David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Collectif d'Auteurs, La Marque de Calth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Collectif d'Auteurs, La Marque de Calth

Message par Marv le Lun 7 Sep - 20:37


L'Hérésie est arrivée sur Calth sans le moindre signe avant-coureur. Il n'aura fallu que quelques heures aux traîtres de la XVIIe Légion pour massacrer ceux qui furent autrefois leurs frères : les fiers guerriers des Ultramarines. Maintenant, la planète est ravagée par les radiations émises par l'étoile de Veridian, et les défenseurs doivent à tout prix repousser leurs assaillants, ou se résigner à finir leurs jours dans les sombres tunnels qui parcourent les sous-sols de Calth. Cette anthologie contient une série de nouvelles par Dan Abnett, Aaron Dembski-Bowden, Rob Sanders, et d'autres. Dans la novella La Calth Qui Fut, Graham McNeill décrit la rencontre funeste qui changera la vie du capitaine Ventanus et du chapitre des Ultramarines pour les dix mille ans à suivre. La Bataille de Calth est loin d'être terminée.
avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Collectif d'Auteurs, La Marque de Calth

Message par Marv le Lun 7 Sep - 20:38

FARMACE a écrit:Salut les amis.

Je viens vers où avec une nouvelle critique pour l'Hérésie d'Horus : le recueil de nouvelles intitulé La Marque de Calth, suite plus ou moins directe (et plus ou moins "utile") à La Bataille de Calth.
Oui... ENCORE un recueil de nouvelles, et puisque le prochain tome annoncé va lui aussi concerner les Ultramarines disons qu'il y a de quoi faire la tête. Pourquoi ? Mais parce que dans l'historique de Warhammer 40000 nous savons seulement que les Ultramarines furent absents de la grande bataille finale car ils furent trop éloignés par les manigances d'Horus. Donc... Avoir un roman complet sur la façon dont ils se sont fait taper dessus par les Word Bearers j'avais envie de dire pourquoi pas mais sans plus. A ceci il faut ajouter la présence de ce Chapitre dans les romans Félon et Imperium Secundus. De fait, dans la mesure où ce Chapitre est loin d'avoir un rôle central dans les évènements de la fin, une telle présence à l'écran (façon de parler) me paraissait déjà exagérée.
Donc, quand La Marque de Calth est sorti j'ai fortement espérer trouver un point final bien détaillé et explicite sur les évènements histoire que l'on puisse ENFIN se concentrer sur l'approche du siège du Palais de Terra.

J'ai vite été déçu : en premier lieu c'est un recueil de nouvelles, encore une fois avec plusieurs auteurs différents ; en second lieu, plusieurs de ces nouvelles sont particulièrement inutiles à l'intrigue générale (pour ne pas dire toutes) ; et enfin, il est à noter que la qualité d'écriture tant dans l'intrigue que dans le style n'aura guère été au rendez-vous.
Mais il est temps de détailler tout ça donc comme le dirait ce bon vieux Odieux Connard "Spoilons mes bons !"

Donc... en premier vient "Les fragments d'Erebus", par Guy Haley.
Résumons vite et bien, ce texte nous fait revenir sur un personne qui ne m'intéresse pas, et d'avance je vous demande de bien vouloir partager ma subjectivité sur le sujet. Le fait est que je n'aime pas Erebus, non parce que c'est un vilain méchant mais parce que ce personnage ne m'a jamais apporté la moindre satisfaction en termes de réalisation ou d'évolution. Erebus est la quasi-caricature du méchant sorcier dévoré d'ambition qui sait qu'il commande en sous-main, qu'il manipule tout le monde, et que personne ne doit contester son autorité. Dans cette histoire, il fait briser la lame d'une arme-démon pour en faire forger plusieurs autres sous forme de dagues qu'il va ensuite remettre à ses "élus", autant pour les tester que pour les pousser à plus d'excellence (pour ce qui l'arrange). Nous aurons également un retour sur le passé du chapelain corrompu, une partie de son apprentissage dans les sombres arts auprès d'une puissante sorcière humaine, et ainsi l'explication à sa capacité à se téléporter partout.
Ordinaire, sans suspense ni réelle saveur, l'ambiance est la seule bonne chose dont peut se targuer cette nouvelle aussi dispensable qu'oubliable. 10/20 et je suis gentil.

En deux vient La Calth Qui Fut par Graham McNeill. Je l'ai déjà dit de nombreuses fois, c'est l'un de mes chouchous, pas la peine de revenir la-dessus. De quoi avoir à nouveau un peu d'espoir... Ou pas.
Graham McNeill fait ce qui l'arrange dans ce texte où nous suivons des survivants Ultramarines qui survivent dans le véritable gruyère souterrain qu'est le sol de Calth. Ils profitent de certains bunkers et autres dispositifs alors que les survivants Word Bearers de la riposte Ultramarine continuent de faire des méchancetés en se baladant en surface alors que le soleil de Calth est désormais radioactif car a été perturbé (je ne me rappelle vraiment plus pourquoi mais les Word Bearers lui avaient fait un truc). De fait, cela sera dit plusieurs fois dans les autres nouvelles et ce manque de cohérence interne est un mauvais point. En substance, les Word Bearers ont récupéré des armes atomiques dont ils se servent pour faire exploser les foyers souterrains des survivants loyalistes, et disons le tout net, nous suivrons l'action héroïque d'une défense épique très hollywoodienne dans sa façon d'être traitée par l'auteur. Graham McNeill nous donne de l'action dantesque ayant au moins le mérite d'être toujours aussi visuelle et distrayante, même si on est tenté de dire (en souriant) "il en fait trop le bougre !". Je ne donne pas la fin, mais une note de 13/20 pour une histoire pas franchement utile qui m'a vaguement laissé sur ma faim.

En trois vient Cœur Sombre par Anthony Reynolds.
Je sais que cela peut surprendre, mais voici un état de fait sur cette nouvelle : je n'en ai pas le moindre souvenir. Pourtant j'ai bien lu le recueil dans son ensemble, et le fait est que j'ai oublié l'intégralité de cette histoire. Intrigue globale, mise en scène, personnages impliqués... Absolument rien ne me revient. Avais-je la tête ailleurs au moment de la lecture ? Je ne saurais le dire, mais il me semble qu'une nouvelle aussi littéralement oubliable mérite son zéro pointé, car cela fait plusieurs dizaines de minutes que fais des recherches et que rien, absolument RIEN ne me revient sur cette histoire. Je lui met donc 0/20, car un truc qui sort si facilement de la tête ne vaut probablement pas la peine d'être lu ; veuillez toutefois noter que c'est à travers un prisme extrêmement personnel et subjectif que je me permet de porter ce jugement.

Suit Le Voyageur de David Annandale.
Histoire longue, très longue, dont la seule et unique qualité sera son ambiance, pour laquelle j'admets volontiers qu'elle est réussie et très bien posée. Dans l'un des foyers souterrains où les survivants tentent de s'organiser, un homme est victimes de voix dans sa tête. Persuadé de pouvoir "détecter" les traîtres, nous suivrons donc cette histoire ayant pour thème la possession. Potentiellement très prévisible et toujours aussi "inutile" à l'intrigue, cette nouvelle frustrante n'est pas mal écrite mais me laisse une fois de plus sur une énorme impression de vide. L'Hérésie d'Horus n'avance pas et ça m'énerve. Le passé de personnages connus n'avance pas et ça m'énerve aussi... Me lassant de plus en plus de ces histoires "bonus" c'est uniquement par frustration et effet ras-le-bol que je lui met un 10/20 peut-être sévère mais qui ne vient pas de nulle part.

Des ténèbres plus profondes de Rob Sanders est celle qui suit et étant donné mon état d'esprit à ce stade de lecture ça a intérêt à être bon s'il ne veut pas faire les frais d'un lecteur frustré...
Donc... Nous suivons ce coup-ci d'autres Ultramarines qui œuvrent à assurer la sécurité de leur zone, notamment en recherchant un chef ennemi particulièrement retors et fuyant comme une anguille. Il s'avèrera qu'au cœur d'un souterrain caché se trouve une menace bien plus grande et aussi bien plus inattendue. Bon... Soyons honnête, il s'agit d'un "hommage" (plagiat) au mythe de la Méduse et de Persée, et si cette réécriture est intelligemment menée, l'ambiance sombre posée, et la chute attendue sans être prévisible à la virgule près, les qualités du texte continuent de rester faibles face à ce constat : cette nouvelle est accessoire et encore une fois "inutile" pour les mêmes raisons que celles évoquées précédemment. 13/20, mais la frustration reste.

La Guerre Souterraine par Aaron Dembsky Bowden est la suivante.
Nous sommes placés du point de vue d'un Word Bearer possédé et le texte nous fait explorer plus avant les relations entre hôtes et démons, chose moyennement utile dans le sens où le personnage d'Argel Tal avait déjà parfaitement rempli ce rôle. Le personnage ici présent a le mérite d'être attachant, oui, un mec dans le camp des "méchants" et possédé qui plus est, est pour ainsi dire réussi dans le sens où il a des qualités concernant l'attachement au souvenir des morts de sa légion. Profondément honorable, nous suivons son périple sanglant pour une fin surprenante et intelligente. Seul réel bémol : un style littéraire efficace mais sans réel charme, le tout pour une histoire ne faisant pas avancer l'Hérésie au sens global d'un iota. Selon le point de vue du lecteur cette nouvelle pourra donc être au choix, une bonne distraction sympathique, ou une perte de temps pure et simple. Je lui donne personnellement un 14/20 que j'estime mérité.

La suivante est Athame de John French.
Très originale. Nous voici du point de vue d'une arme démon ! Et oui ! Depuis sa création, en suivant ses divers possesseurs et leurs trépas respectifs, parfois précipités par l'athamé lui-même. C'est tout un parcours au sein des sombres arts qui est montré ici, et si je n'ai jamais été passionné par cette histoire je lui reconnait des qualités certaine et un réel intérêt stylistique. 14/20 mérité.
Nous terminons avec Sans Repères de Dan Abnett

Enfin... ENFIN on retrouve un personnage intéressant ne se contentant pas de tenter de survivre mais ayant au moins une petite ouverture sur d'autres histoires futures hors Calth ! Oll Person, immortel de son état, déjà abordé pendant La Bataille de Calth et brièvement cité dans Imperium Secundus ; guide son petit groupe de survivants à travers plusieurs lieux mais également époques, grâce à une mystérieuse dague récupérée sur le champ de bataille et dont il comprend bien vite son lien avec le Warp. Poursuivis par un démon, les personnes qui le suivent n'ont d'autre choix que de se rendre à son jugement pour les guider, comprenant qu'il n'est pas une personne ordinaire.
Intéressante de bout en bout, quoique usant de ficelles un peu grosses (notamment dans le dénouement), cette nouvelle nous permet de sortir de Calth et ça fait un bien fou tant cette foutue planète est oppressante. (Dommage que les Word Bearers ne l'aient pas anéantie, tiens, ça nous aurait fait des vacances). Toujours est-il que Dan Abnett nous donne ici un récit efficace dont il a le secret, facile à lire et plutôt agréable. 15/20 peut-être dû à un excès d'enthousiasme du fait que nous nous barrons joyeusement de Calth pour, par pitié, ne plus y foutre les pieds !

En conclusion, si les nouvelles de ce recueil ne sont pas forcément abominables à lire individuellement, l'ensemble est porteur d'un atroce et permanent sentiment de frustration dû au fait que l'histoire globale n'avance pas. Ce recueil entier si l'on excepte son dernier morceau est totalement dispensable, pour ne pas dire complètement inutile. Cette lecture est une méthode manifeste pour gagner (ou perdre ?) du temps afin de faire couler de l'encre et vendre du papier, et pendant ce temps le siège du Palais de Terra n'est pas prêt d'arriver. On est en droit de pousser un bon gros coup de gueule contre la Black Library qui n'en a manifestement pas grand-chose à faire tant que ça se vend. Un coup de chance que celui-ci m'ait été prêté...
J'accorde donc à ce recueil une moyenne de 11/20 et ne conseille à personne de le lire à moins de n'avoir rien d'autre sous la main.
L'idée que la prochaine sortie porte encore sur les Ultramarines m'énerve d'avance et je vais donc consacrer mes deux prochaines critiques à autre chose que du Black Library, qu'on se le dise.
En attendant je vous souhaite une bonne soirée et vous dis à vous les studios !




Postée sur la page Facebook le 07 septembre 2015

https://www.facebook.com/DavidGemmellForum/photos/a.616595548353355.1073741828.616325145047062/1080629995283239/?l=28b2506ef0
avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum