David Gemmel
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.

Jean-Luc Istin, Les Maître inquisiteurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Jean-Luc Istin, Les Maître inquisiteurs

Message par Albéric le Sam 4 Avr - 8:06


Chers amis fans de bande dessinée et de fantasy, je suis au regret de vous annoncer que Les Maîtres inquisiteurs sont une chouette série de plus à suivre, car réalisée par la même équipe qui nous a offert la saga Elfes et qui nous prépare la saga Nains. Et décidément ces Maîtres Inquisiteurs qualifiés de mages justiciers ressemblent furieusement à des super-héros !

Une fois de plus la fantasy française assume pleinement ses héritages rôlistiques avec un background de bon aloi. Cette série se déroule dans le monde secondaire d’Oscitan, longtemps déchiré par une guerre totale entre elfes, humains, nains et géants. Au fond du gouffre les mages décidèrent de s’impliquer pleinement en œuvrant au retour de la paix, par tous les moyens s’il le fallait. Aujourd’hui les deux empires du mage empereur et de la mage impératrice dirigent les maisons des Tyrs, des Ashinns, des Mannlander, des Mokhans,des Shakars et de la Confrérie Royale des Chênes, assistés par l’inquisition et ses cinquante mages justiciers, appelés maîtres inquisiteurs, qui essaye de faire régner la paix et la justice aux quatre coins du monde. Un Judge Dredd fantasy : mais quelle idée coolissime !

Toutefois comme toutes les série qui veulent miser sur background et worldbuilding sans encore avoir le temps voire les moyens de les installer, on entre de plein pied dans univers et de prendre encours de route une série au long cours… je gage qu’au fil des tomes, cette sensation s’estompera.


Dernière édition par Albéric le Sam 6 Juin - 7:40, édité 3 fois

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Les Maître inquisiteurs

Message par Albéric le Sam 4 Avr - 8:12


Résumé du tome 1 : Obeyron
S'il est une chose qu'a réussi le mage dans la grande guerre qui a ravagé le monde d'Oscitan, c'est provoquer la haine, la méfiance, la peur, le mépris, la discorde et beaucoup d'autre nobles sentiments. Devenu Maître-Inquisiteur après le conflit afin de lutter contre le crime, Obeyron n'obéit qu'à une seule maîtresse, la justice. Jusqu'à sa dernière mission dans la lointaine forêt des Soupirs, où on l'a piégé et laissé pour mort. Seulement, voilà, on ne tue pas un Inquisiteur si aisément. Et Obeyron est bien décidé à enquêter sur sa propre mort.


Pour inaugurer le cycle, quoi de mieux que le tandem Peru / Goux qui nous avait déjà offert le bon Mjöllnir ? ^^

C’est aux lendemains de l'interminable guerre, que dans la ville d’Ares, siège de l’Inquisition, nous faisons connaissance avec le mage justicier Obeyron, présumé mort en mission dans la Péninsule des Soupirs quarante ans auparavant, et désormais en quête de réponses et de vengeance. Questionnant au poing ou au couteau ses anciens ennemis et adversaires, le maître inquisiteur souhaite savoir qui a commandité son meurtre, celui de son ami elfe I’Jaren, et ceux de tous les membres du convoi de pionniers qui les avaient accompagné dans leur mission d’exploration. Et les suspects sont légions : le roi Charles, Aran la pourriture carriériste, Hypnares le commandant raciste, Hen’gonar l’officier sadique, Guimeod le cartographe corrompu, Achylein, le capitaine de la cavalerie, Louteran le grand archiviste, les maquereaux exploitants d’enfants Gearsen, le baron des voleurs…
La narration aux petits oignons d’Olivier Peru alterne présent et passée : au fur et à mesure de l’avancée de l’enquête, nous découvrions qui était Obeyron, ce qui lui est arrivé, et ce qu’il est en train de devenir…
Spoiler:
Car le Maître inquisiteur qui disposait du pouvoir le plus faible (créer temporairement des doubles de lui-même, un peu comme Jamie Madrox l’homme multiple du marvelverse),
dispose peut-être maintenant du pouvoir le plus fort (créer durablement toute forme de vie déjà rencontrée).
Et au final, l’ambigüité est maintenue de la première à la dernière page sur plusieurs points : I’Jaren est-il réellement un fantôme, une manifestation du nouveau pouvoir d’Obeyron ou un symptôme de sa folie ? Le peuple des racines existe-il réellement, ou est-il une manifestation de son pouvoir ou un autre symptôme de sa folie ?...

Les dessins de Pierre Denis Goux sont assez réussis avec une ambiance sombre, des personnages tous identifiables et expressifs, des arrière-plans travaillés, un cadrage et une mise en scène soignés. Et pour ne rien gâcher les couleurs de Digikore Studios sont à l’avenant, mieux elles nous offrent des visuels différentes pour la narration au présent et la narration du passé ! Bref, on est vraiment dans le haute du panier des productions Soleil. Je ne connais pas assez Servitude pour être catégorique, mais il m’a semblé qu’on lorgnait un peu sur la série de Fabrice David et d’Eric Bourgier.


Derrière une sombre histoire de vengeance, Olivier Peru nous raconte une belle histoire d’amitié… Vu que je suis presque sûr qu’il y a un peu du scénariste derrière l’elfe I’Jaren, y a-t-il un peu du dessinateur derrière le mage Obeyreon ? blink
Vite la suite avec l’histoire du Maître Sasmaël ! ^^
Ce tome 1 est loin d’apporter toutes les réponses, se payant même de faire du foreshadowing sur l’opposition entre mages et sorciers avant de conclure sur un bon petit cliffhanger des familles appelant un « To Be Continued ».
Vite la suite avec l’histoire du mage justicier Sasmaël ! ^^

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Les Maître inquisiteurs

Message par Sieben le Sam 4 Avr - 11:36

Mmmmh intéressant. J'ai remarqué sa sortie dernièrement mais je me suis même pas arrêté pour la feuilleter. Je me méfie des séries d'Oliver (Olivier ? Oliver ?) Peru qui ressasse la même chose en fantasy. Mjollnïr c'était pas mal malgré certains passages pas très crédibles, mais la conception graphique surtout ne m'avez pas emballé. Mais un Judge Dredd fantasy ça pourrait être sympa. Je feuilletterais ça à l'occasion.

Albéric a écrit:Toutefois comme toutes les série qui veulent miser sur background et worldbuilding sans encore avoir le temps voire les moyens de les installer, on entre de plein pied dans univers et de prendre encours de route une série au long cours…

Comme sur Servitude donc. Toujours du mal avec ces BD fantasy qui sont écrites comme des romans alors qu'il n'y a pas la place dans une BD. Sans tronçonner le scénario, il faut faire des choix, couper, alléger le scénar pour qu'il tienne dans le format BD car il s'agit d'un média différent. Quand on adapte un roman en film on ne le raconte pas de la même façon. Les scénaristes qui ne comprennent pas que c'est le même procédé en BD n'ont rien compris sur comment on écrit une BD. Servitude c'est bien mais ils veulent trop en dire. Sur les Maitres Inquisiteurs je verrai. Sympa la critique.

Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Les Maître inquisiteurs

Message par Albéric le Sam 4 Avr - 11:47

Sieben a écrit:Toujours du mal avec ces BD fantasy qui sont écrites comme des romans alors qu'il n'y a pas la place dans une BD. Sans tronçonner le scénario, il faut faire des choix, couper, alléger le scénar pour qu'il tienne dans le format BD car il s'agit d'un média différent. Quand on adapte un roman en film on ne le raconte pas de la même façon.
Oui mais non. L'histoire tiens ici très bien en 1 tome, Olivier Peru maîtrisant le format du one-shot. C'est juste que l'univers a l'air assez riche, et que cette richesse n'est pas facile en 1 seul tome à appréhender d'un côté, à exploiter d'un autre côté.

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Les Maître inquisiteurs

Message par Albéric le Sam 6 Juin - 7:48


Résumé du tome 2 : Sasmaël
Au nord de l'Ardaigne, dans la cité de Destrion, un fou-furieux a massacré tous les occupants d'un palais appartenant à la puissante famille de Tyr. Le forcené a finalement été arrêté par le maître des lieux, le prince Bran de Tyr, mais ce dernier a également succombé à ses blessures. Pour le Maître inquisiteur Sasmaël, il pourrait s'agir dune enquête parmi tant d'autres qui ont émaillées sa longue vie... pourtant ce n'est pas le cas ! L'assassin n'est autre que son ancien mentor, le vénérable et très intègre Maître inquisiteur Fendraël. Pour Sasmaël le temps est compté sil veut innocenter son vieux compagnon et ainsi sauver l'avenir politique de l'Inquisition. Lors de l'autopsie, il découvre que Fendraël a été drogué, que son esprit a été corrompu. Avec laide de son elfe Lotweën il remontera la piste des véritables coupables jusqu'à Vieilles-Forges, une cité industrielle au coeur d'un trafic d'armes avec les clans Mannlander du Sud du Gottland. Une guerre semble se préparer... Et l'Ordre des Maîtres inquisiteurs pourrait bien être impliqué...


Avec Oliver Peru remplacé par Nicolas Jarry, c’est un habitué de la maison Soleil qui succède à un autre habitué de la maison Soleil…. Et seuls qui connaissent bien ce dernier reconnaitront facilement ses diatribes habituelles contre les force occultes de la crevardise ! (auxquelles je souscris, cela va sans dire ^^)
Comme annoncé dans la dernière page du tome 1, la série continue avec l’enquête du mage justicier Sasmaël, qui peut faire pleuvoir la foudre sur ses adversaires (du moins tant que son corps et son cœur supporte la douleur… Tiens, on dirait Adolf Reinhardt du manga Terra Formars ^^). Dans son travail, il est assisté de la belle mais mortelle elfe Lotweën, qui lui porte de tendres sentiments auxquels il se refuse à répondre. Bon, à chaque tome on va associer un Maître Inquisiteur et son auxiliaire elfique, mais du coup ça amoindrit la belle histoire d’amitié développée dans le tome 1 entre Obeyron et I’Jaren…
Tous les deux on la rude tâche d’enquêter à Destrion sur le massacre proférer par l’un des leurs sur un prince de la Maison Tyr. L’autopsie montre que Fendraël, l’ancien maître de Sasmaël, a été transformé en machine à tuer par l’absinthe pourpre, une drogue alchimique rarissime qui permet de modeler la chair et la psyché comme de l’argile. Rapidement, ils poursuivent leurs investigations dans la cité forge de Noire-Fumée, une enclave naine en territoire ardaigne qui semble être la plaque tournante d’un trafic d’armes d’envergure mondiale…
Spoiler:
avant de tomber dans un traquenard de derrière les fagots. C’est alors que Djoëndal, le compagnon elfique de Fendraël, se porte à leur rescousse. Mais soumis au sombre pouvoir de l’absinthe pourpre, ce dernier a été transformé en créature monstrueuse avide de chaire fraîche qui réapparaît à chaque pleine lune (remember la créature du film Relic de Peter Hyams réalisé en 1997)…
Rivalité ou collaboration entre les Maîtres Inquisiteurs et la Confrérie Solaire (allégorie de la Franc-maçonnerie, de la Scientologie ou du Temple Solaire ? la question est posée !), trafic en tous genres entre les maisons Tyr et Ashinn, mystérieux comploteurs experts en alchimie et en sorcellerie… C’est dans un tourbillon d’intrigues !

Les dessins de l’italien Paolo Del Plano sont plaisant dans le mélange des genres bandes dessinées / comics si cher aux éditions Soleil. On peut faire les liens avec d’autres dessinateurs italiens des écuries Soleil et Delcourt, donc il existe bel et bien une école italienne en ce domaine. Mais le niveau moyen de la bande dessinée a sacrément augmenté ses dernières années, donc je suis un peu resté sur ma fin : palette d’expressions pas assez diversifiée, découpage un peu trop classique et surtout sans prise de risque, travail sur les couleurs en deçà de leurs capacité de Digikore studios… Plein de petits trucs qui m’ont empêché de m’enthousiasmer. Pire, j’ai même un peu peur que le classicisme du truc ne penche en faveur d’un vieillissement prématuré des graphismes….

Alors qu’on nous annonce l’enquête de Nikolaï en tome 3, la dernière page annonce l’enquête d’Aronn… Qui vivra verra ! allez hop 3,5/5 pour cet opus

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Les Maître inquisiteurs

Message par Sieben le Dim 14 Juin - 14:30

Un tome 2 pas à la hauteur du premier, en partie dû au changement d'auteurs si je comprends bien en gros. Pourquoi ne suis-je pas étonné ? Je fuis les séries qui changent de team à chaque album. Je sais que c'est pour enchaîner les albums et permettre aux lecteurs de piocher les albums qui leur plaise et laisser de côté ceux auxquels ils n'accrochent pas mais je n'aime pas cette pratique commerciale. On rentre vraiment dans la BD comme produit purement commercial et non comme œuvre d'un artiste qui s'est cassé le cul pour sortir son histoire.
'fin bon, je radote, moi la team des scénaristes de Soleil je les regarde de travers maintenant. On veut voir du sang neuf.

Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Les Maître inquisiteurs

Message par Albéric le Dim 14 Juin - 15:46

Non, il n'est pas pas à la hauteur du premier, c'est juste qu'on change de ton dans l'histoire et les graphismes donc je n'ai pas retrouvé dans le tome 2 les ingrédients qui m'avaient séduit dans le tome 1, mais cela restait très satisfaisant.

Sieben a écrit:Je fuis les séries qui changent de team à chaque album.
Tu sais, maintenant les auteurs capables de maintenir un niveau de qualité sur plusieurs tomes se font de plus en rares. Je peux comprendre qu'on en prenne acte et qu'on ne prenne plus de risques (H.ELL : 1er tome sublime, 2e tome bâclé avec des planches pas même pas finie à la fin ! Et pourtant c'est des cadors qui ont eu plus d'1 an pour faire 56 pages).

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Les Maître inquisiteurs

Message par Marv le Dim 14 Juin - 15:59

Pour moi "Soleil" c'est un peu le "Bragelonne" de la BD et je suis à fond derrière leur politique éditoriale.

Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Les Maître inquisiteurs

Message par Albéric le Dim 14 Juin - 16:17

Marv a écrit:Pour moi "Soleil" c'est un peu le "Bragelonne" de la BD et je suis à fond derrière leur politique éditoriale.
Il y a aussi des daubes chez Soleil comme chez Bragelonne. Mais ils ont toutes ma sympathie car ils font de la bonne culture populaire là où beaucoup d'éditeurs la conspuent tout en l'exploitant...

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Les Maître inquisiteurs

Message par Albéric le Dim 25 Oct - 17:24


Résumé du tome 3 : Nikolaï
Au petit Gottland, le maître inquisiteur Nikolaï et son elfe Boldween découvrent un corps encré dans la glace. Le lien est rapidement fait entre la victime et le pèlerinage du dragon bleu. L'inquisiteur décide de trouver le coupable parmi les voyageurs, mais l'enquête s'enlise et d'autres meurtres s'ajoutent au premier.


Depuis la fin de la Grande Guerre, le fleuve Ydfryl s’est tari. Créé par magie par le sorcier nommé Dragon Bleu adoré comme un dieu, seule la magie peut lui redonner vie… Les pèlerins du monde entier rassemblent trois puissantes reliques détentrice de pouvoirs. Le pyromancien aveugle Nikolaï et Bolween son garde du corps elfe entrent en scène quand on retrouve dans les neiges du Petit Gottland le cadavre de l’envoyé du Dragon Bleu…
C’est donc un inquisiteur athée qui fait le voyage jusqu’au Temple du Dragon Bleu avec les croyants … Et l’assassin de ménage pas ses efforts pour dresser les frères contre les frères, attisant les haines raciales entre nains et les orcs par exemple… L’enquêteur doit montrer des trésors de diplomatie pour que l’invisible assassin à la solde d’homines crevarices, dont nous ne connaîtrons la véritable identité qu’à la fin de la saga, ne fasse pas triompher la devise des puissants : diviser pour mieux pour régner… Mais au final complice malgré lui, il assiste impuissant au vol de la magie des reliques à la mort du sauveur tant espéré…
Ne reste plus que la foi des pèlerins, et la foi peut déplacer des montagnes ! C’est donc à un athée que revient la lourde tâche d’accomplir le miracle… La force de l'espoir et de l'amitié va-t-elle triompher ?
Rozan Shō Ryū Ha !!!

J’ai bien kiffé ! ^^ Pourquoi ? blink
- le côté polar à l’ancienne qui m’a rappelé aux bons souvenirs des enquêtes de Frère Cadfael d’Ellis Peters (mention spéciale aux conversations au coin du feu entre l’inquisiteur igné et le shaman inné ^^)
- la croisade que mène Jean-Luc Istin contre les forces obscures de la crevardises, certains devenant beaucoup plus riches uniquement parce beaucoup d’autres deviennent beaucoup plus pauvres, d’autres encore voulant mettre le feu au monde pour pouvoir régner sur ses cendres
- je ne sais pas si c’est conscient ou inconscient de la part des auteurs, le côté nekketsu est délectable pour les fans des shonens d’antan : le magicien qui s’ôte un de ses sens pour augmenter sa cosmoénergie, l’élève qui ne dévoile sa véritable puissance dévastatrice qu’à son senseï, le vieux sifu près d’une cascade dont il faut inverser le cours, et puis ce complot qui se dévoile contre le Sanctuaire et son Grand Pope pacifiste… Rhââ Lovely ! (toi qui me lis, si tu as connu l’époque bénie où Saint Seiya était le shonen roi tu dois bondir sur ta chaise…)





Un bémol ? Les dessins d’Augustin Popescu, assisté aux couleurs d’Elodie Jacquemoire et de Digikore Studios, sont très satisfaisant voire très plaisants, mais je crains un peu qu’ils ne soient pas totalement à la hauteur de la tragédie qui nous est ici racontée…

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Les Maître inquisiteurs

Message par Albéric le Sam 6 Fév - 17:06


Résumé du tome 4 : Mihaël
Sur cette île à l’apparence idyllique, les naufragés pensent avoir trouvé le paradis perdu, le lieu semble répondre comme par magie à leurs moindres besoins. Pourtant, le rêve va très vite se transformer en cauchemar...
Des créatures, surgies de nulle part, les enlèvent un par un. Lorsque Noenn, une fillette rescapée, disparaît à son tour, Mihaël refuse de l’abandonner. Pour sauver cet enfant, il entreprend alors un périple jusqu’au cœur de l’île et de ses sombres secrets...



La série a trouvé sa formule en mélangeant policier/triller et fantastique autour d’un duo formé par un super-héros magicien et de son garde du corps elfe, sur fond d’high fantasy des familles… sur le papier, que du bonheur ! ^^
Ici la première enquête n’est qu’un prétexte pour amener le maître inquisiteur Mihaël et son chaperon elfique Shawëen sur une deuxième enquête et la phase maritime du récit n’est là que pour introduire doucement et efficacement les personnages du drame à venir. Après une tempête surnaturelle, une île mystérieuse, une menace à la fois diffuse, multiforme et omnisciente, et le traditionnel danger inconnu qui ne redonne jamais ce qu’il prend… Nous sommes donc dans un slasher classique et le suspense vient de savoir qui sera la prochaine victime et par quel biais il va se faire manipuler (haine, amour, cupidité, luxure…) !
La formule est bien connue mais elle a prouvé son efficacité, d’autant plus qu’elle met en valeur son super-héros magicien qui s’il emprunte ses superpouvoirs à la Poison Ivy de DC Comics m’a rappelé moi aux bons souvenirs du démon-renard Kurama du manga Yu Yu Hakusho et du djinn Zagan du manga Magi : l’horreur et la fantasy ont toujours fait bon ménage ! Pour ne rien gâcher le duo entre le vétéran elfe grognon et le rookie magicien insouciant fonctionne pas mal du tout.

Les ingrédients sont bons. Après tout n’est pas optimisé, et la fin revoit encore une fois à plus tard l’heure des révélations… Mais il manque un je-ne-sais-quoi pour que l’ensemble soit plus abouti. Personnellement j’ai trouvé que le scénariste Nicolas Jarry a franchement franchi un pallier sur ses dernières productions et ici il apporte pas mal de plus value aux textes en général et à la narration à la première personne en particulier. Cela aurait été intéressant que les graphismes de Jean-Paul Bordier, assisté aux couleurs de Digikore Studios fasse de même. Les dessins sont très corrects voire même très satisfaisants, mais on reste dans la zone de confort des nouveaux standards du genre et j’ai hâte que des tops dessinateurs viennent s’éclater en Fantasy !

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jean-Luc Istin, Les Maître inquisiteurs

Message par Albéric le Mar 26 Avr - 21:31


Résumé du tome 5 : Aronn
Depuis sa fondation, la cité d’Anderion est sous la protection des prêtres du Dragon Rouge. À la pleine lune, ils récitent les versets sacrés issus de leur antique grimoire et empêchent le réveil des dragons. Quand ces derniers sont retrouvés morts et leur grimoire détruit, Noriav de l’Ordre des Mages, sollicite l’aide d’Aronn, jeune Maître Inquisiteur. Grâce à son pouvoir, Aronn peut extraire Eliezer le Fou de sa prison du Gottland et le ramener à Anderion. Eliezer, qui a autrefois écrit le grimoire, est le seul capable de sauver la ville de la rage des dragons. Mais les assassins rôdent toujours…



Le schéma de la série est maintenant bien établi :
un crime odieux
un meurtre mystérieux
un duo d’enquêteurs formé par un magicien talentueux et un elfe silencieux
des investigations compliquées qui mènent à un complot, pire une conspiration
la situation est désespéré, mais grâce au pouvoir de l’espoir et de l’amitié le héros effectue un power-up inespéré : nekketsu power !!!
Ne voyez nul ironie dans ce qui précède, c’est juste une coolissime alchimie entre BD, comics et mangas qui amène un formidable epicness to the max : les éditions Soleil qui ont toujours essayé de marier les qualités des pôles majeures du 9e art et elles ont sans doute ici trouvé le bon dosage, voire même son l’alignement des planètes… ^^
Ici c’est d’autant plus plaisant que les dessins de Jean-Charles Poupard et les couleurs de Digikore Studios à la hauteur de l’histoire, et que les auteurs multiplient les clins d’œil à la fois aux magiciens justiciers des tomes précédents, mais aussi aux classiques SFFF et à leurs gimmicks (comme ce maire blond qui s’écrie « on va tous mourir !!! » ^^)


ATTENTION SPOILERS
Spoiler:
Dans l’épilogue, Aronn est condamné à la prison et Eldarin à l’exil pour ne pas avoir suivi les ordres et ne pas avoir laissé la cité d’Anderion succomber à son triste sort (remember cet officier britannique condamné au peloton d’exécution pour avoir sauvé toute une population, contrairement aux ordres qui étaient de les laisser crever comme des chiens) : qu’est-ce que c’est que ce gouvernement mondial de merde qui privilégie l’intérêt particulier par rapport à l’intérêt général et qui place une légalité à géométrie particulièrement variable au-dessus de toutes les formes de moralités ?
J’ai désormais compris que Jean-Luc Istin est lui aussi parti en croisade contre les forces obscures de la crevardise puisque toute la série n’est qu’allégorie d’aujourd’hui… La grande guerre magique c’est la seconde guerre mondiale qui opposa le Grand Capital aux Bêtes Immondes de sa création, Ares c’est New York, l’Inquisition c’est l’Occident qui fatigué par la paix et la prospérité des Trente Glorieuses a tout envoyé valdinguer dans les années 1970/1980 pour écouter les sirènes Veau d’Or néolibéral… La liberté, l’égalité et la fraternité c’est pour les loosers, le pouvoir et le pognon c’est pour les winners donc c’est tout naturellement que les riches doivent être très riches et de plus en plus riches, il faut que les pauvres doivent être très pauvres et de plus en plus pauvres (Don Salluste copyrigth).
Que font faire le Dirty Harry heroic fantasy, l’homme-électrique justicier, l’aveugle pyromancien faiseur de miracles, le magicien de la flore défenseur de la veuve et de l’orphelin et le téléporteur qui a vaincu a lui tout seul une meute de dragons quand les masques vont tomber, et quand ils vont comprendre que leur hiérarchie les a trahis pour établir un New Word Order où tout n’est que pouvoir et argent pour que les faibles soit mieux exploités par les puissants … Le TINA n’offre que deux options : la résignation ou la révolution ! Le tome 6 crossover est dans starting-blocks : OMG que j’ai hâte !!!

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum