David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.

Rosemary Sutcliff, Le Glaive au crépuscule

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Rosemary Sutcliff, Le Glaive au crépuscule

Message par Marv le Jeu 21 Avr - 22:14





Derrière les brumes du paganisme, les splendeurs médiévales, une grande figure solitaire se dresse, celle d'un chef de guerre entièrement voué à son interminable combat, Arthur.
avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rosemary Sutcliff, Le Glaive au crépuscule

Message par Marv le Jeu 21 Avr - 22:19



Un classique qui a en partie inspiré l'adaptation du roi Arthur au cinéma par Antoine Fuqua. Rappelons par ailleurs qu'un des premiers romans de l'auteure a été lui véritablement adapté, en l'occurrence le très bon "L'Aigle de la neuvième Légion" (2011 de Kevin Macdonald). Sword At Sunset (1963) est un classique de la littérature historique britannique, Rosemary Sutcliff tente au travers de ce livre de reconstituer un cadre historique probable à la période arthurienne post romanisation, de tenter de recréer à partir de faits connus, l'homme que ce chef de guerre a pu être et l'histoire de sa longue lutte.
Artorius moitié romain moitié Britton y est présenté comme un chef de guerre profondément attaché à son Empereur Britton et lui-même à ses origines romaines. Ce roman raconte sa vie, son combat, son péché, sa souffrance et la tragédie que fut certains aspects de son existence.

Dans le glaive au crépuscule, si les légions romaines ont bien quitté la Grande-Bretagne, l'identité romaine reste fortement encrée et tout particulièrement dans cette noblesse qui prend en charge le destin de ce monde laissé à lui-même face à la menace saxonne.
Le roman transpire de cette fierté d'avoir appartenu à quelque chose de grand, à quelque chose que l'on ne veut pas voir mourir, à cet héritage romain dont est conservée l'organisation sociale et structurelle, à l'armement des soldats et à l'organisation militaire de ces légions locales.
On ressent toute la nostalgie de personnages attachés à cette vision du monde incarnée par ce que représentait Rome, et paradoxalement si les légions ont bien abandonné ces terres, la Grande-Bretagne représente peut-être bien à ce jour le dernier ilot romain dans une Europe en fusion.

C'est le début de l'ère médiévale, un âge pas aussi sombre qu'on voudrait le croire, le monde est en plein essor commercial, les échanges continuent de se faire à travers toute l'Europe comme au temps de l'empire, un monde qui continue à vivre sur le squelette de ce qu'il fut.
Finalement les Britons ont simplement le sentiment d'être les survivants d'un ancien monde et en quelque sorte les dépositaires de la lumière spirituelle romaine.
À ce titre toute une partie du début du livre voit Artorius en plein voyage dans le sud de la France pour y acheter de races de chevaux de guerres afin de les ramener en Grande-Bretagne et ce afin d'y créer un élevage pour à terme constituer une force de cavalerie capable de lutter contre les envahisseurs et surtout permettre une bonne mobilité des troupes sur les multiples fronts.

Des mythes Rosemary Sutcliff ne conservera finalement pas grand-chose, il y a bien sûr le péché (l'inceste) incarné par Morgane dont découlera le châtiment divin incarné par le fils d'Arthur "Merdrault", on retrouve la trahison du frère d'armes et de la femme aimé, pour le reste c'est principalement l'idée qu'Arthur consacrera et sacrifiera toute sa vie à sillonner la Bretagne afin de freiner la venue de l'obscurité incarnée par les Saxons, entretenant l'espoir que la lumière de Rome saura perdurer sur ses terres.
Si le livre n'est peut-être pas aussi violent et sanglant qu'un Bernard Cornwell, Rosemary Sutcliff a su retranscrire l'âpreté d'une vie consacrée à un engagement militaire, à un éloignement familial de plusieurs années, une vie faite de combat sans fin, de déplacements d'une ligne de front à une autre mais aussi des liens forts qui unissent ceux qui partagent des conditions de vie souvent spartiates.

Un peu à la manière du Roman de Wallace Bleem "L'Aigle dans la neige" qui raconte les événements qui précipitent la fin de l'Empire romain, le glaive au crépuscule est une oeuvre profondément nostalgique, une l'histoire dans L Histoire, c'est l'histoire d'une flamme qui ne veut pas mourir et qu'une fraternité d'hommes tente jusqu'au-boutiste de préserver, c'est surtout l'histoire d'un monde qui ne tient plus qu'au rêve d'un Homme, Arthur.


 Un merveilleux livre.


                                  
avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rosemary Sutcliff, Le Glaive au crépuscule

Message par Marv le Ven 22 Avr - 21:54

"
Nous nous battîmes à l'épée, presque genou contre genou, tandis que les chevaux glissaient et trébuchaient sur le lit de la rivière, hennissant de rage, et que l'écume volait autour de nous. Nous nous étions l'un et l'autre débarrassés de notre bouclier. Médrault se tenait sur la défensive, attendant l'occasion propice d'attaquer. Son visage avait le sourire étrange que je lui avais vu dans d'autres batailles. Je surveillais ses yeux, comme on surveille ceux d'un animal, en guettant l'instant où il va sauter.

Mais ce fut moi qui le pris en défaut d'abord et lui assenait un coup qui aurait dû l'atteindre entre lépaule et le cou, mais son cheval trébucha, et l'épée glissa sur son casque et le désarçonna.

Il tomba dans un grand éclaboussement d'eau, empêtré dans sa lourde cotte de mailles, mais il se redressa presque aussitôt sans avoir lâché son épée. D'un bond, il fut sur moi, esquivant ma parade trop haute, et m'enfonça son épée dans l'aine en dessous de la cotte de mailles. J'eus l'impression que la douleur pénétrait jusqu'au coeur, et je vis le sang ruisseler sur mon cheval. Il semblait que la nuit s'étendît autour de moi. Mais je savais qu'il me restait suffisamment de force pour donner encore un coup, et faisant subitement virevolter mon cheval, j'enfonçai mon épée dans le cou de Médrault.

C'était le coup que j'avais déjà porté à Cerdic. Mais cette fois, je ne le manquai pas. le sang jaillit quand je retirai la lame, ruisselant entre les doigts de ses mains tandis qu'il se tenait la gorge. Et dans le moment précédant sa chute, je vis ses yeux s'élargir de surprise. Peut être venait-il de comprendre que notre destin était non qu'il me tue ou que je le tue, mais que chacun soit la mort de l'autre."



avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Rosemary Sutcliff, Le Glaive au crépuscule

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum