David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Alexandre Dumas, Robin des Bois prince des voleurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Alexandre Dumas, Robin des Bois prince des voleurs

Message par Albéric le Mer 9 Aoû - 21:26


Résumé : Robin des Bois prince des voleurs
Dans la forêt de Sherwood, un modeste forestier et sa femme se voient confier l'éducation d'un orphelin. Seize ans plus tard, celui que l'on nomme Robin Hood est un vaillant jeune homme, habile archer. Amoureux de la belle Marianne et de l'aventure, il devient l'ennemi juré de l'ordre féodal : détroussant les riches et combattant les lois iniques d'Henri II, il gagne son surnom de "Prince des voleurs".


Je suis très déçu par ce Robin des Bois à la sauce Dumas car les promesses entrevues dans les premières pages n'ont pour moi jamais été tenues, pire j'ai senti qu'on était dans une pièce de théâtre romancée avec toutes les lacunes qui vont avec cet exercice de style...
Alexandre Dumas place la geste du Prince des Voleurs à l'époque de la brouille entre Henri II et Thomas Becket, et le principal antagoniste du récit est Fitz-Alwine le vieux baron de Nottingham (un ancien croisé normand qui souffre de la goutte ^^)... Mais l’opposition entre Saxons et Normands centrale chez Sir Walter Scott passe ici au second plan, et de la même manière la lutte des classes qui s'exprimait à travers l'application d'un droit forestier draconien n'est qu'un élément de background non exploité parmi tant d'autres... Non, tout est centré sur une histoire de spoliation d'héritage sans doute passionnante pour un public de bourgeois rentiers du XIXe siècle, qui s'avère quand même assez OSEF pour un public populaire de l'âge de la démocratie (d'autant plus que le fil directeur de l'histoire finit irrésolu comme toutes les intrigues et sous-intrigues du récit).
Nous sommes dans un roman-feuilleton très classique, donc le côté un peu désuet peut agréablement rappeler les films de cape et d'épée de l'Âge d'Or hollywoodien. Ce qui tire l'ensemble vers le haut ce sont les dialogues très réussis qui distillent bien la verve de l'auteur, même si par moment j'avais plus l'impression d'être dans une pièce Molière qu'autre chose... Mais quantité de choses ont pour moi tiré l'ensemble vers le bas :
Spoiler:
- je passe sur le machisme de l'auteur qui transparaît un peu trop dans les boutades de Frère Tuck sur la malice sinon la perfidie des femmes... ^^
- dans la première partie du récit, Robin et Marianne sont censés avoir à peine 14 ans et cela ne se sent aucunement (c'est même indiqué à posteriori avec l'écoulement du temps entre chaque partie)
- le héros est falot et se fait voler la vedette par à peu près tous les autres protagonistes, pire il est incohérent dans ses objectifs puisque d'un côté il explique à tous le monde que rien d'autre ne l'intéresse que la vie de forestier mais d'un autre côté il ne cesse de se battre judiciairement pour récupérer ses terres et ses titres... Je regrette, mais quand un héros gemmellien déclare se contenter de ce qu'il possède déjà, il ne court pas après l'argent et le pouvoir ! (vieux dilemme du roman dix-neuvièmiste le cul entre les chaises du public populaire et du lectorat bourgeois)
- oui ça sent la pièce de théâtre romancée car c'est pauvre en action : entre l'attaque du cottage de Gilbert Head et la bataille de Mansfeld tout est traité hors-champ ou résumé pauvrement... Petit Jean et Geoffroy le Fort s'affronte dans un duel de force ? Le combat est de courte durée, Petit Jean l'emporte et puis c'est tout... Petit Jean et Geoffroy le Fort se retrouve face à face pour un duel à mort ? Le combat est de longue durée, Petit Jean l'emporte et puis c'est tout... Soupirs !
- oui cela sent le pièce de théâtre romancée car sont racontées partiellement et indirectement quantité d'infiltrations, exfiltrations, poursuites, cavales, embuscades, escarmouches (le château de Nottingham est un vrai moulin, pire que la forteresse du commandant Monastorio dans Zorro ou le vaisseau de Diana dans V, les visiteurs ^^)... Les personnages passent leur temps à se séparer, à se croiser, à se recroiser et à retrouver pour raconter ce qui leur est arrivé hors-champ... C'est pénible et cela casse le rythme, et déjà que les rebondissements laissent à désirer et que l'auteur s'adresse moult fois aux lecteurs pour justifier tout cela...
- et puis au bout de quelques chapitres qu’est-ce que c'est que cette longue confession de Roland Ritson qui avant de mourir nous explique de manière affreusement peu naturelle tout ce qu'il y a à savoir mais aussi à ne pas savoir de l'intrigue en cours (par contre on se saura jamais quelles sont les informations cruciales avec lesquelles Allan Clare comptait faire tomber le baron Fitz-Alwine)... C'est l'un des trucs les plus mal fagoté que j'ai jamais lu : que c'était mauvais !
- la construction elle-même du récit est bancale : dans la 1ère partie tout est centré sur l'amour contrarié d'Allan Clare et Lady Christabel, 6 ans plus tard ils disparaissent de la 2e partie centrée sur les romances entre d'un côté Robin et Marianne et d'un autre côté Will l’Écarlate et Maude Lindsay (les triangles amoureux bidons c'est marre !), et 5 ans plus tard ces derniers disparaissent à leur tour de la 3e partie pour laisser Robin et Marianne seuls face aux manigances du templier bellâtre Hubert de Boissy...
Que devient l'héritage de Robin des Bois véritable baron de Nottingham ? OSEF ! Que devient Sir Guy Gamwell et la population de Mansfeld ? OSEF ! Que devient Allan Clare engagé dans l'armée du roi français ? OSEF ! Que devient Will l’Écarlate engagé dans l'armée du roi anglais ? OSEF ! Que deviennent leurs dulcinées Lady Christabel et Maude Lindsay ? OSEF !... Bref, la fin en eau de boudin n'en est même pas vraiment une ! Misère de misère !!!

C'est la 3e adaptation de suite du mythe qui me fait bailler d'ennui : c'est décidé, la prochaine fois je lirai les adaptations de Simon R. Green au moins je serais sûr que la supracoolitude et la lutte des classes seront au rendez-vous !

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum