David Gemmel
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Graham Masterton, Tengu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Graham Masterton, Tengu

Message par Albéric le Mer 8 Jan - 19:07


Résumé :
C'est le plus redoutable des démons de la mythologie japonaise. Le pouvoir maléfique du Tengu ne connaît pas de limites. Ceux qu'il possède se transforment en de véritables machines à tuer, dotées d'une force surhumaine, insensibles à la douleur, invincibles au combat. Les guerriers masqués du Tengu se sont infiltrés à Los Angeles. A eux seuls ils pourraient plonger la ville dans un bain de sang, mais ils ne sont que l'un des éléments d'un plan diabolique qui vise à rayer les États-Unis de la carte, une bonne fois pour toutes.

A chaud : le mélange thriller, humour noir, cul et gore fonctionne bien. Mieux, ce roman de 1983 a très bien vieilli, ayant à plusieurs moment eu l'impression d'être devant un 24h chrono avec des démons issus du folklore japonais. Bref, ma 1ère incursion dans les univers de Graham Masterton est une réussite : j'y reviendrai avec plaisir.

PS: et je compléterai mon compte-rendu à froid


Dernière édition par Albéric le Jeu 29 Oct - 21:43, édité 2 fois

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Graham Masterton, Tengu

Message par Albéric le Dim 26 Jan - 18:48

L’entrée en matière est vraiment bien troussée à l’image du roman dans son ensemble : un chouette roller-coaster !
On suit dans la trivialité du quotidien la starlette d’un quelconque soap opera angélitain, passage aux WC et description du vibromasseur y compris, avant d’envoyer tout bouler avec une scène bien gore qui lance le roman. Pourtant ce n’était pas faute de nous avoir prévenus dès la 1ère phrase ! Et l’auteur va tout naturellement rythmer son récit du début à la fin du roman par une succession de scènes horrifiques et horrifiantes de bon aloi.
Tout le fantastique du roman (et donc toutes les scènes gore) est amené par un démon japonais. Dommage d’avoir développé uniquement l’un des sept Kami noirs évoqués par les légendes japonaises, cela aurait amené plus de diversité aux situations et aux scènes d’action.
On vogue quand même un peu sur la nippophobie des années 80 avec des piques contre Datsun, Sony, Toshiba, Toyota, Panasonic et les whiskies Suntory… Mais sans vouloir trop en dévoiler, on est plus proche de Black Sun que de Soleil Levant. En effet niveau intrigue, une fois qu’on a compris qui était les « colombes brûlées » et les « aigles en flammes » qui donnent leurs noms aux 2 parties du livre, on devine assez facilement comment tout cela va finir… Très mal évidemment : sad end garantie !
En effet l’auteur se garde bien d’ailleurs de prendre parti pour l’un ou l’autre camp du roman. Quoique mine de rien, il y a des passages très critiques sur la stratégie américaine lors de la Guerre du Pacifique et dans le grand final on brouille les pistes puisque qu’on combat le mal absolu par un autre mal absolu.

On nous offre une galerie humaine bien fournie, mais là où un Stephen King se concentre sur la vivisection de l’Amérique moyenne voire profonde, Graham Masterton collectionne volontairement has been et ripoux, des petits poissons aux gros requins… Cette force peut aussi être une faiblesse car si l’alternance des POV permet de bien rythmer et bien varier l’intrigue, le fil directeur ne se laisse pas facilement attraper entre les dupes de Kappa qui enquêtent sur leur mystérieux commanditaire, les forces de l’ordre complètement larguées et un drôle de Scooby gang composé d’un vétéran traumatisé de la WWII, d’un intermittent du spectacle, d’un culturiste nommé El Destructo et d’un créateur de richesses véreux…


Et attention il y a du cul. On ne saurait oublier qu’en plus d’avoir rédigé des manuels d’érotisme, l’auteur a été le rédacteur en chef du magazine Penthouse : c’est cru, varié et explicite donc pornographique. Il y a même des trucs sado-maso assez sales et quelques pratiques carrément glauques avec des **** et des ****… Mais cela ne vient jamais vampiriser l’intrigue ou l’ambiance horrifique.

Le fin est un peu précipitée, mais qu’importe ma 1ère incursion dans les univers de Graham Masterton est une réussite. Mieux ce roman daté de 1983 a très bien vieilli, car au-delà du background eighties, j’ai presque eu l’impression d’être devant une version fantastique de la série culte 24h chrono. Le concept est supra-cool car oui ce roman pourrait être l’objet d’une adaptation cinématographique du tonnerre…

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Graham Masterton, Tengu

Message par Marv le Jeu 29 Oct - 19:34



Une œuvre à appréhender de la même manière que si l'on s'apprêtait à passer un bon moment devant une bonne série B horrifique. C'est le type même du roman qu'on ne lira pas forcément plus d'une fois, mais avec lequel on aura passé un grand moment de divertissement, Graham Masterton étant manifestement maître dans l'art de jouer avec nos émotions tout comme avec nos peurs, même les plus indiscrètes.
Tengu est un roman polymorphe qui débute comme un thriller horrifique pour progressivement se fondre en un frénétique actionner-fantastique.

Bien que je reconnaisse que le roman n'aurait pas pu tourner uniquement autour des agissements de cette créature "le Tengu" mi-zombie mi-démon/asiatique, je dois reconnaître avoir été moins emballé par le développement de l'intrigue sous-jacente mené par une organisation secrète nippone, cette histoire de complot visant l'intégrité de la civilisation américaine et ce en représailles aux attaques nucléaires et ses conséquences.
J'ai trouvé l'auteur moins captivant à partir du moment où l'essentiel de l'intrigue était "très vite" exposé, et à ce moment là Masterton aurait gagné à conclure son roman plus rapidement qu'il ne la fait.
La seconde faiblesse du roman, c'est l'absence d'un vrai personnage principal, d'un côté c'est intéressant parce que cela donne l'illusion que personne n'est intouchable dans le récit, d'un autre côté on ne réussit pas à s'attacher.

Les points forts du roman sont la force des scènes horrifiques qui sont pour le coup visuellement époustouflantes et traumatisantes (la scène de l’hôpital est un must), je n'ai pas été spécialement dérangé non plus par les scènes très chaudes qui émoustillent, enfin pardon qui émaillent l'histoire bien au contraire cela fait du bien de parfois de relâcher la pression (au sens figuré je m'entends)  entre deux scènes bien gores :)
Le final est caractéristique de l'époque, un épilogue désabusé et cynique comme on pouvait en retrouver dans grand nombre de série B ou Z des années 80 (zombie par exemple), j'adore.

Un livre qui sait finalement se montrer efficace à défaut d'être brillant, un livre que je conseille aux amateurs du genre bien qu'il ne constitue pas en soi l’œuvre la plus représentative de la valeur de son auteur.

Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Graham Masterton, Tengu

Message par Albéric le Jeu 29 Oct - 21:45

Faut pas se leurrer, le prolifique auteur n'a jamais eu d'autre ambition que celle de mijoter des page-turner courts et efficaces... Et quelque part, c'est un peu dommage.
Après de ce que j'ai lu, j'ai trouvé que celui-ci était le mieux écrit et/ou traduit. Mais c'était peut-être le plaisir de la découverte ?


Dernière édition par Albéric le Sam 23 Jan - 18:35, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Graham Masterton, Tengu

Message par Marv le Ven 30 Oct - 0:16

De ce que j'ai vu ici ou là sur le net , la trilogie des guerriers de la nuit, le cycle sur Manitou, les one-shit Démences et le démon des morts, sont assez souvent cités par les fans de l'auteur comme les œuvres les "meilleurs".

Moi j'ai pas encore  lu grand chose de masterton, "le portrait du mal" que j'ai trouvé très bien ficelé  par contre j'ai fais le plein de livres de l'auteur chez un bouquiniste j'ai de quoi faire

Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Graham Masterton, Tengu

Message par Albéric le Ven 30 Oct - 8:35

Marv a écrit:les one-shit
lol, je retiens l'expression

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Graham Masterton, Tengu

Message par Marv le Ven 30 Oct - 10:44

Albéric a écrit:
Marv a écrit:les one-shit
lol, je retiens l'expression

j'avais pas vu lol mais pour cette fois c'etait tout sauf un lapsus d'ailleurs je sais plus sur quel forum ou quel site mais j'ai vu qu'un gars qui écrivait lapsus systématiquement comme çà : lapsuce, ou bien à la place de bonjour , bonjouir.

Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum