David Gemmel
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.

Mathieu Mariolle, La Voie du Sabre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Mathieu Mariolle, La Voie du Sabre

Message par Marv le Mer 7 Mai - 9:28

Les Cendres de l'Enfance, Premier Rouleau


Dessinateurs : Mikaël BOURGOIN, Yann TISSERON, Federico FERNIANI
Scénariste : Mathieu MARIOLLE, Thomas DAY
Coloriste : Jean-Paul FERNANDEZ
Éditions : GLENAT 


« Confie-moi plutôt ton fils, il est vierge de toute mauvaise influence, son esprit est souple comme une herbe...
Quinze années, vingt années, il me faudra bien cela pour vider sa tête complètement et lui enseigner la Voie du Sabre qui met dieux et femmes à genoux. »
Miyamoto Musashi


Surprenante adaptation du roman de Thomas Day, La voie du sabre est  à la fois un chef d'oeuvre pyrotechnique mais également une magnifique et respectueuse adaptation du roman de Thomas Day. 

Sous la plume de Mathieu MARIOLLE, l'ambiance du roman est parfaitement retranscrite et nous offre au travers de ce premier volume de cette trilogie, une bien belle entrée en matière. Conjuguant à la fois le roman d'aventure et le roman fantasy, l'histoire est dense et généreuse pour servir un récit initiatique transpirant des effluves philosophique et poétique propre au matériaux originel. 

Alors que tout oppose le jeune Mikédi à Miyamoto Musashi, ce dernier décide de le prendre sous son aile et de lui enseigner la voie du sabre...
En se confrontant au monde dans les pas de Miyamoto, Mikedi entreprendra un chemin que le mènera autant sur la voie du sabre que sur celle de la sagesse, mais cela passera par une remise en cause de tout ce qu'il est et de tout ce en quoi il aspire...
On comprend très vite que l'apprentissage sera difficile tant il voue envers son mentor des sentiments contrastés, allant du respect à la haine, mais l'enseignement qui lui est proposé ne peut se faire sans en accepter une déconstruction autant physique que mentale, tel est le prix à payer pour aspirer à la voie du sabre.

La voie du Sabre est une ÉNORME surprise autant par sa qualité narrative que par sa qualité graphique exceptionnelle, à ce titre chaque planches, chaque cases est une merveille renforçant plus que jamais l'idée de roman graphique.
Quand la forme et le fond sont à ce point de haute volée, on est pas loin du chef d'oeuvre.

Si les deux derniers tomes suivent cette même voie, nul doute qu'on s'achemine avec ce triptyque vers la voie de la perfection...


http://avalonfantasyforum.bbfr.net/t501-la-voie-du-sabre-de-mathieu-mariolle


Dernière édition par MEGALOCK le Mar 27 Mai - 18:25, édité 3 fois

Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square MATHIEU MARIOLLE, LA VOIE DU SABRE

Message par Albéric le Jeu 8 Mai - 19:02

belle présentation d'une belle BD

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Mathieu Mariolle, La Voie du Sabre

Message par Marv le Mar 10 Nov - 15:08




Un tome 2 dans la lignée du premier et qui frise l'excellence en fait, Federico Ferniani qui assure quasiment tout seul au dessin fait preuve une nouvelle fois de génie visuel.
Poétique et sensuelle, sanglante et violente, chaque planche est une pure tuerie graphique, en gros çà claque !
Au niveau de l'histoire çà avance plutôt bien, Mikedi poursuit son parcours initiatique sous la houlette d'un Miyamoto plutôt absent mais qui laisse son élève entre de bonnes mains afin de poursuivre un enseignement sur la Vie et ainsi pouvoir se rapprocher de l'état d'esprit nécessaire pour s'ouvrir à la voie du sabre.
Dans ce tome Mikedi ne s'ennuie pas vraiment, il fait un plongeon vertigineux vers une vie adulte et de labeurs, il fait l’expérience d'une amitié qui se transforme tel un papillon en amour pour finalement prendre conscience que sa voie ne pourra être qu'une route pavée de sacrifices.
Il apprend à s'abreuver jusqu'à plus soif des plaisirs de la chair, devient expert en matière des sens et en même temps s'élève au-dessus de la tentation et de la passion.
Il y a une forme de déshumanisation de la perception dans l'apprentissage de la voie du sabre et le final du volume amène le jeune homme à cet instant fatidique où il se confronte à un choix et en cela découle l’expérience de la guerre.
Si l’élève ne devient pas le maitre il semble s’émanciper de l'aura tutélaire de Miyamoto, ce dernier commence d'ailleurs à prendre la mesure de la force qu'il a créé.

Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum