David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.

Takashi Nagasaki & Kôji Kôno, Inspecteur Kurokôchi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Takashi Nagasaki & Kôji Kôno, Inspecteur Kurokôchi

Message par Albéric le Lun 20 Fév - 18:29


Résumé tome 1 :
Keita Kurokôchi est membre de la 2e brigade d'investigation. C'est un lieutenant corrompu auquel sa connaissance des pires secrets des politiciens et hommes d'affaires de la préfecture confère un pouvoir énorme.
Ce flic fait horreur au novice Shingo Seike, officier envoyé par l'Agence de police nationale. Rapidement ce jeune inspecteur décèle chez le vieux ripou un objectif colossal que nul ne soupçonne !



Attention napalm littéraire sauce seinen manga ! Takashi Nagasaki l’éminence grise de Naoki Urasawa (Master Keaton, Monster, 20th Century Boys, Pluto, Billy Bat… que de la bonne came ! ^^), a décidé de tirer à boulets rouges sur les zélites du Japon bien-pensant… Attention aux dommages collatéraux !

Keita Kurokôchi est un ripou de la 2e brigade d’investigation mais il est intouchable car il roule sa bosse depuis si longtemps qu’il a des dossiers sur tout le monde. On lui adjoint le jeune et idéaliste Shingo, dont la mission est de le faire tomber. Mais le vieux roublard montre rapidement au rookie incorruptible l’envers du décor, où ceux qui parlent moralité et zéro criminalité à la télé détournent des millions voire des milliards durant la semaine avant de taper des putes entre deux rails de cocaïne le week-end, et où tous les moyens sont bons pour gagner du pouvoir et de l’argent, pour gagner encore plus de pouvoir et d’argent… (Et dire que les voleurs de chevaux spécialistes en dézingage de voleurs de poules voulaient dépénaliser la délinquance en col blancs ! on est vraiment tombé bien bas… MDM)
Va-t-il le dénoncer ou fermer les yeux quand celui-ci va déclencher une vaste croisade contre la pourriture venue d’en haut ?
Impossible de ne pas penser au film Les Ripoux de Claude Zidi avec Philippe Noiret / René Boisrond et Thierry Lhermitte / François Lesbuche, sauf qu’ici les tripots, les lupanars et les ateliers clandestins sont remplacés par des déprédations de grandes envergures qui envoient à la précarité et à la pauvreté des millions des familles… Ne remercions pas les Chicago Boys pour le monde de merde qu’ils nous ont offert !
Mais cela va plus loin que ça, car j’ai senti une inversion des rôles du manga culte des années 1960 Lupin III, où un inspecteur hypermotivé traquait une joyeuse bande de cambrioleurs, lors qu’ici des criminels en col blancs hypermotivés traquent un joyeux inspecteur. Au final, ce manga navigue entre The Shield et House of Cards et Keita Kurokôchi est la synthèse entre les petites questions de Colombo et les gros délires de GTO !

Graphiquement les dessins de Kôji Kôno sont bien plaisants. Certes le découpage est fluide et dynamique, surtout pour un manga composé essentiellement de dialogues, mais c’est surtout le travail sur les faciès et les expressions qui est bluffant. En une ou deux cases on passe d’un graphisme réaliste à un graphisme presque cartoonesque, et dans les deux cas on voit que les personnages sont tous sur le fil du rasoir et que d’un coup de crayon ils peuvent basculer et révéler leur vrai visage…
Car le manga cultive l’ambiguïté sur la nature profonde de son anti héros : est-il un vrai pourri ou un faux pourri ? Oui, il profite du système, mais il a des ennemis nombreux et puissants, et également des amis partout dans la police, la justice, les médias, les yakuzas… Et si sa corruption n’était qu’un masque pour infiltrer la pourriture de l’intérieur pour mieux la combattre ?


Pas facile de résumer ce tome 1 rempli à ras-bord : Kurokôchi couvre la mort plus ou moins accidentelle d’une fille facile des mains d’un politicien queutard pour faire tomber son supérieur amateur de sexe violent avec des adolescentes mineures, qui n’a pas hésité à faire éliminer une récalcitrante et une famille entière qui en savait trop… Sauf que les témoins sont victimes d’une épidémie de suicide, et qu’il doit stopper les nettoyeurs du gouverneur, dont un serial killer apparenté à un très haut gradé de la police tokyoïte…
Le gouverneur relaxé faute de témoins et de preuves, Kurokôchi est traqué par ses ennemis et par ses amis, mais parvient par un subterfuge de derrière les fagots à mettre ses propres cadavres sur le dos du monstre à visage humain ! Magistral !!!

Le chapitre 7 est presque un digestif puisque Kurokôchi parvient à faire tomber un nouveau délinquant en col blanc tout en récupérant son poste !
Mr Asanuma : Je ne relâcherai jamais le député Densuke Ijichi, à moins qu’on ne m’envoie l’inspecteur Kurokôchi !
Kurokôchi : Hein, on parle de moi ? Ça tombe bien que je passais par là ! Mr le Préfet vous n’allez quand même pas refuser d’accéder à la demande du preneur d’otage alors que le peuple nous regarde ?
Préfet : Mmm… / Grrr…
Kurokôchi : Moi l’inspecteur Kurokôchi, je jure de mettre tous les moyens en œuvre pour faire la lumière sur la mort de votre fils ! Mais avez-vous le moindre indice pour faire avancer l’enquête ?
Mr Asanuma : Oui, un registre de comptabilité occulte démontrant l’existence d’un vaste détournement de fonds publics que mon fils voulait dénoncer avant d’être retrouvé mort !
Kurokôchi : Et où est-il ce fameux registre ?
Mr Asanuma : Dans la poche intérieure droite de la veste de mon otage !
Kurokôchi : Monsieur le préfet, tout cela n’est pas très légal mais peut-on fermer les yeux sur ces preuves alors que nous sommes filmés en direct-live par les caméras des médias locaux, nationaux et internationaux ?
Mort De Rire !!!


Et que nous réserve la suite : la société secrète du Cerisier, le mystère du casse du siècle, l’armée rouge japonaise, Fusako Shigenobu et Golgo13 ! (oui je sais, je m’enflamme… ^^) Tremblez politiciens corrompus, tremblez financiers véreux, tremblez patron voyous, Bébel et Dirty Harry ont trouvé un successeur en la personne de l’inspecteur hors-la-loi qui ne reculera devant rien ni personne pour vous faire tomber, car il est habité par sa mission : niquer le système bien profond pour détruire votre monde de merde ! Oh yeah, et lisez cela en écoutant une bonne BO de Lalo Schiffrin !!!


PS: je ne remercierais jamais assez les Editions Komikku, portées à bout de bras par Sam Souibgui, d’avoir apporté un vent de fraîcheur au manga en France

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum