David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Oscar Martin, Solo (Delcourt)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Oscar Martin, Solo (Delcourt)

Message par Sieben le Mar 23 Déc - 16:52

Dans un monde post-apocalyptique où chacun peut devenir la proie d'un autre, Solo va devoir apprendre à se battre pour survivre. Un récit bad ass, fantastiquement mis en image par Oscar Martin.Ravagée par les armes nucléaires, la Terre a muté et de nombreuses espèces animales ont développé une taille et une intelligence semblables à celle des humains. Pour faciliter la vie de sa famille, Solo, un jeune rat, décide de prendre la route. Dans ce monde hostile, Solo va devoir devenir le meilleur guerrier pour survivre.

Série sortie en 3 tomes en Espagne. Mon avis:

À la lecture de Solo je n’ai pas pu m’empêcher de penser à une série animée que je regardais très jeune : « Biker Mouse », l’histoire de trois souris anthropomorphes vétérans d’une guerre futuriste qui leur a laissée des séquelles psychologiques et physiques et se déroulant dans un décor post-apocalyptique. De bons souvenirs donc, sauf que les aventures de Solo n’ont rien du conte pour enfant, le ton y est résolument plus adulte et pessimiste.

Certains y ont vu volontiers des références à Gladiator et Mad Max. Pour ma part j’y ai énormément perçu l’influence d’un Robert E. Howard et de son personnage phare, Conan. Je veux dire, regardez le quatrième de couverture (plus bas) : Solo au sommet d’un tas de détritus, de crânes, l’épée dégainée et la main posée sur le pommeau, ça ne vous rappelle rien ? Du Frank Frazetta tout craché. L’auteur Oscar Martin affiche et assume ses références, j’ai aussi vu certaines illustrations avec Solo cape au vent, le poing fermé sur le sol, il y a du « Berserk » là-dedans.

Même au niveau de l’approche psychologique que du parcours initiatique je trouve que Solo se rapproche beaucoup de Conan. Il y a pas mal de psychologie voire parfois de philosophie, se sont des personnages qui portent un regard nihiliste, dépité, mais qui cache aussi une grande sensibilité.

Ces premières aventures sont très divertissantes mais on attend évidemment plus dans la suite à venir car pour l’instant nous avons eu droit à trois histoires qui ont chacune leur intérêt, mais pour que le récit gagne en épaisseur il faudrait que Solo vive quelque chose d’un peu plus épique et qui explore d’avantage les facettes de ce monde. J’aimerai bien connaître le pourquoi de ce monde post-apocalyptique où certaines espèces animales se sont hissées au rang des hommes dans la chaîne alimentaire.

Parce que la voix off de Solo présente durant l’intégralité du récit, j’ai aussi tendance à penser comme d’autres dont j'ai parcouru les avis sur la toile, qu’elle est un brin pompeuse. Ou plutôt, Solo semble un peu gâteux, il radote toujours la même chose ; « manger ou être mangé, tuer ou se faire tuer… », C’est un peu lourd à la longue et ça fait un peu psychologie de bas étage.

Mais ce n’est pas bien grave car certaines faiblesses du scénario sont compensées par un dessin brillant de maîtrise. Oscar Martin tout comme son compatriote Juanjo Guarnido vient du monde de l’animation, et ça se ressent dans son trait un peu épais mais lisse qui rappelle certains Disney. Les cadrages dans les scènes d’action sont dynamiques et la taille des cases est grande pour nous en mettre plein la vue. Il y a des dessins en pleine page qui sont contemplatifs, c’est très impressionnant mais ça demande aussi un peu de variance pour les 2 albums à venir. Certes le fait d’encrer l’histoire sur une Terre ravagée impose une certaine uniformité dans les décors et les couleurs, mais un peu de diversité serait aussi la bienvenue.

Une lecture à recommander pour les amateurs du genre et une suite à surveiller.


avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Oscar Martin, Solo (Delcourt)

Message par Albéric le Mar 23 Déc - 17:04

Ils sont fort les espagnols en zoomorphie (pas mal d'entre eux sont passés par les studios Disney).

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Oscar Martin, Solo (Delcourt)

Message par Sieben le Mer 24 Déc - 10:28

Albéric a écrit:
Ils sont fort les espagnols en zoomorphie (pas mal d'entre eux sont passés par les studios Disney).

Oui, et précision, les studios Disney de Paris. Donc c'est un peu l'école française. Les artistes espagnols y en a des bons, Luis Royo, Juan Gimenez, Juanjo Guarnido...
On parle beaucoup de la BD franco-belge mais ne devrait-on pas parler de nos jours de BD européennes. Il y a aussi la Suisse, l'Italie, un peu l'Allemagne avec La Chroniques des Immortels, et pas mal d'Espagne.
A préciser que Solo est au format "comics".
avatar
Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Oscar Martin, Solo (Delcourt)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum