David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


2 Interviews datant de 2002

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square 2 Interviews datant de 2002

Message par Spookycrow le Jeu 13 Aoû - 12:47

Interview (07/04/02)


1) Que ressentez-vous à l'idée d'être l'objet d'une interview ?

Cela dépend des capacités de l'interviewer. Si j'obtiens quelqu'un avec une connaissance du genre, et, idéalement, avec une connaissance de mon travail, alors l'entrevue est une joie. Roz Kaveney et Stan Nicholls sont des exemples parfaits du journaliste professionnel. Cependant ils sont des exceptions. La plupart du temps les interviewers commencent par me dire qu'ils ne connaissent rien à la fantasy et « pourriez-vous peut-être nous l'expliquer. Il s'agit d'elfes et de fées n'est-ce pas ? » Ces entrevues sont irritantes. Je les fais parce que cela fait partie de mon travail.


2) Le fait d'avoir été un journaliste accompli vous a habitué aux dates-limites. Que faites-vous pour garder votre calme à l'approche de chaque date-limite ?

Qui a dit que je gardais mon calme ? J'ai besoin de dates-limites, mais les dates-limites sont toujours un cauchemar. Je suis fier de n'en avoir jamais manqué une, que ce soit en tant que journaliste ou auteur. À plusieurs occasions, malgré tout, j'aurai dû avoir la force de retarder la soumission d'un script. Je me suis toujours dit que j'aurai dû demandé une prolongation pour peaufiner L'Etoile du Matin tel que je l'avais à l'origine planifié. Au lieu de cela je me suis dépéché de le terminer et maintenant je ne le trouve pas satisfaisant.


3) Quel auteur lisez-vous pour vous détendre et qu'avez-vous lu récemment ?

Je ne lis pas beaucoup de fiction. Je viens juste de finir de lire un livre charmant de Nancy Reagan, basé sur les lettres d'amour que son mari lui a écrit sur quarante ans. Extraordinairement touchant. Je lis de temps en temps de vieux livres de Louis Lamour - particulièrement la série de Sackett.


4) Avec la sortie du Cavalier de l'Orage (4 avril 02) vous avez écrit vingt sept romans. Avez-vous un rituel pour fêter la réalisation d'un nouveau roman ?

J'emmène des amis au restaurant pour célébrer cette occasion. Alors je prends une semaine pour décompresser avant de commencer une nouvelle histoire. J'aime écrire. C'est une joie au delà de toute description de trouver un nouveau personnage et de le voir respirer et évoluer.


5) Chaque roman possédant sa propre illustration, quels sont les critères que vous retenez dans le choix de la couverture et est-ce que l'éditeur vous présente différentes suggestions parmi lesquelles vous faites votre choix ?

C'est moi qui choisis l'artiste, mais je laisse l'artiste seul pour effectuer son travail. John Bolton a réalisé mes dernières couvertures. Je pense que cet homme est un génie. La couverture du Faucon de Minuit est une merveilleuse illustration, pleine de la lumière et de mouvement. La couverture du Cavalier de l'Orage est exceptionnelle.


6) Raven Armoury a réalisé deux versions de la hache Snaga de Druss. Avez-vous été approché par la compagnie et vous ont-ils présenté l'une d'elle ? Est-ce qu'il est prévu de produire d'autres armes issuent de vos histoires telles que l'épée de Connavar ou l'Arbalète de Waylander ?

Il y a quelques années l'Armurerie Raven m'a contacté et m'a demandé s'ils pouvait faire Snaga. Ils m'ont donné le premier modèle réalisé et je leur ai permis d'en produire à la vente. Il n'y a aucun contrat d'affaire entre nous. J'ai aimé le travail, et j'ai aimé la passion qu'ils ont mise dans leur métier. J'aimerais voir l'arbalète de Waylander produite - mais jusqu'ici personne n'a eu les compétences pour la faire.


7) Vous avez fait une incursion en dehors de la fantasy avec White Knight Black Swan, écrit sous le pseudonyme de Ross Harding. Est-ce qu'il est prévu une réedition de ce livre ou est-ce qu'il y en aura d'autres ?

Aucune prévision encore. White Knight Black Swan fut un travail dans lequel j'ai mis beaucoup d'amour. J'aimerais faire un autre thriller, mais ce n'est pas pour maintenant. Quand je le ferai, ce sera encore sous un autre pseudonyme.


8) Un certain nombre de fans était déçu par la disparition de Gaise Macon au premier tiers du livre Ravenheart, (alors que beaucoup pensaient qu'il allait devenir l'un des personnages principaux). Rétrospectivement, en tant qu'auteur, pensez-vous qu'il aurait été préférable de retarder la sortie de Ravenheart jusqu'à ce que Stormrider ait été plus près de sa parution ou auriez-vous préfèré sortir les deux en simultané ?

L'idée originale pour Ravenheart incorporait déjà l'histoire de Stormrider. Elle est juste devenue trop longue pour un seul livre. J'avais donc le choix. Soit j'écrivais un roman de 900 pages ou bien deux d'environ 400 pages. J'ai longtemps pensé à la première solution, et je me suis alors rendu compte que le rythme ne serait pas bon. Le premier roman s'est concentré sur Jaim Grymauch. Il était une figure très charismatique, et l'apogée de son histoire a merveilleusement bien fonctionnée pour la conclusion. Le simple fait de continuer l'histoire aurait tout simplement annulé l'effet souhaité de cette apogée. J'ai donc préféré diviser l'histoire. Malheureusement ceci a rendu nécessaire un départ un peu brusque pour le jeune Gaise Macon.


9) Votre rédacteur nous a confié que votre prochain titre s'intitule "White Wolf." S'agit-il d'une préquelle ou d'une suite au livre "Les Guerriers de l'Hiver" dans lequel il y avait un personnage appelé ainsi ? Quelles infos pouvez-vous nous donner au sujet de ce roman ?

Non, le roman fait partie du cycle Drenai mais se situe quelques années après la bataille de Skeln, mais avant le siège de Dros Delnoch. Le héros est un homme appelé Skilgannon, qui a porté les "Swords of Night and Day". Druss la légende fera une petite apparition dans l'histoire. Ceci étant dit, Druss tend à être un homme qui n'en fait qu'à sa tête, donc ce sera dur de le tenir en retrait.











Interview (29/10/02)


1) Récemment vous avez fait apparaître une citation sur le premier roman d'Ian Graham (Monument). Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur cette rencontre ?

J'ai fait la connaissance d'Ian dans un atelier d'écrivain à Norfolk. Après avoir vu des échantillons de son travail j'ai immédiatement réalisé qu'il avait un talent rare et je l'ai invité à écrire un roman. La première ébauche de Monument avait quelques passages magnifiques, mais sa forme était encore trop brut et devait encore être amélioré. Il l'a donc retouchée. Quelques années après je le présentais à Tim Holman, le rédacteur de sf/fantasy chez Orbite. Tim a également vu le potentiel d'Ian's et l'a commissionné pour écrire Monument, et j'ai fait en sorte de lui offrir une citation d'auteur.


2) Que faites-vous pour vous détendre ?

J'écris. Je joue à des jeux pc. Je regarde des films.


3) Est-ce que vos loisirs vous inspirent dans votre travail ?

Je ne suis pas sûr qu'ils l'ont fait. En fait, c'est plutôt difficile à évaluer. Il n'y a pas de création sans inspiration, donc je pense que voir des films me donne une bonne idée du genre d'histoire qui plaît à l'audience d'aujourd'hui.


4) Vous avez mentionné précédemment que vous détestiez être interviewé par des personnes qui ignoraient tout de votre travail, surtout lorsque l'on considère l'éventail de genres possibles dans la Science-Fiction/Fantasy. Comment définiriez-vous personnellement votre travail par rapport aux autres auteurs ?

Je n'essaie pas de le définir. Mon style a été influencé par Louis Lamour, Tolkien, Henry Kuttner, Fritz Leiber et Robert E Howard. J'aime le modèle spartiate pour raconter une histoire, en limitant la prose descriptive à son maximum et en faisant peu travailler le lecteur. Je lis rarement maintenant - bien que je viens juste de commencer Dawnthief de James Barclay, que j'apprécie immensément.


5) Quand vous êtes dans une librairie, n'êtes vous jamais curieux de voir qui passe en revue votre travail et si c'est le cas, vous arrive-t-il d'être reconnu ?

La réponse courte est non. De temps en temps je vois quelqu'un acheter l'un de mes livres. Et là j'aime tout particulièrement voir la surprise sur leurs visages lorsque je leur propose de le signer.


6) Si quelqu'un devait entrer dans un magasin où vous vous trouvez, comment le persuaderiez-vous de choisir l'un de vos romans plutôt que celui d'un autre ?

Je ne le ferai pas. La plupart des auteurs travaillent très dur pour finir un roman.


7) Il est murmuré que l'édition de White Wolf proposerait la première carte éditée du monde de Drenai. Est-ce que cette rumeur est fondée ? Aviez-vous déjà une idée précise de ce monde ou l'avez-vous construit au fur et à mesure de vos livres ?

J'ai créé ce monde au fur et à mesure de l'écriture. Et oui, la carte que nous employons pour White Wolf a été créée par Dale Rippke, un lecteur américain.


8) Parmi les personnages qui apparaissent dans vos livres, quel est celui que vous préférez ?

Druss la légende. Sûrement parce qu'il était le premier de mes héros. J'aime vraiment ce vieil homme. En fait, je me rends compte maintenant que Druss a seulement cinq ans de plus que moi. Autant dire rien ! Quand je l'ai créé j'avais tout juste 27 ans. Il me semblait très vieux à l'époque. Dans pas très longtemps, il me semblera jeune et insouciant. Que le temps passe vite !


9) Avez-vous fait quelque chose pour fêter votre premier roman ?

Que je sois damné si je m'en souviens. Je me suis très certainement soûlé à la vodka. J'ai bu pas mal de vodka dans les années 80.


10) Que faites-vous pour vous être d'humeur à écrire ?

J'allume l'ordinateur. Je suis toujours d'humeur à écrire.


11) Comment ressentez-vous le retour des gens qui ont lu votre travail ?

Je le ressens bien. J'ai toujours cru que les conteurs avaient le devoir d'inspirer les gens à être meilleurs. Un jour, un de mes fans m'a écrit qu'il venait tout juste de finir l'un de mes livres et qu'il était en train de sortir son chien lorsqu'il aperçut deux hommes s'en prendre à une femme. Instinctivement il les a chargé et les hommes se sont sauvés. Il ne pense pas qu'il aurait agit ainsi s'il n'avait pas lu une histoire avec des héros.


12) Comment réagissez-vous vis-à-vis de la critique de votre travail, notamment lorsqu'elle est négative ?

Il y aura toujours des critiques négatives. Il y aura toujours des gens qui pensent que votre travail d'auteur est de la merde, ou juvénile, ou de droite ou de gauche. Il suffit juste de les laisser s'agiter et de les ignorer.


13) Vous avez mentionné lors de votre dernière tournée promotionnelle (pour Stormrider) que l'on vous a souvent claqué la porte au nez lorsque vous présentiez votre travail et que vous avez persévéré jusqu'à ce que vous soyez finalement publié. Comment êtes-vous parvenu à gérer non la seulement la critique mais aussi le processus pour parvenir à se faire publier ?

Louis Lamour a dit une fois que l'écriture était comme la prospection de l'or. Vous devez creuser et fouiller des millions de tonnes de saleté avant de trouver le métal précieux. C'est vrai. J'ai abandonné un certain nombre de fois dans les premiers temps. J'ai écris mon premier roman quand j'avais 21 ans. Je n'ai pas été publié avant mes 35 ans. Voilà qui peut donner une idée de la quantité de saleté que j'ai dû creuser.


14) Quel conseil donneriez-vous aux romanciers débutant pour les encourager ?

Quiconque ayant sans cesse besoin d'encouragement ne parviendra pas à faire quoi que ce soit. Vous avez besoin de vigueur, de la confiance en soi, et d'un entêtement résolu. Ce qui peut aider également, c'est d'avoir une peau épaisse et un égo qui fait paraître ridicule le mont Everest.
avatar
Spookycrow
Légionnaire de la Martia victrix

Date d'inscription : 12/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum