David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Richard D. Nolane, Millénaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Richard D. Nolane, Millénaire

Message par Sieben le Mar 6 Jan - 14:50

Raedwald est l’un des plus habiles trafiquants de reliques en cette fin de Xe siècle. Dans un monde où le surnaturel se fait rôdeur, un thriller historique sur lequel règnent goules et créatures malfaisantes


« Toute technologie suffisamment avancée est indiscernable de la magie ». Arthur C. Clarke.

Je pense que cette citation d’un des maîtres de la science-fiction illustre parfaitement ce à quoi on doit s’attendre à la lecture de Millénaire qui se plaît à confondre les genres avec une habileté certaine.

C’est là que Millénaire ce distingue d’une série comme Thorgal car ici les genres se confondent, laissant en permanence nos héros perplexes et dans le doute sur ce qu’ils doivent croire. Tantôt récit historico-fantastique, tantôt thriller de science-fiction lorgnant vers X-Files, les genres se mêlent si bien qu’on ne sait plus trop sur quel pied danser et c’est bien là le tour de force du scénariste Nolane qui parvient à captiver le lecteur tel Fox Mulder cherchant désespérant où se cache la vérité. Alors que dans un Thorgal par exemple je trouve que les genres se croisent de façon trop abrupte, donnant l’impression d’un manque de cohérence et parfois de crédibilité tant Van Hamme veut absolument jouer sur plusieurs tableaux et montrer qu’il a de l’imagination.

Pour en revenir à Millénaire, je ne suis pas très calé sur la période de fin du Haut Moyen-âge, le début du règne des capétiens, mais j’ai trouvé le scénario documenté et suffisamment bien construit pour rendre ce monde uchronique, crédible, où la sorcellerie et les créatures de légendes sont une réalité acceptée par la population. En l’an 997, Hugues Capet n’est pas mort, du moins il ne l’est plus. Certains disent qu’il est revenu changé d’entre les morts et désormais sous influence des changelins et des sylphes… ça démarre fort.

J’ai appris des choses en plus, des termes et des expressions anciennes, la situation géopolitique de l’époque avec la conjuration de Cluny et la disparité du royaume de Francie. C’est suffisamment riche pour ne pas trop faire râler les historiens puristes mais sans être trop poussé car il ne s’agit pas non plus d’un texte universitaire. C’est une BD d’aventure fantastique ne l’oublions pas. De ce point de vue là on est servi avec des goules, des changelins, des voyages aux quatre coins de la chrétienté et au-delà, des enquêtes à résoudre, des escarmouches, le tout sous fond de complot planétaire.

Nos héros Readwald le Saxon et Arnulf son acolyte ont du pain sur la planche. Ces deux là vous allez tout de suite les aimer. Imaginez les histoires d’Astérix et Obélix dans un décor réaliste à la fin du premier millénaire, c’est plutôt cool non ? La ressemblance physique est voulue mais ce n’est pas que ça. Readwald, c’est un peu le Guillaume de Baskerville de l’époque : intelligent, vif, guerrier rusé et humaniste avant l’heure. Arnulf, c’est le bon vivant qui croque la vie : puissant, ripailleurs, amateur de bonnes boissons et de femmes, l’ami fidèle et dévoué. Il apporte une touche d’humour inattendue qui renforce ce côté multigenre de la série. Un chouette duo donc auquel s’ajoutera Falbala… pardon, Rowena. Le dessinateur a un penchant pour les jolies femmes à forte poitrine, ce qui n’est pas pour déplaire aux lecteurs mâles.

Par contre je ne la considère pas au même niveau qu'un Troisième Testament pour donner un ordre de grandeur. J’ai lu l’intégrale en enchaînant tout les albums, les trois premières histoires m’ont emballé bien qu’il faille s’accrocher car les intrigues sont parfois multiples et complexes. Toujours est-il que les deux derniers volets m’ont paru trop alambiqué voir poussif pour le cinquième. Je trouve que le scénario met trop de temps pour en venir au fait et s’étiole au travers d’intrigues dont l’intérêt est moindre par rapport aux grands enjeux. Ce qui m’amène au second aspect déplaisant. Le fait que le cinquième volume s’achève sur de nombreux questionnements non résolus et qu’il manque à ce premier cycle une fin digne de ce nom. C’est plus un « à suivre ». Je ne connais pas la direction que le scénariste veut donner à sa série mais je pense que le tome 6 ne s’ouvrira pas comme un second cycle mais vraiment comme une suite s’incluant très bien dans le premier.

Je termine sur une bonne note en évoquant le dessin de celui qui fut une découverte pour moi, monsieur Miville-Deschênes. Quel talent ! Son style réaliste m’a scotché, je ne m’y attendais pas à vrai dire. Le dessin a ce qu’il faut de dynamisme pour ne pas paraître figé car on est parfois proche de l’illustration. Dommage qu’il ne réalise pas les couleurs car si elles ne m’ont pas forcément déplu, elles m’ont laissé un sentiment mitigé du fait qu’elles changent de mains à chaque album.

Cette série vaut son pesant de reliques, on attend le second cycle avec un nouveau dessinateur qui on l’espère sera à la hauteur de son prédécesseur.
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Richard D. Nolane, Millénaire

Message par Sieben le Mar 6 Jan - 15:02

Après lecture de Millénaire, je me suis intéressé au dessinateur (québécois Derfel  ) Miville-Deschênes qui ne dessinera pas le second cycle. Et je suis tombé sur sa nouvelle série (qui date déjà de 2011), que je n'ai pas encore lu mais ça ne saurait tarder et j'ai eu une pensée pour Albéric et tous ceux qui sont intéressés par la Mésopotamie.

Reconquêtes, une série historico-fantasy ayant pour cadre les royaumes mésopotamiens avec des guerres entre Cimmériens, Scythes, Amazones... ça devrait bien vous brancher.

L'homme n'a-t-il appris à marcher que pour aller se battre ? On serait tenté de le croire à la lecture de ce récit écrit par S. Runberg et dessiné par Miville-Deschênes. Leur série s'ouvre en effet sur la conquête d'Urar par les Hittites, première étape d'une guerre sanglante. Urar appartenant aux souverains Marak, Kymris et Simissée, quiconque provoque leur colère voit se déchaîner la horde des vivants formée de la redoutable alliance entre leurs trois peuples scythes, guerriers nomades, ne vivant que pour avancer... et tuer !


Matez un peu ça:






Je vous avez dit dans Millénaire que le dessinateur avait un faible pour les femmes avec des gros nibars. Reste à lire le scénar, mais si vous avez l'occasion penchez-vous dessus. Les quelques avis que j'ai lu de-ci de-là sont partagés.
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Richard D. Nolane, Millénaire

Message par Albéric le Mar 6 Jan - 18:54

Bravo pour la chronique !

J'avais adoré Millénaire comme X-Files médiéval... Mais la formule s'étiole : ni feuilleton, ni serial, l'histoire développée ne tire pas assez partie de son chouette background.
Reste 4 tomes que je lis et relis avec grand plaisir !
(je n'ai pas aimé le tome 5 qui fini en eau de boudin)

Sur Reconquêtes : intéressant, mais cul + violence + animaux préhistoriques = j'ai toujours hésité à sauter pas...

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum