David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Johan Heliot, Grand Siècle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Johan Heliot, Grand Siècle

Message par Albéric le Dim 3 Sep - 23:07


Résumé tome 1 : L'Académie de l'éther
L'ambitieux lieutenant de frégate Baptiste Rochet présente au jeune Louis XIV une étrange météorite sphérique, rapportée de son dernier périple en mer. Médusé, le mathématicien et penseur Blaise Pascal y trouve alors une terrifiante source d'inspiration. Ses découvertes bouleverseront à tout jamais le destin du Roi-Soleil et de son royaume, ainsi que les vies d'une fratrie tentant d'échapper à la misère et impliquée bien malgré elle dans les drames à venir. Nobles comploteurs, inventions géniales de Pascal, imprimeurs libellistes, malfrats sans pitié de la cour des Miracles et mousquetaires désenchantés peuplent le théâtre d'un monde sur le point de basculer dans un Grand Siècle futuriste, entre ombre et lumière, entre la terre et les étoiles. Johan Heliot signe avec cette nouvelle grande trilogie uchronique une fresque ambitieuse et passionnante qui interroge la grande histoire, le pouvoir de la science et les vies tourmentées de personnages inoubliables.


Avec cette série nommée Grand Siècle, Johan Heliot parvient presque à s’émanciper du l’imaginaire dumasien pour nous proposer une très intéressante uchronie sailpunk. Nous suivons le règne de Louis XIV et l’auteur reprend le pitch de sa nouvelle Au plus élevé trône du monde : le Roi Soleil veut partir à la conquête de l’éther et des sphères célestes ! (à comparer avec Le Château des étoiles steampunk d’Alex Alice)
Nous somme dans un roman choral, et on alterne les POVs des orphelins lorrains de la famille Caron (clin d’œil au Tour de France par deux enfants ? ^^) : on est entre le roman-feuilleton à la Victor Hugo et la grande saga à la Anne et Serge Golon, car à Paris on retrouve Pierre à la cour des miracles du Grand Coësre, Jeanne dans une imprimerie frondeuse, Estienne dans la maisonnée de Blaise Pascal, Martin bien parti pour être le nouveau d’Artagnan et Marie bien partie pour être la nouvelle Angélique… Et je pense qu’on aurait du en rester là dans la narration du roman : il y a beaucoup de passages centrés sur Louis XIV pour expliquer le pourquoi du comment alors qu’on avait le moyen de découvrir la France en marche et les conséquences d’une révolution industrielle précoce à travers les différentes strates de la société parisienne (sans parler des passages racontée par l’Unité d’Exploration Conscientisée qui démystifie trop et trop vite les éléments SF du récit)…
Spoiler:
Car le point de divergence est le crash d’une sonde extraterrestre intelligente sur Terre qui essaie de manipuler et contrôler les interfaces organiques carbonées appelés « êtres humains » pour obtenir les moyens de redécoller : on a déjà fait ça avec de vaisseaux aliens et cela marchait très bien, ici c’est un peu la Hard Science et le Cyberpunk qui s’invitent et cela marche moins bien je trouve
Globalement j’ai bien aimé, surtout les passages où grâce à la découverte et la maîtrise l’effluvine Blaise Pascal transforme ses calculateur mécaniques en calculateur électroniques : tout le côté scientifique est très bien décrit et assez facile d’accès (l’auteur est bien documenté sur les connaissances de l’époque et cela se sent !).
Toutefois il y a des bémols à apporter :
- il s’écoule beaucoup de temps entre les chapitres, des années même parfois, et cela n’est pas indiqué…
- l’auteur a eu la main leste sur le name dropping (Cyrano, d’Artagnan, le Masque de Fer et cie étaient-ils indispensables au déroulement du récit ?)
- marre du grimdark cette mode décadente de début de XXIe siècle, du coup il y a quelques twists que j’ai détestés
- pourquoi développe une aussi chouette uchronie si tout se déroule comme IRL ? La fin de la Fronde, le Traité des Pyrénées, le retour en grâce de Condé, l’arrestation et la condamnation de Fouquet…
Toujours est-il donc que j’ai trouvé l’ensemble plaisant et intéressant, au-delà de la sympathie que j’éprouve pour l’auteur grand ami des genres de l’imaginaire et des cultures populaires. J’ai envie de continuer la série, mais elle ne détrônera pas dans mon cœur L’Âge de la Déraison de l’auteur américain francophile Greg Keyes qui et tellement plus cool et tellement plus fun ^^

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum