David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.

Rigante 1 L’Épée de l'Orage : partagez vos impressions

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Donnez votre avis sur le livre

87% 87% 
[ 34 ]
13% 13% 
[ 5 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 39

White Square Re: Rigante 1 L’Épée de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Invité le Dim 7 Oct - 23:06

VinceNico : ...qui a modifier ma façon de voir le monde actuel.

C'est le seul Gemmell qu'il me reste à découvrir, tu titilles ma curiosité. (n'hésite pas à developper si le coeur t'en dis)
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 1 L’Épée de l'Orage : partagez vos impressions

Message par VinceNico le Mer 7 Nov - 22:19

Pour moi L'Épée de l'Orage et Le Faucon de Minuit sont les deux meilleurs livres de la série Rigante.

Explication: En me plongeant dans l'histoire de ce peuple qui vit en communion avec la nature au coeur des montagnes, des héros Connavar et Bane. ( Ce qui signifie pour moi que ce peuple est a la fois rude et ouvert d'esprit tout comme les deux héros )

Mais là où Gemmell se place dans la qualité et la créativité de ses héros, c'est qu'il arrive toujours à raconter une histoire extraordinaire d'un homme tout simple qui va petit à petit prendre le tournant de sa vie et qui va tout simplement sauvé son monde du plus grand des périls. Jamais je n'ai lu un auteur capable de me faire ressentir un tel sentiment de grandeur dans un ouvrage. Comme les Césars sont aux cinémas, Gemmell est pour moi une Révélation...
avatar
VinceNico
Décurion de la Pia vindex

Date d'inscription : 04/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 1 L’Épée de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Alinzore le Dim 2 Déc - 19:38

Je viens de le finir (enfin, j'en ai mit du temps dit donc !)

J'avoue que j'ai été très agréablement surprise ! Moi qui n'avais pas du tout apprécié le début, je me suis vue dévorer la fin. Une fois que l'aventure commence vraiment avec le voyage de Con, l'histoire devient palpitante. Beaucoup de personnages sont attachants.
C'est un monde qui change de l'univers de Drenai bien qu'on retrouve la marque de fabrique de Gemmell partout.

Je me lance de suite dans le suivant !

Allez, je vote "bon"
avatar
Alinzore
Légionnaire de la Martia victrix

Date d'inscription : 13/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 1 L’Épée de l'Orage : partagez vos impressions

Message par VinceNico le Lun 3 Déc - 22:03

Alinzore a écrit:Je viens de le finir (enfin, j'en ai mit du temps dit donc !)

J'avoue que j'ai été très agréablement surprise ! Moi qui n'avais pas du tout apprécié le début, je me suis vue dévorer la fin. Une fois que l'aventure commence vraiment avec le voyage de Con, l'histoire devient palpitante. Beaucoup de personnages sont attachants.
C'est un monde qui change de l'univers de Drenai bien qu'on retrouve la marque de fabrique de Gemmell partout.

Je me lance de suite dans le suivant !

Aller, je vote "bon"

L'histoire de Connavar et impressionnante c'est un jeune homme courageux, mais qui a ses propres faiblesses (Arian et Tae, la jalousie de son frère Breafar...)

Il va devenir un homme fort, puis un meneur et enfin un grand roi sauveur de plusieurs peuples, Il va réussir cette partie tout en échouant avec ses amours, son frère et même son propre fils...

Tu découvriras que Bane est tout aussi attachant que Con et qu'il a lui aussi ses forces et ses faiblesses... Mais a la fin du Roman tu découvrira surtout qui il est vraiment.

Bonne lecture a toi ;-)
avatar
VinceNico
Décurion de la Pia vindex

Date d'inscription : 04/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 1 L’Épée de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Albéric le Mer 26 Déc - 11:56

Je trouve pas mal de similitudes entre Rage (Rigante 2) et Angel (Waylander II)...
... les spécialistes ou les lecteurs récents peuvent-ils confirmer ou infirmer SVP ? :)


Dernière édition par Albéric le Ven 4 Jan - 16:04, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Rigante 1 L’Épée de l'Orage : donnez votre avis !

Message par Viruk1976 le Ven 4 Jan - 15:21

J'ai adoré ce livre l'un des plus réussis de Gemmell, à mon avis.

La façon dont on voit évoluer Connovar à travers ses combats est très impressionnante. et le plus c'est la part d'ombre de Connovar.
avatar
Viruk1976
Général des légions Felix

Date d'inscription : 30/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 1 L’Épée de l'Orage : partagez vos impressions

Message par VinceNico le Dim 6 Jan - 16:14

@ Albéric
Je pense que Gemmell aime bien introduire un fort et ancien grand guerrier de temps en temps qui va prendre sous son aile la formation et l'amélioration de ses héros.

Ils ont en effet plusieurs point commun:

-Ni trop vieux, ni trop jeune (40 à 60 ans).
-Une santé de fer (malgré quelques allocutions à l'âge, de temps en temps).
-Ancien soldat, mercenaire ou gladiateur (bref beaucoup d'expérience au combat et au maniement des armes).
-La particularité la plus frappante reste leur calme et leur passivité (Il essai souvent au début de leurs apparitions d’apparaître comme des personnes sages, sur la voie de la rédemption, mais ils gardent toujours un côté très dangereux.
avatar
VinceNico
Décurion de la Pia vindex

Date d'inscription : 04/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 1 L’Épée de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Albéric le Dim 6 Jan - 16:43

Merci pour la réponse VinceNico. ;)

Autant les 2 personnages se ressemblent beaucoup au début, autant Angel marche ensuite dans les pas d'Annanais (Le Roi sur le Seuil)

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 1 L’Épée de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Derfel le Jeu 17 Avr - 17:22

J'aime penser que Rigante se situe quelque part dans le passé ou le futur de l'univers Drenaï. La Source y est et puis, pour moi, Rigante c'est comme une Drenaï qui sonnerait plus historique.
Pour le moment, bien que je n'en suis qu'au tiers de Le Faucon de Minuit, je préfère ce cycle à celui de Drenaï.

C'est dommage que nous n'ayons pas droit à la bataille de Cogden comme finale !

Pour moi, Rigante, c'est le cycle Fantasy de Gemmell qui annonce un cycle de Troie à saveur plus historique.

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 1 L’Épée de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Marv le Mer 7 Mai - 8:51

Luis Royo (original cover)


Le cycle Rigante est composé de deux diptyques l'épée de l'orage lance le premier.
Bien que Rigante ne soit pas une uchronie, cette oeuvre est plus comparable au Lion de Macédoine qu'aux romans du cycle Drenai de par ses références multiples aux civilisations de l'antiquité terrienne ainsi que son souci de coller à une certaine réalité historique.

À l'instar du cycle sur la Reine Faucon, David Gemmell a donc encré son récit sur une terre semblable à la nôtre où l'on retrouve des tribus d'inspiration celtiques et protoceltiques (les peuples keltois) ainsi qu'un Empire de Roc en tout point similaire à notre Empire Romain.
Peu commun dans l'oeuvre de DG, il choisit ici de nous raconter la vie entière de son héros Connovar "Demon-Lame" (appelé à devenir l'unificateur de son peuple ) après que son père est été tué juste après sa naissance.
Dans ce sens l'action y est moins présente que dans ses autres productions mais tout cela est compensé par une incroyable densité narrative concernant les personnages et leurs cultures, les civilisations et leur mode de vie, ainsi que par le développement des multiples intrigues.

Si les "Romains", guidés par leur foi en un dieu unique, ont pour idéologie de pacifier le monde connu par la conquête militaire des nations "barbares", les Keltois eux vénèrent des divinités de la nature telle que l'eau, l'air et la terre et ne semblent pas préparés pour affronter cette vague organisée d'invasion.

À l'image d'autres héros celtes, Connovar est marqué par le sceau des dieux, son destin semble écrit à l'avance sans que finalement il puisse s'y soustraire. 
Qu'à cela ne tienne, il embrassera un destin qui le portera comme le sauveur de son peuple... mais ce que les Dieux donnent ils peuvent le reprendre, son père avant lui en avait fait la douloureuse experience.

David Gemmell n'oppose pas dans Rigante une civilisation à une autre, ne caricature pas une vision du bien et du mal, mais nous permet de revivre cette période historique qui a vu s'effondrer une brillante civilisation remplacée par une autre.
L'épée de l'orage est un grand livre de David Gemmell, où il réécrit notre histoire pour donner au peuple celte le grand héros qu'il lui aura manqué pour s'opposer en son temps aux légions romaines.
À l'instar des cycles sur Troie ou du Lion de macédoine, on peut noter une évolution du style narratif de l'auteur, lequel adopte de plus en plus les codes que l'on retrouve généralement dans les romans historiques et mythologiques. Plus qu'à l'accoutumée, il soigne particulièrement tout ce qui a trait aux aspects sociétales de ces civilisations, renforçant plus que jamais cette impression de grandes fresques épiques historiques.
Ce premier volume de Rigante est particulièrement immersif tant David Gemmell à su recréer un monde historique qui nous ait famillié. Le travail sur la personnalité des différents personnages est intéressant, il propose des personnalités complexes dénués de tous stereotypes, avec toujours une profonde sensibilité et un grand esprit critique et d'analyse.

L'épée de l'orage est sublime mais conviendra plus aux fans de littérature Historico-fantasy que d'héroique fantasy pure.
Dans cette idée un fan de Bernard Cornwell ou de valerio Manfredi y trouvera son compte, les autres risques d'y regretter un style moins virile que dans Légende ou Dark Moon.

http://avalonfantasyforum.bbfr.net/t458-votre-critique-de-l-epee-de-l-orage-de-david-gemmell
avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 1 L’Épée de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Albéric le Sam 3 Déc - 10:46

disponible en version poche en janvier 2017 :


__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 1 L’Épée de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Albéric le Dim 4 Déc - 16:50

Fini la relecture ce tome 1 en 2 jours. Derrière les épaules de Connavar, j'ai bien les ombres tutélaires de Conan le Cimmérien et de Bran Mak Morn le Picte créés par R.E. Howard... ^^
Par contre, je ne me souvenais plus que la guerre entre Roc et les peuples keltoïs était autant inspirée par La Guerre des Gaules de Jules César... Le dux bellorum Ostaran, il a une bonne tête de Vercingétorix ! (c'est pas comme si l'auteur ne nous avait pas déjà fait le coup avec un buddy movie associant un héros breton et un héros mérovingien ^^)

par contre d'accord avec Duvodas : les traductions d'Alain Névant sont un peu lisses... Sur une Série B revival eighties ça passe, mais ça atténue l'ensemble quand le récit se veut plus sérieux et plus ambitieux.

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 1 L’Épée de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Albéric le Mer 21 Déc - 18:51

David Gemmell a toujours écrit la même histoire que maintenant je connais par cœur : Amour, Amitié, Honneur, Courage, Rédemption… Toujours un grand kif pour les lecteurs au grand cœur, mais si vous aimez les montagnes et les bois sauvages, l’odeur des pins et de la bruyère dans le vent, Rigante est clairement fait pour vous !!!

Rigante c’est un cycle composé d’un double diptyque consacré à 1 univers, 2 époques et 4 héros, qui de la première à la dernière page délivrent les mêmes messages humanistes…
Maître incontesté de l’Heroic Fantasy outre-manche, David Gemmell a toujours été titillé par l’incroyable vivier des légendes nationales : Les Pierres de pouvoir passait à la moulinette des années 1980 les légendes arthuriennes, L’Etoile du matin était un gros revival Sir Walter Scott avec Arthur Pendragon, Robin des Bois et William Wallace, La Reine Faucon remettait cela avec un Arthur au féminin qui devenait chef de guerre des Highlands avant de traverser le multivers tout entier avec ses Chevaliers de la Table, aka La Ligue des Justiciers médiévale… Mais depuis Le Lion de Macédoine on sait qu’il est aussi un passionné d’Antiquité (il a connu la belle époque du peplum hollywoodien ^^), et il prend encore une fois la défense des faibles contre les forts car les peuples keltoïs et l’Empire de Roc reprennent les rôles jadis dévolus IRL aux peuples celtes et à l’Empire de Rome : je suis pratiquement sûr que derrière l’affrontement entre Connavar et Jarasay il y a IRL celui de Cassivellaunus et de Jules César… Mais chassez le naturel il revient au galop : admirateur de Louis L'Amour (auteur de près de 200 récits dédiés à la Conquête de l’Ouest), David Gemmell ne peut pas s’empêcher de mettre du western dans sa fantasy et c’est très très cool (R.E. Howard faisait cela lui aussi et c’était très très cool ! ^^). Le western celtiquec’est bon par où ça passe : lisez-en !!!


En prologue le vieux Axis nous raconte le moment le plus marquant de toute sa vie, celui où enfant il fut témoin du dernier combat de son roi Démone-Lame contre huit assassins traîtres à leur patrie !
- Joins-toi à nous, Connavar. Parlons d'un nouveau traité de paix.
Démone-Lame resta silencieux un instant, ses grandes mains posées sur le pommeau de son épée, sa cape en patchwork virevoltant dans la brise.
- Vous ne m'avez pas fait venir ici pour parler, dit-il d'une voix forte et profonde. Vous m'avez fait venir pour que je meure. Alors, venez, traîtres. Je suis là. Et je suis seul.
Lentement, ils dégainèrent leurs épées. Je pouvais sentir leur peur.
Puis, alors que le soleil tombait dans une gerbe de feu pourpre, ils passèrent à l'attaque.
Ça c’est de l’intro ! Ça c’est du teasing ! Le sort en est jeté et il faudra lire 800 pages pour savoir qui était ce roi, d’où venait-il, que voulait-il, et surtout s’il a accompli sa destinée avant de succomber…

Une première partie assez longue est dédiée à l’enfance et à l’adolescence de Connavar, dit Conn, un Stallone celtique aux yeux vairons. C’est au travers de son regard que nous découvrons sa famille recomposée avec sa mère Meria, son beau-père Ruathain et ses demi-frères Braefar et Bendegit Bran, mais également la paisible communauté de Trois-Ruisseau avec Nanncumal le forgeron, Borga le boulanger, Vorna la guérisseuse, Eriatha la Fille de la Terre, Riamfada le petit orfèvre handicapé… Conn est une force de la nature, mais son cœur n’est pas sans failles : il est persuadé que son père biologique qu’il n’a jamais connu est un lâche qui a fui durant la bataille, et il s’accroche à son père adoptif surnommé le Grand Homme qui ne ménage pas ses efforts pour qu’il reste sur le droit chemin malgré le fait qu’il soit en colère contre la terre entière…
Ce relationship drama est commun à nombre de ses ouvrages car il est autobiographique : David Gemmell a connu une enfance et une adolescence difficile et il a toujours dit que c’est son beau-père Bill Woodford qui l’a sauvé des sentiers de la perdition (Druss n’est donc pas le Gary Stu de l’auteur comme l’affirme ses détracteurs, car en fait il s’agit de celui de son beau-père ^^). Mais c’est aussi le moyen de découvrir les valeurs de l’auteur et de son héros qui vont se battre pour elles, le premier avec la plume le second avec l’épée !

Mais nous sommes dans la fantasy campbellienne : après avoir connu sa première épreuve (amis arctophobes, attention à ce passage gimmick de l’auteur ^^), le héros sûr de sa force et de son courage comprend que s’il a remporté la gloire il a perdu l’amour, et décide alors de pendre la route autant pour mettre de la distance entre lui et son chagrin que pour découvrir le vaste monde… J’avoue que j’ai bien ri quand le héros adolescent se lie d’amitié avec un vieux général étranger reclus dans sa cabane avant de partir à l’aventure avec lui…


Etape incontournable de la quête du héros aux mille et un visages, Conn finit par perdre son mentor (rapidement et tragiquement)… Cette terrible perte l’anime d’une soif de vengeance : tout est bon pour punir le roi Aléa du peuple Perdii, quitte à rejoindre les éclaireurs arvernes des légions de Rome commandées par le divin Jules, euh pardon quitte à rejoindre les éclaireurs gaths des Panthère de Roc commandées par Jarasay l’Erudit… (un passage qui à mon grand étonnement puise largement dans La Guerre des Gaules).
Et quand il y parvient, amer est le goût dans sa bouche car il a tué un enfant de ses propres mains et il est responsable de la mort de milliers d’autres…

Conn rentre finalement au pays, pour préparer les siens à l’invasion des soldats de Roc, qu’il pense à juste titre inévitable… Envoyé par le Grand Laird jauger les défenses du village de son épouse (rentrée chez elle près avoir découvert sa sœur dans son lit ^^), Conn s’attire les bonnes grâces de Tae et les foudres de Fiallach qui se croit son financé… Mais c’est ensemble qu’ils repousseront des pillards vars venus de la mer (décidément, nos amis outre-manche ont été traumatisés par les invasions vikings). Les deux colosses se réconcilient, et en épousant Tae la fille du Grand Laird notre héros fait le premier pas qui le rapproche de la royauté… Les Seidhs ont d’autres projets pour lui et son bonheur est de courte durée : une promesse brisée est la goutte d’eau qui fait déborder le vase de la destinée, les actes passées de Ruathain ayant de tristes événement enclenché (malgré les ellipses, joli parallèle entre le père adoptif et le fils adoptif tous les deux troublés voire tentés par le Côté Obscur)… Et là, c’est le drame puisque Conn nous fait une Anakin Skywalker ! ^^
Rongé par le remords et le chagrin, Conn se voue tout entier à la cause rigante et une nouvelle épreuve lui est proposée par Shard le nouveau roi des Vars/Vikings qui a juré de prendre la tête de celui qui naguère a pris la vie de son frère… On a droit à un remake de bonne facture de la Bataille de Clontarf, déjà vachement bien reprise dans Le Crépuscule du Dieu Gris de R.E. Howard (d’ailleurs le héros de cette nouvelle s’appelait Conn ^^).
Meria réconciliée avec Ruathain lui demande de participer à la bataille pour protéger la vie de son fils aîné, et les deux hommes rencontrent leur destin : à un Grand Homme succède à un autre Grand Homme, et Conn le rebelle est désormais prêt à affronter l’Empire !!!


Dans sa phase aventurier, c’est bien l’ombre de Conan de R.E. Howard qui plane sur le héros. On voit bien que David Gemmell s’amuse à reprendre des scènes, des situations et des dialogues utilisés pour le barbare cimmérien. Mais l’auteur anglais est plus optimiste que son prédécesseur texan, et malgré les tragédies il parvient à transformer des ennemis en amis et à se faire le défenseur des habitants de son pays…

Dans sa phase royauté, c’est bien l’ombre de Bran Mak Morn de R.E. Howard qui plane sur le héros. On voit bien qu’il y a des similitudes dans les deux souverains qui sentent venir le crépuscule de leur univers et que bientôt les légions bardées de fer de la civilisation viendront s’abattre sur les derniers refuges d’un autre mode de vie… Mais l’auteur anglais est plus optimiste que son prédécesseur texan, car son héros cherche toutes les solutions possibles à la fois pour éviter le conflit et pour le remporter une fois déclenché, alors que son modèle ne faisait que précipiter la fin de son peuple en recourant à des pratiques impies…


On sent la reprise et l’amélioration des Highlands de Reine des bataille et plus encore de ceux de Le Faucon éternel, mais l’auteur lâche sacrément du lest sur les mondes parallèles, les portails dimensionnels, les voyages dans le temps, les magos psychos, les horreurs démoniaques et toute le reste (même si on reste dans le multivers de l’auteur, on est très proche du roman historique ou plutôt de l’uchronie à la G.G. Kay)…
Ni gentils ni méchants finalement, seulement des hommes et des hommes et des femmes ordinaires, animées par les passions communes que sont la fierté et la honte, la bravoure et la peur, l’amour et la haine, l’envie et la jalousie, qui font des choix bons ou mauvais pour eux et pour les autres et qui doivent assumer les conséquences de leurs actes sans savoir que pour la plupart ils sont enfermé dans le cercle infernal de la haine… Donc nous retrouvons la comédie humaine habituelle de l’auteur : Alea le roi hanté par son geis, Jarasay le philosophe devenu politicien, le Général Fantôme parti chercher à l’étranger ce que son pays avait perdu, les ambitieux Barus et Valanus (oui on t’a reconnu Varus, et ici ton alter ego aurait dû te rappeler qu’il faut se méfier des cadeaux des dieux), Appius le mari cocu, Parax le vieux traqueur, Ostaran le jovial guerrier, les fiers Govanann et Fiallach, les cabochardes Meria , le druit, le druide Frère Solstice aussi musclé que rusé, la sage Vorna, la tourmentée Arian, la cabocharde Meria…
L’auteur veut opposer les Rigantes chez qui les plus grandes ambitions sont de mener une vie calme, simple et heureuse avec sa famille et ses voisins, et l’Empire de Roc où tout n’est qu’intrigues et complots, corruption et manipulation, exploitation et ségrégation (là où l'argent règne, il ne faut pas s'étonner des effets qu'il produit… MDM), du coup il cache à peine ses positions populares, voire carrément anarchistes, puisqu’il nous explique que l’Etat n’est là que pour ponctionner ses citoyens, pour obtenir les moyens nécessaires pour empêcher les autres Etats de le faire à leur place donc à leur profit… Derrière l’action et l’émotion on retrouve donc sans surprise les thématiques humanistes de Michael Moorcock : la recherche du pouvoir sans autre motivation que son obtention et sa conservation, l’impérialisme, le colonialisme, l’ouroboros de la guerre et le cancer productiviste qui en résultent et qui font germer les graines de la haine en chacun de nous… Et la tyrannie du désir qui oblige les êtres humains à sans cesse rechercher ce qu’ils possèdent très certainement déjà en eux… Kama, Artha, Dharma, Karma, autrement dit désir, ambition, devoir et rétribution : au-delà de la philosophie, on entre dans le domaine métaphysique…

Bon, les fans de l’auteur verront qu’il a fait pas mal d’emprunts à la saga Drenaï (les pouvoirs psioniques et le shamanisme dans le tome 1, la Source et les chevaliers noirs dans le tome 2), mais dans L’Epée de l’Orage on est bien dans un univers celtique avec ses druides, ses geisa, ses augures à interpréter, ses promesses à respecter et ses serments à ne jamais briser… ah si on décortique bien le personnage de Connavar et son destin, on s’aperçoit qu’il y a du Cuchulainn en lui ! ^^

Quelques bémols cependant :
- la traduction d’Alain Névant a un peu vieilli par rapport à celles plus récentes de Rosalie Guillaume et de Leslie Damant-Jeandel, l’emploi récurrent du terme « maléfique » donne un aspect niais aux beaux messages de l’auteur, et quelques erreurs, si elles existaient en VO, auraient dû être corrigées par la VF (genre la coquille sur l’âge de Bengedit Bran)
- David Gemmell donne certes plus dans strong independant woman que dans la demoiselle en détresse, mais attention au festival des têtes de mules et des têtes à claque (les littéros parlent d’insupportable machisme, mais vu le machisme ambiant de leur propre milieu c’est plutôt cocasse comme critique ^^)
- pour tout faire tenir sans écrire une machinlogie de gros pavés comme la fantasy américaine sait si bien le faire, l’auteur varie les points de vue et multiplie les ellipses ce qui hache un peu le rythme du récit


Tout au long du récit, on devine que les Seidhs ont un plan pour Connavar et qu’ils ont organisés les épreuves successives qu’il a traversées tout au long de sa vie pour faire de lui celui dont ils ont besoin (comme les Arpenteurs du Ciel de Charles R. Saunders façonnaient le héros Imaro pour faire de lui le champion de leur cause)… Mais la cause des Seidhs, quelle est-elle ? Rendez-vous dans le tome 2, où pour que la prophétie de la Force s’accomplisse le fils devra réussir là où a échoué le père (à moins qu’ils aient besoin l’un de l’autre pour accomplir l’impossible)… To Be Continued !


Dernière édition par Albéric le Jeu 22 Déc - 8:29, édité 2 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 1 L’Épée de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Derfel le Mer 21 Déc - 18:56

Superbe critique !

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 1 L’Épée de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Sieben le Mar 27 Déc - 22:12

Whoo... Respect.

avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 1 L’Épée de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Sieben le Mar 27 Déc - 22:13

Ce serait pas ton roman de Gemmell favori des fois ? :)
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 1 L’Épée de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Albéric le Mar 27 Déc - 22:40

Sieben a écrit:Ce serait pas ton roman de Gemmell favori des fois ? :)
même pas en fait (même si a première lecture, il m'avait fait une sacrée impression : le côté celtique + peplum + star wars + braveheart + epicness to the max...)

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 1 L’Épée de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Sieben le Mar 27 Déc - 22:57

Albéric a écrit:
Sieben a écrit:Ce serait pas ton roman de Gemmell favori des fois ? :)
même pas en fait (même si a première lecture, il m'avait fait une sacrée impression : le côté celtique + peplum + star wars + braveheart + epicness to the max...)

Ce que j'en retiens surtout, c'est qu'il s'agit du roman "pallier" dans la biblio de Gemmell. Tu sens que derrière, ça y est, il maîtrise. Rigante 2,3,4, Troie, le diptyque Drenaï sur Skilgannon, il déroule, il est parvenu à une sorte de maturité dans l'écriture.
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 1 L’Épée de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Albéric le Mar 27 Déc - 23:57

le 3e waylander intercalé au milieu des Rigante est pas mal aussi !

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rigante 1 L’Épée de l'Orage : partagez vos impressions

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum