David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.

Rigante 4 Le Cavalier de l'Orage : partagez vos impressions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Donnez votre avis sur le livre

19% 19% 
[ 4 ]
62% 62% 
[ 13 ]
19% 19% 
[ 4 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 21

White Square Rigante 4 Le Cavalier de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Sigarni le Lun 26 Mar - 13:36

Le Cavalier de l'Orage



Date de parution : 22/03/2007
Illustrateur : Didier Graffet
Prix : 22€
Broché : ? pages
Format : 16 cm x 24 cm
Poids : ?
ISBN : 2352940389



Résumé :
Les Rigantes sont un peuple conquis. Le terrible Moïdart règne d’une main de fer sur le pays ; il n’y a que dans les territoires du nord que les clans profitent encore d’un semblant de liberté. Car dans les montagnes de Druagh se trouve la forteresse du chef rebelle, Cœur de Corbeau.  Jour après jour, celui-ci attend que l’armée varlishe, sous la férule du Cavalier de l’Orage, le propre fils du Moïdart, vienne l’attaquer. L’issue semble inévitable…
Or, ni le Cœur de Corbeau ni le Cavalier de l’Orage ne se doutent que la sauvegarde du monde repose en fait entre leurs mains. Mais si les deux hommes sont destinés à devenir des héros, l’un des deux est malheureusement condamné. Car un secret perdu dans la nuit des temps est revenu hanter ces deux guerriers : ils doivent affronter la vengeance d’un mal ancestral, assoiffé de sang…
avatar
Sigarni
La Reine Faucon

Date d'inscription : 05/03/2007

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 4 Le Cavalier de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Apprenti le Sam 17 Mai - 0:34

Pour moi, le moins bien de la série.
C'est dommage, car il n'était pas à la hauteur de mes espérance pour finir ce cycle exceptionnel.
Si personne ne l'a lu, je n'en parlerai pas plus
:green:
avatar
Apprenti
Légionnaire de la Martia victrix

Date d'inscription : 16/05/2008

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 4 Le Cavalier de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Sigarni le Sam 26 Déc - 17:41

(Quelques petits spoilers se sont glissés dans mon post, que ceux qui n'ont pas lu ce bouquin soient prévenus !)

Mise à part la grosse déception sur la fin, complètement bâclée (enfin franchement, je sais qu'on est pas dans des romans réalistes, mais vaincre une puissance ancestrale en trois pages, où est l'intérêt ?) j'ai bien aimé ce livre, même si un peu en dessous des autres. Le happy end à la fin m'a un peu faire rire, mais rire jaune. Je trouve que c'est un peu indigne de Gemmell. Certes, voir tous ces morts m'a complètement dégoutée mais bon, une guerre ce n'est jamais tout rose. Quel est l'intérêt de les tuer, parfois en deux lignes, pour les faire ressusciter trois pages plus loin ? Mouais, un peu facile. D'ailleurs, c'est un reproche que je fais à Gemmell. Je n'ai rien contre les auteurs qui font mourir leurs personnages, au contraire je trouve que cela donne une certaine légitimité au récit et en renforce son intérêt. Mais après avoir passé plusieurs dizaines de pages à suivre les aventures d'un personnage, ses exploits, ses peines, etc. comment peut on annoncer sa mort en trois mots ? Je trouve ça un peu... expéditif. (Je pense à Banny par exemple. Horrible, comment il meure. C'est à peine s'il est mentionné...)

Beaucoup de combats, de stratégie (non pas que j'y suis réfractaire mais j'ai beaucoup de mal à visualiser les plans de bataille en esprit et je suis la moitié du temps complètement perdue). On oublie un peu le côté humain, bien moins présent. Macon est un héros qui ne m'a pas vraiment convaincu, un peu trop semblable à Bane mais sans sa légitimité. Dommage d'en avoir fait une pâle copie, je suis certaine qu'un personnage un peu plus fouillé en aurait fait un héros plus crédible.

Par contre, il y a quelque chose que je n'ai pas compris. L'importance de Feargol. Tout le long on nous bassine avec son rôle crucial, plusieurs assassins sont dépêchés pour l'éliminer et au final... il n'apparaît vraiment que dans l'épilogue alors que - désolée d'être un peu crue - ce qu'il fait de l'autre côté de l'océan n'a pas grande importance pour le bouquin. Ca pourrait en avoir s'il y avait une suite mais... je trouve ce personnage un peu bancal, je ne sais pas. Comme si Gemmell avait voulu lui donner plus d'importance et, au final, n'aurait pas su quoi en faire et l'aurait laissé un peu de côté. Bien dommage.
avatar
Sigarni
La Reine Faucon

Date d'inscription : 05/03/2007

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 4 Le Cavalier de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Kitiara le Sam 6 Nov - 0:05

Je suis d'accord avec toi sur la fin expéditive du roman, et je trouve également dommage l'aspect trop fantastique qui tranche de ce coté là avec Cœur de Corbeau. Mais en revanche j'ai beaucoup aimé l'épilogue avec Feargol, et c'est là que finalement on comprend son importance. Quant à la mort de certains personnages, comme Banny je partage ton point de vue. Il disparaît de l'intrigue et est un peu relégué au placard et c'est vraiment dommage. Après le fait d'évoquer sa mort comme ça, ça fait davantage un choc car sur le coup c'est sûr, on s'y attend pas, mais c'est voulu j'imagine.

Enfin bref, assez décevant dans l'ensemble pour une suite que j'attendais impatiemment, mais qui reste néanmoins un bon roman !
avatar
Kitiara
Légionnaire de la Martia victrix

Date d'inscription : 05/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 4 Le Cavalier de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Arbonacast le Sam 6 Nov - 18:52

J'ai trouvé la fin bien et très mauvaise en même temps. J'aime pas le fait que tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, tout le monde il revit. Mais j'aime bien dans le fait que c'est la seule chose qui pouvait stopper la guerre, hormis la mort des Eldacre.

Sinon, j'ai beaucoup aimé ce tome, et la description de la guerre qui y est faite. Les passages avec Galowglass et Jaekel sont parmi mes favoris de Gemmell.
avatar
Arbonacast
Légionnaire de la Martia victrix

Date d'inscription : 13/08/2007

Revenir en haut Aller en bas

White Square Rigante 4 Le Cavalier de l'Orage : donnez votre avis !

Message par Viruk1976 le Lun 11 Fév - 15:34

J’ai beaucoup aimée celui, j’ai bien aimée la fin,  si j’ai apprécie le roman, c’est pas tant pour l’histoire mais pour le personnage du Moïdart. Ses actions et son destin m’ont beaucoup surpris.


Quand a savoir ce qui ce passe a chacun de trouver sa façon de le découvrir.


Mais pour finir, Cœur de Corbeau n’est pas si bon que ça, mais je trouve à présent qu'il doit être lu au moins pour pouvoir passer à celui-ci.
avatar
Viruk1976
Général des légions Felix

Date d'inscription : 30/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 4 Le Cavalier de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Albéric le Lun 11 Fév - 18:27

si j’ai apprécie le roman, c’est pas tant pour l’histoire mais pour le personnage du moïdart. Ses actions et son destin m’ont beaucoup surpris.
Un personnage très ambigu donc très intéressant qui assume clairement ses choix.
Un personnage très moorcockiens également :
Spoiler:
sans doute le plus réussi des vilains qui change de camp dans l'écho du grand chant gemmellien

Dans tous les cas, je suis content que tu ne sois pas resté sur ta déception du tome 3. ;)

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 4 Le Cavalier de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Alinzore le Jeu 14 Mar - 11:54

Je viens de le finir cette nuit pendant mes 12h de bus pour revenir à Dakar :green:

J'ai bien accroché la première partie qui est tout aussi bien que le tome 3 mais un peu moins la fin du cycle (le côté stratégie militaire c'est pas mon truc).
Par contre je trouve qu'au fur et à mesure l'histoire est sans surprise car les personnages sont un peu tous "tirés du même panier" : Ring, Macon, le Moidart et même Conn et Bane. On pourrait presque dire que c'est le même personnage. J'avais pas eu cette impression de déjà vu avec les précédents livres mais j'ai trouvé ça flagrant dans celui ci.
L'histoire du crane m'a semblé moins intéressante que celle de la rivalité Rigante / Varlish du tome précédent. J'ai moins accroché. Enfin ce livre reste très bon quand même mais étant donné que j'avais adoré le 3 je m'attendais à mieux.
Le gros point positif de ce livre et même de cette série reste les personnages secondaires qui sont toujours aussi intéressants et attachants, ça donne de la profondeur au récit.

En tout cas de mon point de vue, l'ensemble du cycle vaut vraiment le coup d'être lu !
avatar
Alinzore
Légionnaire de la Martia victrix

Date d'inscription : 13/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 4 Le Cavalier de l'Orage : partagez vos impressions

Message par VinceNico le Jeu 14 Mar - 19:31

Les 2 premiers tomes restent pour moi les meilleurs même si il y a quelques attraits plaisant à lire les suites.
avatar
VinceNico
Décurion de la Pia vindex

Date d'inscription : 04/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 4 Le Cavalier de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Albéric le Jeu 14 Mar - 21:21

@ Alinzore
Alors que le tome 3 était très historicisant avec cette opposition Ecossais / Anglais, le tome 4 lorgne beaucoup et assez rapidement vers le fantastique voire la fantasy épique traditionnelle.
Je me demande si l'introduction des divinités celtiques n'a pas été influencé par celui-ci :



Dernière édition par Albéric le Dim 17 Mar - 21:33, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 4 Le Cavalier de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Alinzore le Jeu 14 Mar - 23:11

Je connais pas du tout. Un titre de plus à ajouter à ma liste de livre à retenir ;)

Je trouve le côté médiéval / historique très réussi mais j'accroche moins au côté fantasy dans tous les Gemmell. J'ai eu cette même impression avec les Waylander. J'ai bien accorché au premier, un peu moins et deuxième et mais pas du tout à la partie fantastique du 3ème tome.
avatar
Alinzore
Légionnaire de la Martia victrix

Date d'inscription : 13/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 4 Le Cavalier de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Albéric le Mer 3 Avr - 20:08

Alinzore a écrit:Je trouve le côté médiéval / historique très réussi mais j'accroche moins au côté fantasy dans tous les Gemmell.
Et c'est exactement ce que je me suis dit en lisant L'Etoile du Matin !
Si ce n'est déjà fait, il ne te reste plus qu'à te lancer dans Troie.
Le côté historique est réussi, car inspiré d'un des maître du genre : Walter Scott himself !

Sur le côté médiéval, DG est malin car on peut avoir plusieurs vision du même livre.
Dark Moon : Dark antiquité, médiéval-fantastique, dark Renaissance, post-apocalyptique ?
Dans tous les cas cela marche ! Au lecteur de faire son choix et de prendre son plaisir...

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 4 Le Cavalier de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Derfel le Mer 23 Avr - 14:42


__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 4 Le Cavalier de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Derfel le Mer 23 Avr - 14:45


L'image complète en provenance du site de Didier Graffet.

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 4 Le Cavalier de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Albéric le Mer 23 Avr - 14:57

J'ai redimensionné l'image pour qu'elle apparaisse en entier à l'écran. La grande classe notre Didier Graffet.

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 4 Le Cavalier de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Derfel le Mar 29 Avr - 18:06

Après avoir lu tout Drenaï d'une traite, voilà que je me suis farci Rigante en l'espace de 2 semaines.
J'ai beaucoup aimé. Le Cavalier de l'Orage rappelle par moments Bernard Cornwell (c'est tout un compliment que je fais là) et sa série Sharpe qui se déroule pendant les guerres napoléoniennes. On s'éloigne de l'histoire à la Rob Roy et on prend pied dans les affrontements entre les mousquetaires et la cavalerie avec des charges de lanciers.
Moins épique que les précédents opus du cycle, la magie prend une plus grande part de l'histoire sans être trop omniprésente. On dit que Gemmell s'est inspiré de la guerre civile qui s'est déroulé au 17ème siècle en Angleterre (Roundheads contre Royalistes).
La finale à saveur Fantasy a de quoi surprendre et est vite expédiée mais n'en est pas moins excellente.
Une mention spéciale à l'épilogue qui est un clin d'oeil à la colonisation de l'Amérique où la chasseur Saoquanta (Amérindien) vient secourir une colonie varlishe (Europe) qui est en train de mourir de faim par manque d'approvisionnement de la mère-patrie. On sait tout le mal qui découlera au niveau écologique du fait de la survie des colons qui exploiteront leur environnement sans aucun respect de la nature.

Encore une fois, Gemmell a fait primer la notion de l'amour de l’ennemi alors que Gaise Macon va guérir des varlishes après le sanglant affrontement final. Cette notion de respect et d'amour de l'adversaire est propre au cycle Rigante et est traité de main de maître par l'auteur.
Rigante se distingue ainsi de Drenaï par un traitement plus mature de l'histoire. Une saga malheureusement moins connue et mésestimée que je trouve de la plus belle eau dans l'oeuvre de David Gemmell.

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 4 Le Cavalier de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Derfel le Jeu 8 Mai - 20:49

Un QUIZ sur Le Cavalier de l'Orage.

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 4 Le Cavalier de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Derfel le Jeu 8 Mai - 20:53

L'enfer 3/10, je vais prendre une pause...    

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 4 Le Cavalier de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Albéric le Jeu 8 Mai - 21:25

Chouettos ta critique Derfel ! 
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 4 Le Cavalier de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Sieben le Sam 21 Fév - 0:03

Un peu comme Sigarni plus haut, j’ai été comme déconcerté par l’ambiance et la tournure qu’à pris cette suite, d’avantage tournée vers la fantasy classique que l’on connaît, et qui s’éloigne un peu du ton historique de la série. Je ne me souviens plus de comment sont tournés les histoires de Connavar et Bane, mais jusqu’ici la part de fantastique dans les aventures de Kaeling restaient plutôt soft. Cela dit, cela ne m’a pas gêné en ce qui me concerne puisque je rentre dans la catégorie des fans de Gemmell qui préfèrent ses histoires de Fantasy classiques plutôt que sa Fantasy historisante.

Pour ceux qui ont lu plus en profondeur l’œuvre de Gemmell, je ne sais pas si vous serez d’accord avec moi, mais on dirait que ce Cavalier de l’Orage est une version 2.0 de l’Etoile du Matin, où on a d’abord une histoire classique qui se met en place puis l’auteur chamboule les règles en introduisant les Seidhs (les Vanteux) dans la balance. Dans l’Etoile on avait le retour de Dracula, dans le Cavalier de l’Orage on a droit au retour de Cernunnos. D’ailleurs cela m’étonne et me fait plaisir. J’étais persuadé que Cernunnos était un dieu gaulois bien de chez nous (j’ai grandit dans la région des Carnutes), alors est-ce la traduction en français d’un dieu païen picte ou bien le culte de Cernunnos a-t-il traversait la Manche et était répandu parmi toutes les peuplades celtes ? En tout cas j’ai trouvé ça assez bien introduit, bien développé, mais la conclusion je la trouve abrupte.
Spoiler:
C’est clair que pour un dieu ancien, il ne se méfie pas et ne voit pas la trahison de Gaise, bizarre.


Pareil que d’autres, je le trouve un peu étrange ce happy end, David Gemmell fait de Gaise Macon une sorte de Jésus Christ, le concept, pas très subtil, ne m’a pas emballé. Gaise, investit des pouvoirs de Cernunnos, marche parmi les victimes de la guerre, les morts ressuscites à son passage, il guérit les lépreux, les handicapés, les malades et les mourant à son contact, il apporte joie dans les 2 camps, il accorde son pardon comme avec son père le Moïdart lorsqu’il lui dit qu’il connaît ses crimes passés et même ses crimes à venir, et pourtant il lui accorde le pardon. S’en suit une évaporation façon Ben Kenobi, Gaise rejoint la Force. Plus tard les gens viendront près de l’Arbre à souhait, là où Gaise s’est sacrifié pour nos pêchés, ils cueillent des fleurs, arrachent un morceau de cet endroit béni qu’ils garderont comme une relique sacré. Yeurk ! Tout ce charabia allégorique chrétien m’a filé la nausée.

D’ailleurs, je la trouve contrasté cette fin. Cet ultime sacrifice pour la bonne cause peut faire penser à un happy end mais personnellement je l’ai trouvé très pessimiste. Le but ultime pour l’Etrange était de faire que les choses changent à l’avenir, que les hommes ne répètent pas les mêmes erreurs que dans les autres univers (dont le nôtre), et qu’ils retissent des liens avec la magie de la terre tout ça. Mais l’épilogue tire vers le pessimisme puisque Feargol (entre parenthèse je pas trop capté en quoi il était spécialement important) prédit un destin funeste aux indiens et que ces Rigantes de l’autre côté de la mer choisissent d’aider les colons (avec les conséquences à venir que l’on sait). Très pessimiste cette fin.

On peut aussi se poser la question du Moïdart qui promettait une fois la guerre terminée de se retirer dans les montagnes pour peindre. Mais avec la bénédiction de Jésus son fils, il devient nouveau roi des hommes. Saint Moïdart renaît, lavé de ses pêchés, absous par son fils. Alléluia ! Non, beurk encore une fois. Le message humaniste passe plus ou moins, plutôt "plus" que "moins" chez moi, mais il a la subtilité d’un hollandais en sabots mâchant ses croustillons.

Une fin ratée donc à mes yeux. Dommage, le reste était plutôt pas mal, même si comme Sigarni je suis en parti d’accord sur la façon dont la mort des personnages est racontée. Mais d’un autre côté si c’est pour les ressusciter plus loin, ce n’est pas la peine d’en faire plusieurs lignes dans le tragique. Je suis surtout d’accord concernant Banny. Même s’il n’a pas un grand rôle dans Le Cœur de Corbeau, on sentait qu’il y avait quelque chose à développer, il a un don pour les chiffres et ce talent n’est jamais exploité par Gemmell. Quel intérêt de tout ça ? Comme cette interrogation de Shula sa mère sur le fait que son fils ne lui écrive plus. Je trouve ça un peu morbide le ton du bouquin. Mais bon, ça retransmet plutôt bien l'horreur de la guerre. Dans le tome 4 Banny a droit à 3 ou 4 lignes de dialogue puis « pouf », l’est mort. Et comme ce n’est pas sur le champ de bataille, il n’aura pas droit de revenir à la vie. Bizarre le traitement de ce personnage…

J’ai bien aimé la destinée de Taybard Jaeckel :

Bien aimé son acolyte Jakon qui apporte humour, et personnage authentique. Ça c’est le Gemmell que j’aime lire!

Je ne connais pas des masses l’histoire britannique mais le massacre de Shelsans en prologue, cette ville où les habitant suivent les préceptes de la Dame au Voile, aimé son prochain, pas de violence tout ça, est-ce qu’il n’y aurait pas un lien avec le massacre des Cathares ? Je ne sais pas si ce dernier est enseigné outre Manche, c’est quand même assez connu et j’ai trouvé que ça pouvait être une allusion.

On sent de toute manière que tout ce conflit militaire et politique entre conventionnistes et royalistes en toile de fond fait directement référence à l’histoire révolutionnaire de la Grande-Bretagne même si on n’est pas forcément versé comme moi dans l’histoire de ce pays. Il y fait peut être même trop référence. J’aurai voulu, je ne sais pas, qu’on se concentre d’avantage sur les Rigantes. Avec cette fin incroyable du tome 3, je m’attendais à la phase révolte des Keltoïs, hors ces derniers passent complètement au second plan, mis à part la partie avec les frères Cochland qui secourent Chara Ring. Bon sang, ces deux là sont excellents ! Leurs répliques débiles m’ont bien fait marrer parfois, on dirait Kadoc et Caradoc avec un humour noir.

Pas mal le background post-apocalyptique avec la cité engloutie sous le lac de l’Oiseau Triste, l’ancienne civilisation qui vénérait Cernunnos.

En revanche Gemmell m'a bien baladé, je me suis fait avoir:
Spoiler:
Kaelin Ring et Gaise Macon ne sont pas frères ! Bien joué parce que toute l'intrigue le laisse fortement penser

Par contre, un dernier questionnement qui peut sembler tirer par les cheveux mais je pose le débat sait-on jamais. Dans Renégats, on avait pu observé la référence à la Shoah et l'extermination juive. Vous ne trouvez que cette thématique revient également avec les Rigantes ?
C'est surtout à travers le Moïdart que cela m'a interloqué. J'avais souligné que dans le T3 il me fasse penser à Hitler avec son côté peintre capable des pires atrocité à côté. Il occupe un poste important en tant que Moïdart mais à la fin il revient sur sa parole en brigand la place du roi comme un certain allemand accédant au poste de Chancelier. Et ce par la voie de l'élection pour les 2 personnages.
De plus, (attention ne lisez pas ces lignes si vous n'avez pas lu la fin de Rigante T4), le Moïdart hait plus que tout les Rigantes qu'il compare à de la vermine, on sent une haine raciale à leur encontre. Alors que, on le saura à la toute fin, lui même à du sang de Rigante, il est Faucon sur le Saule. Et personnellement, ça me fait penser aux légendes autour de la personnalité d'Hitler dont on disait qu'il détestait les juifs alors que lui-même avait peut être des ascendances juives. Je trouve qu'il y a beaucoup de liens et de coïncidences pour que la ressemblance soit fortuite de la part de DG.
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 4 Le Cavalier de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Albéric le Dim 11 Juin - 9:47

Si le tome 3 était la quête initiatique de Kael Ring qui nous permettait d’embrasser le fabuleux destin de Jaim Grymauch qui de sa propre volonté intégra le Panthéon des Highlands, le tome 4 est la quête initiatique de Gaise Macon qui nous permet d’embrasser le fabuleux destin du Moïdart qui de sa propre volonté accepte son nom d’âme de Faucon du Saule avant de SPOILER. Comment le tyran haï et redouté de tous dans le tome précédent finit aimé et respecté de tous, au point de SPOILER ? Accrochez vos ceintures : c’est parti pour le décollage !


Après Connavar, Bane et Kael Ring le récit de Maise Gaicon est une fois de plus celui du Héros aux mille et un visages connu de tous ceux qui appartiennent à l’humanité et méprisé par ceux qui appartiennent aux petits cercles intello prout prout résolument décidés à faire culturellement la pluie et le beau temps…
Si David Gemmell ado mal dans sa peau s’était trouvé un mentor en la personne de Bill Woodford héros de la WWII, Gaise Macon ado mal dans sa peau s’est lui trouvé un mentor en la personne de Mulgrave le maître d’armes humaniste qui au bout du bout l’accompagnera jusqu’au cœur des ténèbres… C’est juste dommage que l’événement déclencheur qui fait bifurquer le héros du Côté Obscur soit exactement celui des tomes précédents (Gaise Macon est un ado mal dans sa peau qui finit par trouver l’amour et une âme sœur avant que celle-ci lui soit brutalement enlevée lors d’un événement autant tragique que sanglant), car en parallèle on voit un jeune homme devenir un vieux soldat qui au fil des massacres se radicalise au point de se persuader qu’on ne peut combattre le mal que par le mal… Et après plusieurs années de séparation les retrouvailles entre Gaise Macon et le Moïdart valent leur pesant de cacahouètes : le fils, qui n’est pas sûr d’être le fils de son père, découvre un père qui a considérablement changé, pour le mieux, et le père, qui n’est pas sûr d’être le père de son fils, découvre un fils qui a considérablement changé, pour le pire… C’est vertigineux, et la vérité finale ne nous sera astucieusement jamais vraiment révélée…

Depuis le prologue nous suivons les machinations d’un gros crevard qui fait durer la guerre, la désolation et le malheur juste pour en discréditer tous les acteurs et être celui qui proposera la fin du chaos et qui remportera le gros lot. Si j’ai tout de suite identifié ce gros con d’Oliver Cromwell et derrière ses Rédempteurs fanatiques les Puritains intégristes, on peut aussi penser à tous ces gros cons qui misent sur la théorie du choc pour renforcer leurs pouvoirs (suivez mon regard du côté de tous ceux qui poussent des cris d’orfraie à chaque attentat pour renforcer des lois de sécurité qui servent essentiellement à fliquer les honnêtes citoyens mais pas les criminels en puissance : remember l’Inquisition !).
Nous sommes dans les guerres civiles anglaises (et les Anglo-saxons qui vilipendent la Révolution Française ont tendance à oublier leur propre histoire : si Robespierre avec son massacre de la Vendée est un proto Staline, que dire d’Oliver Cromwell et de son génocide de l’Irlande ?), et au final la part belle est faite au POV de Gaise Macon surnommé le Fantôme Gris au sein de l’armée royale en guerre contre les conventionnistes commandés par le héros Luden Macks, vous n’avez rien compris au roman et c’est bien dommage)… Tout y est : canons, piquiers, lanciers et mousquetaires ! C’est même regrettable que David Gemmell n’épouse pas plus franchement les grands classiques de la littérature militaire car il est particulièrement efficace en ce domaine (jusqu’à pousser le vice à reprendre de fort jolie manière dans le grand final le baroud d’honneur des blessés de la Bataille de Rorke's Drift ^^) : attaques, contre-attaques, bombardements préventifs et canonnades de la dernière change, charges de cavalerie sabres au clair, carrés de piquiers qui serrent des fesses, salves de mousquets et duels de snipers, mais aussi diplomatie, infirmerie, logistique, profiteurs de guerres et criminels de guerre ! (la littérature historique anglo-saxonne est riche, très riche, beaucoup plus riche que la littérature historique française qui se complaît dans sa médiocrité depuis des années et des années)

Seule la victoire est belle, donc la fin justifie-t-elle les moyens ? La dimension morale est centrale et hante tous les protagonistes du drame, a fortiori quand plus personne ne sait en quoi il croit et pour quoi il se bat, les vieux carriéristes envoyant au casse-pipe donc à la mort les jeunes idéalistes… La bonne société royaliste qui se gargarise de ses valeurs morales qui les distingueraient de la vulgaire plèbe forcément dénuée de valeurs morales profite d’un armistice pour attaquer les républicains et assassiner leurs leaders… Comment dire ? Allez-vous faire foutre vous et tous vos représentants actuels !!!
Parmi l’immense comédie humaine mise en scène par l’auteur qui rassemblent anciens personnages et nouveaux personnages (blablabla j’aime pas la fantasy car c’est trop compliqué avec tous ces personnages… blablabla je préfère les drames conjugaux dans un 2 pièces-cuisine parisien c’est plus sérieux et plus stylé… Soupirs…), on retrouve certes les tribulations de Kael Ring dans les Highlands, les intrigues de Moïdart dans le Nord, les complots de Winterbourne dans le Sud et les exploits militaires de Gaise Macon, mais aussi l’amitié entre un apothicaire qui aime son prochain et un peintre qui déteste son prochain, le Pinance ordure aristocratique qui retrouve la lumière en lui trop tard pour être sauvé, les frères Cochland qui en dépit de leur choix de vie embrasse la lumière plutôt que les ténèbres, Hunsekker le misanthrope exécuteur des basses œuvres qui découvre les joies de l’héroïsme (et de l’amour partagé comme dans un bon vieux récit de cape é épée, le second degré en plus ^^), l’idéaliste Caretha la voyante et l’opportuniste Aran Powdermill le psionique, le roturier qui monte en grade parce qu’il est prêt à tout et au reste pour monter en garde opposé au roturier qui monte en grade parce qu’il n’est que force et honneur, Rayster l’homme de nulle part qui prouve par l’exemple qu’un homme se définit par ses actes et non par ses origines, les compagnons d’armes Taybard Jaekel, Kammel Bard, Banny Achlain et Jackon Gallowglass, dont l’un d’entre eux est tellement dégoûté par les horreurs de la guerre qu’il finit par préférer être tué que de tuer à nouveau (ah ça, on est loin d’un GRR Martin qui explique qu’il faut raconter une histoire par tous ses points de vue mais qui raconte ses histoires fantasy uniquement avec des personnages issus de la caste aristocratique)… Et cerise sur le gâteau / cherry on the cake, le Moïdart qui nommé gouverneur du Nord a toujours été dans la peau du méchant gouvernant d’une main de fer dans un gant de fer, et qui se retrouve par le caprice des événements dans la peau du gentil dernier espoir du monde libre : il reste fondamentalement lui-même, c’est-à-dire un animal politique prêt à tout et au reste pour atteindre ses objectifs, mais peu habitué à une telle situation c’est pour lui comme une révélation sur le chemin de Damas… Rigantes et Varlishes doivent s’unir ou périr, car nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots… Mais dans ce cas quid de l’ennemi ? Il n’est pas de meilleur manière de vaincre un ami que de s’en faire un ami, mais que c’est difficile avec des homines crevarices qui n’ont fait que diviser pour régner…

Pour boucler sa saga Rigante, David Gemmell reprend dans le dernier quart de son roman un peu trop facilement les formules qu’il avait déjà usitées dans les années 1980 : les paladins noirs (les Dezhem Bek / les Corbeaux Rapaces qui nourrissent leur magie de sang et de larme), le mago psycho (Winterbourne), le méchant millénaire (Cernunnos), auquel il faut ajouter élu, prophétie et épée magique… On retrouve donc tous les archétypes de la Fantasy détournés en clichés par le Big Commercial Fantasy (y compris celui de l’ange déchu, du messie devenu antéchrist, avec le dieu désigné pour sauver les hommes qui corrompu par leurs défauts en devient le tyran puis le bourreau en se justifiant par des discours écolos-intégristes ressemblant fort à des sophismes pseudo-philosophiques de pervers narcissiques), et c’est bien dommage car la clé de voûte du récit c’est un individu tourmenté qui entre un père biologique qu’il hait de toutes ses forces mais qui finit par l’accepter et un père adoptif qu’il aime de toutes ses forces mais qui finit par le rejeter, doit faire des choix cruciaux qui impliquent tant sa propre survie que celle de l’humanité toute entière… Le final est traité pas de course donc suspens hollywoodien et tragédie christique ne sont pas optimisés : l’auteur est fidèle à ses principes de ne pas verser dans le roman fleuve, mais c’est finalement contreproductif tellement il a de choses à dire ! Et malgré la fluidité de l’alternance entre des POVs définitivement humanistes, cela n’est pas bonifié par une traduction qui recourt toujours trop facilement au terme « maléfique » qui reste peu ou prou niais au possible…


La Malédiction de l’Ours est celle de l’auteur et de tous ses personnages, c’est la graine du mal plantée en chacun de nous… L’épilogue résume toute la philosophie de David Gemmell, située entre maximes du Mahatma Gandhi et pensées de Léon Tolstoï, humanisme stallonien et existentialisme moorcokcien : le guerrier amérindien Saoquanta pourrait laisser mourir de faim les colons varlishes, et d’un petit mal pourrait ainsi résulter un grand bien, la fin justifiant ainsi tous les moyens… Mais comment pourrait-il faire face au Grand Esprit avec un tel crime sur la conscience ? Malgré toutes les prédictions des devins il choisit de venir en aide à son prochain, car il n’existe pas de meilleur moyen de vaincre un ennemi que de s’en faire un ami… (N’en déplaise à tous les gros rageux suprématistes qui gouvernent le monde et qui quand leur heure viendra seront bien reçus en bas !)
Il s’agit bien sûr de Squanto de la tribu des Wampanoags qui offrit aux premiers colons américains Thanksgiving, auquel répondit plus tard William Penn le fondateur de l’Etat de Pennsylvanie qui toute sa vie combattit l’exploitation des Amérindiens et l’esclavage des Africains… La chaîne d’amitié continua malgré les gros rageux suprématistes au pouvoir, puisque que William Penn est à travers sa statue de Philadelphie la figure tutélaire de tous les personnages de la saga Rocky qui bouleversa le monde entier en marquant à jamais la culture populaire de son empreinte… Non la boucle n’est pas bouclée, car c’est désormais à vous de continuer la chaîne d’amitié en devenant meilleur pour construire un monde meilleur !


__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 4 Le Cavalier de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Albéric le Jeu 28 Sep - 19:50

la version poche cet automne :


__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum