David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.

Laurent Moënard & alii, Le Troisième Fils de Rome

Aller en bas

White Square Laurent Moënard & alii, Le Troisième Fils de Rome

Message par Albéric le Sam 17 Fév - 15:21


Selon la légende noire concoctée par Laurent Moënard, Rémus et Romulus les jumeaux tragiques fondateurs de Rome auraient eu un demi-frère né du viol de leur mère Rhéa Silva par son oncle Amulius, tyran maudit d'Albe la Longue... Jaloux et envieux, ce dernier a élevé sa descendance dans la haine de la Ville Éternelle : c'est ainsi qu'à travers les âges le culte du Troisième Fils oeuvre dans l'ombre à la chute de Rome ! Cela ressemble quand même, en moins ambitieux et en moins talentueux, à la série Roma pensée par le défunt et regretté Gilles Chaillet...


Dernière édition par Albéric le Dim 13 Mai - 15:30, édité 2 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Laurent Moënard & alii, Le Troisième Fils de Rome

Message par Albéric le Sam 17 Fév - 15:30


Résumé tome 1 : Martius
Romulus et Remus ont fondé Rome. Mais si un troisième fils de Rome avait vu le jour dans le plus grand secret, comment le destin de Rome en aurait-il été affecté ?
On connaît la légende de la naissance de Rome, fondée par les jumeaux Romulus et Remus, fruits de l’union entre Mars et la vestale Rhéa Silvia, sauvés du Tibre et élevés par une louve. Mais on ignore qu’un troisième enfant est né de l’union forcée entre Rhéa et Amulius. Ce troisième fils de Rome et ses partisans, à l’origine d’un ordre secret, vont influencer et changer à tout jamais l’histoire de Rome.



Dans ce tome 1 intitulé Martius, nous suivons le destin d'un fils du dieu Mars élevé dans les valeurs morales de la campagne latine par ses parents adoptif, véritable homme de fer destiné à rejoindre Scipion sur le front africain dans le dernier acte de la guerre contre la Carthage (comment peut-on passer aussi près d'une bonne idée et passer complément à côté : un Kal-El antique, qu'est-ce que cela aurait été cool et fun !). Mais nous suivons dans l'autre camp le destin de Massiva le frère de Massinissa qui rallie le camp romain pour une Numidie plus grande et plus libre (mais bien sûr ^^)...
Les gentils sont tous force et honneur et sont tous nobles et valeureux, donc leurs adversaires sont forcément tous vils et fourbes, et Hannibal n'échappe pas à la règle puisqu'on nous le montre raciste et xénophobe, violent et colérique : plus manichéen tu meurs ! La violence et les ruses utilisées par les uns n'a pourtant rien à envier à celles des autres, et cela peut créer un sentiment de malaise voire de rejet... Toujours est-il que la naïveté de la caractérisation et de la narration peut aussi être un atout car on retrouve tous les charmes du péplum hollywoodien d'antan et on pourrait facilement identifier tous les films peu ou prou mis à contribution ici...

Les dessins de Stefano Martino assisté aux couleurs de Stéphane Paitreau sont satisfaisants mais encore mainstream, mais personnellement je pense qu'ils auraient pu être meilleurs.

Quand je chronique une nouvelle série, je tremble parfois pour le portefeuille de mes amis lecteurs et de mes amies lectrices mais ce n'est pas le cas ici ^^


Dernière édition par Albéric le Dim 13 Mai - 15:30, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Laurent Moënard & alii, Le Troisième Fils de Rome

Message par Sieben le Dim 18 Fév - 10:08

Ah tu l'a lu toi aussi. Vraiment pas génial, pour rester poli. Exemple typique de série qui témoigne du problème de surproduction en bande-dessinée. Scénario paresseux et tiré par les cheveux, graphismes random. Aucun intérêt. On surf sur la mode une collection / un thème (ici le conspirationnisme) / plusieurs one shot. Sauf que l'histoire aurait gagné à être développé sur plusieurs tomes à l'image du Cinquième Evangile ou du Troisième Testament.
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Laurent Moënard & alii, Le Troisième Fils de Rome

Message par Albéric le Dim 18 Fév - 11:12

Sieben a écrit:Ah tu l'a lu toi aussi. Vraiment pas génial, pour rester poli. Exemple typique de série qui témoigne du problème de surproduction en bande-dessinée. Scénario paresseux et tiré par les cheveux, graphismes random. Aucun intérêt. On surf sur la mode une collection / un thème (ici le conspirationnisme) / plusieurs one shot. Sauf que l'histoire aurait gagné à être développé sur plusieurs tomes à l'image du Cinquième Evangile ou du Troisième Testament.
surtout que la série Roma de Glénat fait exactement la même chose mais en mieux... tant qu'à faire comic en BD les auteurs n'avaient qu'à développer un Kal-El romain et cela aurait u être cool et fun !

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Laurent Moënard & alii, Le Troisième Fils de Rome

Message par Albéric le Dim 13 Mai - 15:29


Résumé tome 2 : Eunous, le premier Spartacus
Sorcier, cracheur de feu, esclave des Romains en Sicile, Eunous va mener l’insurrection de ses pairs bien des années avant Spartacus. Parviendra-t-il à renverser le pouvoir actuel et à préparer l’avènement de l’héritier du Troisième Fils de Rome ? Lors d’un banquet fastueux et orgiaque donné par le cruel Damophile, l’esclave Eunous, versé dans la magie et le mysticisme, se met en scène pour les convives. Alors qu’il crache du feu et amuse l’assistance, qui le prend pour un fou, un bouffon, Eunous s’immobilise brusquement et clame : « Un jour, je serai roi ! ». Il provoque alors le rire des fats. Mais les larmes ne sont jamais loin du rire.


Dans ce tome 2, nous somme en 138 avant Jésus Christ et nous suivons le destin d'Eunous un ancien habitant d'Apamée devenu esclave en Sicile comme des milliers et des milliers d'autres, les ploutocrates romains comptant naguère leurs esclaves dans leurs domaines comme les ploutocrates américains comptent aujourd'hui leur argent dans leurs banques... Eunous se libère et libère les siens, et des milliers et des milliers d'autres le rejoignent : parmi eux Cléon l'aurige qui appuie le projet d'un royaume humaniste et Achaios le cultiste du Troisième Fils de Rome qui n'a de cesse d'hurler « Roma Delenda Est » ! Pour Rome engluée à l'Ouest dans la Guerre d'Espagne et à l'Est dans la guerre contre Heliopolitai, l'utopie d'Aristonicos où tous les hommes naissent libres et égaux en droits et où l'esclavage n'existe pas, il n'existe d'autre solution que la répression et la destruction !!!
A la fin du tome 1 je ne voyais plus la différence entre les crimes commis par le Grand Capital romain et ceux commis par la Bête Immonde romaine... Et Laurent Moënard continue dans cette voie : Eunous inspiré par Atargatis / Démeter / la Déesse Mère se renomme Antiochos et renomme ses nouveaux sujets les Syriens pour établir une monarchie hellénistique sur le modèle séleucide certes mais aussi une utopie égalitaire ressemblant étrangement au Royaume du Soleil qui se développe en Asie Mineure à la même époque, et face à lui on retrouve Achaios qui veut lui aussi fonder son royaume et sa dynastie mais qui reprend les discours de DAESH, et les grands pontes de la République Romaine qui eux veulent que les pauvres deviennent de plus en plus pauvres pour que les riches deviennent de plus en plus riches (Don Salluste, Ronald Reagan et Margaret Thatcher copyright) et qui eux reprennent les discours des dirigeants de Goldman Sachs et de ce gros con pété de thunes à ne plus savoir quoi en faire de Donald Trump...
C'est mis en scène au-delà de l'illustration de couverture réalisée par Pierre Loyvet par Stéphane Paitreau qui passe aux couleurs et Defan Nenadov qui officie aux graphismes et qui réalise un bon travail malgré un encrage un peu gras, et tout cela est est intéressant mais finalement plus ou moins inabouti  :
- il y a clairement un problème de narration, sans doute inhérent au carcan du format franco-belge... On suit la révolte des esclaves, puis les réactions des Romains, puis on revient à la révolte juste avant que celle-ci ne soit écrasée... Donc difficile de développer un peplum militaire avec suspens et pathos dignes de ce nom !
- on suit encore les voies autrefois empruntées par les peplums hollywoodien donc on retrouve des naïvetés voire des clichés : les esclaves sont des martyrs, le dominus est un crevard imbus de lui-même, la domina est une crevarde cruelle et sadique, mais leur fille n'est que générosité et pureté (sauf qu'ici la fiction est confirmé par la réalité des sources historiques ^^)
- 48 pages ce n'est pas assez pour un tel sujet, du coup on n'entre pas dans la tête du leader Eunous, on reste orphelin de son amitié avec Cléon et de son inimitié avec Achaios parmi tous les éléments qui auraient pu être constitutifs d'un bon relationship drama... On suit d'abord la révolte d'Eunous, puis les intrigues d'Achillos, puis à travers le yeux de Damophilia la martyre les réactions des Romains en suivant le sénateur Ostorius coincé entres les conservateurs suprématistes qui ne jurent que par la loi du plus fort et l'exploitation de l'homme par l'homme et les réformateurs humanistes qui veulent croire en un monde meilleur dans lequel l'homme ne serait pas un loup pour l'homme...
Spoiler:
(et c'est ainsi qu'on écoute les projets idéalistes de Tiberius Sempronius Gracchus juste avant que celui-ci ne se fasse assassiner, puis qu'on assiste au suicide du sénateur Ostorius qui préfère mourir que d'obéir aux diktats d'un sénat suprématiste)

On aurait pu avoir la version peplum de l'affrontement entre Martin Luther King et Malcom X... Oui mais non !!!
Les hommes et les femmes naissent libres et égaux en droits, mais pas que... Évidemment on est plus on moins riche en talent, en ambition, et en détermination, mais aussi en chance et en aptitude au bonheur. Mais rien dans l'univers tout entier ne peut expliquer qu'un individu se sente plus utile qu'un million d'êtres humains parce qu'il gagnerait plus d'argent qu'un million d'êtres humains, d'ailleurs rien ne peut justifier qu'un individu ne puisse gagner plus qu'un million d'êtres humains… Qu'est-ce que c'est que ces crevards inhumains qui nous expliquent à longueur de temps, et avec la complicité des médias prestitués, qu'inégalité est synonyme de progrès et de prospérité ??? On est dans les théories à la con des miettes qui déborderaient des tables des maîtres pour nourrir le reste de la société, car toutes les études du monde prouvent par A + B que plus une société est inégalitaire et plus est elle violente donc source de stress et de souffrance... Je ne serais aucunement surpris que la Terre et l'humanité ne soient actuellement en quarantaine galactique vis-à-vis de toutes les autres civilisations du cosmos rien qu'à cause de toutes ces conneries !!!

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Laurent Moënard & alii, Le Troisième Fils de Rome

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum