David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Sui Ishida, Tokyo Ghoul

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Sui Ishida, Tokyo Ghoul

Message par Albéric le Mer 9 Sep - 19:11



Ah ça, le Japon est vraiment une terre de prédilection pour la culture horrifique. Dans ce manga, Ken Kaneki était un jeune étudiant amoureux de la belle bibliophile Lise, une cliente du café L’Antique, et il est le plus heureux des hommes quand la belle gosse littéraire accepte un rendez-vous amoureux, mais celui-ci tourne au cauchemar… Tous les deux sont victimes d’un tragique accident de chantier : Lise meurt, et ses organes sont transplantés à Ken qui obtient la vie sauve pour basculer dans un autre monde, celui des goules anthropophages… Et le voici bientôt pris entre les guerres de territoires entre créatures de la nuit et les purges effectuées par les inquisiteurs-chasseurs du gouvernement ! (à moins que sa situation particulière de sang-mêlé n’en fasse le parfait médiateur pour réconcilier humains et créatures de la nuit ?)


Ce tome 1 s’attarde joliment sur la transfiguration de Ken, qui nous seulement s’aperçoit que son flirt était un prédateur et qu’il était sa proie, mais voit aussi se métamorphoser ses sens du goût et de l’odorat : une faim insatiable et contre-nature le déchire les entrailles, et ses vaine tentatives de suicide ne mène à rien du tout car il n’est déjà plus humain… Le parallèle avec La Métamorphose de Kafka est faire part l’auteur lui-même, mais on peut aussi voir l’héritage de La Mouche de David Cronenberg, le tout enrobé dans un petit un petit côté lovecraftien pas déplaisant du tout !
La mise en abîme autour du livre fictif L’Œuf de la chèvre noire est assez intéressante, la mère assassine représentant Lise et son fils tourmenté représentant Ken… Car dans la deuxième partie du tome, Ken entre en mode David Vincent (remember Les Envahisseurs) pour découvrir peu à peu le monde des goules (remember Le Modèle de Pickman !). Ken fait ainsi ses premiers pas dans un monde de ténèbres entre la dure mais altruiste Toka Kirishima et le dur et égoïste Nishiki Nishio : il ne peut plus revenir en arrière vers des humains qui le mettraient à mort pour ce qu’il est devenu, et peut difficilement se faire accepter par ses nouveaux congénères qui lui reprochent de découvrir naïvement les problèmes auxquelles ils sont confrontés depuis leur naissance.

L’ambiance sombre et malsaine est bien rendue par les dessins. Les charadesign est simple mais soigné, les arrière-plans qu’il soit détaillés ou épurés sont travaillés et pour ne rien gâcher le découpage est globalement bien réussi. Personnellement je trouve que le travaille de Sui Ishida n’est pas très soin de celui Takeshi Obata, mais en mode dark attitude ! ^^


Tout cela rappelle quand même tous trucs urban fantasy des années 1980/1990, notamment ce bon vieux World of Darkness pour ceux qui ont un peu roulé leur bosse dans le jeu de rôle, mais quand c’est bien fait on se souvient pourquoi tout cela était farci de bonnes idées à la base, et les bonnes idées sont faites pour être reprises
Ken marche dans les pas du Shin'ichi de Parasite / Kiseiju, mais tout n’est parfait pour autant :
Spoiler:
- le coup de la transplantation au motif que deux personnes sont du même groupe sanguin AB… Il a vraiment fait médecine ce chirurgien ?
- cela aurait été tellement mieux que Ken découvre que Lise n’était pas humaine après l’accident plutôt qu’avant… Mais on tombe dans le vieux dilemme hitchcockien : vaut-il mieux 15 seconde de surprise ou 15 minutes de suspens ?
- de la même manière l’univers des goules est spoilé dès de départ du coup puisque que les conséquences de leur mode d’alimentation font jour après jour la une des médias et que le Centre de Contrôle des Goules a pignon sur rue… Comment font les gens pour ne pas flipper chaque jour que Dieu fait, et pourquoi il y a encore des gens pour se balader tout seul dans la rue à point d’heure de la nuit… Dans une telle situation c’est couvre-feu direct pour tout le monde (et cela simplifierait grandement le travail des inquisiteurs chasseurs du gouvernement). C’est peut-être une allégorie de la résilience au phénomène terroriste, mais je n’y crois pas…
- les scènes d’action sont visuellement un peu fouillies dans leur mise en scène, mais ce n’est pas très grave vu que le manga ne mise pas spécialement sur l’action…

Sinon, carton jaune à Glénat qui a classé en shonen un manga d’horreur truffé de scènes gores dont le thème principal est l’anthropophagie ! C’est n’importe quoi… Alors je vois déjà par avance les puristes venir nous expliquer que les mangas shonen c’est ceux qui sont prépubliés dans les magazines shonen et les mangas seinen c’est ceux qui sont prépubliés dans les magazines seinen. Moi, je dis bullshit car il y a la jurisprudence Hokuto no Ken ! Le méga succès du Weekly Shonen Jump de l'éditeur Shueisha, a toujours vu son adaptation animée passer à la télé à des cases horaires adultes (le weekend passé 23 heures)… En France, pays de gougnafiers dont les élites ne comprennent rien du tout à la réalité, on a choisi de diffuser tout cela le mercredi après-midi à l’heure du goûter, provoquant ainsi l’ire justifiée de Familles de France et une prise de bec mémorable entre le dessinateur Tetsuo Hara et la Ministre de l’Education Nationale Ségolène Royale !

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Sui Ishida, Tokyo Ghoul

Message par Sieben le Ven 11 Sep - 16:44

Albéric a écrit:En France, pays de gougnafiers dont les élites ne comprennent rien du tout à la réalité, on a choisi de diffuser tout cela le mercredi après-midi à l’heure du goûter, provoquant ainsi l’ire justifiée de Familles de France et une prise de bec mémorable entre le dessinateur Tetsuo Hara et la Ministre de l’Education Nationale Ségolène Royale !

Grrrrrrrrr ! M'en parle pas de celle-là.    

Je crois que toute une génération de gamins nés fin des années 80 lui souhaitent mille tourments à cette foldingue pudibonde.


Sinon l'autre jour j'ai conseillé à mon frangin fan de zombie un manga tout nouveau, Crueller Than Dead qui s'il ne révolutionne pas le genre, propose des planches bien trippantes.
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Sui Ishida, Tokyo Ghoul

Message par Albéric le Sam 12 Sep - 14:37



Dans ce tome 2, Ken est en main par Mr Yohsimura le patron du café L’Antique, et en tant que serveur continue sa découverte de l’underground des goules :
- il participe à la récolte de cadavre de suicidés avec Renji Yomo pour alimenter les goules ayant renoncé à la chasse
- il se fait faire réaliser un masque par l’étrange Uta pour cacher son identité quand il passe en mode créature de la nuit
- il s’entraîne au combat par Toka qui nous en apprend davantage sur les différents types de goules et leurs caractéristiques
Mais il ne se résout toujours pas à manger de la chair humaine, donc il trompe sa faim avec des morceaux de sucre imbibés de sang…

Le suspens, l’action et l’émotion sont amenés par les « colombes », les fers de lance du Centre de Contrôle des Goules, qui sont ici représentés par l’inspecteur en chef Kureo Mado, un putain de psychopathe (déjà Mado cela veut dire sorcier en japonais… tout un programme hein !), et l’inspecteur de 1ère classe Kotaro Amon (oui, comme le dieu égyptien multiforme et comme le démon possédé par Akira Fudo dans Devilman… tout un programme hein !).
Faute de mettre la main sur la goule dénommée la Goinfre (c’est-à-dire Lize), ils se rabattent sur la famille Fueguchi qui n’a rien absolument rien à voir avec les agissements de leurs congénères criminels… Ken parvient de justesse à sauver la fille Hinami, mais ne peut absolument rien faire pour la mère Ryoko qui est décapitée sous ses yeux. Les humains peuvent être aussi cruels et impitoyable la pire des goules et la spirale de la haine se met en place : en tuant une goule innocente, les colombes sème le vent puis récolte la tempête quand par esprit de vengeance Toka assassine un inspecteur innocent… L’éternelle spirale de la haine continue de se développer !
Peut-on définir, juger et condamner toute une communauté sur les seuls actes d’une petite minorité ? (N’est-ce pas Mr Sarközy de Nagy-Bocsa et autres thuriféraires du néo-conservatisme, qui la haine en barres et la bêtise en bandoulière flirtent de plus en plus dangereusement avec les marottes populistes des Bêtes Immondes… MDM)

Bref, qu’ils soient de peur ou de plaisir le timide et réservé Ken connaît ses premiers frissons d’excitation !

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Sui Ishida, Tokyo Ghoul

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum