David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Michel Robert, L'Agent des Ombres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Michel Robert, L'Agent des Ombres

Message par Loselee le Dim 4 Avr - 19:25



Voilà il s'agit là d'un cycle assez spécial d'un écrivaint français, le Cycle de l'Agent des Ombres, fantastique sombre et sensuel et très accrocheur a mon gout. L'histoire se passe dans un monde compliqué de plan ou "cohabitent" 3 grandes puissances, l'Ordre, les Ténébres et le Chaos. L'Ordre et les Ténébres étant en guerre permanente et le Chaos étant une entité plus mystérieuses dont personne n'aurais pu précisément prouver l'existence. Le roman se déroule a travers Cellendhyl de Corvatar, un humain, un agent du chaos, menant ses missions secrètes au sein des différents plans.
Ce cycle pleins de rebondissement mérite selon moi d'être connus même si je n'ai actuellement lu que les 2 premiers tomes.
avatar
Loselee
Légionnaire de la Martia victrix

Date d'inscription : 04/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Michel Robert, L'Agent des Ombres

Message par Loselee le Dim 4 Avr - 22:47

Il as également écris le cycle de la Malerune si je me souviens bien mais je n'ai pas eu l'occasion de le lire.
avatar
Loselee
Légionnaire de la Martia victrix

Date d'inscription : 04/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Michel Robert, L'Agent des Ombres

Message par Invité le Mar 6 Avr - 7:17

J'ai jeté un oeil sur internet, on en parle comme un incontournable en Dark Fantasy à lire absolument... maintenant, méfiance sur les éloges dithyrambiques: on nous a déjà fait le coup avec l'épée de vérité de Goofdking.
Je vais lui donner sa chance, on verra bien. Si je suis déçu, je promets de ne plus jamais me laisser influencer par les critiques sur internet!
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Michel Robert, L'Agent des Ombres

Message par Stryge le Mar 6 Avr - 15:43

je confirme que c'est une super série.
Je pense que la plupart des fan de gemmell apprécieront
avatar
Stryge
Légionnaire de la Martia victrix

Date d'inscription : 04/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Michel Robert, L'Agent des Ombres

Message par Loselee le Mar 6 Avr - 18:40

Je ne peut rien te garantir Tarentio car comme on dis, tout les goûts sont dans la nature :) Enjoy !
avatar
Loselee
Légionnaire de la Martia victrix

Date d'inscription : 04/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Michel Robert, L'Agent des Ombres

Message par Sigarni le Mar 6 Avr - 19:00

Tarentio, tu essayes de nous orthographier de la pire manière qui soit le nom de Goodkind ? :P
avatar
Sigarni
La Reine Faucon

Date d'inscription : 05/03/2007

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Michel Robert, L'Agent des Ombres

Message par Invité le Mar 6 Avr - 20:30

Purée, j'arrive même plus a écrire son nom à celui-là!
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Michel Robert, L'Agent des Ombres

Message par Oncle Kiin le Lun 25 Mar - 21:24

Je viens de finir le premier tome, l’Ange du Chaos. C’est un peu douloureux de dire ce que j’en pense, parce que grosso modo j’ai trouvé ça très mauvais, mais en même temps ça m’inspire une certaine sympathie.

Bref, je réclamais récemment de la fantasy sans complexe... et on peut dire que j’ai été servi !
Dès les toutes premières pages, une esthétique moorcockienne, flamboyante ou excessive selon les goûts, avec un archimage « duc du Chaos » aux cheveux blancs, des démons félins-sangliers-scarabées invoqués à travers les plans du multivers, des armes runiques, etc.
Personnellement, dans ces cas-là, je bois mon petit lait, donc jusque-là j’étais très content.
Mais presque aussitôt, je m’aperçois que l’identité du bouquin est bien plus complexe et plus floue que ça.
À cette imagerie de fantasy baroque, se mêle la plus franche des gauloiseries. Là encore, tournée générale : quasiment à chaque chapitre, il y a du cul, de la boustifaille et du pinard. Je ne vais pas faire mine de me plaindre, au contraire, ça donne l’impression d’être écrit par un type truculent et sympa, et c’est en grande partie à cause de ce sentiment que ça me coûte de dire du mal de ce bouquin. (Mais je vais le faire quand même )
Simplement, le mélange des deux, cette moorcockerie ténébreuse et rabelaisienne voire franchouillarde, je sais pas, ça passe moyen, quoi.
Avec en prime une bonne louche de scènes à la limite de la farce, notamment dans les passages de sexe (dès le prologue, le Légat des Ténèbres fouette sa copine attachée sur un chevalet SM en lui parlant de son père parce qu’il est sûr que « ça l’excite »), j’avoue que je commençais à me demander où j'étais tombé.

… Et tout ça à Coruscant ! \o/
(Bon d’accord, là j’exagère. Mais c’est vrai que les villes principales du Plan Primordial s’appellent Ambre, Gar-Vallon [Tar Valon ?], la Cité des Nuages [Bespin] ou Coruscante [sic].)

Donc voilà, c’est un restau à la bonne franquette, une fantasy qui ne se prend pas du tout au sérieux.
Mon problème, c’est que l’intention de second degré, s’il y a (ce que je suppose, il suffit de voir les titres en forme de calembours, la race d’hommes-ailés nommés les « Egles », etc.) n’apparaît pas de manière très claire ni très habile. Et du coup, ça flirte souvent avec le ridicule.

D’autant que le style est pour le moins relâché, les dialogues caricaturaux voire presque enfantins (bourrés de saillies énhaurmes ponctuées de points d’exclamation, ou bien s’étendant sur des bavardages d’une étonnante platitude)... Quant à la psychologie des persos, désolé mais elle s’avère souvent d’une finesse de char Annihilator.
Et ces personnages qui ont carrément des réactions de persos de jeu de rôles ! Le coup du héros dans la première auberge, qui va provoquer deux mecs badass pour leur piquer leur table afin de s’installer dos au mur, « comme il convenait à un homme prudent ». (Au lieu d’aller s’asseoir discrètement, peinard, hein. Et il n’y avait qu’une seule table près du mur, sérieux ? Ça manque drôlement de murs, dans cette auberge, faudra en toucher un mot à l’architecte.) J’étais cassé de rire tellement ça m’a rappelé les trucs débiles que font certains joueurs.
Enfin voilà, tout est comme ça : cousu de fil blanc, quasi-parodique/burlesque, gros comme une maison, impayable. Et sans que je parvienne, c’est bien ça le problème, à savoir exactement dans quelle mesure c’est volontaire.

En fait, en lisant, j’avais l’impression qu’une mauvaise fée avait décidé de me punir en exauçant mon vœu d’une manière excessive et vicieuse, vous savez ? Pour me clouer le bec en me prenant au mot, et me montrer que je serais finalement plus snob que je ne voudrais bien le croire en matière de fantasy.
Parce que « sans complexe », d’accord, mais enfin ce n’est quand même pas ce genre de bouquin que j’avais en tête, dans l’idéal (je pensais plutôt à des trucs comme le Codex Alera). Là, j’ai parfois carrément le sentiment de lire un manuscrit pioché au hasard dans les piles que reçoivent les éditeurs de fantasy, avec à peu près tout ce qu’on imagine de maladresses, de caricature et de fantasmatique adolescente, etc. On navigue entre des emprunts parfois assez grossiers, on passe de la Roue du Temps à Heroes of Might and Magic, d’Elric à Donjons & Dragons, dans une sorte de gloubi-boulga assez indescriptible.

Du coup je me demande « qu’est-ce que j’ai raté ? », parce que Michel Robert, c’est pas rien, en fantasy francophone, il a une grosse fanbase, sans doute des ventes au moins honnêtes, etc.

Donc, en essayant d’oublier que moi je n’ai pas aimé, je crois que j’arrive à peu près à imaginer les raisons de ce succès.
Michel Robert, c’est un peu le Frédéric Dard de la fantasy. Il s’assoit à son clavier, et il déballe. C’est justement Dard qui évoquait la magie que représentait pour lui la simple phrase « Il ouvrit la porte et entra. », l’envie d’écrire que ça stimulait en lui, la pulsion d’imaginer la suite. Je pense que l’auteur de l’Ange du Chaos suit grosso modo le même processus. Il écrit pour lui, il ouvre grand la porte de son imaginaire le plus primitif, et il envoie tout ça sur le papier sans s’emmerder ou se poser de questions. C’est sans doute pour ça que ça touche les gens.
Il ne se prend jamais la tête, quoi. Ses auberges, c’est la Cantina. Son héros, c’est le Malko des SAS. Ses personnages féminins, des James Bond girls. Ses traits d’humour bravaches et bon enfant, ce sont les vannes que s’échangent les héros de Star Wars à bord d’un Millenium Falcon réticent à passer en vitesse lumière. Finalement, je pense que ses lecteurs s’en foutent, que les traits d’humour en question ne soient pas toujours drôles. Ce qui leur parle, c’est la sincérité et la convivialité du truc. On navigue quelque part entre une version fantasy de la Brigade Mondaine et un blockbuster familial des années 90.
Faut pas chercher, quoi. Faut se laisser porter.
Ce que je n’ai pas réussi à faire. Et ça, justement, ça me fait réfléchir. Parce que je me souviens quand même m’être bien éclaté à lire des bouquins franchisés D&D qui n’étaient sans doute pas beaucoup plus finauds. Pourquoi un auteur français hors licence n’aurait-il pas le droit d’écrire ce genre de trucs, après tout ? Eh bien je ne sais pas... mais là pour moi, force est de constater que ça n’est pas passé :(

Je ne peux même pas dire que le livre est raté, dans le sens où on ne dit pas qu’un nanar est un « film raté », c’est juste complètement autre, quoi. Et ça séduit ou pas, selon les gens...
avatar
Oncle Kiin
Tribun de la Pia fidelis

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Michel Robert, L'Agent des Ombres

Message par Albéric le Mar 26 Mar - 14:13

Comme dirait un autre,
cette chro d'Oncle Kiin c'est quand même autre chose que la critique superficielle de ten.nikable.

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Michel Robert, L'Agent des Ombres

Message par Albéric le Mer 23 Oct - 6:40


Résumé d'Ange et Loki :
Gheritarish a besoin d’aide. Interrompant son enquête sur la mort de ses parents, Cellendhyll s’empresse de le rejoindre sur les Terres de Sang. Mais le voyage n’est pas de tout repos. Entre magie néfaste, monstres, pillards, et ennemis cachés, il croise sur son chemin Cyndaël, une belle archère qui s’intéresse à lui d’un peu trop près. Dans la foulée, il devient la cible des Vorpals, désormais réveillés, pour qui la chair humaine constitue la plus délectable gourmandise...

Oncle Kiin, s'il passe par ta PAL tu nous en parleras ?

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum