David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Le Nom du Vent, Patrick Rothfuss

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Re: Le Nom du Vent, Patrick Rothfuss

Message par Marv le Mer 28 Mai - 14:25

Derfel a écrit:
Albéric a écrit:
Derfel a écrit:
MEGALOCK a écrit:
Le nom du Vent est indubitablement un chef-d’œuvre de la littérature fantastique, sa victoire aux GEMMELL AWARDS 2012 avec le deuxième tome de cette saga,  n'a fait que le confirmer.
J'ai la première partie, mais je ne me décide pas à le lire, ça semble manquer cruellement de côté épique.
Il n'y a aucun côté épique du tout.
Un David Gemmell Award à un livre sans aucun côté épique. Vraiment c'est du grand n'importe quoi.
Un argument sur lequel je suis d'accord, jamais il n'aurait du remporter ce prix pour cette raison évidente
avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Le Nom du Vent, Patrick Rothfuss

Message par Albéric le Mer 28 Mai - 15:17

MEGALOCK a écrit:Tant de livres n'ont pas le succès mérités, doit-on sanctionné celui-ci pour juste se prévaloir d'être à contre courant, ou pour opposer ses convictions à celle du tout venant afin de mettre en avant  ses goûts d'exception  ? Clairement non, alors pourquoi ne ferions nous pas plutôt partager aux autres, ce qui nous as plu dans les romans, plutôt que de spéculer sur des choses qui nous échappent à ce jour.
Tu sais il y a plein de gens qui n'aiment pas Robin Hobb, cela ne l'empêche pas d'avoir amené qqch de frais au genre et de bien écrire. Et s'ils n'aiment pas Robin Hobb ce n'est pas pour être à contre-courant ou mettre en avant ses goûts d'exception, mais parce s'attarder sur la banalité quotidienne d'un héros présenté comme extraordinaire en racontant absolument toute depuis sa prime jeunesse on peut aussi trouver ça ennuyant.
La grande force de Pat Rothfuss, c'est qu'il écrit tellement bien qu'il arrive à ne pas rendre ennuyante les 800 pages de son tome 1. Mais bon l'illusion finit par s'estomper : il ne se passe pas grand-chose et l'histoire avance très lentement.

Après je ne spécule rien, je me contente de suivre les déclarations de l'auteur sur le Net :
1) j'ai écrit de A à Z une super trilogie que vous allez kiffer
2) désolé les gars, je vous ai menti car ne n'avait aucune bille après la sortie de mon tome 1
3) ne vous inquiétez pas, je vais rattraper le coup !
4) vu où j'en suis à la fin du tome 2, je pense qu'il faudra 6 livres pour finir la trilogie...
Et on parle d'un auteur qui part de la fin de son histoire pour narrer en flashback le biopic de son héros alors qu'il ne sait vraiment pas comment il va le faire aller du point A ou point B. Désolé, quel que soit la qualité de la plume d'un auteur, je ne peux pas cautionner cette forte bancalité (après on a aussi le droit de changer son fusil d'épaule et d'improviser en dehors des grandes lignes, mais là même au niveau des grandes lignes on navigue totalement à vue !).


Dernière édition par Albéric le Mar 17 Fév - 20:04, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Le Nom du Vent, Patrick Rothfuss

Message par Albéric le Dim 30 Nov - 19:56

Marv, est-ce que tu as lu la post-face de La Musique du silence ? l'auteur aurait-il été atteint par une crise de boulardise ???

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Le Nom du Vent, Patrick Rothfuss

Message par Marv le Dim 30 Nov - 20:32

Albéric a écrit:
Marv, est-ce que tu as lu la post-face de La Musique du silence ? l'auteur aurait-il été atteint par une crise de boulardise ???


J'ai pas encore lu le livre mais j'ai lu la post face et je trouve qu'il insiste un peu trop sur le caractère déroutant que prend  la forme narrative de cette grosse novella et il exprime ses craintes du ressenti que pourrait avoir le lecteur qui ignorerai l'existence des autres livres ou du fan qui s'attendrai à la suite des aventures Kwothe.
A trop vouloir se justifier du bien fondé de cette entreprise il réussit finalement a interpeller les gens sur la relative déception qu'il livre avec ce roman trop différend et  trop court et pas à la hauteur des espérances des fans qui l'ont portés comme leur Dieu. (un petit retour sur Terre ne peut que lui faire du bien)
La vérité je pense, c'est qu'il est lié par un contrat qui l'oblige à pondre un manuscrit avec une time line et qu'il a accouché dans l'urgence de ce petit manuscrit pour gagner du temps et respecter ses engagements, je crois pas que son éditeur se contentera de nouveau  d'un récit de ce type, les fans non plus.
avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Le Nom du Vent, Patrick Rothfuss

Message par Albéric le Dim 30 Nov - 20:37

D'un autre côté publier un récit expérimental qu'on a écrit pour soi et ensuite se plaindre qu'il ne rencontre pas le succès qu'il pense devoir mériter, c'est un peu fort de café quand même... Mais ton hypothèse est sans doute la bonne : il a donné un os à ronger à son éditeur et à son lectorat pendant qu'il se demande comment il va finir sa trilogie en 6 tomes... ^^

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Patrick Rhothfuss, La Musique du Silence

Message par Marv le Mar 27 Jan - 0:10


"Lorsque Auri s'eveilla, elle sut qu'elle disposait de sept jours.
Oui. Elle en etait tout à fait sûr. Il lui rendrait visite le septième jour."


La musique du silence est un petit roman de quelque 155 pages qui s'adresse exclusivement aux lecteurs des chroniques du Roi et encore pas à tous.
C'est un texte à aborder uniquement si l'on accepte le parti pris de l'auteur qui est pour l'occasion de lever un peu plus le voile sur Auri, l'une des personnalités les plus marquantes des romans des "chroniques du tueur de Roi".
Auri est une jeune fille livrée à elle-même dans ce que l'on nomme le "sous monde", une sorte de ville sous la ville constitué d'un réseau de couloirs, salles et autres conduits en ruine. Ce qui la caractérise c'est bien entendu son côté un peu Tom Bombadil, cette gentille folie qui la fait voir tout sous un filtre different d'une personne normal.
Elle croit profondément au pouvoir des noms sur les êtres mais aussi sur les choses et ainsi tout ce qui peut-être nommé acquiert forcément une âme et donc une forme de conscience et d'existence. Elle se sent gardienne du bien-être de tous les objets inanimés qui "peuplent" son domaine où elle seule réside.
C'est ainsi que dans son monde souterrain elle s'est battit une forteresse de solitude où son existence est la recherche permanente d'un équilibre pour le bien-être des objets dont elle se sent la responsabilité et envers laquelle elle développe une empathie "fantome".
Par exemple dans ce qui lui fait office de chambre à coucher, elle pourra passer toute une soirée à changer de place les objets dont elle perçoit la détresse et le mal-être dans l'obscurité, et le lendemain alors qu'elle redécouvre la pièce éclairé et donc sous un autre point de vue, son appréciation du bien-être de ses objets change et la voila qui recommence à tout ranger de nouveau.




Le roman nous propose donc de partager pendant sept jours le quotidien, pour le coup chamboulé, d'Auri alors qu'elle doit se préparer à recevoir un invité de marque, Kvothe pour qui elle nourrit une obsession débordante depuis qu'elle est tombé sous le charme de ses chants au clair de Lune.
Clairement il n'y a pas d'histoire autre que celle de marcher dans ses pas et d'observer dans le silence les manifestations de sa perception tronqué de la réalité.



"De joie, Auri se mit à rire, et chaque éclat de son rire était comme un petit oiseau fusant de sa gorge pour s’élancer dans le salon."


Ça reste une lecture sympathique, Auri nous apparaît plus fragile et plus attachant encore sans que l'auteur ne soit tombé dans le piège d'un développement de ses origines alors que clairement le charme du personnage réside dans le mystère qui accompagne son passé.
Il y a un peu un côté Alice au pays des Merveilles finalement dans cette musique du silence avec une héroïne qui dans les deux cas évolue dans une autre réalité avec d'autres repères et d'autres codes. 
L'écriture de Patrick Rothfuss est toujours aussi belle, plus lyrique et métaphorique que jamais pour servir finalement un roman, qui tient plus d'une oeuvre conceptuelle, expérimentale qu'autre chose.
Pour ma part j'ai bien apprécié l'effet de style et l'atmosphère générale littéralement envoutante mais il n'aurait pas fallu que ça traine sur 100 pages de plus ...

avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Le Nom du Vent, Patrick Rothfuss

Message par Albéric le Mer 28 Jan - 9:38

Merci pour le ressenti de lecture, mais j'ai vraiment quantité de trucs plus intéressants sous le coude donc je passe mon tour...

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum