoir du monde libre (difficile de ne pas imaginer le Lorenzo Medicis de Da Vinci’s Demons)
- Pooris le politicien intégre et courageux (une autre véritable licorne : un cas unique dans le GUGU)
- Giriak le capitaine mercenaire héros malgré lui

Tous devront mettre leurs différents de côté pour lutter contre l’apocalypse darothe !
C’est juste dommage que Loki n’ait pas pu participer à la baston finale avec le reste des Avengers.

Sur le fond on retrouve les leitmotivs de DG :
les piques anti aristo, les diatribes anti politiciens, les pamphlets contre l’égoïsme, l’addiction au jeu aussi (cf. WIII).
Tous les personnages sont unis par un destin à la MM : tous autant qu’ils sont, ils recherchent activement leur Tanelorn !
Tarentio/Dace retrouve Miriac, Karis trouve Forin, Duvodas trouve Shira… Quel indécrottable romantique ce DG !!!
Si certains réunissent, d’autres échouent même s’ils trouvent une forme malgré tout une forme de rédemption.
Quel perso meut salement ? L’archétype de la crevure capitalo-libéro-narcissique : l’infâme ploutocrate Lunder…
La dualité amour/haine, ambition/compassion est évidemment décliné tout au long du roman sous diverses formes.
La magie rappelle aussi les thèmes écologiques du jdr Dark Sun (magos préservateurs vs magos profanateurs).
Et il est fort probable que les Daroths qui saccagent la nature et ne se soucient de rien et ni de personne mis à part leur propre sentiment d'immortalité et leurs caprices quotidiens jour soit une nouvelle allégorie pour l'individualisme forcené en Occident.

Ce roman mine de rien est un véritable hymne à la tolérance.
Les Oltors ont failli par naïveté, les Edarins par méfiance, les Daroths par paranoïa, les humains par égocentrisme.
Nous nous élevons et nous tombons tous ensemble : coexister/coopérer est la clé pour prospérer, et pas la compétitivité.
Il y a même une dimension psychologique universelle à tous cela :
L’âge d’or Oltor prend sa fin avec l’invocation des Eldarins isolationnistes et des Darothts expansionnistes.
L’âge d’or du jeune enfant coincé dans la mine prend fin avec la naissance du doux Tarantio et de l’impitoyable Dace.
L’âge d’or des semi-divins UrSkeks prend fin avec la naissance des Mystiques et des Seksès
Difficile de ne pas se souvenir de la dimension philosophique du chef-d’oeuvre de Jim Henson and Frank Oz.
Je reste persuadé que Dark Crystal (1982) est pour beaucoup de chose derrière Dark Moon :
les Eldarins/Daroth et les Mystiques/Seksès, la dualité amour/haine, les thèmes écologiques, la magie musicale…

N’y allons pas par 4 chemins, on sent bien que DG s’est nettement amélioré depuis les années 80, mais :
- on a encore droit à un gros revival de répliques éminemment eighties
- des méchants très très méchants mais sans aucune personnalité
- le synergie entres les différents POV reste perfectible car DG se perds parfois en petits zoom humanistes
- des personnages très intéressants auraient mérité un roman à eux tout seul pour être vraiment bien développés
- des ellipses frustrantes (la chute de Morgallis en qques pages, le massacre de Prentuis en qques lignes…)
- une fin est précipitée puisque on survole la bataille des catacombes et on perd de vue Anakim Duvodas Skywalker
- le personnage du Prime Oltor est un gigantesque deus ex machina qui fait avancer l’intrigue (comme Sofarita)
Bref ce manque encore un peu de vista et comme d’habitude 100 à 200 pages de plus n’auraient pas été de trop.


En conclusion : pour trouver notre Tanelorn, il faut être à l’écoute des uns et des autres et des différents soi-même.
Une philosophie profondément humaniste qui a bien souvent insupporté les détracteurs de David Gemmell. Cheers !

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Dark Moon : donnez votre avis !

Message par Sieben le Ven 10 Mai - 17:13

Et ben, on a bien bossé je crois. On est tous d'accord pour dire que c'est un très bon Gemmell, injustement boudé par certains fans car quand on y regarde de plus près, il s'agit d'un de ses livres les plus humanistes. Pour moi la thématique de l'amour est le point centrale mais effectivement Albéric, c'est aussi un hymne à la tolérance. Mais tous ces points se rejoignent au final.

Le seul point où j'ai envie de râler: c'est TROP COURT. 200 pages de plus et on avait un must have. Moi aussi, je me suis imaginé cette tête de nœud d'Hayden Christensen Anakin Duvodas Skywalker.

Et pour prolonger un peu plus le débat dans la bonne humeur: Albéric, quand tu dis que les méchants sont un peu trop caricaturaux, je ne suis pas tout à fait d'accord. On voit que Dace est une ordure mais qu'il peut aussi se montrer indulgent face à des personnes qu'il a pourtant envie de zigouiller, de même qu'il se montre protecteur envers Tarantio. Gemmell développe sur plusieurs pages Sirano, un méchant pas si méchant, on lui trouve des excuses quand on découvre son passé, ses liens avec son père et le meurtre de sa mère. Il montre des regrets à la fin et qu'il n'avait pas souhaité ce chaos. Je ne sais plus quel philosophe disait (Platon ?) on ne fait jamais le mal pour le mal, mais pour un bien. Cette maxime lui correspond bien je trouve. Un méchant bien construit pour le coup.

"Pooris une licorne" ? Il se tape Dame Miriac à un moment donné. Il profite de sa position avantageuse et de ses nouvelles richesses, la licorne.

Et la figure la plus important à mes yeux c'est Karis, pour les raisons que j'ai évoqué précédemment.
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Dark Moon : donnez votre avis !

Message par Albéric le Ven 10 Mai - 19:44

Sieben a écrit:Et pour prolonger un peu plus le débat dans la bonne humeur: Albéric, quand tu dis que les méchants sont un peu trop caricaturaux, je ne suis pas tout à fait d'accord.
Je parlais des Daroths : ils sont trop affreux, trop puissantes et trop monolithiques pour constituer une opposition qui ait de la gueule face aux héros.
Je trouvais Sirano très howardien , mais il a indubitablement un côté Elric de Melniboné (mais comme Moorcock s'est inspiré d'Howard ce n'est pas contradictoire).

Sieben a écrit:"Pooris une licorne" ? Il se tape Dame Miriac à un moment donné. Il profite de sa position avantageuse et de ses nouvelles richesses, la licorne.
Oui il n'est pas parfait, oui il a qques faiblesses.
Mais il n'a rien demandé et franchement par raporit aux autres politiciens du GUGU s'est un saint homme.
Et fallait quand même des corones pour aller voir les Daroths.

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Dark Moon : donnez votre avis !

Message par Albéric le Lun 30 Sep - 11:00

DamienR de babelio a écrit:Il s'agit ici d'un roman hors cycle (pas les Drenaï, ni les Rigantes...) mais nous sommes dans un univers familier de David Gemmel. Nous rencontrons trois héros au caractère bien marqué : Tarantio (dont l'esprit a un double, Dace, opposé au principal : extrèmement dangereux), Karis, stratège de génie et catin notoire, et Duvodas, magicien dernier dépositaire du savoir des Eldarins. Cette race était la seule à avoir pu arrêter les Daroths.

Les Humains sont en pleine guerre invraisemblable pour le contrôle d'une orbe magique : une perle censée contenir tout le savoir et la magie des Eldarins. Sirano, un duc dévoré par l'ambition, tente d'utiliser le pouvoir de la perle pour écraser définitivement ses ennemis. Ce faisant, il libère la vague apocalyptique de la monstrueuse race des Daroths contre les Humains. Tous les espoirs reposent désormais sur les talents de Tarentio, Karis et Duvodas...

Pour moi les romans de David Gemmell sont comme des bonbons : des histoires construites de la même manière, des scénarios qui semblent simplistes au premier abord mais qui conjuguent merveilleusement les rebondissements, les héros les plus divers (quelle imagination !), les descriptions colorées. L'écriture n'est pas prétentieuse : les phrases sont relativement courtes, dynamiques, il y a pas mal de dialogues. Des pointes d'humour, un léger érotisme, de petites intrigues parallèles qui agrémentent le fil rouge de l'histoire et des personnages secondaires attachants sont autant de petites choses qui rendent une "fantasy" plus légère que celle des grands du genre (Tolkien, CS Lewis...)

Un petit bémol toutefois sur ce roman en particulier : je trouve que l'auteur s'est un peu loupé sur le dernier chapitre. Il estimait peut-être faire un choix dans ses trois héros ? J'ai aussi l'impression que comme il s'agit d'un roman "hors série" il voulait concentrer une histoire et une morale dans une même unité, ce qui rend cette fin un peu bancale.
Il est pas mal du tout cet avis : il prend bonne note des aspects positifs comme des aspects négatifs et cerne assez bien le roman et l'auteur.

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Dark Moon : donnez votre avis !

Message par Albéric le Dim 29 Déc - 15:12

Dark Moon en poche chez Milady en mars 2014.  

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Dark Moon : donnez votre avis !

Message par Albéric le Sam 1 Mar - 17:15

Albéric a écrit:Dark Moon en poche chez Milady en mars 2014.  



Pas de nouvelle couverture au final :
tant mieux, tant pis...


Dernière édition par Albéric le Lun 17 Mar - 23:46, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Dark Moon : donnez votre avis !

Message par Metos le Lun 17 Mar - 23:37

Ah, enfin un truc à me mettre sous la dent...

Eh oui, le viking s'il fait des raids c'est pas pour rien ^^
avatar
Metos

Date d'inscription : 16/03/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Dark Moon : donnez votre avis !

Message par Albéric le Sam 29 Mar - 14:22

Elbakin.net a écrit:Lundi matin, 4h10…
Une nuit chaude, trop chaude… Réveil en sursaut. Y aurait-il un livre à portée de main pour tenter de me rendormir ? Ah, voyons, Dark Moon, de David Gemmell, sorti le jour-même en librairie ! Même jour, à peine une poignée d’heures plus tard, 8h30… Je viens de terminer Dark Moon. Vous l’aurez compris, pour se rendormir, on peut facilement trouver mieux qu’un Gemmell ! En soit, tout est déjà dit avec cette simple anecdote ! Une fois encore, le charme a opéré : une fois que vous ouvrez un roman du grand anglais, c’est fini, c’est trop tard. Vous avez beau - de temps à autre - trouver une quelconque remarque à faire, vous ne pouvez vous empêcher de tourner les pages, même lorsque vous vous dîtes qu’il serait temps de s’arrêter. Allez, une autre, et encore une, puis le chapitre entier… Et pour l’occasion, on peut dire qu’avec Dark Moon, Gemmell réussit un joli coup.
Certes, il s’éloigne un peu de ses figures solitaires qui l’ont rendu célèbre, telles que Druss ou Waylander, mais le schéma n’en est que plus plaisant. Tarantio, avec qui le récit débute, pourrait passer pour le héros, mais cette fois, nous suivons bel et bien quatre destinées différentes à l’importance équivalente. Et non plus un héros fatigué autour duquel gravitent d’autres personnages, certes parfois plus que de simples figurants, mais jamais à son niveau. Pour le reste, Gemmell est fidèle à lui-même, dans le récit de ce monde en guerre, du réveil de créatures démoniaques par la faute de la folie des hommes, d’une tragique histoire d’amour, de relations d’amitié ambiguës… Il est sobre, direct, souvent dépouillé, mais ne triche jamais sur les sentiments humains, qu’ils soient bons, ou mauvais. Évidemment, si vous aimez les histoires de preux chevaliers sans peur et sans reproche, vous n’apprécierez pas forcément Gemmell, mais ça serait une erreur.
Surtout que Dark Moon présente l’avantage indéniable d’être une histoire complète en un seul et unique tome, contenant tous les ingrédients d’une Fantasy divertissante et qui sait vous prendre aux tripes. Le genre de romans dont on se souvient quelques années plus tard toujours avec plaisir même si sans souvenirs très précis.

7.0/10
Révision de la critique pour la sortie en poche.
Enfin révision, en fait seule la note a été a abaissée.
Donc comme il s'agit d'une vieille critique, on évite les désagréables remarques habituelles et on se retrouve avec des éléments qui sont contredits dans la plupart des interventions extérieures.
Une critique pas vilaine pas ailleurs, mais assez impersonnelle puisque qu'on peut la plaquer sur la plupart des titres de l'auteur en changeant 1 ou 2 noms.

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Dark Moon : donnez votre avis !

Message par Albéric le Lun 5 Mai - 15:08

Attention les yeux :
http://www.fantasyliterature.com/reviews/dark-moon-pure-genre-fantasy/
Jesse Hudson a écrit:In writing reviews of fantasy, everybody makes mention of those derivative books of sword and sorcery which lack imagination and either borrow exclusively from previous works (think Terry Goodkind) or possess so many archetypes that the whole book becomes cliché (think the DRAGONLANCE series). Everybody knows these cardboard Conans and Gandalfs wielding battleaxes, wands, and uttering the worst one-liners published today. But these comments about garbage fantasy are always directed to the “others” — someone else — never the work under review. Nobody wants to step on any toes.
David Gemmell’s Dark Moon is pure genre fantasy. This is one of the books everyone is indirectly referring to when they mention derivative fantasy. Reptilian uni-mind creatures attack innocent people for no reason. Check. A female fighter who acts and talks like a man. Check. Gouts of random magic within an undefined system. Check. Castle wall siege including tunneling. Check. And so on.
I once read an interview with Gemmell, who said something to the effect of: “I don’t plan anything when I’m writing. I just take an idea and run with it.” Well, it shows in Dark Moon. The story is a jumbled mess. Too many things are packed in disorderly fashion into such a small book. Ultimate evil cannibal bad guys have a sudden change of heart and promise to love everybody. Aliens appear on the medieval scene to bring peace (yes, aliens!). A man invents a catapult that didn’t exist (in a time of castles, swords and shields, go figure). And all this rubbish does is bring heartache… because, after all, the story began with such promise: the main character, a man at war with a demon trapped inside himself, tries to come to terms with who he is. What better a premise to start a good fantasy novel?
In summary, if you’re already a lover of those books everyone refers to disparagingly — women warriors with impressive breasts, a young orphan boy becoming king, dragons, dragons, dragons — then this book may be for you. Otherwise, if you’re looking for a fantasy story that works within the genre but offers a new take, operates within a larger structure, and has logical outcomes as well as characters more human than wood, look elsewhere. In the meantime, we need to find an author to take Gemmell’s premise and flesh it out into a real story.

J’aime beaucoup tout ce que fait ce site américain, mais là il y a erreur de casting.
Ben oui qu’attendre comme critique d’une œuvre fantasy de la part d’un spécialiste de la SF pour hardcore readers (et encore, lui-même préfère ne pas parler de SF mais de « fiction spéculative » : tout un programme !)

On commence par parler des références du genre : L’Epée de vérité et les novelisation TSR. On sent que cela va être bien condescendent et complètement à charge.
Ensuite on évoque les Conan et les Gandalf en carton. Ce n’est pas de bol ni l’un ni l’autre dans Dark Moon.
Pour ne rien gâcher le gars reste poli et courtois en parlant de « Fantasy poubelle ».

On enchaîne avec des créatures reptiliennes. Quézako ? Sûrement un de ce junkies qui ont vu des hommes lézards dans Vlad Taltos et des vampires des marécages dans la Compagnie noire que les lectures cherchent encore au bout de 25ans… Les Daroths ne ressemblent en rien aux dragoniens de Dragonlance !
“A female fighter who acts and talks like a man.” Bon ben… il n’a rien compris à David Gemmell et R.E. Howard. Pour un critique qui se veut vâchement sérieux, cela fait quand tâche.
“Gouts of random magic within an undefined system” Pas de chance, il n’y pas de système de magie rôlistique contre lequel rager encore un peu plus.

On enchaîne avec un pique de mauvais goût se voulant drôle sur l’auteur. On peste contre une soit-disant incohérence historique dont on n’a rien à battre…
(« des forteresses, des épées et des boucliers mais pas de catapultes… mais c’est débile ! »
Les samouraïs du Japon féodal n’en avait pas, et pourtant ils n’étaient pas débile…)
Et puis on explique que le héros possédé par un démon c'est stéréotypé...
Sauf qu'il s'agit clairement d'un exemple extrême de schizophrénie pour filer l'allégorie du "démon qui est en chacun de nous". Là aussi ce brillant littéraire n'a rien compris du tout à que ce raconte le livre, c'est quand même confusant vu comment il se la pète grave.
Et puis on fume la moquette en évoquant des extraterrestres, des femelles guerrières à forte poitrine, un jeune garçon orphelin qui devient roi et des dragons… Euh, cela a l’air d’être de la bonne came hallucinogène le truc qu’il a pris en lisant le livre hein.

Il a bien ragé contre un genre qu’il vomit. Son ego est très content. Sauf qu’avec ce genre de critiques, certains sites sont morts (remember le Cafard cosmique)



Dernière édition par Albéric le Mar 6 Mai - 6:57, édité 2 fois
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Dark Moon : donnez votre avis !

Message par Derfel le Lun 5 Mai - 15:15

Albéric a écrit:
Attention les yeux :
http://www.fantasyliterature.com/reviews/dark-moon-pure-genre-fantasy/
Jesse Hudson a écrit:Aliens appear on the medieval scene to bring peace (yes, aliens!). A man invents a catapult that didn’t exist (in a time of castles, swords and shields, go figure). 
Comme tu dis, Albéric, le mec se décrédibilise royalement en écrivant ça.

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Dark Moon : donnez votre avis !

Message par Albéric le Lun 5 Mai - 15:21

@ Derfel
Et il écrit ça sur un site de référence aux Etats-Unis.
Remarquez, les nôtres ce n'est pas mieux en France.
Tu aurais des liens pour Canada et/ou le Québec svp.

Parce que mine de rien la SFFF canadienne compte une pelletée de (très) bons auteurs !

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Dark Moon : donnez votre avis !

Message par Derfel le Lun 5 Mai - 16:19

Albéric a écrit:@ Derfel
Et il écrit ça sur un site de référence aux Etats-Unis.
Remarquez, les nôtres ce n'est pas mieux en France.
Tu aurais des liens pour Canada et/ou le Québec svp.

Parce que mine de rien la SFFF canadienne compte une pelletée de (très) bons auteurs !
Malheureusement, le Québec n'est pas une pépinière au niveau de sites parlant de Fantasy. J'ai cependant déniché une interview avec la romancière Elisabeth Vonarburg qui est très intéressante :
coteblogue.ca
Un extrait (et on parle de Fantasy historique) :
MF: Est-il plus difficile de construire un monde pour y faire de la SF ou de modifier le monde réel pour en faire un monde de fantasy ?
EV: Il est bien plus difficile de modifier le monde réel — c’est le problème de l’uchronie, mais pas de la fantasy. Ce qui m’a compliqué les choses, c’est que Reine de Mémoire est une uchronie ! J’en ai bavé, avec des atlas, des livres d’histoire, des dictionnaires — et un historien comme lecteur d’accompagnement, merci Mario Tessier ! Au moins, quand on invente un monde de SF, comme je l’ai fait pour Tyranaël, on peut être seule maîtresse et déesse à bord (moyennant les garde-fous scientifiques, et même là, je me suis rendu compte à ma grande joie que mes désirs-fantasmes et les exigences scientifiques étaient dans la plupart des cas harmonisables).
Mais pour une uchronie, qu’elle soit de SF ou de fantasy, aïeoïe ! La vraisemblance historique n’est pas du même ordre que la vraisemblance scientifique, ne dépend pas des mêmes critères, est beaucoup plus subjective, floue. Et en plus, il y a le danger de se laisser séduire par le jeu uchronique et de digresser, de s’écarter de l’histoire pour ajouter des détails rigolos, surprenants, « ingénieux ».
Comme la partie 18e siècle de Reine de Mémoire se passe entre 1789 et 1802, par exemple, j’ai perdu presque une journée entière à me demander comment je pourrais flanquer Bonaparte quelque part dans un rôle de troisième plan, un caméo, en clin d’œil, pour finalement me rendre compte que c’était une distraction inutile pour l’auteure comme pour les lecteurs !
MF: L’étiquette « fantasy historique » a été accolée à Reine de Mémoire. Est-ce que, selon vous, ce roman se rapproche de ce que fait Guy Gavriel Kay ?
EV: Vraiment pas. Guy prend des personnages et/ou des événements historiques et les passe habilement à la moulinette uchronique. Mais le côté uchronique, et donc historique, de Reine de Mémoire est incident au récit. C’est devenu une uchronie, ce ne l’était pas au départ; je veux dire que l’impulsion première, fondamentale, ce qui a soutenu mon imagination et mon écriture, ce n’est pas ça. Si des événements semblent rappeler des événements historiques réels, les dates ne conviennent pas, ni la façon dont ils se déroulent (la prise de Québec, par exemple) ; ça commence en 1789, et la révolution française n’a jamais eu et n’aura jamais lieu ! Il n’y a qu’une seule et unique croisade — et c’est contre les Perses ! Etc.
MF: En tant que directrice littéraire et animatrice d’ateliers d’écriture, pouvez-vous expliquer pourquoi les nouvelles de fantasy sont encore rares au Québec ?
EV: Je me rends compte que depuis le début de cet entretien, nous parlons de fantasy comme si c’était un genre massif et indivisible. Mais de quelle fantasy parlons-nous ? Des elfes, des trolls ? Des dragons ? (Et quels dragons ? Michael Swanwick a écrit un roman génial avec des dragons The Iron Dragon’s Daughter, qui est ... quoi, exactement ? Lisez-le et vous m’en donnerez des nouvelles); des magiciens ? De la fantasy urbaine, dans un cadre moderne ? Le terme anglais fantasy inclut le fantastique, de surcroît ! Des textes néo-lovecraftiens ? Et puis il faudrait dire : les nouvelles publiées de fantasy sont rares. Il s’en écrit des tonnes — et je dois dire « hélas », parce que c’est le règne du néo - : néo-donjon & jeux de rôles, néo-romans-écrits-à-partir-de donjons & jeux de rôle (du néo-néo, en quelque sorte !), néo-Seigneur des Anneaux, et sans doute bientôt néo-Harry Potter quand cette génération-là commencera à vouloir écrire. L’imaginaire des aspirants-auteurs est le plus souvent entièrement parasité par ces lectures, ces films, ces jeux, et je crains qu’il ne devienne de plus en plus difficile pour eux, et en tout cas de plus en plus long, de passer au travers (une étape nécessaire, et qui existe pour toutes les générations de lecteurs devenant écrivains) afin de trouver leur propre imaginaire, leurs propres histoires, et non des personnages, des situations, des décors et des motifs au niveau quasiment zéro du dérivatif.
Une critique de Reine de Mémoire sur Fantastinet.com.

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Dark Moon : donnez votre avis !

Message par Sieben le Mar 6 Mai - 0:38

Albéric a écrit:

On enchaîne avec des créatures reptiliennes. Quézako ? Sûrement un de ce junkies qui ont vu des hommes lézards dans Vlad Taltos et des vampires des marécages dans la Compagnie noire que les lectures cherchent encore au bout de 25ans… Les Daroths ne ressemenble en rien aux dragoniens de Dragonlance !

Normalement si c'est un spécialiste SF il aurait dû reconnaître la créature d'Alien ou une chose ressemblante. Des créatures reptiliennes ? Mes avis que ce monsieur est un fin consommateur de champotes mexicains qu'il importe en douce. Je lui conseille l'amanite tue-mouches en digestif.
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Dark Moon : donnez votre avis !

Message par Marv le Jeu 22 Mai - 22:08


" Des anciens peuples, seuls les humains ont survécu.
    Les paisibles Eldarins, les sages Oltors et les monstrueux Daroths ne sont plus qu'un souvenir, disparus de la surface du monde après une guerre sanglante. 
Mais les humains ont la mémoire courte..."



Dans Dark Moon, David Gemmell stéréotype volontairement les notions de bien et de mal pour mieux les repenser par la suite.
Dans ce sens il nous relate l'existence passée de trois grandes races qui représentaient symboliquement ces notions dans leur forme la plus manichéenne.

Les Oltors, la race bienveillante par excellence a été anéantie par les Daroths (symbolisant le mal ultime) alors qu'elle venait de leur offrir asile.
Les Eldarins, spectateur du massacre des Oltors, n'interviendront que pour restaurer l'équilibre de la vie auquel ils sont attachés.
Finalement les Eldarains sortiront meurtries mais vainqueurs des Daroths dont ils banniront l'existence dans une autre dimension.
La magie nécessaire au maintien de l'emprisonnement du mal ultime sera contenue dans une perle blanche, artefact symbolisant dans notre vision humaine la pureté par excellence.

Mille ans plus tard, les Eldarins vivent en marge d'une humanité qui n'aspire qu'à la domination et à la guerre.
C'est dans ce climat de guerre perpétuelle que jaillit la source de notre histoire.
Le fil du récit, semblables à trois ruisseaux sinueux,  verra le destin de trois personnages singuliers se croiser pour se fondre tel un torrent déchaîner nous entraînant frénétiquement vers un dénouement qui tel un océan de sang emportera tout sur son passage. 

Quatre duchés se vouent une haine fratricide pour la souveraineté de la région.
Le duc Sirano s'est emparé de la perle des Eldarins pensant qu'elle pourrait lui offrir les clefs d'un pouvoir décisif sur ses rivaux voisins.
Hélas, telle la boîte de pandore, la Perle révélera ses secrets tout en libérant sa magie.
Le fléau Daroth est lâché sur le monde, le massacre et l'extermination totale de l'humanité peuvent commencer...
L'apocalypse est en marche et rien ne semble pouvoir l’empêcher cette fois.

Parallèlement aux trois races anciennes dont découlent spirituellement la race humaine, David Gemmell propose un trio de héros assez surprenants.
Tarentio, mercenaire possédé par l'esprit d'un démon assoiffé de sang et de combat (Dace), Karis meneuse d'homme intrépide nymphomane et Duvodas un barde guérisseur refusant toute forme de violence.

En représentant le mal absolu sous l'aspect d'une forme de vie détaché de toute forme de conscience individuelle (les Daroth ont une conscience collective animale), David Gemmell renvoie les hommes vers leurs propres contradictions et leurs propres maux.
À l'image du duc Sirano qui se laisse abuser par la signification de la perle des Eldarins, les humains ont une vision étriquée de la signification de ces valeurs.
En les associant à des idées caricaturales, D G nous rappelle intelligemment que le bien et le mal chevauchent côte à côte dans l'ombre de nos pas.

En revisitant le mythe de la boîte de Pandore tout en défendant la thèse que nous sommes les artisans de nos maux, en nous proposant des héros aux personnalités complexes et torturées, il développe l’idée qu'à l’instar de Tarentio, Duvodas et Karis, la lutte contre la mal est avant toute chose un combat personnel.
Dark Moon propose l'une des plus belles histoires de David Gemmell avec ce style narratif propre à l'auteur alliant fluidité, immersion et sensibilité.
Incontestablement Dark Moon est un livre exceptionnel qui nous offre l'un des plus marquant dénouement de l'auteur.

Bien que Tarentio/ Dace semble de prime abord le personnage central du roman, Duvodas sera incontestablement celui dont la destinée vous marquera le plus.

http://avalonfantasyforum.bbfr.net/t351-votre-critique-de-dark-moon-de-david-gemmell


Dernière édition par MEGALOCK le Mer 28 Mai - 15:12, édité 1 fois
avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Dark Moon : donnez votre avis !

Message par Marv le Mer 28 Mai - 15:11



Farmace a écrit:Le premier roman, celui qui nous fait rencontrer un auteur pour la toute première fois, est semblable à la première impression que l’on a face à une personne.
Souvent, cette première impression se révèlera décisive sur notre future relation à cette personne, et dans le cas présent, à cet auteur. Son style, ses thèmes de prédilections, la qualité de son histoire, les détails...
Inconsciemment, on creuse beaucoup plus lorsque c’est la première fois.
En cela, Dark Moon, roman avec lequel j’ai découvert David Gemmell, fut une rencontre pour le moins explosive, et le début d’une longue amitié par livre interposé avec cet auteur britannique.

Le scénario en quelques mots : autrefois vivaient les Eldarins, peuple de grands magiciens et musiciens, philosophes et artistes totalement non violents, et apprentis d’une autre race aujourd’hui disparus, les Oltors.
Cette race fut en effet éradiquée par les Daroths, étranges et génocidaires créatures carnivores (et accessoirement anthropophage), dont la civilisation est fondée sur la conquête permanente. Immenses, extrêmement résistants, ces monstres disparurent grâce aux Eldarins, qui eux même disparurent quand les humains vinrent leur chercher querelle.
Il n’est pas ici question d’éradication, mais bien de disparition : ils se volatilisèrent, ne laissant derrière eux qu’une perle noire…


Ici commence l’histoire proprement dite.
Les humains sont désormais seuls habitants du monde et règnent en maîtres. Les quatre duchés se livrent une guerre sans merci, ceci dans le but de posséder ladite perle, source d’interrogations et de convoitises pour les seigneurs et magiciens. Alors que la perle subit de la part de son actuel possesseur une nouvelle attaque magique, le monde tremble.
Quelque part au sein du pays, une immense ville vient d’apparaître, sous une lune noire d’ébène. Les Daroths sont de retours.


Certes, de prime abord, on peut craindre que l’idée d’une ancienne menace qui refait surface forçant les ennemis d’hier à devenir les alliés d’aujourd’hui ne soit éculée, déjà vue, et en somme, caricaturale.
 En cela on est rapidement détrompée par la nature froide des Daroths qui sont totalement en dehors de notions telles que le bien et le mal.
En effet, cette race de puissants guerriers n’est pas en tant que telle « démoniaque » au sens traditionnel du terme. Ils sont simplement poussés par un égoïsme leur faisant voir ce qui est bien pour eux seuls comme « le bien », et ce qui les retarde ou s’oppose à eux comme « le mal ».
En cela on s’éloigne du cliché du méchant dévoué à un culte infernal prenant son plaisir dans la souffrance et autres joyeusetés, ce qui est déjà un bon point.
Ce n’est toutefois certainement pas là que ce roman se révèle être de grande qualité.

Ce qui fait de Dark Moon un roman exceptionnel réside dans ses personnages hauts en couleurs, profonds, complexes, non-manichéens, attachants, puissants…
Dans ce roman réside peut-être la quintessence de ce que Gemmell aura su concevoir de plus abouti en termes de personnages.
Tarentio, bretteur mercenaire d’exception ; Karis, jeune capitaine d’une troupe de mercenaires, collectionneuses d’amants et fine tacticienne ; Duvodas, harpiste exceptionnel ayant été élevé par les doux Eldarins peu avant qu’ils ne se volatilisent, et porteur d’une magie au potentiel insoupçonné… les personnages prenant rapidement de l’importance, tant dans l’action elle-même que dans la part sentimentale qu’ils apportent à l’intrigue, sont trop nombreux pour être tous cités.
Nobles, guerriers, inventeurs, courtisanes, magiciens ou mercenaires, ont tous une part de ce qui rend le récit agréable à lire.

L’un d’entre eux ne peut cependant être ignoré : Dace, la seconde âme de Tarentio. Ici réside un point clef du roman, conférant à Tarentio une double aura, à la fois héroïque et inquiétante, bonne et malsaine, ambigüe et changeante. Le héros n’est pas seulement un « gentil », mais recèle une part d’ombre qui prend vie indépendamment pour mieux transcender le personnage.
Doublement intéressant, Dace/Tarentio est un savant mélange de héros et d’antihéros coincés en un seul et même corps. Là où chaque personnage apporte au récit une subtilité qui lui est propre, on appréciera l’honorable Tarentio, de même que l’on se surprendra à rire avec Dace lorsqu’il brise os et membre.


Concernant le style même, on ne peut que dire « c’est du Gemmell ».

Les combats sont intenses et bien menés, les scènes de discussion, et plus globalement tout ce qui n’est pas du ressort du combat, n’est jamais ennuyeux. On prend le temps de s’attacher aux personnages en quelques pages à peine, et l’alternance de brutalité guerrière, d’intrigue politique et commerciale, de trahison, d’amour, et même d’érotisme, nous procurent un tableau pour ainsi dire complet de ce que la Fantasy Gemmellienne peut offrir de meilleur. 


Le lecteur qui ne connait pas encore Gemmell se fera un plaisir de le découvrir avec cette fresque aussi belle que forte, tandis que l’habitué de cet écrivain retrouvera en moins de 350 pages tout ce qui fait de Gemmell un éternel incontournable de ce genre. Dark Moon peut sans aucun doute figurer dans la catégorie des livres qu’on peut lire et relire avec un plaisir sans cesse renouvelé.

Il s’agit sans conteste de l’un des meilleurs romans isolés de cet auteur, si ce n’est le meilleur tout court.
Seule ombre au tableau : son faible nombre de pages qui nous laisse une vague impression de frustration.
Aimer le style Gemmellien est une condition sine qua non pour apprécier cet ouvrage, c’est une évidence, aussi conviendra-t-il de rappeler qu’une intrigue complexe et une grande subtilité scénaristique ne sont pas ce qui fait la force de ce roman.

A consommer sans modération si vous aimez la Fantasy qui va droit au but sans pour autant ne constituer qu’une succession incessante de combats.

FARMACE RHAIDEN
avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Dark Moon : donnez votre avis !

Message par psysco le Sam 16 Aoû - 14:07

Un excellent roman, un excellent Gemmell...peut être un peu trop court .
avatar
psysco

Date d'inscription : 16/08/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Dark Moon : donnez votre avis !

Message par Albéric le Sam 16 Aoû - 20:23

psysco a écrit:Un excellent roman, un excellent Gemmell...peut être un peu trop court.
Trop court comme tous les Gemmell. Mais ainsi on peut les dévorer en quelques jours au lieu de ramer sur des machinlogies de plusieurs milliers de pages.
(et bienvenu(e) pour l'occasion !)

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Dark Moon : donnez votre avis !

Message par psysco le Dim 17 Aoû - 11:59

Merci pour votre accueil . Je suis un très fervent admirateur de Gemmell et je partage votre avis : c'est souvent trop court. mais le plaisir , lui , est intact et immense.
avatar
psysco

Date d'inscription : 16/08/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Dark Moon : donnez votre avis !

Message par Derfel le Lun 18 Aoû - 14:48

psysco a écrit:Merci pour votre accueil . Je suis un très fervent admirateur de Gemmell et je partage votre avis : c'est souvent trop court. mais le plaisir , lui , est intact et immense.
Soit bien à l'aise de te présenter dans la section prévue à cet effet.

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Dark Moon : donnez votre avis !

Message par Albéric le Mar 19 Aoû - 23:12

Très belle critique que j'ai trouvée sur le net :
http://drunkendragonreviews.wordpress.com/2014/05/13/dark-moon-by-david-gemmell/

It all starts with the power hungry Duke Sirano of Romark, who possesses the Eldarin Pearl. Looking for a sorcerous edge that will allow him to finally win the decade-long War of the Pearl, he tampers with the energies of the pearl and unknowingly unleashes the Daroth, an immortal race of creatures that see things only one way; the world belongs to them, and humanity has to go. No quarter. No prisoners. No mercy. Now the fate of humanity rests on the shoulders of a healer trained by another race as ancient as the Daroth who have abandoned the world, a legendary warrior as psychotic as he is unstoppable in a fight, and the genius of a female general.

This book is as gritty and intense as they come. For the most part the story focuses on Tarantio, a guy that shares a body with an entity called Dace. Whether its multiple personality disorder or possession is up to you, it’s never touched on in here. Tarantio is peaceful, and will take the easy way out of any issue, willing to bow his head if needs be. Dace, on the other hand, is as pathologically violent as they come. His solution to any conflict involves him wading up to his neck in the blood of whoever he has an issue with. As you may guess, this makes for some interesting reading.

I think what I loved most about this book is the sense that all through this story, humanity is dragged kicking and screaming to it’s death, and absolutely nothing is able to prevent it. The legendary warrior can’t kill an immortal. The general can’t beat an army that won’t die. The healer can’t heal the dead. Pretty much everything that is tried to stop the Daroth fails miserably, and all through the book there’s just the blatant relentless slaughter of humanity.

How Gemmell makes such a dark, depressing, violent story so fun is absolutely beyond me; he just does it. For the life of me I cannot recall I single thing I didn’t like in this book; it’s all stuff I either liked or pretty much accepted with no qualms. It helps that I really enjoyed the story, as the Daroth relentless expand outwards and butcher anything in their path.

Considering it’s a standalone, and a fast, fun read that’s going to suck you in right from the start, keep you hooked and leave you wanting more? Well worth the time, every page of the way.
Voilà un gars qui prend du recul sur ses lectures !

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Dark Moon : donnez votre avis !

Message par Albéric le Dim 24 Aoû - 12:48

Gregor Herbert Clegane a écrit:Donc Darkmoon encore un génial bouquin du génial Gemmell. La faculté de ce type à créer des persos charismatiques en 3 lignes je trouve ça dingue.
Même le perso féminin là (j'ai déjà oublié son nom tiens :johnyhalliday: ), car dans de l'héroic fantasy les persos masculins sont évidemment plus facile à créer que les féminins, mais lui y arrive (là où Jordan échoue en 235 014 pages).

Donc des persos qu'ils sont cools, un scénar sympa, une imagination (les 3 autres peuples avec leurs histoires, leurs cultures etc etc), un rythme et du saaaaaaaaaaaaaaang, de la violeeeeeeeeence, et tout petit peu de sexe...

Gemmell c'est cool
Oui, Gemmell c'est cool. Il ne faut pas écouter les pisse-froid qui disent le contraire...

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Dark Moon : donnez votre avis !

Message par Sieben le Lun 9 Mar - 22:29

En sortant tout juste de ma lecture de Jon Shannow tome 1 j'ai eu un déclic. L'opposition des Daroths et des Olthors sur le plan spirituel n'est qu'une reprise de la confrontation extrême bien / extrême mal entre Ruth et son mari Abbadon. La première est une syndiqué de la religion chrétienne, adepte du "tendre l'autre joue" alors qu'Abaddon est voué au satanisme. Ruth n'a pas besoin de Siptrassi pour utiliser la magie, tout comme les Olthors dont la magie découle de "l'amour".

Je comprends vraiment maintenant la position de Gemmell à ce sujet. Le mal est indéfendable, ça c'est une évidence. Mais les Olthors tout comme Ruth ont tord eux aussi au final. Pendarric le roi atlante le fait comprendre à Ruth et les Olthors ont payé leur position pacifique en étant éradiqué du monde.

Le but est d'aller vers l'harmonie, pas de bien sans mal et inversement. L'humain doit accepter qu'il y a du mal en lui, vivre avec et faire au mieux. Jon Shannow, c'est celui qui accepte les deux revers de la pièce mais qui tant que faire ce peux, choisira ce qui est juste et bon. Gemmell n'est jamais très tendre en fait avec ceux qui défendent une position 100% non agressive.


Dans L'étoile du Matin a écrit:"Ton coeur est profondément romantique. Or, notre monde est un jardin du mal. Tu aurais dû être moine, enfermé dans un monastère grisâtre, avec de hauts murs et des portes solides".

Il y a exactement cette idée dans Jon Shannow 1 avec Ruth et ses fidèles qui vivent dans un sanctuaire invisible au monde extérieur. Seuls ceux qui sont 100% purs peuvent le voir. Mais est-ce vraiment vivre que de se cloîtrer entre 4 murs pour échapper à toute violence. Assurément pas la voie à suivre.
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Dark Moon : donnez votre avis !

Message par Albéric le Mer 11 Mar - 15:11

Comme je dit souvent, beaucoup de réflexions d'ordre métaphysique pour un auteur qualifié de médiocre et bourrin par certaines sommités nationales en SFFF.
Finalement l'oeuvre de Gemmell est très cohérente de bout en bout, avec un basculement avec Rigante... (j'aurai bien dit avec La Reine Faucon, mais on retrouve encore des méchants psychopathes et des vikings nazis... ^^).

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Dark Moon : donnez votre avis !

Message par Sieben le Mer 11 Mar - 20:27

Albéric a écrit:
Finalement l'oeuvre de Gemmell est très cohérente de bout en bout, avec un basculement avec Rigante... (j'aurai bien dit avec La Reine Faucon, mais on retrouve encore des méchants psychopathes et des vikings nazis... ^^).

Pourtant dans le 2ème cycle de Rigante on retrouve un peu cette figure du nazillon génocidaire au travers du Moïdart. J'en ai parlé dans mon avis qu'il me rappelait pas mal le führer, certes de manière nuancée, mais tout de même le portrait n'était pas très flatteur. Le prince Sirano dans Dark Moon, méchant nuancé, est un peu pareil.

Mais sinon ouais, une cohérence dans le propos, de ses débuts avec Légende jusqu'à Troie, il brosse les mêmes thèmes humanistes et pose des questionnements universels de façon "simpliste" pour mieux faire passer le message. Il tortille pas du cul pour chier droit. Là où pour certains auteurs il faudrait une équipe d'analystes sortis d’hypokhâgne pour décrypter la pensée, Gemmell arrive à se faire comprendre de tous (enfin, ceux qui seront sensibles au message du moins).
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Dark Moon : donnez votre avis !

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum