David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.

Jin Yong & Li Zhiqing, La Légende du héros chasseur d'aigles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Jin Yong & Li Zhiqing, La Légende du héros chasseur d'aigles

Message par Albéric le Dim 8 Oct - 11:14


- Je vous en supplie... épargnez-moi !
- Wang Daoqian, vous êtes un Han, et vous êtes de mèche avec les Jin ?! Traître... ! VOTRE CRIME MÉRITE BIEN PLUS QUE LA MORT !



Si on est intéressé par la Chine impossible de faire l'impasse sur cette saga culte : 13 adaptations ciné, 27 adaptions télé, 4 adaptations en BD et 4 adaptations en jeux vidéos... La trilogie de Jin Yong est au wuxia asiatique ce que la trilogie d'Alexandre Dumas est au cape et épée européen : une œuvre d'une telle puissance évocatrice que nous seulement elle est entrée dans l'imaginaire de l'humanité, mais qu'elle a également fini par remplacer la réalité dont elle s'est inspirée ! Avec La Légende du héros chasseur d'aigles, Le Retour du héros chasseur d'aigles et L'Épée céleste et le Sabre du dragon, Jin Yong a écrit un fresque épique qui relate la chute et la renaissance de la civilisation chinoise de la prise de Kaifeng par les nomades Jürchen en 1127 qui marque la fin de la Dynastie des Song du Nord à celle de Dafu par les révoltés turbans rouges en 1368 qui marque le début de la Dynastie Ming ! Les pavés que Ken Follett n'ont qu'à bien se tenir !!! ^^




Dans ce tome 1 de 400 pages les Jin et les Song se livrent une sanglante guerre de l'ombre : les agents de l'empereur jin corrompent à tours de bras les officiels song, tandis que les espions karatékas du Mont Wudang élimine les traîtres les uns après les autres... Mais que faire pour son pays quand c'est toute l'aristocratie qui est prête à monnayer son ralliement au plus offrant, et que l'hiver vient et avec lui la tempête mongole venue du nord ???
Le récit commence le jour où Yang Tiexin et Guo Xiaotian, réfugiés déçus fils de héros déchus de la guerre contre les Jin, prêtent main forte à l'artiste martial Qiu Chuji traqué par les agents étrangers et les traîtres à leur pays. Fraternité de sang et d’amour de l’aventure sont des peines qu’aisément on n’enraye ni ne soigne : les trois patriotes prêtent serment, et une fois adultes Kang et Jing fils à naître de Tiexin et Xiatian défendront leur pays grâce au kung fu de Printemps Éternel !
Yang Kang et Guo Jing devaient être les héros d'un monde nouveau en combattant côte à côte pour la libération de leur pays, mais le destin décida qu'ils devaient s'affronter sans merci : le traître Duan Tiande provoque la mort de leurs pères, et tout en empruntant la voie de la vengeance c'est sous la houlette de leurs pères adoptifs respectifs que le premier combat pour la réunification de la Chine comme prince jin et le deuxième combat la Dynastie Jin dans les rangs de l'armée mongole ! Et ils sont également les pions d'un autre serment, puisque Qiu Chuji et les Sept Preux de Jiangnan  manipulés par le fourbe Duan Tiande se lancent un défi pour désigner le plus kung fu le plus accompli d'Orient : le premier devra retrouver et élever dans les arts Yang Kang, les deuxièmes devront faire de même pour Guo Jing, pour qu'ils s'affrontent à 18 ans, le 24e jour du 3e mois lunaire à midi précis, au Pavillon de l'Immortel Ivre... Je veux vous laisser le plaisir de la découverte de cette tragédie grecque à la sauce kung fu, mais sachez que la fin de ce tome 1 se finit par un cliffanger de ouf : après des années d'errance les Sept Preux retrouvent enfin Guo Jing, devenu l'anda du prince mongol Tolui, mais ils sont pris en chasse par Cadavre d'Acier et Cadavre de Bronze les assassins mortels pratiquants d'un kung fu obscur ! Les Sept Preux ne seront bientôt plus que Six : qui sera le héros à succomber sous les coups terribles des maléfiques Seigneurs Siths (car toujours par deux ils vont ! ^^) : Ke Zhen'e, Chauve-Souris en Vol, Shu Cong, Lettré aux Mains Lestes, Han Baohu, Ecuyer des Rois et des Dieux, Nan Xiren, Bûcheron des Monts du Sud, Zhang Asheng, Bouddha Rieur, Quan Jinf, Preux Tapi dans la ville ou Han Xiaoying, Epée de la Jeune Fille Yue ? To Be Continued !!!

Entre Sophocle et George Lucas, me voilà parti pour une odyssée dans le monde merveilleux des arts martiaux... Au début j'ai eu un peu de mal avec la naïveté, le manichéisme et le nationalisme, ainsi qu'avec des combats hyper-chorégraphiés digne de l'Opéra de Pékin, mais dès qu'apparaît dans le récit Temüjin dit le Loup Bleu dit Gengis Khan, mes appréhensions ont été complètement  balayées par le souffle épique de la saga !!!
J'ai toujours eu l'intuition que beaucoup de sagas (Hokuto no Ken, Les Héros de la Galaxie, Star Wars, Bleach...) tiraient leur matière des fleurons de la littérature wuxia : en découvrant ce parangon du genre j'ai en maintenant la conviction et toute la filmographie de la Shaw Brothers défilent dans ma tête tandis que sous yeux défilent les pages... Car je n'ai pas honte de commencer la saga par son adaptation BD (d’après l’auteur moins fidèle que d'autres) tellement les dessins de Li Zhiqing sont très réussis ! Merci infiniment Urban China, mais maintenant que vous avez commencé il va falloir finir en éditant les 38 tomes de la première époque...


__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jin Yong & Li Zhiqing, La Légende du héros chasseur d'aigles

Message par Albéric le Dim 22 Oct - 19:42


"La plus grand joie que puisse ressentir un homme n'est pas d'avoir le pouvoir, mais de vaincre ses ennemis !"

Wuxia power, wuxia forever : ce tome 2 est encore mieux que le tome 1 qui mélangeait déjà si joliment Sophocle et George Lucas ! ^^
On raconte la guerre entre le Jin du Nord et les Song du Sud, qui raconte conquête après conquête l'ascension de Khan des Khans, qui raconte l'histoire de Guo Jing, qui raconte le défi des Sept Preux, qui raconte la tragédie des jedis noirs, qui raconte la légende de l'alchimiste Huang Yaoshi en du kung fu absolu... Un emboîtement typique des contes : les histoires des uns et des autres se croisent et s'entrecroisent si finement que finalement les actes de chacun pèse sur la destinée de tous ! Et comme on retrouve des situations de l'Odyssée, des Mille et une nuits ou des Contes de Grimm impossible de ne pas penser que les hommes et femmes du monde entier si nombreux et si différents soient-ils sont tous unis sous un même ciel bleu !!!
* Il y a comme fil directeur le récit d'apprentissage de Guo Jing, qui est clairement un nouvel avatar du Héros aux mille et un visages : son amitié avec Tolui le fils du Loup Bleu, son béguin avec Huazeng la fille du Loup Bleu, ses exploits successifs digne d'un héros mythologique qui construisent sa légende, sa rencontre avec le shifu Soleil de Cinabre qui lui apprend à surmonter son excès de modestie qui nuit à sa confiance en lui...
* Il y a comme fil directeur le proverbe chinois « si tu recherches la vengeance, prépares-toi à creuser deux tombes » : Ke Zhen'e entraîne ses compagnons d'armes dans sa quête de vengeance contre les Vents Assassins, mais avec la mort de Cadavre de Bronze c'est ensuite Cadavre de Fer qui est en quête de vengeance contre les Sept Preux Bronze... Leurs flashbakcs sont fascinants : comment les jeunes amants fugueurs de l'île des pêchers sont-ils devenus les pratiquants obscurs et maléfiques d'un kung-fu assassin craint et honni de tous ? Mei Chaofeng poursuit ainsi seule la quête de perfection de son amant et de leur shifu légendaire en soutirant des informations à secte taoïste de la Parfaite Complétude : OMG on dirait Cheng Pei-pei, Jade la Hyène dans Tigre et Dragon ! Trop fort, trop bon !!!
* Il y a comme fils directeur le game of thrones de la steppe, avec les envoyés jin qui veulent diviser pour régner en dressant les frères contre les frères, les Mongols contre les Mongols : Temüjin et Jamuka reprennent ainsi les rôles jadis dévolus à Attila et Bleda, donc à Romulus et Rémus....

Guo Jing sur Etalon Rouge s'élance à la rescousse de celui qui ambitionne de devenir Khan des Khans, mais celui est encerclé par ses ennemis. Et la dernière double-planche pète une classe de fou comme j'ai rarement vu : la steppe infinie n'est pas assez grande pour deux conquérants, donc il n'y aura ni reddition ni retraite, et dans le tome 3 cela sera la victoire ou la mort ! To Be Continued !!! (Allez, plus que 36 tomes avant la deuxième époque ^^)

Graphiquement les planches de Li Zhiqing sont du bonbon pour les yeux, et si quelques cases sont un chouia maladroites, c'est peanuts par rapport à tous les efforts qu'il déploie pour dessiner chevaux, léopards et aigles tout en continuant de festival de chorégraphies martiales... Alors oui, il faut adhérer à la suspension d'incrédulité du monde merveilleux des arts martiaux avec des le neigong qui ressemble à s'y méprendre à la Force de Star Wars, ou les techniques d'apesanteur qui permettent de défier les lois de la gravité ^^
Et le récit est d'autant plus poignant qu'on sait depuis le départ qu'au bout du bout que Guo Jing se dressera contre sa famille adoption mongole pour défendre la Chine son pays natal. Les mêmes causes produisent les mêmes effets, et je suis persuadé que les récits épiques du monde entier suivent tous les codes de grandes saga oubliées qui aujourd'hui appartiennent à l'inconscient collectif de l'humanité : l'histoire de Temüjin et Guo Jing, je l'ai déjà lue avec l'histoire d'Ulric et Druss dans le Cycle Drenaï de David Gemmell... Le pied que c'était ^^

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jin Yong & Li Zhiqing, La Légende du héros chasseur d'aigles

Message par Sieben le Mar 24 Oct - 20:10

Je dois confesser mon manque d'intérêt pour tout ce qui touche à la fantasy chinoise. Pour le moment ce n'est ce vers quoi je me tourne. Même les films genre Tigre et dragon ou Hero m'ont assez ennuyé. Et même quand on "américanise" ça comme avec La Grande Muraille, je n'accroche pas.
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jin Yong & Li Zhiqing, La Légende du héros chasseur d'aigles

Message par Albéric le Mar 24 Oct - 20:13

Sieben a écrit:Je dois confesser mon manque d'intérêt pour tout ce qui touche à la fantasy chinoise. Pour le moment ce n'est ce vers quoi je me tourne. Même les films genre Tigre et dragon ou Hero m'ont assez ennuyé. Et même quand on "américanise" ça comme avec La Grande Muraille, je n'accroche pas.
pourtant la curiosité n'est pas un vilain défaut puisque l'esprit se nourrit de l'altérité...

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jin Yong & Li Zhiqing, La Légende du héros chasseur d'aigles

Message par Sieben le Mar 24 Oct - 20:14

J'sais bien... Faut juste qu'un jour je tombe sur le truc qui me fasse envie.
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jin Yong & Li Zhiqing, La Légende du héros chasseur d'aigles

Message par Albéric le Mar 24 Oct - 20:15

Sieben a écrit:J'sais bien... Faut juste qu'un jour je tombe sur le truc qui me fasse envie.
Dark Schneider ne t'as pas donné assez de bons tuyaux ?

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jin Yong & Li Zhiqing, La Légende du héros chasseur d'aigles

Message par Albéric le Lun 13 Nov - 6:33


Déjà le tome 3, et quelle saga ! Comment ai-je pu m'en passer aussi longtemps ???

Au somment en haut d'une colline le Loup Bleu est piégé car encerclé par ses rivaux, anciens amis devenus ennemis sous la néfaste influence des envoyés Jin. La légende du conquérant mongol va-t-elle s'arrêter avant même d'avoir commencé ? Non, Guo Jing se dresse face aux jedis noirs envoyés pour le tuer, les Quatre Démons du Fleuve Jaune : Chen Qing-Gang « Sabre Pourfend le Ciel », Wu Qunglie « Lance Pourchasse les Vies », Ma Qing-Xiong « Fouet Rafle les Esprit » et Qian Qing-Jian « Double Hache Annonce les Funérailles »...
Grâce au courage de Guo Jing et à la ruse de Tolui, le conquérant mongol parvient à échapper à son funeste sort et sa vengeance est sans pitié ! Mais on nous raconte l'histoire de Guo Jing et non celle de Temüjin, donc c'est succinctement mais magnifiquement qu'on nous montre l'unification des 9 tribus mongoles, l'exécution des traîtres qui lui ont vendu Jamuqa son ancien frère d'arme... La légende diverge sur le sort qui lui a été réservé, et ici Sophocle rejoint une fois encore George Lucas !
Spoiler:
Temüjin pardonne à Jamuqa, mais Jamuqa lui ne se pardonne pas et se donne lui-même la mort...

Gengis Khan missionne alors Guo Jing désormais son gendre, au plus grand bonheur de Huazheng mais à la plus grande perplexité de notre héros candide, qui doit aller en terre chinoise stopper les manigances du prince Wanyan Honglie qui a si bien su dresser les Mongols les uns contre les autres. L'exilé chinois qui a vécu tout sa vie au delà- de la Grande Muraille, revient donc dans son pays natal et le tragédie prend une nouvelle dimension :
- Guo Jing rencontre Huang Rong, et si on a bien suivi on comprend que l'adolescente fugueuse est la fille du grand alchimiste détenteur de l'Arme Absolue, ancien shifu de Mei et Chen les amants jedis passés du Côté Obscur de la Force
- Guo Jing rencontre Yang Kang : la double planche qui met en scène le premier regard qu'ils s'échange est l'une des plus belles que j'ai jamais vue dans ma vie, la place des dessins originaux est donc dans un musée ! Guo Jing est un prolétaire campagnard élevé avec des valeurs d'altruisme et d'honnêteté, Yang Kang est un aristocrate urbain élevé avec des valeurs d'égoïsme et de ruse.. Ils auraient dû être frères et combattre côte à côte, mais le Destin ne va cesser de les dresser l'un contre l'autre : c'est Kenshiro et Shin dans Hokuto no Ken, c'est Oskar von Reuenthal et Wolfgang Mittermeyer dans Les Héros de la Galaxie, et tant d'autres dans tellement d’œuvres qu'il faudrait rédiger un thèse pour faire le tour du sujet....
- Yang Kang rencontre aussi Mu Nianci qu'il va poursuite de ses assiduité, sans savoir qu'elle est la fille adoptive de son père biologique qui a survécu au massacre perpétré par le fourbe Duan Tiande... Ce dernier reconnaît en la mère du prince arrogant et manipulateur son épouse qu'il a depuis si longtemps perdue qu'il la croyait morte... Là encore les tragédies sont en marche !
En l'invitant à son palais Yang Kang souhait fair payer le prix fort à l'insolent paysan qui se retrouve convié à une réunion de Seigneurs Siths : Peng Lianghu « le Boucher aux Milles Mains », Liang Ziwong « l'Immortel au Ginseng du Mont Baishan », Linghsi le Suprême Vertueux dit « Marque de la Grande Main », Shan Tongtian « le Roi-Dragon des Portes Démoniaques », et Ouyang Ke « le Venin de l'Ouest »...
Il n'a la vie sauve que grâce au sacrifice de Qui-Gon Jinn, euh pardon d'Obi-Wan Kenobi, euh pardon de Wang Chuyi… Le jeune padawan remue ciel et terre pour sauver son shifu empoisonné, et c'est là que Huang Rong lui propose de d'infiltrer le palais de la Dynastie Jin pour récupérer les précieux remèdes qui lui sont nécessaires, mais le lieu est plein de sombres complots tant pour la Chine que pour le monde merveilleux des arts martiaux ! Oh la la, To Be Continued ! (Allez, plus que 35 tomes avant la deuxième époque ^^)

Les dessins sont du bonbon pour les riens, le cadre historique est somptueusement restitué, les personnages sont bigger than life, les combats sont homériques, et le souffle de l'aventure nous emporte tant vers l'epicness to the max que vers le pathos to the max : Guo Ming doit défendre l'honneur des Sept Preux, venger son père, sauver son peuple, et tellement plus encore ! Je n'avais pas autant kiffé depuis... L'Empire contre-attaque ? ^^

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jin Yong & Li Zhiqing, La Légende du héros chasseur d'aigles

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum