David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Yoshiki Tanaka, Les Chroniques d'Arslan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Yoshiki Tanaka, Les Chroniques d'Arslan

Message par Albéric le Sam 6 Juin - 12:51


Résumé du recueil 1 :
Suite à une trahison, l'armée du royaume de Parse est défaite par ses ennemis traditionnels, les Lusitaniens. Seuls le jeune Arslân, l'héritier du trône, Daryun, un général demeuré fidèle et Narsasse un ex-stratège militaire retiré dans la campagne avec son disciple Eram parviennent à s'enfuir. Ils seront bientôt rejoints par Guibu, un musicien errant, Alfrid, l'héritière du pays des voleurs qui s'est entichée de Narsasse, et la magnifique Farangis, prêtresse dévouée dès sa naissance à la protection d'Arslan.
Décidé à reconquérir le trône, Arslân et ses amis devront se battre contre celui qui s'est proclamé seul héritier légitime : Hirumes, le Chevalier au Masque d'argent. Ainsi débute une longue et pénible lutte pour Arslân, ce jeune homme de 14 ans n'aimant pas la guerre mais qui va chercher à libérer son pays de l’esclavage et à briser le carcan de l'aristocratie…



Ce tome 1 des Chroniques d’Arslan, évidement inachevées puisque l’éditeur Calmann-lévy arrêtait 60% des séries qu’il lançait avant de passer la main à Orbit qui qu’a guère fait mieux depuis, est un recueil qui compile les deux premiers volumes de la saga, à savoir La Capitale en feu (Ôto enjô) et Les Deux Princes (Âji Futari), agrémentés d’une fort jolie carte et d’une demi-douzaine d’illustrations de qualité, mais non créditées… L’auteur Yoshiki Tanaka puise son idée de base dans la légende populaire persane Amir Arsalan-e Namdar : le prince Arslân doit reconquérir son pays et son trône occupés par des envahisseurs occidentaux. Il fallait que se soit un écrivain japonais qui s’y colle, car à force de reprendre tels quels les discours suprématistes des Anciens, tous les peuples à l’est de la Mer Égée sont complètement déconsidérés, et les rares auteurs français qui se sont frottés au sujet se sont fait taxer d’orientalisme de bazar et d’exotisme de pacotille par les commissaires littéraires habituels…

Le worldbuilding suit un peu la méthodologie d’un Guy Gavriel Kay. Nous sommes dans une quasi uchronie avec ce royaume de Parse qui est une version fantasmée de l’Iran médiéval : la Péninsule arabique n’a jamais existé, l’Islam n’est jamais né, la Perse est toujours zoroastrienne et domine non seulement le Moyen-Orient, mais aussi les routes de la soie appelées ici « Grande Route transcontinentale ».
- la Lusitanie, est l’occident chrétien avec ses croisés violents venus apporter le fer, le feu et le sang…
- le Maryam, c’est l’Empire Byzantin, trahi par ses coreligionnaires occidentaux en 1204
- le Mithre, c’est l’Egypte mamelouke
- le Sindora, c’est le sous-continent indien
- le Shelku, c’est l’Asie centrale turque
- le Turan, c’est le monde de la steppe

Livre 1 épisode 1 : La bataille d’Atropathènes
Spoiler:
Après une rapide présentation des personnages principaux, l’armée parse se lance à l’assaut de l’envahisseur lusitanien sur la vaste plaine embrumée d’Atropathènes… La magie, la traîtrise et le feu ont raison de la bravoure et de la vaillance des cavaliers parses. Le brave Dariûn traverse les lignes ennemies pour sauver le prince Arslân, tandis que son oncle Valphreze perd la vie en essayant de protéger le roi Androgoras III de sa Némésis au masque d’argent…

Livre 1 épisode 2 : Le mont Bashur
Spoiler:
Dariûn conduit le prince Arslân chez son vieil ami Narsus, autrefois premier secrétaire du roi, mais aujourd’hui banni de la cour pour ses idées progressistes. Il essaie de lui forcer la main, mais c’est le prince qui le persuade de rejoindre leur cause en lui promettant devenir le peintre officiel de sa cour une fois la victoire acquise. Arslân, Dariûn, Narsus et son disciple Elam sont donc en cavale dans la montagne pour échapper aux traqueurs de Kahlahn…

Livre 1 épisode 3 : La capitale en flamme
Spoiler:
Aux mépris des pertes humaines, les Lusitaniens s’acharnent à prendre d’assaut les remparts de la capitale parse peuplée d’un million d’âme. Tandis que la reine, ses ministres et les généraux Sahm et Garshâsq organisent la résistance, Masque d’argent ouvre les portes de la ville à l’ennemi en passant par de secrets souterrains. Le troubadour bretteur Ghîb n’aura même pas l’occasion de défendre la cause parse puisque que l’opération kagemusha de la reine fait long feu… mais il sauvera l’honneur en châtiant moult envahisseurs lusitaniens !

Livre 1 épisode 4 : Les belles et les bêtes
Spoiler:
Tandis que le roi lusitanien Innocent VII tombe sous le charme de la reine Tahaminé, Ghîb fait la rencontre de Faranghîs, prêtresse de Mithra chassée de son temple par ses consœurs jalouses de sa beauté et de ses compétences martiales, qui a juré de bouter l’envahisseur lusitanien hors des frontières du royaume parse… ^^

Livre 1 épisode 5 : L’héritier du trône
Spoiler:
Tandis que l’archevêque Bodin prend son pied en multipliant massacre et autodafés, Dariûn et Narsus sont en infiltration à Ecbatâna quand ils tombent nez-à-nez sur Masque d’argent… dont on apprend la véritable identité. Révélations de ouf !

Livre 2 épisode 1 : La citadelle de Kashân
Spoiler:
Quelques éléments sur la cabales des mages noirs et sur les menaces sur la frontière orientale, mais le gros du récit se concentre sur la vigilance de Dariûn et Narsus qui déjoue le guet apens dressé par le traître Hodeyr qui souhaite activement collaborer avec l’occupant.

Livre 2 épisode 2 : Dans la Cité Etrange
Spoiler:
Un chapitre dans la grande tradition de la fantasy à intrigues entre la cabale des mages noirs, les dissensions des chefs lusitaniens et les intrigues de Masque d’argent pour rallier à sa cause tel ou tel marzbâhn parse !

Livre 2 épisode 3 : Sur la route pour Peshawar
Spoiler:
Pour rejoindre les marzbâhns de la frontière orientale, nos héros rebelles se divise en trois groupes : Narsus en solo va faire la rencontre de la belle et jeune Afrîd, les fiers Dariûn et Faranghîs en duo vont donner du fil à retordre aux sbires de Masque d’argent, Ghîb va devoir chaperonner les jeunes Arslân et Elam… Tous nous offrent de bons moments de cape et d’épée !

Livre 2 épisode 4 : Scission et retrouvailles
Spoiler:
La tension monte d’un cran entre pragmatiques et fanatiques au sein des envahisseurs lusitaniens : Giscard et Bodin jouent au game of thrones et mal leur en prend ! Ecbatâna est une poudrière, à laquelle l’assassinat du grand maître des Templiers Hildigo met le feu aux poudres… C’est maintenant aux envahisseurs de connaître les affres de la division !^^
Pendant ce temps, nos héros échappent à la nasse dressée par Masque d’argent et Zandé et finissent pas se retrouver.

Livre 2 épisode 5 : Les deux princes
Spoiler:
Nos héros ont enfin réussi à rejoindre les marches orientales (qui a dit Fondcombe ? ^^). Mais Masque d’argent tente le tout pour le tout… Mine de rien, nouvelles révélations de ouf !

Ah ça, on est dans la fantasy classique avec son groupe de héros d’âges, de sexes et d’origines sociales différentes, mais aussi avec ses codes propres et ses valeurs positives traditionnelles ! Et quoi de plus normal puisqu’on pioche dans les légendes orientales et les mythes indo-européennes… On est donc dans les archétypes universels, appelé lourds clichés par les commissaires littéraires dont nous ne citerons pas les noms ici par pure charité chrétienne… ^^

Présentons donc maintenant les héros de la saga :
- Arslân, fils d’un roi vaillant mais brutal qui a été jusqu’à ravir son épouse à un rival, élevé dans une famille modeste, prince humaniste et progressiste, promis à une grande destinée à commencer par unifier le royaume, le libérer de l’envahisseur barbare et à fonder un nouvel ordre de chevalerie grâce à une épée légendaire emprisonnée dans la pierre… Cela ne vous rappelle rien ? C’est Arthur Pendragon, version orientale ! Mais c’est d’abord et surtout un nouvel avatar du héros aux mille et un visages…
(encore que, j’ai avancé dans la saga et il s’instaure une relation Philippe / Alexandre entre le père conservateur et le fils progressiste… je me demande quelles sont les visions iraniennes du mythe d’Alexandre le Grand ?)
Comme d’habitude le héros adolescent fait bien pâle figure comparé à ses charismatiques compagnons de route, mais ce dernier est bien conscient d’être la cinquième roue du carrosse et il lui tarde de tout faire pour mériter la loyauté de ses amis…
- Darîun, le brave des braves, adroit et courageux, galant et vaillant, sans peur et sans reproches, humble et modeste, loyal à son souverain jusqu’à la mort… bref un parangon de chevalerie. Cela ne vous rappelle rien ? C’est Lancelot du Lac, version orientale ! (ah, on me souffle dans l’oreille qu’il serait inspiré d’un héros du Heïke Monogatari, classique parmi les classiques de la littérature japonaise)
- Narsus, fils bâtard ayant hérité d’une fortune et d’une titre par un caprice de Dame Fortune, tri classé artiste / courtisan / guerrier, emprunte autant à l’Ivanhoé de Sir Walter Scott, par sa volonté de défendre les petits gens contre les caprices des puissants, qu’au Littlefinguer de GRR Martin, par son intelligence machiavélique et son sens de l’humour volontiers sarcastique (ah, on me souffle dans l’oreille qu’il serait inspiré d’un héros du Genji monogatari, classique parmi les classiques de la littérature japonaise)
- Ghîb, ménestrel volage et cambrioleur séducteur qui m’a rappelé aux bons souvenirs de Sieben et Jarek Mace de David Gemmell, mais comme ces personnages empruntent tellement à ce bon vieux Robin des Bois… encore que, l’auteur a vraisemblablement pris pour modèles les bandits chevaliers qui parsèment les romans historiques chinois !
- Faranghîs, la prêtresse guerrière de Mithra qui parle aux djinns, beauté et archère d’exception qui fait tourner les têtes mais qui sait garder la sienne froide en toutes circonstances… C’est un avatar de la légendaire onna musha Tomoe Gozen !!!
A cette dream-team, il faut ajouter le jeune affranchi à la peau noire Elam, la jeune voleuse anarchiste Afrîd qui se pique de devenir l’épouse de Narsus le noble déchu, mais aussi Kishwahd le général des marches orientales aux deux glaives…
Et puis de non-dits en sous-entendus entre Dariûn le sérieux et Narsus le facétieux, entre Arslân de haute extraction aux traits délicats et Elam de basse extraction qui se travesti en fille pour espionner l’ennemi, entre Ghîb le bouillant et Faranghîs la froide… Oh là, cela pourrait vite partir en feux de l’amour plus ou moins yaoi ! D’ailleurs les animateurs ne s’y sont pas trompés puisqu’ils ont offert un magnifique charadesign androgyne à l’intégralité des personnages… ^^

Comme vous le voyez le dramatis personae est super sympa, et les bad guys ne sont pas en reste !
- Masque d’argent le tourmenté, fier et orgueilleux, haineux mais classieux, est une véritable figure de tragédie antique
- Innocent VII le roi-moine est fasciné par Tahaminé la femme fatale dont la beauté a déjà fait tourner la tête de quatre souverains (d’ailleurs bien mystérieuse est la reine Tahaminé… est-elle une émule d’Igerne, de Guenièvre, ou de Morgane ?)
- le pragmatique Giscard s’oppose au fanatique Bodin
- et on tease sur le mystérieux gourou des sept mages noirs
Car oui il y a une structure scénaristique pyramidale avec les tribulations des rebelles, les intrigues des puissants et le complot des adorateurs de Zahâk, Sa Majesté des Serpents qui attend son heure enfermé sous le sinistre mont Damavand (oui ! l’ancien volcan aujourd’hui point culminant de l’Iran ! ^^).
Un méchant millénaire, une prophétie et une épée magique… tous les chouettes classiques de la fantasy classique, mais tout cela ce n’est pas pour tout de suite ! ^^
J’ai eu un peu peur au début avec ces envahisseurs occidentaux, fanatiques et impérialistes, surtout avec un naming hispanisant. Mais une fois qu’on a compris que l’auteur pioche ses personnages dans l’Espagne de la Reconquista et dans l’Orient des croisades, ça va beaucoup mieux (les généraux Baudouin et Montferrat, l’ambitieux Guiscard et l’indécis Innocent VII ont pour modèle des personnages historiques bien connus). Et puis avec ces discours sur les crimes de guerre, sur les crimes contre l’humanité, sur la colonisation forcenée et sur l’acculturation forcée… que veut dénoncer l’auteur : l’Occident colonialiste de la 1ère moitié du XXe siècle ou le Japon impérialiste de la 1ère moitié du XXe siècle ? Allez savoir…
Dans tous les cas, le mangaka Kentaro Miura a rendu hommage à cette saga dans son Berserk, avec la princesse Charlotte du royaume occidental du Midland devant reconquérir ses terres et son trône occupés par les Kuhsans, des envahisseurs orientaux fanatiques et impérialistes ressemblant un peu beaucoup aux Parses de Yoshiki Tanaka... ^^

La traduction à quatre mains de Jacques Lalloz et Rodolphe Massé est soignée. Elle nous régale de « billevesées », « frocards », « croquants », « nonobstant », « pharisaïsme », « pandémonium » et autres « malepeste »… Mais au-delà de la barrière de langue et de la culture, le principal reproche que je puisse faire à l’œuvre, c’est qu’il est assez déstabilisant, surtout au début, de passer sans transition de l’emphase des romans de chevaleries ou des romans courtois, pleine d’éclairs d’argent, d’étincelles jaillissantes et de grandes déclaration de sentiments, à la bonne humeur et à l’humour de dialogues très animes / mangas / séries télés. De la même manière on alterne fantasy à intrigues, qui ici n’a pas grand chose rien à envier aux classiques du genre, et roman feuilleton d’aventure plein de cavales, de traques, de duels, d’embuscades, de révélations et de retournement de situation, héros et vilains s’affrontant à plusieurs reprises pour que nous lecteurs sachions bien combien ils sont braves et valeureux !
On retrouve l’humour de la Belgariade et la Mallorée de David Eddings. J’ai ainsi aimé quand les réformes abolitionnistes des héros se heurtent à la volonté des esclaves de le rester, ces derniers préférant être logis et nourris plutôt que de devoir se prendre en main et être confrontés aux conséquences de leurs propres décisions, ou quand ils doivent ronger leur frein quant à leurs réformes démocratiques pour ne pas choquer l’establishment résistant, ou quand Narsus pète un câble devant Masque d’argent qui le traite de barbouilleur de toile, ou quand Narsus d’habitude si sûr de lui se retrouve chèvre face aux avance de la jeune et sémillante Afrîd… ^^
Mais ici cette bonne humeur est expurgé des dizaines et des dizaines de pages dédiés aux corvées de latrines, à la mise en place du feu camp, à la popote et à la tambouille car on avance par petites ellipses d’épisode en épisode…
Les auteurs et les éditeurs japonais ont oubliés d’être cons, eux, car ils se sont calés sur les modes de vie et de lecture de leurs concitoyens. La majorité des japonais lisant durant leurs 3 heures quotidiennes passés dans les transports en commun, les livres sont donc conçus pour être lus facilement, avec un faible nombre de page et une structuration en épisodes pour en dynamiser le rythme. Au Pays du Soleil Levant, la littérature de gare est considérée comme noble, alors qu’en France le qualificatif « de gare » est péjoratif voire méprisant (comme ses réalisateurs de films qui montrent leur ouverture d’esprit en prenant de haut les réalisateurs de séries). Au Japon on lit plus, mais alors beaucoup plus qu’en France, ceci explique peut-être cela… VDM


Ce qui est vraiment cool, c’est que comme l’auteur puise dans les archétypes universels, on peut imaginer indifféremment les personnages comme des samouraïs de chambara, comme des artistes martiaux de wuxia, comme des guerriers indiens, comme des cavaliers iraniens, ou comme des chevaliers de cape et d’épée. Toutes les lectures sont possibles et tous les amateurs d’aventure peuvent s’y retrouver : amis néophytes et easy readers, aficionados d’heroic fantasy mainstream, amateurs d’animes et de manga, allez-y sans crainte… et un jour si vous avez kiffé les Chroniques de la Guerre de Lodoss, foncez !

Personnellement, je ne pouvais que je me prendre au jeu de cette fantasy japonaise puisque j’étais prédestiné à kiffé l’intégralité de ses composants et de ses références. C’est donc avec plaisir que je vais découvrir la suite de cette saga, avec la guerre civile sindôrane, la bataille des champions, l’année des quatre rois et le complot des mages noirs… Mais sous d’autres médias car la saga littéraire reste inachevée en France (et est toujours en cours au Japon ^^), l’œuvre a été adaptée en manga et en anime de qualité. D’ailleurs la mangaka Hiromu Arakawa, l’auteure de Fullmetal Alchemist et Silver Spoon, a relancé la franchise en 2013 !

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum