David Gemmel
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Simon R. Green, La Nuit de la Lune Bleue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Simon R. Green, La Nuit de la Lune Bleue

Message par Tarento le Dim 10 Aoû - 11:52


Présentation de l'éditeur
Le royaume du roi John a vécu dans la paix durant des générations... Malheureusement, aujourd'hui, son royaume se désagrège. Le mal qui irradie du Noirbois ronge le pays; les démons se rassemblent et chassent en meutes. Le roi John n'a plus d'argent, plus de troupes, plus d'espoir. Son plus jeune fils, le prince Rupert - sorte de pièce de rechange dans la lignée royale - est envoyé dans une quête afin de prouver sa valeur: il doit sauver une princesse, comme il se doit. Mais à son retour, à la surprise générale, il ne ramène pas seulement la princesse, mais aussi le dragon censé la dévorer!... Un fils cadet, un dragon fatigué, une licorne sans corne et une princesse avec un méchant crochet du gauche: voilà la troupe de héros improbables qui devra faire face au prince Démon, durant la nuit de la Lune Bleue...

Une bonne intrigue, quoique classique, des personnages haut en couleur, un réel sens du comique et un héros qui a la tête sur les épaules et qui est bien conscient que partir en quête d'un dragon, c'est stupide et pas sans danger. L'action ne manque pas et les trahisons (parfois inatendues) s'accumulent.

A cette époque-là, encore gouvernée par la magie, les héros chassent les quêtes, font des choses comme occire des dragons pour sauver des princesses. Mais dans ces temps-là, il n’est pas bon d’être Prince et deuxième de sa lignée. Parce que pour préserver un royaume instable, on pourrait tout aussi bien vous envoyer accomplir une quête dans l’espoir que vous n’en reveniez pas. Ce serait beaucoup plus simple et facile que de devoir vous faire tuer sur ordre de votre père… Et c’est dans cette situation que se retrouve le pauvre Prince Rupert. Pour ne pas créer de dissension dans le royaume, il est envoyé chasser le dragon. Accompagné d’une licorne plutôt trouillarde et bavarde, il découvre les désagréments du voyage et surtout, certaines choses que ne racontent pas les ménestrels dans leur chanson… Pas facile de se soulager quand on porte une armure, pas facile de chevaucher quand on est harcelé par des insectes, pas facile de supporter les railleries parce qu’on chevauche une licorne (pour ceux qui se poseraient la question, seules les personnes euh… n’ayant pas connu disons intimement d’autres personnes peuvent chevaucher une licorne, et quand on est un mâle bien portant, prince de surcroit, ben voilà quoi !) et surtout, pas facile de trouver un dragon quand ils ont pratiquement tous disparu… Mais « sagement » conseillé à son corps « défendant » (quelle idée de demander un renseignement quand on souhaite ne pas avoir de réponse), il trouve l’antre du dragon, le dragon et même une princesse qui lui a été offerte en sacrifice. Et Rupert, comme il se doit, sauva… le dragon de la princesse ! Vous arriveriez, vous, à tuer un dragon qui parle, qui vous accueille bien gentiment chez lui, qui collectionne les papillons au lieu des trésors et qui subit la présence d’une princesse munie d’un méchant crochet du gauche ?
Et voilà ainsi résumées les 20 premières pages de livre très surprenant et très accrocheur. Mais il n'a rien d'une parodie car s'il commence dans un humour excellent auquel il n’est pas possible de résister, la suite devient beaucoup plus sombre et vous ne pourrez pas faire autrement que le lire d’une traite tellement c’est prenant.

Tarento
Invité


Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Simon R. Green, La Nuit de la Lune Bleue

Message par Duvodas le Sam 19 Nov - 22:22

Je n'ai jamais lu de livre de fantasy réputé pour être comique... Je pense que ça pourrait me plaire, et puis j'aime aussi le côté ténébreux d'un bouquin de Fantasy... il à été écrit pour moi, ou quoi? ^^

__________________________________
Un héros, de l'action, une philosophie. Mélangez bien . À servir saignant, Gemmell a essayé, et ça marche !

Ma galerie de dessins, c'est ici.

Duvodas
Légionnaire de la Martia victrix

Date d'inscription : 30/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Simon R. Green, La Nuit de la Lune Bleue

Message par Albéric le Jeu 7 Aoû - 10:13

Vu comment j'ai surkiffé les romans SF de l'auteur, il est impossible que je ne me lance pas dans les romans fantasy de l'auteur !

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Simon R. Green, La Nuit de la Lune Bleue

Message par Albéric le Mar 19 Aoû - 10:35

Tarentio a écrit:une princesse avec un méchant crochet du gauche
L'auteur nous refait le coup d'Hazel d'Ark (Traquemort) ou de Suzie la Mitraille (Nightside) :
un alter ego de Sarah Connor cool ! 


__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Simon R. Green, La Nuit de la Lune Bleue

Message par Albéric le Dim 4 Jan - 19:19

Fini. Un excellent roman. Derrière la grosse déconne et le deuxième degré permanent, un belle histoire qui emprunte aux plus grands ! les scènes de combats contre les démons sont aussi sombres et violentes que celles de Berserk... Yeah !

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Simon R. Green, La Nuit de la Lune Bleue

Message par Marv le Lun 18 Avr - 11:28

Le roman s'ouvre comme une parfaite parodie de conte fantasy avec ses personnages carrément loufoques, affublés de noms qui pour certains d'entre eux sont complètement anachroniques, assez rapidement il se mue en quelques choses de plus classique à mi chemin entre l'héroic fantasy et le thriller fantastique, dès lors on retrouve le charme d'un auteur qui fascine autant par sa plume parfaitement identifiable, que par sa maitrise du mélange des genres.
Le roman se révèle beaucoup plus intelligent qu'il n'y parait avec une intrigue à tiroirs, des personnages surprenants et insaisissables, une menace planétaire et de scènes de combats épiques.

Quelques part, le récit s'apparente plus à un Traquemort médiéval qu'à un épisode de Shrek alors que les deux longs premiers chapitres pouvaient laisser penser le contraire.
Sans être le meilleur récit de l'auteur, La Nuit de la Lune Bleue est une bonne histoire menée à fond la caisse tel une véritable montagne russe, on regrettera un traitement des personnages un peu trop "fonction" et une intrigue peut être aussi un peu trop tortueuse pour une histoire relativement courte.
Un livre pouvant se lire comme un one shot.


Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Simon R. Green, La Nuit de la Lune Bleue

Message par Albéric le Dim 4 Déc - 20:45



grosse critique coming soon... ^^

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Simon R. Green, La Nuit de la Lune Bleue

Message par Albéric le Dim 4 Déc - 21:03


Résumé : Sang et honneur
Jordan, qui s’est toujours targué de ses talents de comédien, est confronté au plus grand rôle de sa vie. Métamorphosé en un double du prince Viktor, le fils cadet du roi, il est envoyé à Château Minuit en pleine guerre de succession. Sa vie est menacée, car les deux frères de Viktor sont prêts à tout pour accéder au trône, mais surtout, Château Minuit risque d’être envahi par des créatures démentielles et monstrueuses. Jordan commence à se demander si le jeu en vaut la chandelle et s’il ne ferait pas mieux de s’enfuir sans la récompense promise.
Mais voilà, le destin s’apprête à réécrire le rôle de chacun…



Comme feu David Gemmell, qui a toujours revendiqué marcher dans les pas de Louis L'Amour, Simon R. Green écrit toujours la même histoire que désormais je connais par cœur… L’auteur est fan de Roger Zelazny, donc on passe joliment du Dallas Fantasy à l’Agatha Christie Fantasy, et il est pote avec Terry Pratchett donc il passe sa méthode à la moulinette Dark Fantasy (sans parler de toutes les références à la littérature anglaise assez cool et aux films et séries populares qu’on aime bien, genre Dr Who et James Bond, ainsi qu’un esprit comics toujours de bon aloi ^^)
Pour ne rien gâcher l’auteur est entré en résistance contre cette saloperie de thatchérisme ! (comme la quasi intégralité de la SFFF anglaise en fait)


Sept années se sont écoulées depuis la Guerre des Démons (cf. La Lune bleue) et le Grand Jordan, célèbre ménestrel désormais réduit au rang de romanichel, est engagé pour être la doublure du prince Viktor de Rougemont en raison de ses talents de prestidigitation… Le guerrier Gawaine de la Tour Rouge (oui on t’a reconnu Druss à la Hache ^^), le Comte Roderick Crichton et le négociant Robert Argent lui servent de chaperons pour tenir son rôle dans le panier de crabes qu’est la cour de Rougemont… Lewis le géomancien, Viktor le pyromancien et Dominic l’aquamancien, sans compter Gabrielle l’aéromancienne mariée au régent William Howerd plus intègre tu meurs, se disputent la succession du roi Malcom mort si subitement… Et pour ne rien gâcher, le Château Minuit a été construit sur un tumulus sidhe, et sans roi pour la domestiquer la frontière entre les mondes devient dangereusement poreuse (le trône de Rougemont jouant à la fois le rôle de la pierre qui hurle et du siège périlleux : remember la Quête du Graal ^^)... Au début les fantômes sont plutôt drôles, puis arrive un bestiaire gothique plus ou moins patibulaire avant que ne déboulent en masse des horreurs cauchemardesques sortant directement du The Thing de John Carpenter… ^^

Pendant que les princes et les aristocrates jouent à leurs petits games of thrones à la con (quitte à user et à abuser de la théorie du choc pour hâter les événements), Jordan lui lutte avec Catriona Taggert, Damon Cord, Matthew Doyle et tous les autres défenseurs du château pour sauver autant les grands que les petites gens… Au fur et à mesure de ses choix Jordan gagne des alliés des deux côtés du voile qui sépare le monde des morts de celui des vivants, et quand vient l’heure de vérité c’est tout le peuple qui est prêt à se rallier à la cause de l’imposteur… Quand il n’existe plus personne de bien c’est à vous qu’il revient de devenir une personne bien : Jordan sait qu’il est la doublure d’un méchant obnubilé par un esprit de vengeance qui n’hésite pas à exécuter plusieurs dizaines de personnes sur un coup de tête et qui ne perd pas une occasion de cracher tout son venin sur les sans-dents censés se reproduire comme des lapins, mais aussi que ses concurrents sont pires encore avec Lewis qui aime violer, torturer et tuer les femmes qui lui tapent dans l’œil, et Dominic l’hyperactif sociopathe qui finit par détruire tout ce qui suscite son ennui… Il est complètement déchiré car il sait que finalement c’est de lui que dépend la survie du peuple tour entier !

Comme d’habitude avec l’auteur, on a droit à un super dramatis personae mis en scène comme la Duchesse de la Mort savait si bien le faire :
- Catriona Taggert occupe un rôle qui ne lui était pas dévolu à cause de son père et de son frère trop tôt disparus…
- Damon Cord se bat de tout son cœur pour une cause qui n’est pas la sienne en sachant que dans la défaite comme dans victoire il est voué à disparaître…
- c’est sans hésitation que Timothy Sang et Davey le Gris s’enfoncent dans les ténèbres pour sauver ce qui peut l’être…
- c’est sans hésitation que Matthew Doyle et Mère Donna suivent leurs traces pour que leurs efforts ne soient pas vains…
- l’ancien bandit Brion DeGrange prisonnier d’un geis attend que les astres soient propices pour exercer sa vengeance…
- Gawaine hésite entre ses valeurs qui lui disent d’embrasser la cause du peuple et son honneur qui lui dicte d’obéir à celui à qui il a juré fidélité (quel excellent vassal, s’il seulement son seigneur en était digne ! ^^)
- Cœur de Fer, ancien parangon de chevalerie victime d’une trahison, attend désespérément sa rédemption…
- Geordie Mini le petit fantôme apeuré prend sur lui pour faire triompher la cause de la justice…
- et le Moine est prêt à tout et au reste pour que l’Irréalité triomphe de la Réalité !

On démarre comme dans Le Prisonnier de Zenda, classique la culture anglaise, et on poursuit comme dans Ghostbusters, classique de la culture populaire, pour enfin balancer entre révolution et coup d’Etat… Reste à savoir si on est dans Le Cuirassé Potemkine qui relatait l’année 1905 ou dans Octobre qui relatait l’année 1917 : l’aristocratie puante et arrogante, ce cancer de l’humanité dont on aimerait bien se passer, va-t-elle encore accoucher d’un nouveau Seigneur des Cendres ?
Au final le sort du monde se joue en l’âme d’un seul homme, et celui-ci pourrait être vous ou moi : êtes-vous prêt à laisser triompher les forces obscures de la crevardise, quitte à dérouler le tapis rouge à la Bête Immonde, ou êtes vous prêts à vous battre pour faire triompher la liberté, l’égalité et la fraternité ?...

Est-il utile de préciser que j’ai kiffé, voire surkiffé ??? On frôle le Rhââ lovely… ^^
J’ai certes trouvé un peu moins de clins d’œil, de private jokes et de coolitude que d’habitude, mais cela est sûrement dû à la traduction de Benjamin Kuntzer qui doit être moins averti que Cédric Perdereau concernant les spécificités des univers déjantés de l’auteur punk…

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Simon R. Green, La Nuit de la Lune Bleue

Message par Albéric le Dim 11 Déc - 17:07


Résumé : Down among the dead men
Ten years have passed since the Demon War. The Forest's scars are slowly healing, the Darkwood is still and silent, and few demons ever venture out of the endless night. But in a clearing not far from the Darkwood boundary, in a darkness where a sun has never risen and a moon has never shone, an ancient evil stirs in its sleep and dreams foul dreams."
And with those words, New York Times bestselling author Simon R. Green begins the third of his Forest Kingdom novels, a classic sword-and-sorcery quest of four Rangers, three outlaws, and one Infernal Device that could reawaken a Beast that's best left sleeping. Travel along with Duncan MacNeil, the witch Constance, Jessica Flint and Giles Dancer as they -- and their buried secrets -- go down among the dead men on the adventure of a lifetime.


Un jour peut-être... (putain, le casting me fait envie !)

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Simon R. Green, La Nuit de la Lune Bleue

Message par Albéric le Dim 18 Déc - 18:21

l'auteur kiffe la saga James Bond : dans Sang et Honneur, ce n'était pas très difficile de voir que Dominic le prince psychopathe rendait hommage à Max Zorin ^^


et dans Par-delà la lune bleue, le Magus ressemble fort à Hugo Drax ^^


quand je pense que son James Bond urban fantasy n'existe pas en VF ! La grosse honte pour les éditeurs français que l'auteur pilier de SFFF anglaise ait été relégué aux oubliettes (comme tant d'autres malheureusement...)

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Simon R. Green, La Nuit de la Lune Bleue

Message par Albéric le Dim 12 Fév - 14:45


Résumé Par-delà la lune bleue :
Dans la cité magique et cruelle de Haven où l’on peut tout acheter, voler ou prendre de force, Hawk et Fisher ont toujours fait front. Ensemble, ils ont tout combattu : des loups-garous, des vampires et même les pires des créatures… des politiciens véreux. Ils ont pourtant décidé de régler une dernière affaire… puis de quitter la ville. Le prince Rupert et la princesse Julia doivent revenir dans le Royaume de la Forêt pour faire comparaître un régicide devant la justice : le roi Harald a été assassiné ! Deux légendes réunies par un crime odieux et une terrible vérité qui s’étend… par-delà la Lune Bleue.


Comme feu David Gemmell, qui a toujours revendiqué marcher dans les pas de Louis L'Amour, Simon R. Green écrit toujours la même histoire que désormais je connais par cœur… L’auteur est fan de Roger Zelazny, donc on passe joliment du Dallas Fantasy à l’Agatha Christie Fantasy, et il est pote avec Terry Pratchett donc il passe sa méthode à la moulinette Dark Fantasy (sans parler de toutes les références à la littérature anglaise assez cool et aux films et séries populares qu’on aime bien, genre Dr Who et James Bond, ainsi qu’un esprit comics toujours de bon aloi ^^)
Pour ne rien gâcher l’auteur est entré en résistance contre cette saloperie de thatchérisme ! (comme la quasi intégralité de la SFFF anglaise en fait)


Douze années se sont écoulées depuis la Guerre des Démons (cf. La Lune bleue) : on commence par un détournement du Fantôme des Canterville avant d’enchaîner par un remake de la grande grève de 1984-1985 (saloperie de Margaret Thatcher, qu’elle pourrisse enfer elle et ses thuriféraires…). Là deux messagers du Royaume de la Forêt, Allen Chance le Questeur trop naïf pour son bien et Bonhomme le chien mutant du défunt Haut Sorcier à la langue bien pendue (1 tirade = 1 fou rire ^^), rappellent à Hawk & Fisher leur devoir de Prince Rupert et de Princesse Julia pour retrouver celui qui a assassiné le Roi Harald…
Grosso modo nous sommes dans la version 2.0 de La Lune bleue, et c’est très très cool. Mais le principal problème vient du fait qu’on fait la transition entre les deux univers de l’auteur : on nous raconte l’épilogue du roman d’origine et le voyage de Rupert et Julia vers Haven et leur transformation en Hawk & Fischer (ainsi que la destinée final du Dragon, de la Licorne et des gobelins…), les adieux de nos héros à la version urban fantasy de Londres dans un incroyable feu d’artifices où ceux qui veulent les canoniser sont aussi nombreux que ceux qui veulent les tuer, et le retour du dynamique duo là où tout à commencé c’est-à-dire le Royaume de la Forêt… Fatalement cela consomme beaucoup de pages, qui auraient pu être consacrées à un niveau supplémentaire de péripéties de cape & épées… Quelque part, c’est un peu dommage.

Sinon, c’est reparti pour un Agatha Christie fantasy : qui est l’assassin ?
- le puissant et insondable Magus (oui, on t’a reconnu Hugo Drax de Moonraker ^^)
- Sélénia Prestepied la fée nymphomane
- Allen Chance, le fils de l’ancien Champion
- Robert Hawke, le démocrate dépressif
- Vivian Hellstrom le capitaine de la garde, qui après une vie passée en guerrier est rattrapé par son héritage de sorcier
- Tiffany, la sorcière wicca de la Sororité des Sœurs de Lune, trop maline et trop sexy pour être honnête
- le Shaman, révolutionnaire masqué, et son compagnon démoniaque surnommé la Créature
- Félicité, strong independant woman devenue reine, et Cally sa très efficace garde du corps
- le Duc Alric de Bas-Côteaux qui compte bien réunifier le pays à son seul profit
- Or, Argent et Cuivre qui ne désespèrent d’abaisser la monarchie à leur profit
- le monstre des douves, la Dame du Lac ou le Sénéchal ?

Avec une cour déchirée entre Cavaliers, Têtes-Rondes et Républicains, on pourrait croire qu’on est passé de la dynastie Tudor à la Dynastie Stuart, mais c’est plus subtil que cela…
- il y a des clins d’œil à la tourmente de notre bonne vieille Révolution Française
- il y a un côté très XIXe siècle dans les oppositions entre conservateurs et libéraux, et entre réformistes et révolutionnaires
- il y a un côté très post WWI, avec tous ces morts hantant les vivants blessés, mutilés et handicapés, tant physiquement que psychologiquement, qui finissent par peiner à croire qu’avant la Guerre des Démons il y eut de belles années (héritage Howard)
- il y a un côté très post WWII, avec tous ces planqués ploutocratiques qui appellent de leurs vœux une nouvelle guerre pour retrouver le temps béni de l’Union Sacrée où tout le peuple trimait sans rechigner… (héritage Moorcock)
Malgré les interrogatoires, l’enquête n’avance pas d’un pouce quand déboule dans ce gros bordel Jérémie Hadès la Colère de Dieu sur Terre, détournement à peine déguisé du Solomon Kane de R.E Howard… MDR !!!
Ce dernier annonce à notre héros et à notre héroïne qu’ils ont un rôle à jouer dans la mission que Dieu lui a confié : pénétrer dans la Cathédrale Inversée qui est réapparue au centre du Château de la Forêt pour vaincre le mal qui y est terré… C’est rejoint par le Sénéchal qu’ils partent pour une bonne vieille exploration de donjon mais… mais… it’s bigger on the inside !!! MDR

ACHTUNG SPOILERS !
Spoiler:
Dans la salle du trône la loyauté de chacun des protagonistes du drame est mise à rude épreuve car les coups d’Etat se succèdent de manière frénétique entre trahisons prévues ou imprévues et improbables alliances de circonstances… Pendant ce temps, nos quêteurs font route vers les tréfonds des enfers : je m’attendais vraiment à quelque chose de bien dark fantasy, genre le jeu vidéo Diablo… Oui mais non, nous sommes bien dans un autre genre de dark fantasy puisque l’Homme Ardent soumet nos héros à toutes les tentations possibles et imaginables : il s’agit d’une quête spirituelle, genre Excalibur de John Boorman, et nos héros sont comme Perceval à la recherche du Graal !Les Êtres fluctuants veulent corrompre tout ce qui pur pour briser la frontière entre les dimensions, et en tuant Hawk & Fisher ils espèrent déferler sur le monde… Le Magus qui les a trahit veut que notre héros et notre héroïne se tuent l’un l’autre pour fermer la porte entre les dimensions… Se dirige-t-on vers un émule de la cultissime scène l’Eclipse du Berserk de Kentaro Miura ?
Non, au fond de la Boîte de Pandore il y a toujours l’espoir et au cœur des ténèbres un homme qui perdu foi en Dieu mais qui a regagné foi en l’Homme permet à deux êtres qui ont retrouvé foi en eux-mêmes de vaincre les forces des ténèbres : pour tout sauver, il faut parfois tout détruire… FIAT LUX !

Ce roman a été écrit 11 années après La Lune bleue, et malgré un épilogue largement plus optimiste que celui de La Lune Blue les cicatrices laissées par cette connasse de Margaret Thatcher, sorcière des forces obscures de la crevardise, restent quand mêmes vivaces…
J’irai plus loin car après la décapitation de la ploutocratie corrompue de Haven, le coup d’Etat démocratique de Rougemont et les réformes progressistes du royaume réunifié du Royaume de la Forêt et de Bas-Côteaux, l’univers créé par Simon R. Green est en passe de s’émanciper des forces obscures de la crevardise ! JUSTICE FOREVER !!!

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum