David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.

Ronan Le Breton, Arawn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Ronan Le Breton, Arawn

Message par Albéric le Dim 17 Mar - 20:34


Celle-là, c'est moi tout seul qui l'ait faite ! ;)

Résumé :
Monstre. Démon. Abomination. Les hommes imaginent que je suis le diable. Mais que savent-ils du Roi des enfers ? Que savent-ils du Bien et du Mal ? Les hommes... Des petites créatures fragiles qui vivent dans la crainte. Des êtres stupides, aveugles et bornés. Les hommes sont des ignorants... Je me nomme Arawn. Je suis le seigneur de la Terre Brûlée. Le Roi des enfers. Le souverain des morts. Les humains me Redoutent. Ils ont Raison. J'ignore la pitié. Je méprise la faiblesse. Je suis le Dieu de la colère. Le Dieu Vengeur...

Si le tome 1 est un peu faiblard au niveaux dessins, tout le reste est dantesque.
Cette très libre réinterprétation des mythes celtiques est un gros revival Métal Hurlant.
D'ailleurs si le magazine culte qui révolutionna la BD mondiale est mort et enterré en France, il connaît encore de beau jours à l'étranger et les pages d'Arawn contribue à son succès.


Dernière édition par Albéric le Sam 31 Aoû - 19:59, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Ronan Le Breton, Arawn

Message par Marv le Mar 27 Mai - 22:40

Scénariste : LE BRETON Ronan
Dessinateur : GRENIER
Coloriste : GRENIER


T.1 - Bran le maudit


Monstre. Démon. Abomination. Les hommes imaginent que je suis le diable. Mais que savent-ils du Roi des enfers ? Que savent-ils du Bien et du Mal ? Les hommes...
Des petites créatures fragiles qui vivent dans la crainte. Des êtres stupides, aveugles et bornés. Les hommes sont des ignorants... Je me nomme Arawn. Je suis le seigneur de la Terre Brûlée. Le Roi des enfers. Le souverain des morts. Les humains me Redoutent. Ils ont Raison. J'ignore la pitié. Je méprise la faiblesse.
Je suis le Dieu de la colère. Le Dieu Vengeur... 


T.2 - Les liens du sang



Je me nomme Arawn. Je suis le seigneur de la Terre Brulée. Le roi des enfers. Le souverain des morts. Les humains me redoutent. Ils ont raison. J'ignore la pitié. Je méprise la faiblesse. Je suis le Dieu de la colère. Le Dieu Vengeur. Pourtant,il n'en a pas toujours été ainsi. Ecoutez donc mon histoire... Je me souviens... le roi Gresholm m'avait cédé son trône et sa couronne sans résister. J'avais vaincu sans livrer bataille. Je me souviens ... De cet endroit. De cette rencontre. De ce moment, qui resta à jamais gravé dans ma mémoire. De ce jour où, pour la première fois, je posai mes yeux sur Deirdre...



T.3 - La bataille de Cad Goddun


Je me nomme Arawn. Je suis le seigneur de la Terre Brûlée. Le roi des enfers. Le souverain des morts. Les humains me redoutent. Ils ont raison. J'ignore la pitié. Je méprise la faiblesse. Je suis le Dieu de la colère. Le Dieu Vengeur. Pourtant, il n'en a pas toujours été ainsi. Ecoutez donc mon histoire... Je retrouvai Math sur la plaine de Cad Goddun. L'issue de la bataille ne faisait aucun doute. La victoire serait mienne. Et elle promettait d'être écrasante. Nous étions sur mes terres. Nous étions plus forts, plus nombreux. Et j'avais avec moi le chaudron de sang... Mais les dieux sont joueurs...


T.4 - Le chaudron de sang



Je me nomme Arawn. Je suis le seigneur de la Terre Brûlée. Je croyais connaître mon ennemi. Je le pensais loin de moi, sur les terres d’Erin... J’avais tort. Il avait toujours été là. Au plus près. Tout près de mon coeur. Je le croyais mon allié, mon ami, mon compagnon. J’avais une confiance aveugle en lui. J’écoutais ses paroles : Le Chaudron de Sang... Mais il s’est servi de moi, comme il s’est servi des autres. Pour accomplir son plan machiavélique...


T.5 - Résurrection



Je me nomme Arawn. Je suis le seigneur de la Terre Brûlée. Le roi des Enfers. Le souverain des morts. Les humains me redoutent. Ils ont raison. J'ignore la pitié. Je méprise la faiblesse. Je suis le Dieu de la Colère, le Dieu Vengeur. Pourtant, il n'en a pas toujours été ainsi. Écoutez donc mon histoire... Depuis le début, et sans faillir, le Chaudron de Sang suivant son plan. Un maître plan qu'il était le seul à connaître. Dans le moindre détail. Et Engus, mon frère, en faisait partie. Engus était désormais un conquérant invaincu, un chef de guerre invincible, un roi incontestable. Grâce à la toute-puissance sorcellerie du Chaudron, il allait accomplir la prophétie des Osselets du Destin. Il serait l'élu, il allait devenir le Dieu Vivant... Et pourtant, le Chaudron de Sang, je l'avais appris à mes dépens, était un être mystérieux, complexe, insondable, retors, perfide... Comment accorder une confiance aveugle en une créature malveillante et pleine de duplicité ?...
avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Ronan Le Breton, Arawn

Message par Marv le Mar 27 Mai - 22:44

T.6 La Terre Brûlée (Juin 2014)



avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Ronan Le Breton, Arawn

Message par Marv le Mar 27 Mai - 22:54

TOME I

"Monstre. Démon. Abomination. 
Les hommes imaginent que je suis le diable. 
Mais que savent-ils du Roi des enfers ? Que savent-ils du Bien et du Mal ? 
Les hommes... Des petites créatures fragiles qui vivent dans la crainte. Des êtres stupides, aveugles et bornés. 
Les hommes sont des ignorants... 
Je me nomme Arawn. Je suis le seigneur de la Terre Brûlée. Le Roi des enfers. Le souverain des morts. Les humains me Redoutent. Ils ont Raison. J'ignore la pitié. Je méprise la faiblesse.
Je suis le Dieu de la colère. Le Dieu Vengeur... 
Pourtant, il n'en a pas toujours été ainsi. Jadis, j'étais un homme, sorti du ventre d'une mère..."


Bran le maudit est le premier volume d'un cycle consacré à Arawn, un personnage de la mythologie celtique gaélique apparaissant dans le premier des quatre contes médiévaux des Mabinogion.
Dans la mythologie galloise Arawn est l'un des rois d'Annwvyn, le royaume des dieux et des esprits (Sidh en irlandais) au même titre que Havgan envers qui il mène un affrontement éternel chaque année.
Ronan le Breton s'inspire en partie de ces textes médiévaux ainsi que d'autres issues de ce qu'on appelle communément la matière de Bretagne, pour créer sa propre fiction fantasy autour du passé d'Arawn.

De ce fait ce premier tome intitulé Bran le maudit, commence par un prologue où Arawn se prépare à nous conter son histoire en même temps qu'il se définit comme le seigneur du chaos, le dieu de la colère, le dieu de la vengeance, un être dépourvut de la moindre émotion après qu'il se soit lui-même arraché le cœur pour ne plus souffrir perpétuellement de la disparition du seul être aimé et aimant. 
À noter la très belle troisième case de la page 6 nous montrant Deirdre allongé sur son lit de mort, imagerie qui rappelle dans sa forme la scène où Arwen pleure en songe la mort du roi Aragorn dans le film de Peter Jackson.
Alors que Siamh, une jeune guerrière fuyant la civilisation des hommes, trouve refuge dans les montagnes enneigées, elle est attaquée par un Fire Bolg, un être que qualifie Ronan comme immense, archaïque et sauvage. Elle est sauvée in extremis par Dag, un puissant barbare dépositaire de la hache du soleil. D'une union et d'un amour auquel elle n'aurait pu espérer, naîtra des jumeaux Math et Kern.

Quelque temps après, les jeunes parents accueillent sous leur toit un mystérieux inconnu se prénommant Bran qui cherche un asile pour la nuit. Pour les remercier de leur charité, il leur construira une forge dont il se servira lui-même pour élaborer un chaudron mystérieux. En pleine nuit, alors que le jeune couple s'est endormi, Bran assassine Dag dans son sommeil, il sera ensuite tué par Siamh (après qu'il l'est violé) alors qu'il s’apprêtait à offrir au chaudron de sang la chair et le sang des deux nourrissons.
De cette nuit mortelle, le ventre de la jeune mère sera empoisonné par un mal perfide.

Alors qu'elle s'apprête à mettre un terme à sa nouvelle grossesse, les osselets du destin lui révèlent quatre prophéties :
_ elle aura à nouveau deux fils.
_ Quatre héros, Un ours, un cerf, un serpent, un corbeau
_ Le premier sera l'égal d'un Dieu, le second aura le cœur rongé de vers, le troisième serra assassiné dans son sommeil, _ le dernier trahira son sang.
_ Ses quatre fils s'affronteront dans une lutte sans merci et aucun n'en réchappera.

Siamh décide de conserver les enfants de Bran, Engus et Arawn, afin de s'assurer qu'aucun des deux n'est l'élue.
Saluons Ronan le Breton pour la densité et la beauté scénaristique de ce premier volume qui nous dévoile une partie de la jeunesse des quatre frères et notamment leurs quêtes initiatiques pour s'accomplir en tant qu'homme. Chaque enfant devra accomplir une épreuve imposée afin de mériter son affiliation paternelle et recevoir l'un des objets de pouvoir, la hache du soleil, le bâton des sylves, le manteau des ombres et le chaudron de sang. Et c'est ainsi que Math subira l'épreuve du feu, Kern l'épreuve de la terre, Engus l'épreuve de l'air et Arawn l'épreuve de l'eau.


En mêlant un bestiaire montueux qui rappelle autant la Grèce mythologique que celtique ou nordique, Ronan le Breton nous régale et nous livre un pur moment de dark fantasy comme on en voit que trop peu souvent. Ce volume met également en avant les relations compliquées entre Siamh et Arawn, le rejet d'une mère envers son fils qui conditionnera bien des choses. Et pourtant, malgré l'image de Bran qu'elle voit en Arawn, de tous ses enfants, et ce bien qu'elle voue un attachement particulier à Math, Arawn sera le seul à bénéficier d'une aide pour l’accomplissement de son épreuve.
C'est à la fois un récit brutal et violent, tout en restant par la plume de Ronan, un fabuleux conte d'où se dégage une belle poésie baroque.
Les planches de Sébastien Grenier mettent plus que jamais en avant le travail du scénariste pour nous offrir des cases d'une beauté hypnotique. Alors qu'on pouvait attendre raisonnablement Aleksi Briclot au dessin (après son travail sur les tomes 1 et 2 des légendes de la table ronde où apparaissait le personnage pour la première fois), Sébastien Grenier s'affirme comme l'un des plus grands dessinateurs actuel. La première case de la planche 39 où l'on voit le jeune Arawn et sa meute de loup, dévorait les entrailles d'un cerf fraîchement tué, est caractéristique de la capacité du dessinateur à sublimer la noirceur du récit.

Arawn est une BD somptueuse par son fond et sa forme, elle est l'aboutissement du travail de deux grands artistes, Ronan le Breton le scénariste et Sébastien grenier au dessin et à l'encrage.

avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Ronan Le Breton, Arawn

Message par Marv le Mar 27 Mai - 23:04

Les Chroniques D'Arawn
T.1 - L'Île des Géants

Scénariste : LE BRETON Ronan
Dessinateur : GIORELLO
Coloriste : DIGIKORE STUDIOS


ARAWN NARRE L'HISTOIRE DE SON REDOUTABLE FRERE MATH

Math. Un guerrier brutal et sans pitié. Une bête sanguinaire. Une machine à tuer…
“Je me nomme Arawn. Je suis le seigneur de la Terre Brûlée. Le roi des enfers. Le souverain des morts. Les humains me redoutent. Ils ont raison. J’ignore la pitié. Je méprise la faiblesse. Je suis le Dieu de la colère. Le Dieu Vengeur. Écoutez donc mes Chroniques…”
Arawn revient sur le passé de son frère Math:
Il nous raconte comment son demi frère a conquis l’île d’Erin, l’île des Géants; les périls qu’il a dû affronter avant d’atteindre la citadelle du roi; la colère de Coichenn, un monstre invincible, une créature antédiluvienne, qui guette au plus profond de l’abysse; les sauvages Formhoirés; une horde de géants difformes aux moeurs cannibales; la colère de leur chef, le terrifiant Balor, à l’oeil mauvais…




T.2 - Le Dieu Vivant  (Janvier 2013)

Scénariste : LE BRETON Ronan
Dessinateur : BENOIT
Coloriste : BENOIT



ARAWN NARE L’HISTOIRE DE SON FRÈRE DE SANG ENGUS, UN ROI PERVERS ET CORROMPU

Dans ce second tome, Arawn revient sur le passé de son frère Engus.
Il nous raconte comment celui-ci en est venu à le trahir, à obtenir l’appui du tout puissant Chaudron de Sang et à conquérir les royaumes de ses frères : Kern, Arawn, puis Math... Et finalement à accomplir la quatrième prophétie, être l’élu, devenir l’égal d’un dieu.
Arawn nous raconte comment Engus a tout sacrifié pour la quête du pouvoir absolu, la perte de son âme et de sa raison, mais aussi la folie du roi Engus, la démence de celui qui se fit appeler le Dieu vivant.



Engus. Mon frère. Mon sang. Nous avions juré. Un serment de loyauté. A la vie à la mort. Et pourtant. Il m'a trahi. Il a renié sa parole. Il a préféré s'allier avec le Chaudron de Sang. Un pacte sombre et funeste. Pour moi comme pour lui... Engus a commis le pire des crimes. M'assassiner, alors qu'il m'avait juré fidélité... Il s'imaginait au dessus des lois des Dieux. Il se croyait l'élu, le Dieu vivant dont parlait la prophétie. Engus. Un roi pervers et corrompu. Un seigneur vaniteux et avide de pouvoir. Souvenez-vous... Après ma cuisante défaite de Cad Gouddun. Owen déserta le champ de bataille et offrit ses services à ce serpent qui se prétendait encore mon frère. Engus. Tel est le récit que je vais vous conter à présent...
avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Ronan Le Breton, Arawn

Message par Marv le Mar 27 Mai - 23:06

Les Chroniques d'Arawn Tome 1

Dans ce premier volume des Chroniques d'Arawn, Ronan Le Breton nous relate les événements qui ont porté Math, l'un des quatre frères d'Arawn, sur le trône d'Érin (Irlande).
Dans les premières planches nous le découvrons comme une force de la nature, un meneur d'hommes, un combattant implacable, un être voué à l'accomplissement de son destin.

Sur bien des aspects ce Math nous rappelle d'autres figures howardienne tel Conan ou Sláine.
Un destin tragique emportera la femme dont il est épris et consumera les derniers vestiges de son humanité.
Le Dieu de la guerre est en marche et ni le titan Coichenn, ni les puissants Fommhoires, ni le géant Balor, ni les puissantes murailles de la forteresse d'Érin, ne pourront l'empêcher de s’emparer de la couronne des rois d'Érin.

Tomas Giorello succède à Sébastien Grenier au dessin (bien que ce dernier réalise la couverture ainsi qu'une planche intérieure), son style est plus classique que ce dernier mais la qualité des encrages maintient une certaine cohérence graphique avec la série mère.
Cet ouvrage est idéal pour compléter la narration de la série Arawn bien qu'il soit d'une qualité légèrement en deçà (scénario et dessin).
A déconseiller si vous n'avez pas lu les premiers tomes d'Arawn avant.
avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Ronan Le Breton, Arawn

Message par Marv le Mer 28 Mai - 15:17

Farmace a écrit:
TOME I

Comment mélanger un style graphique où chaque image est une case unique comme un tableau, où le scénario mêle culture celtique et médiévale, où les combats épiques et la rage de chaque personnage est un emportement qui nous attire dans une toile démoniaque ?
C’est sans doute en créant Arawn que Le Breton a souhaité répondre à cette question. Dès les premières images on est frappé par un graphisme puissant, presque agressif, totalement cohérent face à un scénario qui nous indique dès les premières lignes de textes que le sang coulera à flots. Et c’est soucieux de jouer des ficelles classiques du genre pour mieux nous tromper que nous suivons ici le fil soigneusement tissé afin de nous induire en erreur. 

Nous débutons par la fin, en enfer où un roi-dieu entouré de créatures étranges et dangereuses marche dans un domaine qui lui semble tout dévoué.
Les images nous frappent, tout n’est que sombre et démoniaque beauté dans un environnement parsemé de démesure, de décors incroyables, dans laquelle la narration nous prévient que l’histoire qui va nous être contée ne sera que malheurs et exploits.
Voilà ce qu’est cette histoire : une conversation entre le roi des enfers et son défunt barde dont seule la tête est présente, se remémorant une terrible histoire passée. 


Ainsi commencent les choses. Un héros épouse une belle et puissante guerrière, ils ont de beaux enfants, futurs guerriers de légende… Si seulement cela était si simple. Un intrus, assassin, violeur et sorcier débarque, et du fruit de ses actes immondes jaillissent deux nouveaux enfants.
Parmi eux, Arawn, malformés, élevé par des loups, sauvage et puissant.
Sa mère apprend par un artefact, les osselets du destin, que l’un de ses fils sera promis à une destinée d’exception. Difficile pour elle de rester objective entre les rejetons issus de son amour et ceux de son viol, et pourtant, chacun reçois sa chance.
Tous partent dans une quête épique et solitaire où ils vont s’emparer d’un artefact d’exception. Une hache pouvant fendre la tête d’un dragon et résister à la lave pour l’un, un manteau d’invisibilité pour l’autre, un bâton magiquement relié à la nature au pouvoir surpuissant… et un chaudron démoniaque, véritable porte des enfers, pour Arawn. 

Puis chacun va se tailler une place dans un royaume celtique à coup de lame et de violence. Peu à peu, on s’aperçoit que le plus sauvage du lot n’est pas celui que l’on pourrait penser.
Math, fils légitime, est un monstre assoiffé de carnage, incapable de mesure, ambitieux comme un tyran, tueur de quiconque s’oppose à lui (y compris femmes et enfant), ceci sans parler de ses abus de boissons lui faisant perdre tout contrôle.
Ce premier tome nous fait passer des moments aussi sombres qu’épiques où la légende se mêle aux hauts faits. C’est sur une note de suspense que l’on voit Arawn prendre un trône, ses yeux se perdant sur la plus belle femme du monde…

Il est au final difficile d’avoir une opinion positive sur ce joyau de la Dark Heroic Fantasy pour peu que l’on souhaite s’abandonner à de classiques récits où les héros sont honorables et respectables. En chacun sommeille une colère, un démon ne demandant qu’à être libéré, et le graphisme frappant nous évoque bien souvent une lutte où les héros sont d’ignobles bêtes surhumaines plutôt qu’autre chose.
En revanche, l’amateur de combats épique, d’ambiance sombre, de décors dantesques et de scénario terrible et profond dans l’horreur trouvera ici une nouvelle référence absolue pour sa bibliothèque.
Le graphisme particulier plaira ou ne plaira pas, selon l’éternel combat des goûts et des couleurs, mais il est indéniable qu’il sert le récit avec efficacité. 


Arawn est une perle du genre, mais une perle noire, qu’on se le dise.

FARMACE RHAIDEN


Dernière édition par MEGALOCK le Mer 28 Mai - 23:28, édité 1 fois
avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Ronan Le Breton, Arawn

Message par Marv le Mer 28 Mai - 15:18

Farmace a écrit:
ARAWN TOME II

Avant propos :
Dans ma précédente critique d’Arawn, j’ai relaté des évènements ayant lieu dans le tome 2, à savoir dans le tome motivant ma critique de ce soir, aussi sera-t-elle plus courte pour des raisons évidentes.
Alors que le premier tome de la série nous laissait sur une touche de suspense, promesse de sensualité future, on s’étonne, on s’agace presque, de constater que la suite nous amène à retrouver la mère des quatre protagonistes principaux. Graphiquement, rien n’a changé : ni inférieur ni supérieur, la cohérence graphique entre les deux tomes nous donne l’impression qu’ils sont sortis en librairie à quelques minutes d’intervalle ; un bon point quand on sait que nombre de dessinateurs aiment faire évoluer leur style au fil des tomes. 

La mère d’Arawn, donc, est attaquée par des sortes de loups garous, ajoutant au bestiaire fantastique déjà présent une nouvelle forme de sauvagerie. On s’étonne un peu de la facilité avec laquelle pareilles créatures se font botter le train par la guerrière farouche qui ne semble pas avoir pris une ride, et ce alors que ses marmots ont au minimum la vingtaine chacun.

Ici repose d’ailleurs peut-être une première faiblesse remarquable en termes de cohérence visuelle : la mère semble à peine plus âgée que ses fils, malgré sa chevelure blanche (qui l’était déjà au tout début du premier tome, soit quand elle n’avait même pas encore trouvé son époux et ne peut donc être affilié à un quelconque signe de vieillesse, ndlr). 
Ce fait relevant cependant du détail ne gêne pas la lecture, car le fil de l’action s’avère prenant, et du mystère teinté de suspense, sous la forme d’une étrange silhouette encapuchonnée, fait son apparition. 


Nous enchainons ensuite sur la façon exacte dont chacun des protagonistes s’est emparé de son royaume respectif. L’un par intimidation, l’autre par ruse, le troisième par sauvagerie, et le dernier par un duel « au sommet ».
Une attention toute particulière est alors accordée à Arawn, et plus précisément à la naissance de son amour pour Deirdre, reine à la beauté écarlate. Ici apparaissent des points clefs de la psychologie des personnages.
Arawn, détenteur d’une épée noire donnée par son chaudron maudit est souvent représenté avec des yeux rouges, tel un démon infernal.
Pourtant, le voici désormais amoureux, mélancolique, impuissant face au regard d’une femme à qui il abandonne littéralement sa vie. Les sentiments s’avèrent réciproquent, et plusieurs images partageant tendresse et érotisme charment l’œil du lecteur, pour peu que le type de graphisme bien particulier, systématiquement expressif à l’extrême, soit de son goût. 


Arawn a dans ce tome l’air plus humain que jamais, malgré sa force herculéenne exercée contre des géants de montagnes qui le désignent comme chef lorsqu’il a occis le leur, dans une scène digne des meilleurs péplums titanesques.
Arawn se taille un royaume puissant et respecté ; il épouse sa compagne, convie ses frères dans le but d’oublier les anciennes querelles, alors que deux des loups de l’ancienne harde l’ayant élevé reviennent à ses côtés… 


On apprend ici que le plus monstrueux des fils de l’amazone n’est pas celui qui est pourtant désormais roi des enfers. Math, ivre d’hydromel et de sa légendaire mauvaise humeur (euphémisme), provoqué par l’un de ses frères, fini par violer l’épouse d’Arawn lorsque celle-ci se quitte la fête pour aller se reposer. Puis, l’enlevant, il réveille la haine de son frère lorsque celui-ci apprend l’acte de vilenie.
Une guerre se prépare, le chaudron diabolique murmure à l’esprit d’Arawn fou de douleur et de fureur. C’est un Arawn, narrateur de l’histoire et roi des enfers, qui termine sur l’annonce de sa victoire imminente et impossible à stopper, nous laissant sur un terrible « mais les dieux sont joueurs » avant de mieux nous laisser ainsi sur notre faim…

En conclusion, l’histoire avance vite dans ce second tome, qui pose autant de mystères qu’il ne répond aux précédentes questions. Le graphisme est toujours au service des dantesques scènes de bataille, et la narration du roi des enfers parlant avec la tête de son défunt serviteur (avec lequel il se dispute de façon presque comique), ne souffre pas de réel défaut.
Le langage est soutenu, le suspense présent, les scènes toujours plongées dans un épique bien trop grand pour être réaliste, ce qui nous donne, sans nul doute volontairement, à penser que nous suivons plus des demis dieux que de véritables hommes. 


Le Breton nous livre ici une réécriture des mythes celtes tels que ceux-ci auraient sans doute aimé les voir et les entendre en leur temps. Les seuls réels défauts tiennent dans la perception individuelle de la part de chaque lecteur. Ce graphisme très marqué et totalement dépourvu de neutralité peut fatiguer l’œil du lecteur plus habitué à la simplicité, de même que les océans d’hémoglobines présents peuvent dégoûter ceux préférant les morts rares et tragiques.

Car assurément, Arawn n’est pas à mettre entre toutes les mains. L’amateur de violence extrême et d’épique de tous les instants ne pourra que se jeter sur cette série, là où l’amateur de sobriété passera son chemin sans mot dire face à des évènements abominables et un style graphique qu’on peut parfois qualifier de chargé, mais jamais imprécis. La suite au tome 3 !

FARMACE RHAIDEN
avatar
Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Ronan Le Breton, Arawn

Message par JMtimba le Ven 18 Juil - 20:05

Je jetterai un oeil à cette série à mon retour en France!
avatar
JMtimba
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 28/06/2007

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Ronan Le Breton, Arawn

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum