David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.

Lucien De Gieter, Papyrus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Lucien De Gieter, Papyrus

Message par Albéric le Lun 29 Aoû - 15:31



Je ne savais pas où placer cette série jeunesse qui mêle intimement historique et fantastique...


La série Papyrus de l'auteur belge Lucien De Gieter sent la bonne volonté et la bonne humeur, car il applique à l'Egypte antique les archétypes du Héros aux mille et un visages ! Il puise très joliment dans les mythes, les légendes et les contes pour construire une séduisante Egypte Fantasy, magnifique terre d'aventure où l'on croise à parts égales démons et merveilles !
Et de tome en tome, la différence entre le très sympa et le très bon se fait à peu de choses finalement, et la plupart d'entre elles sont liés au cahier des charges des bandes dessinées de l'époque où la série à débutée : si vous n'êtes pas allergique aux BD franco-belges old school, et aux partis pris jeunesse c'est du tout bon !

Lucien de Gieter a décidé d'arrêter sa série en 2013 au numéro 33 et il a sans doute bien fait. Mais la formule reste d'actualité, et son univers ne demande qu'à être repris par d'autres auteurs plus modernes dans la narration et dans le dessin car l'Egypte fantasy c'est cool et fun… Qu'attendez messieurs les éditeurs toujours en panne de bonnes idées ?


Dernière édition par Albéric le Lun 29 Aoû - 15:33, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Lucien De Gieter, Papyrus

Message par Albéric le Lun 29 Aoû - 15:33


Tome 1 : La Momie engloutie


Dans ce tome 1, intitulé La Momie engloutie (doté d'une couverture digne d'un bon vieux peplum hollywoodien), le jeune et loyal Papyrus, fellah au grand cœur élu par la divine fille de Sébek, va devoir affronter maints périls pour aller délivrer la princesse Théti-Chéri victime d'un complot du clergé… La fureur du Nil, une féroce tribu pygmée, un crocodile-dragon, l'avatar de sa propre peur (remember "Star Wars" ^^), un scarabée géant, un précipice volcanique, un officier vénal, un scorpion empereur et un grand vizir félon…
On a recours au traditionnel deus ex machina de l'épée magique, et une ellipse au milieu du tome nous fait passer bizarrement de l'obscurité des entrailles de la terre au plein soleil du brûlant désert, mais qu'importe l'aventure est toujours au rendez-vous ! (et mention spéciale à l'illustration de couverture, qui fleure bon les affiches peplum de la belle époque ^^)
Malheureusement, ce tome 1, et sans doute les suivants, sont frappés des lacunes et limitations de leur temps :
- la naïveté du charadesign, voire de la caractérisation, mais c'est à prendre ou à laisser avec la BD old school
- une narration trépidante avec 1 ou 2 périls mortels par planche, la faute aux impératifs de la prépublication…
- une vision passéiste de l'Afrique et des Africains relevant des Images d'Epinal coloniales dont aujourd'hui on se passerait bien
- un héroïne potiche héritière du machisme du monde de BD en général et de la BD franco-belge en particulier, mais aucune excuse puisque que Laureline et Yoko Tsuno avaient déjà changé la donne avant ce tome 1 daté de 1974…
- une narration lourde avec des phylactères qui se sentent obligés de nous décrire absolument tout ce qu'il y a dans la case, mais aucune excuse car si j'en crois Jacques Martin le papa d'Alix il s'agit d'un impératif éditorial débile qui relevait déjà d'un autre temps dans les années 1950…
Effectivement, il est fort probable qu'il faille avoir fait connaissance avec cette série dans l'enfance pour l'apprécier à sa juste valeur.

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Lucien De Gieter, Papyrus

Message par Albéric le Lun 29 Aoû - 15:36


Tome 2 : Le Maître des Trois Portes


Ce tome 2, intitulé Le Maître des trois portes, est plus abouti et plus mâture que la mise en place de la saga : c'est vrai que si la série n'était pas délibérément jeunesse, on pourrait la confondre avec un Thorgal égyptien !
Le Nil s'épuise et la famine menace le pays tout entier : Papyrus et Théti-Chéri doivent remonter son cours pour trouve les causes du désastre, avant d'être confrontés aux machinations de l'Oeil et des Hommes d'Or réfugiés loin de la lumière du soleil dans leur cité souterraine entièrement faite de métal précieux (tiens on dirait les Ashalans de Legend of the Burning Sands ^^)
J'ai apprécie tout le côté conte de fées, qui m'a rappelé au bon souvenir, entre autres, du manga Princesse Saphir d'Ozamu Tezuka ; j'ai apprécié tout le côté aventure et spéléologie, qui m'a fait penser aux peplums fantastiques des années 1950 et 1960 (merci Mario Bava ! ^^) ; j'ai apprécié tout le côté intrigues et complots avec qui m'a fait penser aux récits de Sax Rohmer (Fu Manchu) et Henri Vernes (Bob Morane)
Et au final l'histoire de ce tome n'est pas si éloignée que cela de celle de L'Empire des mille planètes, le 2e opus de la saga Valerian et Laureline
Malheureusement il y a tout un tas de trucs qui tire un peu l'ensemble vers le bas :
- la princesse Théti-Chéri ne sert strictement à rien au-delà de son statut de demoiselle en détresse
- je ne me faits pas aux décisions et aux réactions du Pharaon Mérenptah, tantôt naïves, tantôt stupides, toujours sans la moindre de bons sens et/ou de finesse…
- des tonnes de phylactères sur fond jaune qui s'échinent à décrire tout ce qui se passe dans les cases mais qui ne servent à rien à part bouffer du dessin (un putain de gimmicks imposé par les éditeurs aux auteurs, pour rester dans le style antédiluvien dans lequel ils sont à l'aise mais qui date d'avant la Deuxième Guerre Mondiale)
- des péripéties incessantes pour conserver dans le cadre d'une prépublication le lectorat sous le coude, mais qui passé un cape s'avère fatigantes et contre-productives : on peine à trouver un lien entre certaines desdites péripéties et les allers-retours entre capitale et province sont répétitifs voire sans intérêts
- un charadesign à la Peyo un peu gamin qui dessert le souffle de l'aventure qui ne demande qu'à déployer ses ailes… le héros Papyrus fait préado prépubère, et sérieusement ça me sort du truc (les tomes suivants corrigent le tir, et on ne perd pas au change !)

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Lucien De Gieter, Papyrus

Message par Dark schneider le Lun 29 Aoû - 17:00

Je n'ai jamais lu cette bd.
Les phylactères descriptifs c'est vraiment une plaie, parfois ça rallonge considérablement la lecture, comme pour les très bavards Blake & Mortimer. Certains disent que ça fait partie du charme de ces bds, perso je trouve cela vraiment lourdingue et quasiment toujours inutile...
avatar
Dark schneider
Unificateur des Nadirs

Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Lucien De Gieter, Papyrus

Message par Albéric le Lun 29 Aoû - 17:12

Jacques Martin, l'auteur des aventures d'Alix (1ère parution 1947 si ma mémoire est bonne) ne les supportaient pas et ne voulaient absolument pas en mettre, mais il était obligé d'en mettre à chaque case parce que ses éditeurs voulaient que "les romans graphiques" soient vraiment littéraires...


Dernière édition par Albéric le Mar 30 Aoû - 9:09, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Lucien De Gieter, Papyrus

Message par Dark schneider le Mar 30 Aoû - 9:04

Oui, et d'ailleurs c'est toujours le cas des fameux "romans graphiques" américains qui sont juste des bd avec ce type de narration lourdingue.

Y'a pas à dire mais à ce niveau les mangas étaient/sont beaucoup plus modernes et dynamiques.
avatar
Dark schneider
Unificateur des Nadirs

Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Lucien De Gieter, Papyrus

Message par Albéric le Mar 30 Aoû - 9:32

C'est un sujet plus vaste, mais aussi "les romans graphiques" sont plus proches de la littérature que de la bande dessinée. Dans "bande dessinée", il y a "bande" quand même...
Quand je vois les littéros qualifier toutes les BD de "romans graphiques"
1) il y a préjugé élitiste : les livres avec des images, c'est pour les enfants et les adolescents
2) il n'ont compris au mode de fonctionnement du médias basé sur la narration de la dynamique entre les images... ça se dit intelligent et cultivé, mais au bout d'un siècle ils sont toujours dans les préjugés

Les mangas Tezuka s'inspiraient de l'animation Disney, alors que les responsables éditoriaux européens et américaines s'inspiraient du roman-feuilleton... sauf que les descriptions à la con de 20 pages tu les traduits par du dessin, pas par du texte, sauf que les états d'âme tu les traduits par du dessin, pas par du texte...

La fracture est plus même large :
- il y a ceux qui lisent comme ils voient un film, et qui recherchent l'action et l'évocation
- il y a ceux qui recherchent les bons manieurs de mots
les bonnes histoires ou le beau style quoi... ^^

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Lucien De Gieter, Papyrus

Message par Albéric le Mar 30 Aoû - 9:35


Tome 3 : Le Colosse sans visage


Ce tome 3, intitulé Le Colosse sans visage, semble comme les tome 1 et 2 divisé en 2 parties bien distinctes :
- dans la 1ère partie, par compassion, Papyrus aide un vieux mendiant aveugle à retrouver son fils avant de mourir en affrontant les sphinx à têtes de hyènes, en semant la Mort avec son char rapide comme le vent et en s’enfonçant au cœur de la Cité de Basalte pour délivrer un peuple d’un terrible malédiction…
- dans la 2e partie, Papyrus est désormais la seule victime de la malédiction qui frappait le peuple qu’il a délivré… L’auteur nous offre une relecture de La Belle et la Bête, puisque que le Princesse Théti-Cheri se rend à l’île sacrée pour se confronter au jugement des dieux dans l’espoir pour délivrer Papyrus de son malheur, quitte à leur offrir sa vie en sacrifice…

Encore une fois une belle histoire, aux belles allures de peplum fantastique (oui je te vois Mario Bava, fondateur et maître du genre !), mais dommage que :
- Payprus est plus expressif et plus sympathique en bête qu’en homme… un comble !
- cette fois-ci Théti-Chéri est importante au récit, mais change de charadesign (d’âge ?) tout au long de l’album
- la manière de dessiner les personnages africains… On n’est plus à l’époque du Congo belge que diable ! (Soupir)
- ces putains de phylactères sur fonds jaunes qui décrivent en long en large et en travers ce que tout lecteur voit en une seconde… Ils sont pénibles en plus de ne servir à rien du tout à part alourdir et ralentir la lecture… (et dire qu’il ne s’agit que d’une marotte d’éditeurs dinosauriens !)

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Lucien De Gieter, Papyrus

Message par Albéric le Mar 30 Aoû - 9:37


Tome 4 : Le Tombeau de Pharaon


Ce tome 4, intitulé Le Tombeau de Pharaon, est la continuation du tome précédent : Papyrus et Théti-Chéri rentrent de l’Île Sacrée mais le temps des dieux et le temps des hommes est différent, et 10 années se sont écoulées depuis lors…
Le pharaon Mérenré a disparu depuis longtemps, et non seulement à la cour du nouveau pharaon personne ne les reconnaît mais en plus le nouveau maître des deux terres compte les utiliser pour profiter de la situation en  éliminant ses opposants ! On passe donc par la vallée des rois, la forêt morte et la montagne d’occident pour rétablir la vérité…
Si on se met en mode jeunesse, c’est très sympa, notamment avec les chtiquechtaquelaguelacs alter egos égyptiens des kappas japonais, Bouto le dieu Cobra aux dix viess alter ego de l’Hydre de Lerne grecque, ou la manière dont Papyrus défait le maître de la montagne d’occident grâce à des tours de passe-passe… Mais si on se met en mode adulte c’est décousu et illogique : pourquoi le pharaon a volontairement disparu ? pourquoi a-t-il enfermé dans sa tombe le Cobra et le Vautour sacrés ? pourquoi Bouto veut-il absolument se venger du pharaon et de sa famille sans les tuer au lieu de s’occuper du cas de l’usurpateur de la royauté et donc de la divinité ? Pourquoi l’épouse de pharaon est-elle morte ou vivante en fonction des scènes ? et pourquoi faut-il absolument reconstituer une amulette en trois parties pour que tout finisse bien ?… je n’en sais fichtrement rien !!!
Effectivement, plus que jamais il est fort probable qu'il faille avoir fait connaissance avec cette série dans l'enfance pour l'apprécier à sa juste valeur mais il reste quand même ces cochonneries de phylactères descriptifs complètement superfétatoires et l’hétérogénéité graphique entre un découpage dynamique, des arrière-plans soignés véritable appel à l’aventure et un charadesign un peu basique issu de l’académisme de l’école belge… (d’ailleurs dès que l’auteur s’en éloigne, l’ensemble gagne immédiatement et nettement en qualité !)

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Lucien De Gieter, Papyrus

Message par Albéric le Dim 11 Sep - 21:19


Tome 5 : L’Égyptien blanc


Ce tome 5, intitulé L’Egyptien blanc est grandement le reflet du précédent : Papyrus et Théti-Chéri trouvent inanimé un chtiquechtaquelaguelac qu’ils décident de ramener en son pays…
Nous repassons par la vallée des rois où il faut affronter des pilleurs de tombes déguisés en momies, par la forêt morte où il faut affronter les sortilèges des nains chafouins, et par la montagne d’occident où il faut affronter une créature de Sobek… L’objectif ? Délivrer la dame à la chevelure étincelante condamnée pour avoir dérogé à la divinité en s’éprenant d’un mortel…
De bonnes idées comme la cape de téléportation constituée d’un essaim de guêpe, Papyrus transformé en harpie dans un moment à la Yakari, ou une nouvelle épreuve de courage où Papyrus entravé doit se débarrasser sans le réveiller d’un cobra noir lové sur son corps. On est une nouvelle fois dans la logique des contes de fées, du coup l’égyptien blanc qui donne son nom à l’album n’est qu’un deus ex machina pour échapper à la colère de Sobek en le prenant à son propre jeu (c’est un peu une grosse ficelle, mais bon ce n’est pas grave), et tout est bien qui finit bien avec une déesse délivrée qui retrouve son prince charmant et un peuple délivré de la malédiction d’un sortilège de métamorphose de masse…
Effectivement, plus que jamais il est fort probable qu'il faille avoir fait connaissance avec cette série dans l'enfance pour l'apprécier à sa juste valeur mais il reste quand même ces cochonneries de phylactères descriptifs complètement superfétatoires (ici de moins en moins présent) et l’hétérogénéité graphique entre un découpage dynamique, des arrière-plans soignés véritable appel à l’aventure et un charadesign un peu basique issu de l’académisme de l’école belge… (d’ailleurs dès que l’auteur s’en éloigne, l’ensemble gagne immédiatement et nettement en qualité !)

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Lucien De Gieter, Papyrus

Message par Albéric le Dim 11 Sep - 21:21


Tome 6 : Les Quatre Doigts du Dieu Lune


Ce tome 6, intitulé Les Quatre Doigts du dieu lune, le brave pharaon Mérenré est parti combattre les envahisseurs dans le Delta du Nil, et le Prince Ahmès son frère nommé régent pense son heure venue : à l’intérieur du palais bunkerisé la reine et la princesse sont cloîtrées, tandis qu’à son extérieur la population est brutalisés et mise en coupe réglée par les mercenaires de celui qui ressemble de plus en plus à un usurpateur...
Le courageux Papyrus entre en résistance, et aidé par Pharo le voleur et Imhoutep le jeune charrier infirme il mène la lutte contre le tyran en gestation qui use et abuse de l’absence du souverain légitime ! Face à l’adversité, c’est en désespoir de cause qu’il demande l’aide de la pègre de la cité de Thèbes et les hors-la-loi équipés des armures des Hommes d’Or mènent un contre coup d’Etat pour renverser le despote…

Le mélange entre la saga d’Alix l’Intrépide et la Geste de Robin des Bois (oui, on vous a reconnu Richard Cœur de Lion, Jean sans Terre, Robin de Locksley, Petit Jean et Frère Tuck ^^) est ici très plaisant pour les petits comme pour les grands, mais le côté fantastique est ici est un peu nébuleux avec Semerkhémoui le mystérieux : vivant ou mort, homme ou dieu ? On a un novice rendu fou par une indicible horreur, un grand-prêtre qui devait être mort mais qui est vivant, une statue animée qui bouge de sa propre volonté, un ka maléfique et un avatar du Dieu Thot, le tout avec le fil directeur des quatre doigts et un épilogue évoquant réincarnation et possession… Je vois bien l’ombre tutélaire du Dieu Sauvage, mais c’est un peu bizarre quand même d’intégrer autant de fantastique et de ne pas bien l’exploiter…

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Lucien De Gieter, Papyrus

Message par Albéric le Dim 25 Sep - 21:47


Tome 7 : La Vengeance des Ramsès


Ce tome 7, intitulé La Vengeance des Ramsès, est assez simple et assez linéaire : la famille royale se rend à au temple des millions d'années d'Abou Simbel, et la team Papyrus partie en reconnaissance tombe dans un traquenard où deux groupes de bandits se disputent le trésor de Ré…
Les arrière-plans sont très réussis, avec de décors, des monuments et des paysages joliment réalisés, mais le charadesign franco-belge basique voire enfantin parfois casse un peu l'ambiance. Toujours au niveau des bémols, si les phylactères descriptifs sur fond jaunes se fond de plus en plus discret dans ce tome Théti-Chéri est plus pimbêche que jamais en cumulant ici un paquet de clichés sexistes. le rivalités entre les pillards n'est pas exploité du tout du coup le côté aventure est limité, par contre c'est assez bien rattrapé par l'aspect fantastique avec passages secrets, chambre au trésor, grand-prêtre capable de dédoublement, incantations magiques et interventions divines à base de statues vivantes, d'inondation géante et de tempête de sable apocalyptique… (que de bonnes idées pour réaliser une Egypte fantaisie : avis aux amateurs !)Et pour ne rien gâcher on joue bien sur la dualité entre rêve et réalité jusqu'à la toute dernière case… car seuls les dieux savent où est la vérité !

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Lucien De Gieter, Papyrus

Message par Albéric le Dim 25 Sep - 21:50


Tome 8 : La Métamorphose d'Imhotep


Ce tome 8, intitulé La Métamorphose d'Imhotep, développe de jolie manière un scénario assez simple de prime abord…
Le clergé de Memphis intrigue pour discréditer Pharaon car le grand-prêtre Chepseka veut devenir Pharaon à la place de Pharaon (refrain connu ^^)… Pour déjouer le complot, la team Papyrus doit œuvrer sur plusieurs plans : gagner du temps en recourant au sosie de Pharaon qui doit réaliser l'Heb-Sed, récupérer l'herbe aux crocodiles pour soigner le véritable Pharaon, et bien sûr démasquer en bonnes et dues formes les instigateurs de l'odieux complot…
Le côté compte à rebours est bien rendu et offre un bon suspens, avec un véritable deus ex machina qui recourt à l'apothéose d'Imhotep et l'intervention d'une nuée d'ibis morts-vivants (remember Les Oiseaux d'Hitchcock, cette fois-ci en pire ! ^^)… Mais tout est bien qui finit bien car nous sommes dans une série résolument jeunesse !

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Lucien De Gieter, Papyrus

Message par Albéric le Dim 25 Sep - 21:54


Tome 9 : Les Larmes du géant


Ce tome 9, intitulé Les Larmes du géant, est assez difficile à jauger : trop adulte pour de la littérature jeunesse, trop jeunesse pour de la littérature adulte…
Pourquoi ? Parce qu'il l'auteur pioche largement dans Sinouhé, l'Egyptien, le roman référence de Mika Waltari… On retrouve un Pharaon pacifiste qui souhaite conserver la paix avec l'Empire Hittite, et un général ambitieux qui souhaitent reconquérir le Levant en profitant de la guerre entre Hittites et Assyriens, quitte à bafouer les accords de paix signés par son pays… Entre les deux hommes et les deux camps, une princesse hittite détentrice du secret de l'acier, ce métal magique contre lequel les armes de bronze ne peuvent rien faire !
Le belliqueux Menehetet souhaite donc recourir aux pouvoirs magiques du grand-prêtre de Sekmet pour enlever et faire parler la future épouse de Pharaon (qui lui souhaite en faire sa fille adoptive, restons dans un ton résolument jeunesse), et ainsi transformer la sidérite géante gardée dans les entrailles du grand temple d'Anémophis III en arsenal de guerre capable de conquérir le monde ! Mouhahaha…

OK pour la côté aventure avec la société secrète, la base secrète et le coup du passage secret
OK pour le côté fantastique avec les philtres, les potions, et les incantations
OK pour la colère que Sekmet qui n'a trop aimé qu'on se foute d'elle
Par contre les vilains of the week portent bien trop la fourberie sur leurs visages (on dirait le Teigneux et le Nabot de la saga Il était une fois…), je n'ai pas tout compris au délire d'Hathor qui donne naissance à Sekmet-Nefer, Théti-Chéri hypnotisée pour devenir une machine à tuer… Et le coup du je t'aime moi non plus entre la princesse hittite et le notre jeune fellah héroïque mélange de Tintin et d'Enak, cela rentrait pour moi dans le cadre du « je suis trop vieux pour ces conneries »… ^^
Au final un tome sérieux, voire tragique, mais il manquait scénaristiquement et graphiquement un truc pour aller au bout des belles ambitions : c'est un peu dommage, mais je reste sur une bonne impression d'ensemble !

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Lucien De Gieter, Papyrus

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum