David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Mark Millar, Wanted

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Mark Millar, Wanted

Message par Marv le Sam 12 Nov - 11:14





Wesley Gibson mène une existence minable semblable à des millions d'autres jusqu'à ce qu'il découvre que son père – Le Killer – est à la tête d'une société de super-vilains et dirige secrètement le monde depuis 1986. Intégré à cette nouvelle famille de “sang” après le meurtre de son père, Wesley découvre le monde tel qu'il ne l'avait jamais vu et tel qu'il est appelé à diriger, en digne héritier du Killer.
avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Mark Millar, Wanted

Message par Marv le Sam 12 Nov - 11:23


Wanted c'est peut-être l'oeuvre la plus controversée de Mark Millar tant elle ne laisse pas indifférente.
Si on comprend la démarche de l'auteur on pourra trouver cela plutôt cool et bien pensé, par contre si on n'adhère pas au parti pris de l'auteur on risque bien de trouver le tout un brin démagogique pour ce qui pourra apparaître au final comme un grand debalage de violence gratuite.
Mark Millar, plus irrévérencieux que jamais, propose avec Wanted une origine story super-héroïque où tous les codes du genre sont inversés, d'ailleurs il s'agit plutôt ici d'une origine story vilainique où le personnage principal va au travers d'une formation spécifique aussi bien physique que mentale, finir par devenir un "enculé" de première, véritable psychopathe, assassin,violeur dénué de toute forme de compassion et d'esprit moral.
Car la formation qui vise à faire de Wesley Gibson un maitre assassin (héritage familial oblige), passe avant tout par tout un processus de déconstruction social et moral.
Les événements de Wanted prennent place dans un univers où tous les super héros ont par le passé  été dézingués par une coalition regroupant tous les super vilains de la planète.
Depuis, au sein d'une organisation souterraine ayant son propre modèle économique, hiérarchique et structurel, ils contrôlent le monde dans l'ombre des humains.
Toute la construction de Wanted repose sur un détournement des codes habituels, Wesley Gibson n'est pas plus intelligent que la moyenne, il n'est pas beau gosse, il n'est ni journaliste, ni milliardaire, ni photographe, ni scientifique, ni avocat, ni flic, il a un job de merde, un patron et des collègues qui le traitent comme une fiotte, une petite amie qui se fait lutiner par son meilleur pote, une mère qui jusqu'à sa mort le prenait pour un gay etc.
Et si on retrouve en introduction le classique drame familial ayant pour rôle de catalyseur de destinée, c'est surtout l'héritage du père de Wesley qui le forge et le pousse sur la voie du mal plutôt qu'un esprit de revanche pour l'homme qui l'a abandonné pour privilégier une vie de meurtres et de débauches.
La force de Wanted est aussi sa principale faiblesse, à trop vouloir se positionner à contre-courant , à trop vouloir en faire dans l'irrévérencieux Mark Millar peine à conserver sur la durée une bonne dynamique au récit et inévitablement le manque d'empathie que l'on ressent envers les personnages finit par se ressentir à la longue.
Le final du récit agit comme une tarte dans la gueule du lecteur et interroge sur principalement deux axes de réflexion.
Le premier étant que l'industrie actuelle du comics repose pour l'essentiel sur des produits formatés qui reproduisent sans cesse les mêmes schémas à destination d'un lectorat pop corn qui aime (ou qui s'est habitué) à ne plus réfléchir. Quelque part, tant que les lecteurs  n'élèveront  pas leur niveau d'attente et continueront d'acheter aveuglement la même soupe, des productions plus audacieuses ne verront pas le jour ou resteront confidentiels.
Le deuxième axe est que si vous avez pris votre pied à suivre le parcourt initiatique de Wesley, c'est que vous êtes également bien teubé et irrécupérable car la vocation du livre était avant tout de vous interroger sur vous-même, sur ce que vous attendez de vos lectures, voir même de vous pousser jusqu'à l'écœurement, et ce plutôt que de vous fasciner pour le destin d'un psychopathe pour lequel l'auteur a volontairement poussé tous les attributs psychologique à leurs niveaux les plus toxiques.
Un récit qui interpelle à défaut selon moi d'être particulièrement mémorable.

avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum