David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.

Collectif, Conan le Cimmérien

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

White Square Re: Collectif, Conan le Cimmérien

Message par Albéric le Sam 8 Sep - 18:06

Au delà de la Rivière Noire : trop beau, trop bien !

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Collectif, Conan le Cimmérien

Message par Marv le Lun 10 Sep - 12:12

il est sorti ?
avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Collectif, Conan le Cimmérien

Message par Sieben le Lun 10 Sep - 17:31

Après demain, mercredi, le 12, mais Alberic à ses entrées. ^^ Je vais la version normale et noir et blanc pour ma part.
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Collectif, Conan le Cimmérien

Message par Marv le Lun 10 Sep - 22:34

trouvé chez cultura ce jour, merci albéric
avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Collectif, Conan le Cimmérien

Message par Albéric le Lun 10 Sep - 22:38

de rien
48 pages c'est trop peu pour exploiter toute la richesse du récit, mais le travail d'adaptation est impeccable ! Toutes les scènes clés et les punchlines cultes sont là et magnifiées par le travail des auteurs...


Dernière édition par Albéric le Mer 12 Sep - 12:21, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Collectif, Conan le Cimmérien

Message par Marv le Mar 11 Sep - 20:29

excellente bd mais dommage que le passage épique de Balthus contre les pictes soit expédié
avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Collectif, Conan le Cimmérien

Message par Albéric le Mar 11 Sep - 22:59

Marv a écrit:excellente bd mais dommage que le passage épique de Balthus contre les pictes soit expédié
48 pages : la messe était dite...

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Collectif, Conan le Cimmérien

Message par Marv le Mer 12 Sep - 7:25

Pour le coup c est plus un choix de scénarisation . quand le combat entre Conan et le démon a la fin prend 3 planches alors que celui de Balthus 2 cases je pense qu il y avait moyen d équilibrer . dans la nouvelle le personnage principale c'est d ailleurs Balthus alors que dans la BD ce n'est plus le cas. La BD est très bonne mais avoir sacrifié l instant héroïque de Balthus et du Chien c'est vraiment dommage d'autant plus que c'était le passage que j'attendais. Dans l'adaptation en comics , qui est très bon, ce passage est mieux réussi
avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Collectif, Conan le Cimmérien

Message par Albéric le Jeu 13 Sep - 20:38

Marv a écrit:Pour le coup c est plus un choix de scénarisation . quand le combat entre Conan et le démon a la fin prend 3 planches alors que celui de Balthus 2 cases je pense qu il y avait moyen d équilibrer . dans la nouvelle le personnage principale c'est d ailleurs Balthus alors que dans la BD ce n'est plus le cas. La BD est très bonne mais avoir sacrifié l instant héroïque de Balthus et du Chien c'est vraiment dommage d'autant plus que c'était le passage que j'attendais. Dans l'adaptation en comics , qui est très bon, ce passage est mieux réussi
ton idée est très intéressante, mais je crois que le souci est plus profond : la nouvelle est centré sur Balthus qui nous montre Conan, et au moment clé ils sont à parité... dans la BD Conan crève l'écran et Balthus est assez proche d'un side-kick dont la parité du final est difficile à mettre en scène si on n'est pas dans la configuration d'origine...

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Collectif, Conan le Cimmérien

Message par Sieben le Sam 15 Sep - 19:22

Beaucoup aimé, que dis-je, j'ai adoré. Forcément, la combinaison "une des meilleures nouvelles de Howard + Anthony Jean (duo de la série La Licorne avec Mathieu Gabella)", ça ne pouvait que fonctionner.

Je comprends vos critiques. La sacro-sainte pagination à 48 planches n'était pas obligatoire puisqu'on les dépasse dans les tomes précédents il me semble... C'est un choix d'auteur. Bon, moi je n'ai plus trop en tête la nouvelle donc le rôle de Balthus, je ne m'en souviens plus trop à part qu'il a son POV il me semble.

Après la violence et la sauvagerie de la nouvelle exsude de chaque planche d'Anthony Jean donc pour moi le contrat est rempli. Je n'avais pas acheté les N&B des précédents tomes (Alary se prête mieux avec de la couleur, et l'album de Toulhoat avait été pensé en couleur), mais là j'ai fait exception (sûrement que je le ferais aussi pour Recht). Qu'est-ce que c'est beau bordel ! En couleur ou N&B ça poutre grave. Voilà pour moi ça c'est de l'art, là je suis prêt à sortir les billets.

Après un premier tome en dents de scie, on a enchaîné sur l'excellent Toulhoat, là on attaque dans le lourd avec une des top 3 nouvelle de Conan par Jean, en novembre c'est le plat de résistance avec Recht.
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Collectif, Conan le Cimmérien

Message par Albéric le Dim 16 Sep - 18:28


Résumé : Au-delà de la Rivière Noire
Le pays picte est une jungle obscure où la frontière entre civilisation et barbarie est mince. Une seule chose la symbolise : la rivière noire, dont on prétend qu’aucun homme blanc n’a pu la traverser et en revenir vivant. Aucun, sauf Conan. C’est au cœur de cet enfer vert que le Cimmérien fait la rencontre de Balthus, un jeune paysan volontaire qu’il sauve in extremis des griffes de farouches guerriers pictes. Ensemble, ils tenteront de prêter main forte aux colons qui se sont établis ici, sur ces terres hostiles, dans le dernier bastion de la civilisation. Avec une dizaine d’hommes, ils vont devoir retrouver le puissant sorcier Zogar Sag avant qu'il ne réussisse à unir les clans et engager son invasion sanglante...


Le jeune Balthus se rend au-delà de la Rivière Noire sur le front pionnier de Conajohara pour devenir colon ou soldat... Il est sauvé d'un sauvage par le légendaire Conan le Cimmérien, et tous les deux découvrent le cadavre du marchand frontalier Tibérias qu'ils ramènent au Fort Tuscelan dirigé par le commandant Valannus où ils apprennent que les diableries se multiplient depuis qui s'est enfui le chaman picte Zogar Sag. Un commando est envoyé frapper fort en territoire picte avant qu'une alliance des clans ne se mettent en place, et Conan et Balthus en font partie. En s'enfonçant dans la longue nuit, le jeune Aquilonien ne pensait pas sombrer dans le cauchemar le plus noir...
Parfois émerge un chef barbare qui réunit 10 tribus et c'est la révolte, parfois émerge un roi barbare qui réunit 100 tribus et c'est la guerre, et parfois émerge un conquérant barbare qui réunit 1000 tribus et c'est l’apocalypse ! Nous sommes en pays dedans et Conan sauve une nouvelle fois le jeune Balthus de la mort : les deux hommes piégés en territoire ennemi doivent lutter pour leur vie poursuivis par l'armée qu'il devaient empêcher d'exister... Pour leurs camarades du Fort Tuscelan il est déjà trop trad, mais ils peuvent encore sauver les colons du front pionnier : alors que Balthus couvre les arrières des fuyards, Conan lui s'enfonce une nouvelle fois dans la longue nuit pour affronter le chaman et son frère démoniaque... C'est l'heure de vérité et un seul d'entre eux verra le jour se lever !

Le survival est indubitablement de qualité, avec des similitudes parfois troublantes avec le Predator de John McTiernan...
Mais ne tortillons pas du cul pour chier droit : nous sommes dans l'impeccable adaptation en bande dessinée d'un texte majeur d'un auteur majeur, donc c'est jour de fête et la vie est belle !!!
* Il y a tout un côté lovecraftien avec Jhebbal Sag la divinité anti-spéciste issue d'une lointaine époque où l'homme était un animal comme les autres, et les frères maudits qui nous refont le coup de L'Abomination de Dunwich ^^
* Il y a tout un côté problem solver : Conan est un homme d'action qui trouve des solutions pour déloquer des situations, mais parfois toute la force du monde ne sert à rien (remember Gilgamesh, Héraclès, Achille, Siegfried)... Nous entrons à la fois dans le domaine de la tragédie antique puisqu'on se bat contre un destin qui à coup sûr triomphera, mais aussi dans le domaine de la lutte des classes. Le texte d'origine a été écrit durant la Grande Dépression et entre des élites démissionnaires et le peuple condamné à la misère l'auteur a fait son choix : les colons ne ressentent pas de haine envers les Pictes qui ne font que ce qu'ils auraient fait à leur place, à savoir défendre leurs terres ancestrales jusqu'à la victoire ou la mort. Non, les colons haïssent les seingeurs d'Aquilonie qui leur ont tout prix, qui les ont obligé à partir sur la Frontière refaire leur vie, qui les ont opposé à des indigènes qui ne demandaient rien à personne, et ils vont tout perdre à nouveaux parce ceux-ci-ci en a rien à faire en l'absence de fructueuses marges arrières : que la peste et tous les fléaux possible soient sur eux... OMG quelle relecture cynique mais révolutionnaire de l'Histoire des États-Unis d'Amérique ! Les survivants de Conajohara se souviendront jusqu'à leur dernier souffle qu'aux heures les plus noires de leur histoire Conan le hors-là-loi était là pour les défendre et pas leur roi : ils seront ses premiers partisans quand viendra l'heure de son coup d'État, mais c'est le Grand Soir et ceci une autre histoire !
* Il y a tout un côté western médiéval (un héritage qu'exploitera à fond le maître de l'heroic fantasy anglais David Gemmell), car on sent bien que l'auteur a transposé un récit western en récit fantasy !

Adios les décors exotiques de villes perdues, de civilisations décadentes et pourrissantes, de coupoles dorées, de palais de marbre, de jeunes danseuses vêtues de soie... Bienvenus forêts et rivières, cabanes de rondins, avant-postes fortifiés, colons aux vêtements en peau de daim et hommes de tribus au corps couverts de peintures. Nous sommes sur la Frontière, cette ligne imaginaire séparant territoires sauvages et terres civilisés qui a été si bien mise en scène dans les westerns hollywoodiens. En ce sens le texte est iconoclaste dans la mesure où au bout du bout les WASP se prennent une raclée monumentale par des barbares basanés, mais le texte est encore plus intéressant par sa configuration : l'invasion barbare est vue du point de vue de Conan, qui ne sait que trop bien ce qui va se passer car c'est du côté des envahisseurs qu'il l'a déjà vécue, et Balthus qui ne sait en rien ce qui va se passer et qui officie ici en tant que candide à qui il faut tout expliquer... Ici ce n'est pas Conan le Gary Stu de l'auteur texan R.E. Howard mais bel et bien Balthus : il est bien trop civilisé pour survivre dans la barbarie sur le sentier de la guerre, du coup l'auteur accompagne sa création pour combattre à ses côtés en sachant qu'il ne pourra jamais l'égaler
Spoiler:
et que quoi qu'il fasse il se fera tuer
... C'est humainement et psychologiquement fascinant !
Mieux colons civilisés et indigènes barbares sont mis sur un strict pied d'égalité, tous victimes des homines crevarices qui veulent les amener et dans les ténèbres les lier : il n'y a aucune différence entre le chaman fou et le roi fainéant, de la même manière qu'il n'y a aucune différence entre un Oussama ben Laden et un Donald Trump. A une époque où règnent en Occident l'impérialisme et le colonialisme, le racisme et le suprématisme, R.E. Howard dépeint sans mépris ni indifférence des indigènes effrayés qui essayent de perpétuer un mode de vie et de conserver un pays qu'ils aiment profondément, et des colons désespérés car condamnés à s'expatrier, mais fiers des petits rien qui font la civilisation et qui valent le coup de se battre pour eux... On retombe sur le « diviser pour régner » si cher aux classes dirigeantes qu'on aimerait bien voir disparaître : R.E. Howard s'est sacrément fighté avec les intellectuels de son époque admirateurs du national-socialisme, et mine de rien il défend avant l'heure les thèses sur les peuples premiers Claude Lévi-Strauss !
(ceci était un message à caractère informatif pour tous les commissaires littéraires de mes couilles qui accusent l'auteur d'avoir été crypto-nazi : vous n'avez rien compris, donc vos raisonnement sont complètement bidons... mais qu'attendre de gens se réclamant d'un élitisme sans élites à la con ? ^^)

Patrice Louinet qui signe une postface de 3 pages veille au grain, donc c'est sans aucune surprise que les très bons Mathieu Gabella et Anthony Jean livrent un travail d’adaptation soigné et de qualité ! (Ce dernier davantage inspiré par les univers comics super-héroïques que par les univers fantasy médiévaux-fantastiques est ici particulièrement en forme, la frange étant remplacée par le crête iroquoise dans une ambiance plus western que jamais ! ^^) Toutes les scènes clés et les punchlines cultes sont là et magnifiées par le travail des auteurs, et on peut juste regretté que le sacro-saint format de 48 pages ne permettent pas d'exploité pleinement toutes les subtilités du récit d'origine
Spoiler:
(où tout est vu et raconté du point du vue de Balthus qui connaît une heure de gloire qui ici n'est pas montré pour servir de chute au récit : dans la novella Conan affecté par le sort de Balthus et Slasher repart en territoire picte pour venger leurs morts, alors que dans la BD il ne fait que prendre acte de leurs trépas avant de boire à leur mémoire)
. Pour ne rien gâcher 16 pages d'illustrations bonus donc enjoy !

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Collectif, Conan le Cimmérien

Message par Sieben le Sam 27 Oct - 21:35

OMG, OMG, OMG ! ^^

Le 13 février :(image un peu coupée, sorry)

avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Collectif, Conan le Cimmérien

Message par Sieben le Mar 6 Nov - 17:34

Je n'ai pas facebook mais apparemment c'est tombé sur la page de l'auteur : Julien Blondel (Elric, L'épopée de Gilgamesh) et Valentin Sécher (Khaal, Méta-Baron) vont adapter L'Heure du Dragon !Du lourd. Du très très lourd encore annoncé. Glénat nous gâte.
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Collectif, Conan le Cimmérien

Message par Sieben le Mar 6 Nov - 20:24

Décidément, les bonnes nouvelles s'enchaînent puisque c'est officiel : Christophe Bec, au scénario (que je n'apprécie pas des masses mais il connaît ses classiques et sait comment raconter une histoire, tant qu'on ne lui demande pas d'être original...), et Stevan Subic au dessin (le superbement encré "M.O.R.I.A.R.T.Y"), vont adapter Xuthal la Crépusculaire.

Une planche a été posté en noir et blanc sur la toile... c'est magnifique.

Cependant on peut s'interroger sur la pertinence de l'adaptation d'une telle nouvelle, surtout si elle survient après Les Clous Rouge :/
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Collectif, Conan le Cimmérien

Message par Sieben le Jeu 13 Déc - 17:15

La fille du géant du gel
(scénario dessin et couleur : Robin Recht)

Crom ! Que cet album est magnifique ! Le grand Mike Moorcock (auteur du cycle d’Elric, également adapté chez Glénat) déclare en préface de l’album « Pour moi, Recht est l’un des meilleurs artistes de bande dessinée français, et l’un des plus intelligents. Sa superbe interprétation de ce qui est la plus simple et la plus pure des histoires de Conan, résiste à ce qui est ironiquement la tentation américaine d’embellir et d’ajouter au personnage jusqu’à ce qu’il en perde sa signification originale. Recht dépasse Howard, en fait. C’est un Conan intense, hors norme, un Conan comme Bob Howard, mort trop tôt, aurait voulu qu’il soit. Le meilleur à ce jour. J’adore ! » ; et je ne suis pas loin de penser comme lui. Sur l’aspect purement visuel je considère Recht comme faisant parti des très grands depuis quelques temps maintenant et cet album est celui de la confirmation. Il nous régale du début à la fin, de l’illustration de couverture au cahier graphique en passant bien sûr à la bd en elle-même, avec des dessins et illustrations en pleine et double page, une composition qui fait très cinématographique, un découpage qui privilégie les grandes cases, son trait, dans la lignée d’un Mathieu Lauffray (qui rend un dessin hommage en fin d’album pour les 1ère éditions) est solide et maîtrisé. Le début du récit avec cette bataille qui vire au carnage m’a rappelé dans sa profondeur d’encrage et sa mise en scène le 300 de Frank Miller, avec ce côté « armée en ordre de marche », les cases toutes en longueur, etc. La mise en couleur où l’auteur est assisté par Fabien Blanchot, rien à redire, la couleur rouge des cheveux d’Atali (ou bien est-ce celle du sang qui coule à flot ? ) est prédominante avec celle du blanc immaculé, un vrai contraste, le feu et la glace. N’importe quel Conan est un récit violent, mais jamais comme ici je n’ai ressenti cette fureur qui fait battre le cœur comme celui du héros lorsqu’il est manipulé par la déesse Atali. Comme Conan on est tout simplement ensorcelé et obsédé par cette adaptation. Un exploit étant donné comme le rappelle Patrice Louinet en fin d’ouvrage, que c’est une nouvelle des plus courtes et minces écrite par Howard. Une resucée du mythe d’Apollon et Daphné à la cimmérienne, forcément plus furieuse, sexuelle, érotique, sanglante. Un immanquable de la Fantasy !
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Collectif, Conan le Cimmérien

Message par Albéric le Dim 16 Déc - 22:50


Avec l’adaptation en bande dessinée de la nouvelle de R.E. Howard intitulée La Fille du géant du gel, une fois de plus les frenchies parviennent à sublimer et transfigurer le matériel d'origine tout en gardant le message d'origine... Je suis complètement bluffé, je suis complètement bouleversé, et je suis obligé de citer Michael Moorcock :
L’esprit cultivé français aide à révéler ce qui fait la nature de l’œuvre américaine ou anglo-saxonne (souvent à la grande surprise de leurs propres auteurs d’ailleurs, et sans nécessairement en recevoir de reconnaissance).
Quand j’avais parlé de l’adaptation en BD de la saga d’Elric de Melniboné j’avais dit que ne n’arrivais pas à distinguer la frontière séparant le travail de Robin Recht de celui de ses collaborateurs, avec cet album auquel il a consacré une année (et vu le résultat on comprend pourquoi car ici il est seul maître à bord en signant l’adaptation du scénario, les dessins et les couleurs) c’est désormais chose faire et je peux écrire que  l’élève a égalé ses maîtres à savoir Alex Alice et Mathieu Lauffray (excusez du peu) ! Robin Recht est un grand artiste mais d’abord et surtout un auteur populares, qui n’a jamais renié ce qu’il a aimé contrairement à nombre de ses collègues qui ont retourné leurs vestes pour lécher le cul des optimates : lui a refusé de cracher dans la soupe avec les petits cercles intellos prout prout qui se masturbent collectivement du haut de leurs tours d’ivoire en méprisant toutes les petites gens...
Dans la nouvelle d’origine, c’est entre poésie et folklore que l’auteur texan de Cross Plains inversait le mythe de Daphné et Apollon en reprenant le schéma du mythe d’Atalante : seul survivant d’un champ de bataille nordique, le mercenaire Conan le Cimmérien poursuivait la déesse Atali fille d’Ymir le géant du gel qui après l’avoir aguiché jouait au chat et à la souris avec le lui. Ce n’était plus un dieu queutard qui poursuivait une belle-gosse galbée, mais un beau-gosse musclé qui était manipulé par une déesse du froid en chaleur… Dans cette adaptation BD on aborde frontalement le côté primordial des choses, en montrant crûment sexe et violence (aucune mention avertissant les moins de 18 ans, sérieusement ?), et on va beaucoup plus loin dans l’aspect mythologique du récit. C’est très freudien (et c’est un peu la marque de fabrique de Robin Recht), avec cette valse constante entre le rouge et le noir, entre l’éros et le thanatos : les pulsions de vie et de mort s’entremêlent avec les instinct violents du prolo et les fantasmes malsain de l’aristo. Car Atali est ici un valkyrie qui trie le bon grain de l’ivraie parmi les guerriers du nord et qui est chargée d’amener de véritables héros au banquet des dieux. On est très clair sur fait qu’elle compte bien jouir de son rôle de psychopompe, et elle joue avec Conan en lieu et place du dénommé Heimdul qu’elle avait choisi et qu’elle attendait depuis 15 ans, mais l’aventurier cimmérien est un rebelle sans dieu ni maître qui va poser problème !
Les héros sont conviés au banquet des dieux, non pour y être célébrés mais pour y être dévorés… car dans le monde de l’élitisme et du suprématisme toute tête dépassant du rang doit être éliminée, et ici les âmes les plus fortes servent ainsi de de nectar aux puissants. Conan passe les ultimes épreuves destinées à faire de lui un sacrifié, mais Conan ne compte pas être un agneau sacrificiel car sa force de vie est celle de l’humanité et c’est de toutes ses forces qu’il s’oppose aux divinités : après avoir rattrapé Atali, il vainc ses frères avant de se lancer dans un baroud d’honneur contre son père… Putain Seiya et Hadès auraient déboulé que je n’aurais même pas été surpris… OMG Saint Seiya dessiné et scénarisé par Robin Recht : je suis mort et au paradis des geeks ! ^^
Je peux parler graphismes en toute sérénité, car je ne prend guère de risque de spoiler : les dessins de Robin Recht sont du bonbon pour les yeux, mais ceux qui ont suivi sa carrière ne pouvait en douter… Le récit est raconté du point de vue d’Atali et non de Conan comme dans la nouvelle d’origine, Atali n’est pas une top model marmoréenne ou sculpturale car ici elle plus proche des femmes dessinée par Régis Loisel comme Pelisse ou Pyrénées. Ensuite on est obligé de mentionner qu’on abolit les frontières entre bandes dessinées et romans graphiques (s’il tant est qu’elles aient jamais existé !) car les doubles planches sont nombreuses, la narration horizontale récurrente donc les textes s’étendent tout naturellement de planches en planches… La fin du tome n’est pas sans rappeler la fin de la série Le Troisième Testament, mais bon sang ne saurait mentir quand on connaît le parcours artistique de Robin Recht. Je ne lui attribue pas l’illustration de couverture tape-à-l’œil qui n’est pas sans rappeler l’affiche du film Pathfinder, mais je peux lui reprocher l’utilisation des onomatopées qui à un moment remplissent totalement les planches. OK sur le fond car les battements de cœur de Conan symboles de ses pulsions de vie prennent le pas sur tout le reste, mais on reste dans la tradition occidentale et force est de constater que j’ai déjà vu beaucoup mieux dans la tradition orientale largement en avance sur ce plan là (je pense par exemple à Hirohiko Araki qui faisait serpenter les idéogrammes du mot peur le long du corps de ses personnages)...

PS: j'ai souvent écrit que les auteurs de BD devaient s'affranchir du sacro-saint carcan du format 48 pages, et c'est plus vrai que jamais car il s'agit désormais d'un problème d'ambition et/ou de flemmardise artistique... Comment expliquer que Robin Recht arrive à étendre à la perfection une nouvelle de quelques pages en 70 planches alors que ces collègues ont effectués des coupes pour faire tenir en 46 planches des récits de 70 pages ???

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Collectif, Conan le Cimmérien

Message par Sieben le Lun 17 Déc - 13:11

Albéric a écrit:
PS: j'ai souvent écrit que les auteurs de BD devaient s'affranchir du sacro-saint carcan du format 48 pages, et c'est plus vrai que jamais car il s'agit désormais d'un problème d'ambition et/ou de flemmardise artistique... Comment expliquer que Robin Recht arrive à étendre à la perfection une nouvelle de quelques pages en 70 planches alors que ces collègues ont effectués des coupes pour faire tenir en 46 planches des récits de 70 pages ???

Je pense que c'est plus une question de délai ou de choix de l'artiste qu'une vraie contrainte imposée. Le Colosse Noir de Toulhoat dépasse lui-aussi les 70 pages, La Reine de la côté noire dépasse lui aussi la soixantaine. Il n'y a que Jean qui s'est limité à la pagination traditionnelle.

Quel dommage qu'un tel album ne puisse concourir à Angoulême... (trop "populaire"...)

Bien envie de découvrir la version N&B pour le 9 janvier prochain.
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Collectif, Conan le Cimmérien

Message par Albéric le Lun 17 Déc - 18:38

Sieben a écrit:
Albéric a écrit:
PS: j'ai souvent écrit que les auteurs de BD devaient s'affranchir du sacro-saint carcan du format 48 pages, et c'est plus vrai que jamais car il s'agit désormais d'un problème d'ambition et/ou de flemmardise artistique... Comment expliquer que Robin Recht arrive à étendre à la perfection une nouvelle de quelques pages en 70 planches alors que ces collègues ont effectués des coupes pour faire tenir en 46 planches des récits de 70 pages ???

Je pense que c'est plus une question de délai ou de choix de l'artiste qu'une vraie contrainte imposée. Le Colosse Noir de Toulhoat dépasse lui-aussi les 70 pages, La Reine de la côté noire dépasse lui aussi la soixantaine. Il n'y a que Jean qui s'est limité à la pagination traditionnelle.

Quel dommage qu'un tel album ne puisse concourir à Angoulême... (trop "populaire"...)

Bien envie de découvrir la version N&B pour le 9 janvier prochain.
oui, vaut pour le tome 3 vu que je n'avais pas les tomes 1 & 2 pour vérifier

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Collectif, Conan le Cimmérien

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum