David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Interview (30/01/04)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Interview (30/01/04)

Message par Spookycrow le Jeu 13 Aoû - 12:48

Interview (30/01/04)


1) Après avoir terminé The Swords of Night and Day, vous avez mentionné dans une précédente interview que votre prochain projet serait une histoire basée sur le siège de Troie. Comment est-ce que cela progresse et est-ce que cette histoire sera du même type que Le Lion de Macédoine et Le Prince Noir ?

Non, c'est un point de vue historique sur le genre d'évènement qui pouvait mener à une guerre majeure durant la période mycéenne. Je m'amuse beaucoup même si les recherches ralentissent la vitesse de l'écriture. Dans la fantasy, si vous le souhaitez, vous pouvez mettre en scène un navire affrontant une tempête en pleine mer et l'écrire au fur et à mesure de l'inspiration. Dans la première scène d'action majeure du nouveau livre Troie, je voulais une tempête en pleine mer, durant un voyage entre Cyprus et la côte de Lycia. Je devais connaître les vents dominants dans la région, le temps approximatif du voyage, la raison pour laquelle un bateau pouvait naviguer sur ces eaux à cette époque et quel genre de denrées transportaient-ils ? C'est un travai difficile mais, comme je l'ai dit, c'est très amusant.


2) Quels indices pourriez-vous nous donner sur le nouveau projet ?

J'en suis seulement à 20 000 mots pour le premier livre, et je travaille sur un deuxième jet en m'appuyant sur le rapport rédigé par des lecteurs testeurs. Il est trop tôt pour donner des indices, excepté peut-être que je fais en sorte d'intégrer un personnage historique au récit.


3) En tant qu'auteur, quelle importance accordez-vous à la critique des fans ?

Cela dépend. C'est toujours sympa d'entendre quelqu'un vous dire qu'il aime votre travail.
C'est aussi positif lorsque l'on vous dit ne pas avoir aimé votre travail et que l'on vous dit pourquoi. Pas assez d'atmosphère par exemple, ou trop de violence et pas assez de détails sur la vie quotidienne. Parfois cela peut-être assez décourageant. "J'aime pas votre travail. J'ai lu la moitié du chapitre 1 de votre livre et c'est de la merde." Les britanniques, particulièrement, ont fait de la médisance sur les gens célèbres une forme d'art. Plus vous avez du succès au niveau commercial, plus vous êtes critiqué et dénigré.
Ensuite il y a les fans bienveillants dont les commentaires peuvent vous sapper le moral.
La plupart des auteurs se saignent pour leur travail, luttant constamment à la recherche d'une histoire accrocheuse, inspiratrice, divertissante et qui remonte le moral. Pendant un an ou davantage, ils travailleront dans de sombres bureaux, fixant leur ordinateur, peaufinant leurs phrases, les coupant, les rallongeant, les retravaillant jusqu'à ce qu'enfin, complètement vidés émotionnellement, ils aient terminé le travail.
Alors quelqu'un vous demandera joyeusement : "Alors, combien de temps as-tu mis pour pondre ce bouquin ?" ou "J'ai bien aimé le dernier, David. Je l'ai lu en une soirée. A quand le prochain ?" J'apprécie la plupart des critiques de mes fans. J'ai l'habitude de répondre à toutes les lettres que je reçois. Maintenant il y en a trop. Mais je les lis toutes quand même.


4) Que pensez-vous des fan fiction ? S'agit-il de quelque chose que vous ne souhaiteriez pas voir les gens faire, ou bien le tolérez-vous tant vous ne les voyiez pas ?

Si par fan fiction vous faites allusion aux gens qui utilisent des personnages créés par un auteur pour écrire leurs propres histoires, et bien je n'aime pas ça de tout. Je peux comprendre les raisons pour lesquelles ils le font, mais cette culture de la compensation dans laquelle nous vivons aujourd'hui peut créer des scénarios de cauchemar. Quelqu'un écrit une histoire sur, disons, Druss la Légende et un dragon. Quelques temps plus tard j'écris une histoire de Druss avec un dragon. Résultat : Je recevrais une lettre d'un avocat m'accusant d'avoir volé l'idée d'un autre et me demandant des dommages et intérêts qui permettrait de renflouer le PIB de l'Albanie.


5) Vous avez dit dans une interview que vous receviez beaucoup d'offres pour l'adaptation en film de l'une de vos créations et vous avez aussi mentionné qu'à cause de la perte des droits d'auteur inhérente à toute adaptation, vous ne pourriez jamais l'autoriser tant que le bon réalisateur ne sera pas désigné. Y a-t-il du nouveau à ce sujet, et si oui, quel serait le roman choisi pour une adaptation ?

En m'appuyant sur l'immense succès du Seigneur des Anneaux, je ne doute pas que nombre d'auteurs de fantasy prêtent une oreille attentive aux offres d'Hollywood. Mes deux livres qui ont reçu la plupart des offres sont Légende et L'Homme de Jérusalem.


6) Au sujet de vos loisirs, vous avez aussi mentionné que vous aimiez les jeux pc. Quel genre de jeu aimez-vous, et est-ce qu'un créateur de jeu vous a contacté pour utiliser l'un de vos personnages dans un jeu ?

Je m'y suis intéressé il y a quelques années, mais le problème c'est que le marché américain est la clé du succès dans le monde du jeu vidéo pc et, bien que je marche plutôt bien aux Etats-Unis, il y a déjà énormément d'auteurs américains dont le travail dans le jeu pc prédominerait sur le mien. Mais il y a un autre problème. Je n'aime pas l'idée que l'un de mes personnages puisse être utilisé dans un de ces jeux du type 'folie meurtrière' tellement à la mode en ce moment. Le monde est assez sauvage comme ça sans que des abrutis d'enfoirés créent des jeux violents et se servent d'expressions telles que "faites-vous plaisir en devenant tueur en série" comme argument de vente. En ce qui concerne mes goûts, j'adore Medieval Total War. C'est le meilleur jeu de stratégie que j'ai jamais vu, et je me relaxe une heure par jour à y jouer. Jusqu'ici, j'ai gagné avec les Byzantins, en utilisant la "Garde Varangian", les Egyptiens, en soudoyant les armées ennemies, et les Espagnols, en utilisant les croisades. J'ai perdu avec les Italiens, les Siciliens, et horreur des horreurs, avec les Anglais. J'ai aussi perdu avec les Allemands car l'empereur était gay et n'avait pas de descendance. C'est un peu du "foutage du gueule", ai-je pensé.


7) Beaucoup de fans ont aimé les bandes dessinées de Légende et de L'Homme de Jérusalem. Y aura-t-il d'autres adaptations et quels sont celles que vous aimeriez voir ?

Je serais partant pour une autre adaptation si c'est John Bolton qui l'a dessine. Il a réalisé mes couvertures britanniques et je pense que c'est le meilleur dans le milieu. Pour quel roman ? Waylander.


8) Beaucoup d'auteurs commencent à réaliser le pouvoir d'internet et possède maintenant leur propre site. Qu'en pensez-vous et peut-on espérer voir un jour un site officiel dédié à David Gemmell ?

Il y a beaucoup de super sites au sujet de mon travail. Je n'ai pas le temps de faire un site et de le garder à jour, et comme j'ai l'habitude de le dire, que ce soit dans la vie ou mon travail : "Si tu ne peux pas le faire bien, et bien ne le fait pas."


9) Avec un accroissement mondial de vos lecteurs, aimeriez-vous faire des tournées aux Etats-Unis ou en Australie ?

J'ai reçu beaucoup d'invitations et j'aimerai vraiment faire plus de tournées. L'année dernière, je suis allé en Espagne, en Hollande, au Portugal et dans d'autres pays fascinants. C'est une question de temps. Je n'ai jamais raté une date limite donnée par mon éditeur. Si je dis qu'un livre sera terminé le 10 octobre de l'année prochaine, et bien c'est sûr qu'il le sera. Du coup, mon travail devient une course contre la montre. Chaque année, en avril, je dois faire une tournée en Angleterre, et je participe à une ou deux conventions majeures aux Etats-Unis (j'en profite d'ailleurs pour prendre quelques vacances et me détendre une ou deux semaines). En dehors de ça, j'écris quasiment tous les jours. Un jour prochain, je passerai à un livre tous les deux ans. Alors je pourrais me relaxer et faire des tournées.


10) Que ressentez-vous à l'approche du 20ème anniversaire de la publication de Légende ?

J'ai l'impression que je suis en train de vieillir. Ce qui semble approprié puisque je suis en train de vieillir. Je pense que je vais ouvrir une bouteille de champagne le 13 avril 2004 et porter un toast à Druss et à ses compagnons d'armes. Quand j'ai écris Légende, je me voyais comme Rek le Comte de Bronze. Maintenant j'ai quatre ans de moins que Druss, et il ne me semble plus aussi vieux maintenant.


11) Vous avez dit que "Skilganon s'était fait un nom dans les guerres à l'Est, et que les chroniqueurs drenai pouvaient très probablement ne jamais avoir entendu parler de lui." Dans ce cas, comment se fait-il que le nom de Skilgannon soit parvenu à se glisser dans le Mythe de Drenai (ou bien faut-il chercher l'explication dans le roman suivant) ?

Je répondrai à cette question un autre jour.


12) Beaucoup de vos livres font référence à des grades militaires et à de l'armement en usage à certaines périodes de l'histoire (médiévale notamment). Avez-vous fait des recherches pour rester cohérent et vous assurerez que telle arme était utilisée à telle époque ?

La première chose que j'ai appris en management était "ne jamais donner d'explications". J'ai toujours écris ce que je ressentais comme étant juste pour la période. Coeur de Corbeau était mon hommage à mes ancêtres écossais et proposait une version des horreurs qui ont suivis la rébellion de '45, mais dans un univers alternatif. Ce fut aussi mon hommage à mon beau-père Bill, qui est décédé pendant l'écriture de ce roman.


13) Quand pouvons-nous espérer de la suite de "La Quête des Héros Perdus" et des évènements causés par les jumeaux ?

La réponse est peut-être jamais. Je vais être accaparé par la série Troie pour les 4 prochaines années, et je fêterai mon soixantième anniversaire. En tant que gros fumeur, avec une haute pression sanguine et un appétit porté sur le chocolat et la vodka, il ne restera plus beaucoup d'années pour découvrir les secrets des jumeaux.


14) Quelques forums ont organisé une bataille qui opposerait les héros de vos livres. Selon vous, qui serait le gagnant d'un tel tournoi ?

Impossible à dire. C'est comme demander à un père de désigner celui de ses enfants qu'il aime le plus. Dans un combat de rue je voudrai Druss à mes côtés. Tenaka Khan sur un champ de bataille. Si j'étais chassé dans une forêt, je choisirai Waylander. Et si je me trouvais dans l'est de Los Angeles, je voudrai Jon Shannow à mes côtés.


15) Comment trouvez-vous les noms des personnages ?

Je n'en sais absolument rien. Bien que ce soit très important. Quand J'ai commencé Le Faucon de Minuit j'avais un nom complètement différent pour le personnage principal. Le livre ne marchait pas et le personnage était banal. Alors je l'ai changé, mais ça ne marchait toujours pas. Un jour je commençais vraiment à en avoir marre et j'en ai parlé à un ami. "Ce personnage est le fléau (bane) de ma vie en ce moment." Et là je le tenais enfin ! Bane. Quel nom ! A partir du moment où le personnage a prit vie, le livre a bien fonctionné.


16) Dans le livre Le Cavalier de l'Orage, il semblerait qu'il y pas mal de points communs entre Gaise Macon et le Général Custer. Les similarités sont nombreuses, s'agit-il d'une coïncidence ?

C'est une coïncidence. Gaise Macon est en fait une version fantasy du Conte de Montrose. J'ai donné un indice en lui faisant citer un vers d'un poème de Montrose qui évoque le fait d'être prêt à tout risquer.
avatar
Spookycrow
Légionnaire de la Martia victrix

Date d'inscription : 12/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum