David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Bernard Cornwell, L'Ennemi de Sharpe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Bernard Cornwell, L'Ennemi de Sharpe

Message par Derfel le Jeu 23 Jan - 14:45

Noël 1812.

Richard Sharpe, promu commandant dans l'armée de Wellington, conduit ses hommes dans le froid mordant des montagnes espagnoles avec un objectif : libérer des femmes de l'aristocratie prises en otages par une armée de déserteurs, composée de renégats français, espagnols ou encore britanniques, ayant investi la forteresse et le couvent d'Adrados. En même temps qu'il affronte cette troupe de pillards, parmi lesquels l'ignoble sergent anglais Obadiah Hakeswill, Sharpe doit protéger ses flancs contre les assauts des forces françaises. A la tête d'une simple compagnie, il peut cependant compter sur la géniale invention de sir William Congreve, une fusée explosive encore imprécise et dangereuse, mais capable d'influer sur le cours d'une bataille.

Promu commandant, Sharpe est envoyé dans les montagnes espagnoles pour libérer des otages. Il doit alors affronter différents ennemis, mais le cours de la bataille risque d'être bouleversé grâce à une nouvelle invention : la fusée explosive.
A ma connaissance, c'est le premier Sharpe qui ne soit pas basé sur une bataille ayant réellement existé. Cependant, le concept d'une armée de déserteurs regroupé sous une même bannière est une réalité historique. Cornwell a donc brodé sur ce fait et concocté un roman hautement épique.


Le tout met un peu de temps à se mettre en branle, mais sitôt le tiers du roman d'écoulé, l'auteur prend son rythme de croisière, la seconde moitié du roman ne consistant qu'en une seule bataille entre forces anglaises et françaises.


Comme d'habitude, l'action est mené de main de maître par Bernard Cornwell et il réussit à nous entraîner au coeur du combat. L'histoire est centré sur Richard Sharpe, les personnages secondaires servant plus de faire-valoir.
La notice historique habituelle est une fois de plus fort intéressante et aide à faire la part des choses entre le vrai de l'imaginaire dans ce roman, l'auteur expliquant le pourquoi de ses choix afin de mener l'intrigue tambour battant.


Un roman qui est un vrai plaisir à lire. Personnellement, ça m'a pris moins de 24 heures pour me farcir les 369 pages du livre. Un vrai plaisir , une écriture mature en enlevée.

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum