David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.

Henri Vernes, Bob Morane

Aller en bas

White Square Henri Vernes, Bob Morane

Message par Albéric le Dim 13 Jan - 18:13

je le mets en fantastique parce que je suis persuadé que le genre le plus prisé par l'auteur transgenre est le fantastique même s'il a rédigé un paquet de récit sans trace de SFFF, mais ça c'est l'héritage des pulps qui mélangaient allègrement tous les couleurs de l'aventure !


Les faits sont têtus : les aventures de Bob Morane sont avec les enquêtes du Commissaire Maigret les romans belges les plus lus et les plus connus dans le monde donc à bons entendeurs salut (et notez que les deux plus grands écrivains belges ont mis en scène des héros français ^^)... Henri Vernes fait du pulp européen (pour ne pas dire un Doc Savage européen ^^), une culture populaire plus ou moins comic autrefois florissante avant d'être mise à mal par les totalitarismes et d'être euthanasiée par la concurrence déloyale des yankees et les coups de poignard dans le dos des petits cercles intello prout prout bien de chez nous (qui avec leur élitisme abscons et obtus sont condamnés à être les dinosaures de l'ère des masses)... Si aujourd'hui Serge Lehman et quelques autres s'échinent à faire connaître la belle époque du pulp européen aux nouvelles générations, force est de constater qu'Henri Vernes fut longtemps bien seul à continuer à la faire exister contre vents et marées (d'où un immense succès populaire qui ne s'est jamais démenti, avant que la révolution culturelle et les médias de masse ne démocratisent définitivement la culture et ouvre la voie à de nouveaux héros).
Bob Morane est un pilote français de la WWII, éternellement âgé de 33 ans et né en bon Gary Stu à la même date que son créateur (bien que présumé breton alors que ce dernier est un bon vieux wallon ^^). Il est ingénieur, officier, expert en armes à feu, expert en arts martiaux, amateurs d'armes anciennes et comme on aime souvent à le souligner naturellement nyctalope. Pour ne rien gâcher le bonhomme a des relations dans le monde entier, dans les forces de police comme dans les services de renseignement (et dans la Patrouille du Temps également ^^). 50% barbouze 50% justicier, on reconnaît assez rapidement l'archétype du baroudeur au grand cœur qui se mue rapidement en chevalier blanc, et au fur à mesure de ses aventures on apprend à connaître ses nombreux amis (à commencer par son side-kick écossais Bill Balantine) et ses nombreux ennemis (à commencer par sa Némésis Monsieur Ming alias l'Ombre Jaune). Aux récits d'aventure, d'exploration et d'espionnage en vogue à son époque l'auteur s'essaye de plus en plus aux genres de l'imaginaire, Henri Vernes étant proche de différentes manières de ses compatriotes Jean Ray spécialiste de la littérature fantastique et de Bernard Heuvelmans le père de la cryptozoologie. L'auteur belge est un fanboy de pulp, du coup je ne résiste pas à la comparaison avec Philip José Farmer lui aussi fanboy de pulp et né la même année que lui (d'autant plus que j'ai découvert les deux auteurs par leurs cycles Portal Fantasy ^^) : les deux auteurs mettent en scène des personnages, des univers et des aventures dignes du Flash Gordon d'Alex Raymond, mais alors que l'auteur américain fan d'Edgar Rice Burroughs ne résiste pas à mélanger aventure viriles et Science-Fiction à l'image du créateur de Tarzan et et John Carter, l'auteur belge donne lui l'impression d'écrire des scénarios pour les films du maître du fantastique Mario Bava ^^
Évidemment nous ne sommes ni dans la haute littérature ni dans la grande littérature mais dans littérature populaire souvent qualifiée « de gare », ce qui dans mon esprit n'est absolument pas péjoratif : on ne peut pas reprocher un manque de qualité à un auteur faisant dans la quantité, de la même manière qu'on ne peut pas reprocher un manque de qualité artisanale à une entreprise faisant dans la production en série, d'autant plus qu'à l'ère des masses la production artisanale ne suffit pas quand elle n'est pas quelque fois totalement dépassée (il y a quantité de choses à dire sur le sujet des points de vue social et écologique : les débats sont ouverts !)... En 60 ans l'auteur a publié pas moins de 232 romans et 19 nouvelles consacrés à son héros (comme Alexandre Dumas, une telle machine à écrire a forcément été aidé de plusieurs "assistants") immortalisé autant par des dessinateurs, des animateurs et les membres du groupe Indochine (sans parler des créations des nouveaux auteurs qui lui ont succédé), et ses grandes qualités restent la fluidité et la simplicité donc l'efficacité : j'ai été surpris de la manière dont ses romans se lisent vite et bien !

Pourtant j'ai découvert les univers de Bob Morane par la BD, et j'avais trouvé des personnages sympathiques et de bonnes idées bien que pas toujours bien exploitées et/ou exécutées, et finalement quelques trucs m'avaient fait tiqué :
- le sexisme bien pensant : dans les livres comme dans les BD on retrouve les hommes acteurs et les femmes spectatrices, les archétypes du chevalier et de la demoiselle à délivrer... celles qui auraient du être des strong independant women sont donc qualifiés de petites filles donc de choses fragiles, mais avec les différences de format les remarques qu'on retrouve 2 ou 3 fois dans les romans reviennent une demi-dizaine voire une demi-douzaine de fois dans les 48 pages d'une BD et cela doit fortement jouer !
- le racisme bien pensant : les remarques qui m'avaient bien gonflées dans la BD n'existent pas dans les romans que j'ai lu jusqu'à présent donc affaire à suivre...
- les intrigues précipitées au rythme mal géré : ça tirait vers le pas mal d'histoires en BD, mais si les romans pèchent ce n'est pas vraiment de cette manière... l'auteur fait du pulp donc on retrouve la ligne droite avec ses qualités et ses défauts : tout repose donc sur les personnages et ce qui les relient et/les opposent pour éviter les rebondissements incessants donc artificiels !
- les mises en place capillotractées : dans les BD pas mal de récits commençaient de manière maladroite voire carrément nanaresques, or cela ne semble absolument pas le cas ici... (mieux les tomes 1, 4 et 5 du Cycle d'Anankè sont bien voire très bien amenés !)


Dernière édition par Albéric le Dim 13 Jan - 20:41, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Henri Vernes, Bob Morane

Message par Albéric le Dim 13 Jan - 18:16


Dans le Cycle Anankè par lequel je découvre les romans d'Henri Vernes, Bob Morane et Bill Ballantine volent à la rescousse de leur amie Florence Rovensky, qui était partie à la cherche de son père à la fois truand et milliardaire, lui-même victime du petit-bourgeois criminel Simon Lusse qui désespère de devenir un grand rentier et qui pour monter en grade parmi le richistan exploite sans scrupule et sans vergogne la porte entre les mondes situés entre sa maison et son jardin (car comme vous le savez, là où l'argent règne il ne faut pas s'étonner des conséquences qu'il entraîne). Les uns et les autres se retrouvent prisonniers comme tant d'autres d'Anankè, univers de poche emboîtés les uns dans les autres, séparés les uns des autres par des murailles infranchissables et accessibles uniquement par des portails interdimensionnels à sens unique et peu ou prou piégés qui les relient entre eux. Nous sommes donc dans un escape game géant dans lequel on risque rien de moins que sa propre vie, ce qui peut ou du moins aurait pu et aurait dû rapidement nous amener vers les thématiques survivalistes : la comparaison avec les mondes de Tiers créés par l'américain Philip José Farmer est d'autant plus frappante qu'ils ont été crées par les deux auteurs à la même époque.... Anankè signifie en grec ancien « Fatalité » : entre catabase et odyssée la Team Morane essaye donc de rejoindre le centre de ces univers concentriques, seule manière d'échapper à ce « monde pourri d'entre les mondes pourris », et force est de constater que les clins d’œil ne manquent pas aux oeuvres d'Homère et de Dante (et c'est presque dommage que l'auteur n'ait pas été plus loin dans cette voie ^^).

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Henri Vernes, Bob Morane

Message par Albéric le Dim 13 Jan - 18:17


Dans Les Murailles d'Ananké tome 1 du Cycle d'Anankè, la mise en place du récit fait la part belle au petit-bourgeois criminel Simon Lusse qui s'avère assez élégante même si on passe sous silence les liens qui unissent la Team Morane à la Famille Rovensky. Nous passons du récit policier au récit fantastique, de Georges Simenon à Jean Ray, pour aborder de plein pied tous les thèmes propres à la Portal Fantasy : comment y entrer ? comment en sortir ? comment y survivre ? Quel que soit le point d'origine des victimes disséminés dans toute l'Europe voire dans le monde entier, il n'y a que deux points d'arrivée sur Anankè et les hommes-oiseaux qui règnent sur le premier monde de l'univers concentrique d'Anankè se font toujours fait un devoir de capturer les uns et les autres pour les opposer les uns aux autres et ainsi ne pas se retrouver démographiquement dépassés par une « immigration subie » (dans la mesure où ils ont toujours opté pour le choc des civilisations au lieur d'opter pour la cohabitation des peuples : le thème est toujours d'actualité, pour ne pas dire d'une brûlante actualité !). Henri Vernes semble piocher dans la SF des années 1970 largement dystopique avant l'émergence du phénomène/contre-phénomène Star Wars, du coup j'ai eu l'impression d'être quelque part entre La Planète des singes et Hunger Games, ou plus simplement dans une version post-apocalyptique de l'histoire de Spartacus pleine de zooms humanistes tous plus émouvants et passionnants les uns que les autres, le tout dans un suspens hitchcockien qui allait bien... Bob Morane finit par rallier toutes les bonnes volontés pour mettre fin à un esclavage mortifère, et ce malgré la résistance des capos et des collabos (car il ne faut jamais sous-estimer la bassesse humaine des homines crevarices, cette sous-espèce à la langue marron à force de lécher le cul des plus puissants qu'eux et dont l'humanité aurait mieux fait de se passer !). Et malgré sa victoire le héros ne compte pas resté bloqué au premier niveau du jeu, et affronte le Jardin des Morts pour parvenir à la muraille / porte / monde suivant et ceux qui le suivent doivent affronter un enfer blanc avant de déjouer le piège diabolique permettant d'y échapper...
L'ensemble aurait pu être vraiment séduisant mais les promesses qui sont faites ne seront pas tenues par la suite... Bob Morane réunit toute une équipe pour affronter les mystères d'Anankè : lui-même, son fidèle side-kick, une strong independant woman, Doc la tête, Gara les jambes, Simon Lusse le traître, en amont de quelques jours Rovensky en quête de liberté, en aval de quelques heures Gustav Fauconnier en quête de vengeance, mais par facilité ou par fatalité l'auteur va éliminer plus ou moins rapidement tous les personnages jusqu'à aboutir à sa configuration de prédilection : le chevalier, son écuyer et la demoiselle à sauver... Je soupire d'autant plus qu'il semble ici être passé à côté de quelque chose de très grand !

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Henri Vernes, Bob Morane

Message par Derfel le Dim 13 Jan - 23:09

Très bonne analyse du premier roman du cycle. Tu me donnes le goût de le relire.

À noter que les premières de couverture des deux premiers romans ont été inversés. Voici donc ce qui aurait dû être :

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Henri Vernes, Bob Morane

Message par Derfel le Dim 13 Jan - 23:18


__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Henri Vernes, Bob Morane

Message par Albéric le Dim 13 Jan - 23:25

Derfel a écrit:Très bonne analyse du premier roman du cycle. Tu me donnes le goût de le relire.

À noter que les premières de couverture des deux premiers romans ont été inversés. Voici donc ce qui aurait dû être :
je ne connaissais pas l'autre couverture qui est assez classe, et le 1er roman est pas loin d'être le meilleur

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Henri Vernes, Bob Morane

Message par Albéric le Dim 13 Jan - 23:28


Ce tome 2 paru en 1975 et intitulé Les Périls d'Anankè comporte 2 parties bien distinctes :
* Dans le 3e monde d'Anankè, la tension et le suspens sont bien amenés dans l'ambiance lourde et pesante de la forêt bleue. Mais au final nous sommes dans un détournement voire un pastiche d'un film d'horreur de la Hammer, et la forêt bleue est un monde purgatoire non pour ses visiteurs mais pour la célébrité historico-horrifique qui y réside ^^
Spoiler:

* Dans le 4e monde d'Anankè, en tombant dans une faille temporelle au sein de la rupture espace-temps que constitue Anankè le baroudeur au grande coeur Bob Morane est immédiatement séparé du reste de son groupe (qu'on ne reverra plus du tome malheureusement)... Après avoir confronté à une flore hostile (plantehommes carnivores, orties géantes mortelles...), le chevalier blanc découvre par la petite Peste et les vieux Zor, Barbe-Brune et Barbe-Grise la population d'Ideu divisées en enfants sauvageons dirigés par Tar, et adultes fanatiques religieux dirigés par Borold. le héros doit choisir son camp, et là aussi ambiance lourde et pesante digne d'un film fantastique à la Mario Bava, avant qu'il ne pète un câble en découvrant le sort de Peter Rovensky qui devançait son grand de quelques jours et ne dirige le Péril Jeune lors du Grand Soir... Il y a là bien sûr l'allégorie de la société qui se dévore elle-même à force de fanatisme / impérialisme / hypercapitalisme (rayez les mentions inutiles), puisque pour assurer le quota de sacrifices humains dédié à leur système inhumains les chefs d'Ideu ont anéanti toutes les autres communautés avant de s'en prendre à leurs propres enfants.

Cela se lit bien et cela se lit vite, mais ce tome 2 s'avère moins séduisant car la dynamique de groupe de la Team Bob Morane plein de de promesses dans le tome n'est quasiment pas utilisé ici... et il faudra savoir qui d'Henri Vernes et de ses nègres sont responsables des changements de style et les répétitions ^^

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Henri Vernes, Bob Morane

Message par Derfel le Dim 13 Jan - 23:29


__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Henri Vernes, Bob Morane

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum