David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Nick Kyme Dan Abnett, Imperium Secundus et Vulkan est Vivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Nick Kyme Dan Abnett, Imperium Secundus et Vulkan est Vivant

Message par Marv le Ven 19 Sep - 18:55

IMPERIUM SECUNDUS Dan Abnett




Loin au-delà de la frontière est de la galaxie, le royaume d’Ultramar est isolé. Après avoir subit la traîtrise des Word Bearers sur Calth, et la Croisade des Ombres qui a dévasté les Cinq Cent Mondes, le Primarque Roboute Guilliman des Ultramarines rappelle toutes ses forces sur Macragge, où il prévoit d’organiser l’avenir de l’humanité. Avec l’arrivée sur la planète de survivants et de fugitifs victimes de la terrible guerre qui ravage maintenant la galaxie, qui peut différencier les troupes loyales des traîtres ? Isolé de Terra, la planète mère, par une violente tempête Warp, Gulliman se voit contraint d’accéder au pouvoir, mais pourra-t-il rivaliser avec la puissance dont dispose le Maître de Guerre renégat Horus ?

VULKAN EST VIVANT Nick Kyme





Après le Massacre du Site d’Attérissage sur Isstvan V, les survivants de la Légion des Salamanders se mettent en quête de leur Primarque disparu, mais en vain. Ce qu’ils ignorent, c’est que Vulkan – malgré le fait qu’il aurait préféré la mort à un tel destin – est retenu prisonnier pour l’amusement de son frère dément : Konrad Curze. Soumis à des tortures ayant pour but de détruire son esprit tout autant que son corps, Vulkan devient malgré lui le témoin de la dépravation de celui qui se fait désormais appeler le Night Haunter. Mais au coeur de toute cette douleur et de cette détresse, Vulkan découvrira également un terrible secret qui pourrait bien changer l’issue de la guerre tout entière.
avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Nick Kyme Dan Abnett, Imperium Secundus et Vulkan est Vivant

Message par Marv le Ven 19 Sep - 19:01

FARMACE RHAIDEN a écrit:Salut à tous !

Il faut le dire d'emblée : non, je n'ai pas abandonnée la lecture de la Horde du Contrevent. Seulement quand le dernier tome sur l'Hérésie d'Horus est sorti j'ai tout bêtement craqué. 
Et cette critique sera d'autant plus spéciale qu'elle va concerner deux romans en même temps (donc vous serez peut-être plus indulgents sur mon silence radio de ces derniers mois, pas vrai Laurent ? ^^). 

Tout d'abord, "pourquoi deux romans en une seule critique ?" (Je vous entend d'ici dire "feignasse"...) 
Et bien tout d'abord il faut le préciser, cela vient d'une impression toute bête : ces deux romans se suivent tellement naturellement que j'ai eu l'impression d'avoir affaire à un seul récit très découpé qu'à deux oeuvres séparées. 
En effet, Vulkan est Vivant et Imperium Secundus (respectivement par Nick Kyme et Dan Abnett) sont pour moi totalement indissosciables et nous verrons pourquoi un peu plus bas. 

Je me dois de préciser avoir lu Imperium Secundus en premier alors qu'il est le second tome, maladresse presque volontaire car disons le, Vulkan est vivant ne me tentait vraiment pas. Mes impressions en auront sans doute été faussées et bizarrement ce n'est pas pour le pire.

Sur ce, entamons les hostilités.

Difficile tout d'abord de parler de l'histoire de deux romans sans totalement gâcher le premier des deux en en révélant trop. Je vais quand-même essayer mais soyez en cela indulgents. 

Après le massacre du site d'atterrissage d'Istvan la légion des Salamanders a été réduite à peau de lézard (à défaut de peau de chagrin), et Vulkan est capturé par son frère le plus honni entre tous, l'ignoble Night Haunter, Konrad Kurze, Primarque des Night Lords. 
Rongé par sa folie sadique et meurtrière, ce dernier n'a de cesse de torturer Vulkan, tant sur le plan psychologique que physique, tandis que nous suivons en parallèle les pérégrinations d'un groupe de survivants d'Istvan tentant de nuire le plus possible aux traîtres. 
Parmi eux, un humain exceptionnel au service de la Cabale, groupe d'aliens oeuvrant pour ses propres objectifs, est à la recherche d'un artefact qui pourrait bien s'avérer capable de tuer un primarque. 
Pendant ce temps, du côté des traîtres à l'Imperium on observe avec beaucoup plus d'attention la psychée de Kurze, véritable malade mental ayant de quoi inspirer toute une génération de films d'horreur, alors que face aux salamenders survivants se trouvenr un sorcier Word Bearer caricatural et mal fichu ("Bwaaaa je veux plus de pouvoir et je suis hyper ambitieux ! Gaaaa !" vous résumera parfaitement sa personnalité...) ainsi qu'un de ses frères de légion dont le coeur balance entre sa nouvelle allégence et certains idéaux du passé qui le torturent. 

Puis, pour Imperium Secundus (titre original : "The unremembered empire" : bravo les gars, traduire "L'empire oublié" c'était vraiment trop dur pour vous à ce qu'il semble, bande de c***), nous nous retrouvons sur Ultramar auprès du chapitre des Ultramarines et de leur primarque Roboute Guilliman, qui, depuis sa dernière branl... défaite, tente de rassembler dans son empire personnel autant de forces que possible afin de résister aux traîtres tout en préservant les idéaux d'un Imperium peut-être en passe de disparaître. 
Seulement voila, un grand nombre de personnages du roman précédent arrivent ici-même afin de poursuivre leurs actions plus ou moins décousues. 
Décousues dans le sens où suivre Guilliman, puis son frère Lion El Jonson (oui, parce que c'est aussi la suite d'une nouvelle de l'un des recueils de nouvelles sur l'Hérésie ainsi que de la bataille de Calth, alors pour tout suivre et se rappeler de chaque détail merci bien !), puis la moitié des gus de Vulkan est vivant, ça finit être saoûlant. 
Pas compliqué, saoûlant. 

Mais qu'en est-il des qualités intrinsèques aux deux récits ? 
Et bien... Plutôt bon je dois dire !

Ho, certes, nous sommes loin d'avoir droit à la crème de la crème mais force est de constater que les deux récits se suivent très naturellement, font preuve d'une cohérence interne certaine, et que s'il y a néanmoins de gros bémols, l'un comme l'autre sont agréables à lire et ne provoquent aucune peine à continuer à tourner les pages. 
De nombreux passages s'avèrent habiles, monstrueux et ignobles (et donc excellents dans leur genre) épiques, voire, haletants. 
Un bon point incontestable, on ne s'ennuie pas, ou alors peu. 
Cette dernière affirmation est moins vraie pour Vulkan est vivant car les aventures de Vulkan auprès de Kurze sont infiniment plus intéressantes que celles de ses fils bloqués dans un conflit relevant de l'escarmouche. 
Vulkan est vivant m'a vraiment réconcilié avec Nick Kyme qui jusqu'à présent m'avais donné l'impression d'être un habitué des nauffrages ; Imperium Secundus est un récit correct, ni génial ni mauvais.

Intervient cependant pour moi un défaut ENORME : le manque de cohérence avec l'univers interne de Warhammer 40000 et de l'Hérésie en générale. 

Sans en dévoiler trop, disons le, ces deux histoires ne se situent nulle part dans les chroniques de l'Hérésie auquelles les joueurs invétérés et habitués de l'univers sont habituellement confrontés. 
Ce sont des AJOUTS à l'histoire de l'Hérésie qui est déjà pourtant énorme et voila pourquoi ça me dérange en quelques points :

- L'histoire de l'Hérésie est largement assez dense et complète sans qu'on ait besoin d'aller inventer des histoires parallèles qui ne font vraiment en rien avancer le shmilblick.

- Ces histoires ajoutées gâchent en grande partie des mystères que l'on ne voulait pas voir résolus ou pose des problématiques de cohérence faramineuses. 
Pour les habitués, Vulkan est porté disparu depuis plus de dix mille ans, et le mystère sur sa disparition/mort était en grande partie dans ce qui faisait le charme de ce primarque. 
De même, la fin d'Imperium Secundus nous montre un personnage qui sera présent au siège du palais de Terra et qui n'est normalement jamais passé par le système d'Ultramar. 
Les Ultramarines et leur primarque arguent plusieurs fois qu'ils sont bloqués là où ils sont et qu'ils se précipiteraient vers Terra s'ils le pouvaient. 
Cela pose plusieurs question quant à la façon dont les autres auteurs vont devoir procéder et je trouve ça dommage d'avoir à se compliquer à la vie en rajoutant du pain sur une série de bouquin si riche qu'elle relève déjà du banquet gaulois.

- Le siège final du palais de Terra ? Et ben on y est pas encore putain...

Concernant le charisme des personnages, disons le, c'est très inégal et d'une manière générale chacun devra se faire son avis tout seul, car au moins les protagonistes ne manquent pas. 
Les styles littéraires sont de leur côté relativement moyens. 
Pas mauvais quoi, sans être transcendants. 

L'idée finale c'est que Vulkan est vivant et Imperium Secundus sont des romans lisibles et somme toute pas désagréables mais ils apportent peu à l'univers en terme de conflit général même si on appréciera franchement certaines scènes jouissives de combat impliquant les primarques ou le développement de leur personnalité dont certaines étaient jusque là restées à peine survolées.

Je donne à ce duo la note de 13/20 en espérant que cette critique vous a plu et que les suivantes mettront moins de temps à se développer dans mon cerveau (malade). 

A la revoyure tout le monde, et à vous les studios !
avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum