David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.

Simon R. Green, Hawk & Fisher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Simon R. Green, Hawk & Fisher

Message par Albéric le Sam 31 Jan - 11:19


Résumé du tome 1 de Hawk & Fisher :
La guerre au crime est éternelle !
Haven est une ville sombre et dangereuse, qui grouille de lanceurs de sorts, voleurs et monstres en tout genre. Tout y est à vendre. Tout, sauf Hawk et Fisher, deux gardes, mari et femme, qui n 'ont ni leur épée ni leur langue dans leur poche. Ce sont les deux seuls êtres intègres à cent lieues à la ronde, craints par tous les malfrats des bas-fonds, et ils ont décidé de faire le grand ménage.
Assignés à la protection du conseiller Blackstone, ils l'escortent à la réception que donne Gaunt, l'un des plus puissants sorciers de la ville. Comme des accords politiques doivent être discutés, Gaunt a décidé d'isoler pour 48 heures son manoir du reste de la ville, en dressant tout autour une barrière magique. Rien ne peut entrer, rien ne peut sortir.
Bref, une mission petits-fours et grands sourires pour Hawk et Fisher : l'horreur ! Heureusement, lorsque les invités se font assassiner les uns après les autres, le naturel revient au galop... Sauf que là, le meurtrier est peut-être surnaturel et qu'ils sont bloqués avec.



Je vous résume le truc en une formule : un roman d’urban fantasy qui balance entre Agathie Christie et Sin City !

L’introduction est super chouette, on retrouve le Rupert et Julia de La Nuit de la lune bleue qui ont refait leur vie sous le nom de Hawk et Fisher, époux à la maison, officiers de police à la ville. Ce sont des personnages de cop show eighties, donc impossible de s’enlever de la tête le duo formé par Mel Gibson et René Russo danse Lethal Weapon !
A son habitude, l’auteur alterne jolies descriptions digne d’un roman-feuilleton dix-neuvièmiste, et scène d’action musclées dignes d’un blockbuster hollywoodien. Bref, l’auteur rempile dans la formule ou est tellement à l’aise : le serial. (Il faut dire qu’ici, on mélange dès le départ le Dracula de Bram Stoker et le Vampires de John Carpenter !)

Au final on se retrouve avec un univers médiéval-fantastique mi Renaissance mi-Révolution industrielle empreint d’un esprit comics de bon aloi, où les guerriers en armure remplacent les policiers, les mages les super héros et les supervilains, les créatures magiques les alliés ou les adversaires des uns et des autres ! Je n’aurais même pas étonné de voir débouler à l’improviste un alter ego de Batman ou de Daredevil… (encore que, Adam Stalker c’est un peu un Bruce Wayne grimm & gritty ^^)

L’ambiance est tendue à Gotham City, euh pardon, la ville de Haven, car le pire cauchemar vient de survenir pour les connards : l’alliance entre un politicien honnête, un sorcier altruiste et un duo de flics dont l’intégrité n’a d’égale que la témérité… Les racailles d’en bas se font dessus depuis le nettoyage d’Hell Kitchen, euh pardon, du Crochet du Diable par le mage Gaunt, l’impitoyable défenseur des classes laborieuses, et les racailles d’en haut serrent des fesses depuis qu’ils se savent directement visés par un grand projet de réforme de la cité… Bref, Le changement c’est maintenant !!!

Le politicien qui veut changer les choses présente de faux airs d’Abraham Lincoln. Sûrement une coïncidence… ^^
Une grande réception qui réunit l’élite financière et social de la cité (sic), nous permet comme moult autres ouvrages de l’auteur de faire connaissances avec le who’s who en glissant au gré des dialogues et des pensées d’un personnage à un autre, nous permettant de découvrir leurs forces et leurs faiblesses, leurs amours et leurs haines, leurs ambitions et leurs craintes… Quelque soit le livre, j’ai toujours adoré ces grandes messes qui précédent le drame à venir. Ici, il faut être aveugle pour ne pas voir que ce meurtre en chambre close, suivi d’un huis-clos et des traditionnelles recherches d’indices et dépositions des invités, puise largement dans les œuvres de la Duchesse de la Mort Agatha Christie !


Qui est donc l’assassin de William Blackstone ?
- Gaunt, le sorcier justicier…
- Visage, la fidèle sorcière…
- Bowman, l’adjoint queutard…
- Katherine, l’épouse volage…
- Dorimant, le loyal conseiller…
- Roderick Hightower, le vieux général à la retraite
- Adam Stalker, le héros légendaire (probablement un lointain ancêtre des Deathstalker de la saga SF Traquemort)
Les twists étant éventés assez tôt, brièveté du roman oblige, il n’est pas trop difficile de diriger ses soupçons sur Mademoiselle Rose, le Colonel Moutarde, Madame Leblanc, le Docteur Olive, Madame Pervenche ou le Professeur Violet… A moins que l’assassin ne soit un vampire, un loup-garou, une succube ou un majordome… ^^

On suit à la lettre le cahier des charges du roman policier anglais old school, du coup quand le côté actionner refait surface avec des meurtres sanglants puis des bastons qui roxent du poney… ça fait un peu étrange !
Spoiler:


OK au mélange des genres, mais le grimm & gritty est-il soluble dans le classicisme d’Agatha Christie ? Ici la mayonnaise n’a pas entièrement pris avec moi en raison des sautes de tons et de registres…
J’aurais toutefois mis 4 étoiles à ce tome d’introduction en raison de la coolitude de truc, si je ne savais pas que l’auteur avait été plus ambitieux et plus talentueux dans d’autres de ses créations, maîtrisant mieux le format court ultérieurement (je vous renvoie à mes critiques des épisodes du serial Nightside). Mais l’histoire courte, simple et facile d’accès dont parfaite pour les easy readers !

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Simon R. Green, Hawk & Fisher

Message par Albéric le Jeu 30 Avr - 11:01


Résumé de Hawk & Fisher 2 : Les Jeux sont faits
Tandis que des élections se profilent dans la cité de Haven, Hawk et Fisher doivent jouer les gardes du corps pour un candidat réformiste dans un quartier crucial : avec lui, le pouvoir au sein du conseil pourrait bien changer de mains.
Or, bien que la sorcellerie soit interdite durant les élections, leurs adversaires ne vont pas se laisser arrêter par ce détail.
Au programme, donc, pour Hawk et Fisher : maléfices, trahison, mercenaires, kidnapping, amour torride et pas mal d'autres trucs compliqués. Et pour ne rien arranger, quelque chose se prépare dans la rue des Dieux.
Ensemble, nos héros ont déjà fait face à des vampires, des loups-garou et bien d'autres monstruosités, mais sont-ils prêts à affronter le milieu de la politique ?...



Pour le plus grand plaisir des easy readers, Simon R. Green continue son détournement version médiéval-fantastique de la très sympathique série anglaise Mission casse-cou (Dempsey & Makepeace en VO).
Ce deuxième épisode d’Hawk & Fisher est totalement raccord avec le premier. Du coup je ne comprends pas toutes les critiques qui parlent de médiocre remake du tome 1, puisque celui-ci découle de tous les événements dudit tome 1. C’est donc logiquement et naturellement qu’on reprend background et personnages, ainsi que quelques situations et le comique de répétition propre à l’auteur. (Du coup tant pis pour ceux qui ont du mal avec le concept même de comique de répétition…)

Avec la mort du conseiller Blackstone et la disparition du sorcier justicier Gaunt, le parti Réformateur s’est retrouvé décapité et les Conservateurs se sont bien lolés. Mais pas de chance pour les crevards, le flambeau est vite repris par le conseiller James Adamant et son ami magicien Masque !
C’est Hawk & Fisher, les deux seuls flics intègres de la cité qui sont chargés de la protection de l’étoile montante de l’opposition, car Haven est en période électorale, c’est-à-dire au bord de la guerre civile… Intimidation, corruption, chantage, achats de votes et pots-de-vin généralisés, bastons de rue entre colleurs d’affiche, bataille rangées entre sicaires et mercenaires ou téléportations massives de rats d’égout au milieu des meetings adverses… Tous les moyens sont bons pour remporter la victoire car la fin justifie les moyens !
Qui va perturber le duel au somment entre l’idéaliste Adamant et le pragmatique voire psychotique Hardcastle ?
Les fascistes du général Longarm et de la confrérie de l’acier qui militent pour la dictature militaire ?
Megan O’Brien du parti centriste qui ne sait pas à quel camp se vendre ?
Lord Arthur Sinclair et son mouvement Pas de Taxe sur l’Alcool ?
Les épouses des chefs de parti, au bord de la crise nerf ?
La légendaire mercenaire pyromane Roxanne ?
Voile Gris, le sorcier loser qui après avoir échoué à envoûter le corps électoral rejoint le parti Cthulhu for president ?

Nos deux flics badass sont d’autant plus motivés qu’ils responsables de tout se bordel en ayant échoué à protéger le défunt leader de l’opposition dans l’épisode précédent ! ^^


La mécanique du roman est simple mais efficace : à chaque chapitre on a descriptions, puis explications puis action et baston. Entre Agathe Christie et Sin City, on continue de mélanger les technique de narration du roman feuilleton et du film hollywoodien, l’auteur ne se faisant pas prier niveau dialogues piquants et humour noir.
Hawk & Fisher venus des royaumes du Nord pour s’installer dans ville portuaire de Haven, c’est un peu deux flics highanders qui descendent à la capitale londonienne pour se frotter aux criminels d’en bas et aux criminels on se frotter aux criminels d’en bas et aux criminels d’en haut. Ces deux personnages principaux ne sont pas du tout approfondis car d’une part ils le seront dans des épisodes ultérieurs de las série, et d’autre part ils l’ont déjà suffisamment été dans le préquel La Nuit de la lune bleue… L’auteur n’ici pas d’autres ambitions de marcher dans les pas des séries des années 1980, ce qui nous offre un improbable mélange entre L’Arme fatale, Miami Vice et L’Amour du risque

Et c’est bien dommage car derrière la grosse déconne il y a un relationship drama intéressant avec de belles histoires d’amour, d’amitié et d’espoirs déçus dont je vous laisse le plaisir de la découverte, le tout sur fond de lutte des classes et de combat pour l’avenir... Pour une fois qu’on a un roman de fantasy qui se torche avec la monarchie et l’aristocratie, on aurait pu se régaler d’un House of Cards médiéval fantastique. (D’ailleurs, je me demande pourquoi personne n’a jamais pensé à appliquer ce concept à la Grèce ou la Rome antique : cela serait génial !!!)

Ce court roman été écrit au début des années 1990 : après la catastrophe sociale thatchérienne, l’Angleterre populaire a cru à l’alternance et au changement avec l’élection du travailliste Tony Blair, qui s’est vite révélé être lui aussi un adorateur du Veau d’Or… L’auteur n’a jamais caché tout le mal qu’ils pensaient des ploutocrates imbus d’eux-mêmes et des sociaux-traîtres carriéristes. Ici il se lâche et s’en donne à cœur joie ! ^^

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Simon R. Green, Hawk & Fisher

Message par Sieben le Jeu 30 Avr - 22:01

M'a l'air d'être une chouette lecture tranquille. A voir si on peut chopper des epub du monsieur. M'a pas semblé l'avoir à la bibliothèque de chez moi.
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Simon R. Green, Hawk & Fisher

Message par Albéric le Jeu 30 Avr - 22:25

Sieben a écrit:M'a l'air d'être une chouette lecture tranquille. A voir si on peut chopper des epub du monsieur. M'a pas semblé l'avoir à la bibliothèque de chez moi.
Ouais c'est ça : tranquille mais pas débile. Tout de suite, j'ai presque envie d'entamer le tome 3 de 200 pages dans lequel Hawk & Fisher sont mutés à la brigade de la Rue des Dieux (Ghostbusters ! ^^)


__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Simon R. Green, Hawk & Fisher

Message par Invité le Ven 1 Mai - 10:06

Sieben a écrit:M'a l'air d'être une chouette lecture tranquille. A voir si on peut chopper des epub du monsieur. M'a pas semblé l'avoir à la bibliothèque de chez moi.

Effectivement, ils sont"choppables":

Série Darkwood

http://www44.zippyshare.com/v/dKfkl4ee/file.html
http://www44.zippyshare.com/v/FWLCp5ZN/file.html
http://www44.zippyshare.com/v/ZOKQjfQi/file.html
http://www44.zippyshare.com/v/WaHDXsCP/file.html
http://www44.zippyshare.com/v/bqBlH774/file.html

Série Nightside

http://www44.zippyshare.com/v/dZSuvZrB/file.html
http://www44.zippyshare.com/v/nZqTqZ3w/file.html
http://www44.zippyshare.com/v/GgAy7p5v/file.html

Série Traquemort

Le Proscrit - Green, Simon R_.epub
La Rebellion - Green, Simon R_.epub
La Guerre - Green, Simon R_.epub
L'Honneur de Traquemort - Green, Simon R_.epub
La Destinee - Green, Simon R_.epub
L'Heritage - Green, Simon R_.epub
Le Retour - Green, Simon R_.epub
La Coda - Green, Simon R_.epub

Aaaah! Grâce à la verve et au verbe d'Albéric, nous sommes de plus en plus nombreux à lire Simon R. Green sur ce forum! ET ça, ça me fait bien plaisir.
Bientôt, il aura peut-être droit à sa propre section ;)
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Simon R. Green, Hawk & Fisher

Message par Albéric le Ven 1 Mai - 10:20

Ah super, merci grand chef ! Il ne manque plus que son détournement urban fantasy de James Bond... ^^


Et je te retourne les compliments, c'est toi qui m'as donné envie de découvrir les univers de l'auteur anglais.

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Simon R. Green, Hawk & Fisher

Message par Sieben le Ven 1 Mai - 11:57

Génial Tarantio.
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Simon R. Green, Hawk & Fisher

Message par Invité le Ven 1 Mai - 12:08

Bizarrement, ils ne sont pas faciles à trouver ces deux-là. Mais difficile n'est pas impossible:

L'Homme au torque d'or

Les Démons sont éternels
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Simon R. Green, Hawk & Fisher

Message par Albéric le Dim 14 Fév - 8:47


Hawk & Fisher tome 3 : Le Tueur de dieux
Haven est une ville sombre et dangereuse, qui grouille de lanceurs de sorts, voleurs et monstres en tout genre. Tout y est à vendre. Tout, sauf Hawk et Fisher, deux gardes, mari et femme, qui n'ont ni leur épée ni leur langue dans leur poche. Ce sont les deux seuls êtres intègres à cent lieues à la ronde, craints par tous les malfrats des bas-fonds, et ils ont décidé de faire le grand ménage. Après avoir résolu une série de meurtres impliquant l'homoncule d'un sorcier, Hawk et Fisher sont affectés à la " Brigade des Dieux ", une équipe qui jugule les bizarreries de la rue des Dieux. Quelqu'un, ou quelque chose, a tué trois des dieux, ou Etres comme on les appelle souvent. Or, la Brigade n'a pas l'habitude d'enquêter sur des assassinats. Pas plus que de travailler avec la Garde, du reste. Le reste de la Brigade va s'efforcer d'empêcher la rue de devenir un enfer (littéralement !), tandis que, de leur côté, Hawk et Fisher vont suivre les maigres indices jusqu'à leur conclusion effarante mais inévitable...


Après avoir sauvé Haven du retour de l’Abomination, la cote des seuls flics intègres de la cité est montée en flèche. Grâce au piston du conseiller nouvellement élu James Adamant, Hawk & Fisher sont détaché à la Brigade des Dieux, dont la tâche consiste à empêcher que les innombrables rivalités entres les dieux et leurs fidèles ne dégénèrent en rixes et émeutes, voire en batailles rangées (remember Le Cycle des Epées de Fritz Leiber ^^). Car dans ce dernier cas de figure, le Conseil ferait appel à l’Equipe de Magie et Tactique Spéciale de sinistre réputation… Dans une ambiance tendue, comme le montre l’affrontement entres les cultistes de Crépuscule le dévoreur et ceux de Chrysalide, Hawk & Fisher doivent enquêter sur un déicide en série car on a retrouvé coup sur coup les dépouilles du Seigneur d’épouvante, de l’Homme séparé et du Traqueur de Carmadine…
Malgré le grand nombre des suspects et le petit nombre des indices, malgré les fausses pistes et les tentatives d’assassinat perpétré par l’Homme d’ombre (un mélange entre Mr Hyde et l’Homme-multiple ^^), ils arrivent à la conclusion que le meurtrier se cache sûrement parmi leurs nouveaux coéquipiers qui cachent bien des choses et aiment bien s’éclipser durant la nuit :
- le sorcier altruiste Tombe
- la mystique cynique Rowan
- le guerrier bellâtre Charles Buchnan
Scènes de crimes, sorciers légistes, interrogatoires, indics… Ah cela sent bon les séries policières, et des trois épisodes que j’ai lus c’est donc celui-ci que cet aspect est le plus prononcé certes, mais aussi le plus réussi ! Mais l’auteur n’ayant jamais manqué une occasion de se critiquer et dénoncer les us et coutumes de la haute société (autoproclamée on ne sait pas pourquoi « bonne société »), il s’en donne une fois de plus à cœur joie… Et après avoir dézingué dans le tome 2 la politique, il dézingue dans ce tome 3 la religion !

La mécanique du roman est simple mais efficace : à chaque chapitre on a descriptions, puis explications puis action et baston. Entre Agathe Christie et Sin City, on continue de mélanger les technique de narration du roman feuilleton et du film hollywoodien, l’auteur ne se faisant pas prier niveau dialogues piquants et humour noir.
Hawk & Fisher venus des royaumes du Nord pour s’installer dans ville portuaire de Haven, c’est encore un peu deux flics highlanders qui descendent à la capitale londonienne pour se frotter aux criminels d’en bas et aux criminels d’en haut. Ces deux personnages principaux ne sont pas du tout approfondis car d’une part ils le seront dans des épisodes ultérieurs de las série, et d’autre part ils l’ont déjà suffisamment été dans le préquel La Nuit de la lune bleue… L’auteur ici n’a pas d’autres ambitions que de marcher dans les pas des séries des années 1980 (comme le montre les ficelles utilisées pour amener les personnages là où il veut les voir sévir), ce qui nous offre un improbable mélange entre L’Arme fatale, Miami Vice et L’Amour du risque… encore que les inspirations de l’auteur sont toutes britanniques, puisque les clins d’œil à Chapeau melon et bottes de cuir, Le Saint et Amicalement vôtre sont légion… ^^

Et c’est bien dommage car derrière la grosse déconne il y a encore un relationship drama intéressant avec de belles histoires d’amour, d’amitié et d’espoirs déçus dont je vous laisse le plaisir de la découverte, sur fond de questionnement sur la foi en opposant une histoire d’amitié entre un athée et un dieu mourant, et les délires d’un athée intégriste qui ne croit en rien ni personne à part lui-même et la supériorité qu’il pense avoir sur le reste de l’humanité (bref, un sociopathe psychopathe).
Et derrière la faune divine baroque et bigarrée, et derrière l’hommage à Michael Moorcock avec l’invocation du sosie d’Arioch par le Club des Damnés, l’auteur se demande et nous demande si l’Ego n’est pas la nouvelle divinité adorée par chacun. En outre, avec les homoncules l’auteur aborde aussi l’intéressant thème du clonage (Richard Morgan continuera dans cette voie avec son cycle SF Takeshi Kovacs)

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Simon R. Green, Hawk & Fisher

Message par Albéric le Dim 14 Fév - 9:12


Hawk & Fisher tome 4 : Le Loup dans la bergerie
Haven est une ville sombre et dangereuse, qui grouille de lanceurs de sorts, voleurs et monstres en tout genre.Tout y est à vendre. Tout, sauf Hawk et Fisher, deux gardes, mari et femme, qui n'ont ni leur épée ni leur langue dans leur poche. Ce sont les deux seuls êtres intègres à cent lieues à la ronde. craints par tous les malfrats des bas-fonds, et ils ont décidé de faire le grand ménage. Hawk et Fisher, le couple intrépide, sont lancés à la poursuite d'un espion. Mais ce dernier leur échappe et se cache dans la tour d'un membre de la Haute Société. Afin de démasquer l'agent étranger, les deux capitaines sont forcés de se faire passer pour de lointains parents de la Famille. Malheureusement, une telle imposture est passible de mort, et l'état-major de la Garde refuse de les protéger s'ils se font prendre. S'efforçant de maintenir leur couverture, ils s'infiltrent à l'occasion de la veillée mortuaire de l'ancien chef de famille. Veillée quelque peu gâchée par la découverte d'un cadavre et l'annonce d'une inquiétante nouvelle : un monstre immortel serait enfermé quelque part dans la tour. Dans la tension qui va croissant, Hawk et Fisher ont trois missions : ne pas se faire démasquer, trouver l'espion et arrêter le monstre avant qu'il massacre tout le monde...


Ce quatrième épisode d’Hawk & Fisher est certes un remake amélioré de l’épisode pilote de la série, mais quel remake puisqu’on se propose pas moins de remixer le légendaire Beowulf et Dix Petits Nègres d’Agatha Christie ! Le tout avec un alter ego de Dirty Harry / Rick Hunter qui déboule comme un chien dans un jeu de quilles… Ah ça l’auteur est plus les couilles en bandoulières que décontracté du gland ^^

Dans la séquence d’introduction de ce nouvel épisode, on suit le briefing du commandant Dubois, la récolte d’informations auprès des indics habituels dans le débit de boisson le plus fréquenté des bas quartiers, puis la filature et la poursuite de Fenris l’ennemi public du moment désigné par la haute société… Tout ça se finit en grosse baston et en exploz dans la demeure du sorcier criminel prénommé Grimm… Lancez le générique ! [insérer ici la musique d’intro de n’importe quel film de la saga James Bond, ou à défaut n’importe quel générique de série action/policier des années 1980 ^^]

Pour rattraper le coup en mettant la main sur Fenris est les précieuses informations en sa possession, Hawk et Fisher sont envoyés en infiltration à la soirée mortuaire de Duncan MacNeil et nous faisons la connaissance de Jamie le nouveau MacNeil, de sa sœur Holly et de son fiancé David Brook, de sa tante Katrina Dorimant en instance de divorce (l’épouse volage du tome 1 ^^), de l’alcoolique Lord Arthur Sinclair (détournement de Roger Moore déjà vu précédemment dans la série), des cousins éloignés Marc et Alistair MacNeil, du majordome Greaves et du ménestrel Robbie Brennan ancien mercenaire des Maraudeurs de Murdoch et ancien compagnon d’arme du défunt chef de clan. Mais le monstre qui hante la famille depuis des générations s’est libéré et il a bien l’intention de se venger !
Nous sommes un bon vieux huis-clos puisque les défenses magiques de la tour MacNeil empêche tout entrée et toute sortie jusqu’au lendemain… Parmi les invités, l’un d’entre eux est le Monstre et l’un d’entre eux est l’Espion, à moins que les deux ne fassent qu’un… En plus la tension monte quand on apprend que la créature est illusionniste, peut manipuler les esprits, et est peut-être elle-même amnésique après avoirs volé l’âme de sa dernière victime ! Pour ne rien gâcher l’auteur brouille les pistes avec un troisième larron qui n’est ni le Monstre ni l’Espion, mais qui n’est pas humain et qui poursuit ses propres objectifs. Du coup, tous s’en remettent au Gardien des MacNeil, légendaire fantôme qui intervient lorsque le clan est en péril…
Le suspens est insoutenable : le majordome est-il coupable !!! ^^

Si on avait dit un jour que l’héritier de la Duchesse de la Mort serait un auteur SFFF ! Je reste épaté par l’efficacité de l’auteur qui en moins de 250 pages arrivent à donner un passé et une personnalité à une douzaine de personnages tout en racontant une histoire policière qui tient la route parsemée de bonnes scènes d’action (car au final les indices sont biens là pour deviner qui est qui et quel est ce grand secret sur lequel tout le monde veut mettre la main dessus). Il multiplie les détournements de Le Saint, Amicalement Vôtre et Mission Casse-Cou, Mission Impossible, Starsky & Hutch et Miami Vice mais derrière la grosse déconne il parvient à nous raconter des histoires très sérieuses elles d’amitié et d’inimitié, d’amours et de haines, de rêves et d’ambitions, d’espoirs et de désespoirs ! Je connais moult auteurs bien côtés qui n’y arrivent pas en plusieurs milliers de pages… C’est donc tout naturellement que les caïds de cour de récré de la SFFF française dont tout le monde connaît les noms crachent leur fiel à répétition sur tous les ouvrages de l’auteur qualifié, je cite, de tâcheron spécialisé en diarrhées verbales. Cela tombe bien, ses détracteurs sont spécialisés en critiques vomitives…

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Simon R. Green, Hawk & Fisher

Message par Albéric le Ven 6 Mai - 16:06

[cen
ter][/center]

Résumé tome 5 : Les Neiges du déshonneur
La guerre au crime est éternelle. Haven est une ville sombre et dangereuse, qui grouille de lanceurs de sorts, voleurs et monstres en tout genre. Tout y est à vendre. Tout, sauf Hawk et Fisher, deux gardes, mari et femme, qui n'ont ni leur épée ni leur langue dans leur poche. Ce sont les deux seuls êtres intègres à cent lieues à la ronde, craints par tous les malfrats des bas-fonds, et ils ont décidé de faire le grand ménage. Les pires criminels ont des amis très haut placés. Aussi, lorsque Hawk et Fisher essayent maladroitement d'empêcher une nouvelle drogue superpuissante de mettre la ville à feu et à sang, leurs supérieurs décident de les séparer. Après des années de collaboration, c'est un coup dur pour ces inséparables. Mais tandis que Fisher est affectée à la surveillance de négociations secrètes dont tout le monde semble connaître l'emplacement, Hawk tente quand même d'avoir le fin mot de cette affaire de drogue ; il aimerait surtout percer à jour les activités d'un capitaine de la Garde que tout le monde dit corrompu et qui n'est autre que sa propre femme : Isobel Fisher. L'amour et le travail ne font jamais bon ménage...


Séquence prégénérique :

Hawk & Fisher sont vénères car ils en ont marre de voir les sycophantes de la voyoucratie d’en haut relâchés à peine remis à la justice, et quand ils ont connaissance que l’un des caïds de la cité corrompue veut lancer sur le marché une toute nouvelle drogue dévastatrice, le superchacal, ils organisent une descente de police musclée dans son laboratoire clandestin. Bilan des opérations ? Le Quartier du Crochet, déjà en deuil de la disparition du sorcier justicier Gaunt (voir tome 1), est ravagé par les dommages collatéraux de l’opération spéciale et on déplore 406 morts (400 civils, 5 constables et un capitaine), des caisses entières de preuves perdues aux oubliettes et un gros bonnet blanchi par la haute société de Haven… Pire Hawk qui pour sauver une victime de la catastrophe s’est battu contre sa spéléophobie (séquelle de ses aventures horrifiques dans La Nuit de la lune bleue), s’est vu obliger de découper au couteau le pied de la fillette pris au piège des éboulements (remember le 16 novembre 1985 : la tragédie de la mort en directe de la petite Omayra Sánchez, 13 ans).
Pour échapper à la suspension, Fisher est mutée à la protection rapprochée des négociations entre les Bas Royaumes, allégories de l’Angleterre, et Outremer, allégorie de la France (voir tome 4), tandis que Hawk fait équipe avec le capitaine Burns qui vient de perdre son partenaire dans le drame pour retrouver le dealer Morgan et ses caisses de superchacal…

Enquêtes menées tambour battant le récit est court, et heureusement car on enchaîne de manière ininterrompue traque, cavale, intrigues, complots, émeutes, guerre urbaine et duels de sorciers alors notre héros et notre héroïne sont l’un comme l’autre victimes à répétition d’embuscades et de tentatives d’assassinat car en haut lieu on protège les grands criminels et on veut que les négociations échouent pour faire du business avec la guerre à venir… Et les négociations diplomatiques sont menées par deux aristocrates, deux ploutocrates et deux officiers militaires des deux camps : on se demande bien qui va se sortir vivant de la bataille rangée qui fait intervenir sorciers à gages, mercenaires junkies et démons des abysses bien dégueulasses…

Qui est le traître qui dresse Hawk contre Fisher, l’époux contre l’épouse ?
- le commandant Glen suspecté d’être le caniche à la solde de la haute société ?
- le pessimiste capitaine David ap Owen, trop blasé pour être honnête ?
- l’idéaliste capitaine Howard Burns, trop propre pour être honnête ?
- Mistique la sorcière new age au timing à géométrie variable ?
Au final, une conclusion à la Pour l’Amour du Risque :
Mais aussi une justice immanente qui frappe les crevards qui se croient au-delà des lois… l’auteur aussi est énervé et ne mâche pas ses mots contres les aristocrates, les ploutocrates et les sociaux traîtres à soldes des uns et des autres…

Au final l’improbable et incroyable mélange entre L’Arme fatale, Die Hard, The Shield et 24h Chrono, le tout sous forme de roman-feuilleton à la sauce urban fantasy, et le tout respirant la culture comics de bon aloi : on s’attend à voir débouler à n’importe quel moment Daredevil et le Caïd, Raz al Ghul et le Batman (d’ailleurs l’un de ceux là va faire réellement faire son apparition : je vous laisse le plaisir de découverte ^^). Ah ? Je ne vous l’avais pas encore dit, Simon R. Green est super pote IRL avec Grant Morrison l’un des cadors de la profession… La vie est belle pour la SFFF anglaise !

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Simon R. Green, Hawk & Fisher

Message par Albéric le Ven 6 Mai - 18:20


Résumé du tome 6 : Les Squelettes de Haven
La guerre au crime est éternelle! Haven est une ville sombre et dangereuse, qui grouille de lanceurs de sorts, voleurs et monstres en tout genre. Tout y est à vendre. Tout, sauf Hawk et Fisher, deux gardes, mari et femme, qui n'ont ni leur épée ni leur langue dans leur poche. Ce sont les deux seuls êtres intègres à cent lieues à la ronde, craints par tous les malfrats des bas-fonds, et ils ont décidé de faire le grand ménage. Hawk et Fisher, capitaines de la Garde de Haven, sont engagés par une escouade de choc pour réprimer la mutinerie d'une prison... et empêcher à tout prix les magiciens du quartier de haute sécurité de s'évader. Mais nos héros sont également assignés à une mission des plus délicates : la protection des souverains de Haven et Outremer en passe de signer un traité de paix. Or, nombreux sont ceux à qui profite la guerre. De fait, la chasse aux têtes couronnées est ouverte. Et devinez qui se retrouve en première ligne pour déjouer d'infernales conspirations ? Ça commence par H & F...


Les négociations entre les Bas Royaumes et Outremer (allégorie du Royaume-Uni et de la France), initiées dans le tome 4 et développées dans le tome 5, sont arrivées à leur terme : le roi Gregor et le roi Louis viennent à Sin City signer les accords de paix entre les deux nations. Du coup malgré le temps pourri (ah les fameuses averses londoniennes ^^), les autorités font le ménage au propre comme au figuré… Résultat des courses ? Émeute géante au pénitencier de haute sécurité de Damnation Row ! Lancez le générique !!!

Pas de chance, l’émeute a été organisée de l’extérieur pour atteindre un objectif plus élevé et il faut envoyer l’équipe d’intervention d’urgence (la tacticienne Jessica Winter, la machine à tuer Stuart Barber, l’invulnérable John MacReady et le sorcier Tempête) vérifier que les créatures magiques de l’Aile Infernale ne se sont pas échappées… Donc c’est jour de galère pour Hawk & Fisher qui viennent juste d’être muté dans cette division et qui vont devoir affronter avec leurs nouveaux compagnons une véritable galerie des horreurs : Allez Savoir (un machin meurtrier mais invisible… qu’est-ce c’est ? allez savoir, d’où son nom ^^), le Portrait de Messerschmann, Johnny Personne, Jenny la Rampante, les terribles Soufriers et les terrifiants Hommes Pâles… OMG ! Que des saloperies de littérature / cinéma horrifique conçues pour vous filer de gros cauchemars… Argh & Beurk !

Et ce n’était que l’introduction, car le shaman Ritenour a été bien été exfiltré par un groupe terroriste défendant la Cause !
Dans un 1er temps, nous découvrirons le super-vilain jamesbondien Daniel Madigan, sa base, son plan et ses lieutenants (Eleanor Todd, version grimdark d’Emma Peel, Bailey, Ellis Glen et le traître Sire Rolland) un véritable paumé de la longue guerre de l’ombre qui s’est déroulé entre les Bas Royaumes et Outremer qui a décidé de se venger violemment des deux camps…
Dans un 2e temps, nous nous attardons sur la triste histoire de Wulf Saxon, un Robin des Bois / Arsène Lupin badass qui a perdu 23 ans de sa vie pris au piège de Portait de Messerschmann et qui découvre que sa famille est morte, que ses amis l’ont trahi, que sa tête est mise à prix, et que sa ville bien-aimée est devenue tout pourrie… bref que l’Angleterre a subi les ravages du thatchérisme ! (ça ferait un bon bouquin de SFFF : un héros des Trente Glorieuses qui débarque en plein milieu des Trente Piteuses… d’ailleurs l’auteur à remis le couvert ultérieurement avec son alter ego de Sherlock Homes naufragé temporel qui part en croisade comme les bankster et les patrons voyous de l’ère néolibérale et suppôts du Grand Capital)
Dans un 3e temps, nous avons une affaire de sorcier sniper, le dénommé Domaine ayant pris en otage la fille du conseiller Suzan Wallinger… et tout finit dans le sang et dans les larmes en nécromancie passionnelle…

Pour tout le reste, et quel reste, nous avons droit a un remake de Piège de cristal écrit en collaboration avec le cador des comics Grant Morrison qui tourne mal, mais alors très mal puisqu’Allan Rickman en braqueur de banque pince sans rire est remplacé par un terroriste nihiliste équipé d’une Arme de Destruction Magique !
On reprend tous les codes de la saga Die Hard, transposé dans un univers à mi-chemin entre le médiéval fantastique et l’urban fantasy : otages, négociations, exécutions, résistants et collabos, traîtres en pagaille, retournements d’alliances, sacrifices humains, araignée géante, passages secrets, pièges en veux-tu en voilà, avec des combats à l’épée en remplacement des gunfights, et des rafales de sortilèges en remplacement des traditionnelles fusillades des action movies hollywoodien…
Mention spéciale à Wulf Saxon qui était bien parti pour rejouer le rôle de le commandant Josselin Beaumont/ Jean-Paul Belmondo dans Le Professionnel, et qui finalement a dû endosser celui du lieutenant John McClane / Bruce Willis dans le premier opus de la saga Die Hard !

Mention spéciale aussi à ce final apocalyptique qui rend hommage tant à Fritz Leiber qu’à C.S. Lewis, puisqu’Arslan le Lion Divin est obligé d’intervenir en personne pour stopper la vendetta des animaux fous victimes de l’agrobusiness thatchérien ! (remember les abattoirs dégueulasses, les farines animales, la vache folle et tout le toutim de retour pour nous jouer de mauvais tours malgré le « plus jamais ça », parce qu’on dérèglemente de nouveau à tire-larigot par appât du gain… Fuck au Veau d’Or et à son MDM !)
Et après il y a encore des commissaires littéraires pour écrire : « ouais bof, blablabla ce n’est pas un chef-d’œuvre absolu qui va bouleverser votre vie, blablabla cela n’est pas très original, blablabla ça ne révolutionne pas le genre »... Ils sont tellement à côté de la plaque en haut de leurs tours d’ivoire que je ne sais même plus s’il faut en rire ou en pleurer !


Derrière la grosse déconne et l’action non-stop, une histoire triste et tragique qui donne à réfléchir sur la guerre et la paix : après avoir stoppé les extrémistes des deux camps dans les tomes précédents, le pire provient des victimes des deux camps qui par désespoir se sont radicalisé avant de basculer dans le fanatisme… Suivez mon regard, au Moyen-Orient au hasard : il est fort à parier que si on avait mis autant d’énergie à lutter contre la misère et l’injustice qu’à balancer des bombes et à commanditer des assassinats, le monde se porterait bien mieux… (mais allez faire comprendre ça des élites qui considèrent les gens comme des insectes à ignorer ou à écraser)
Un petit bémol sur le chapitrage vu qu’on retrouve les chapitres de plus de 50 pages du premier tome de la saga, mais surtout j’ai senti que la formule de cet épisode s’éloignait de celle de l’ensemble de la série car on voit bien que l’auteur a envie d’évoluer vers quelque chose d’autre… (Ce qui nous rapproche grandement de Nightside, une série de polars horrifiques grimdark, et L’Histoire Secrète, un James Bond urban fantasy qui part en croisade contre les pourritures néolibérales qui l’ont trahi lui et son pays : deux séries qui cartonnent outre-manche et outre-Atlantique mais qui on été stoppées en France car ce pays n’est pas une terre propice à la fantasy…)

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum