David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Jack Vance, Le Cycle de Cadwal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Jack Vance, Le Cycle de Cadwal

Message par Albéric le Jeu 19 Déc - 18:00



Résumé :
Glawen Clattuc — seize ans, toute la témérité des Clattuc — entre comme stagiaire au Bureau des Enquêtes. Il sera fonctionnaire, mais uniquement s'il améliore son Indice : sa mère était née hors planète, ce qui est un handicap pour lui. Sur Cadwal, planète-réserve où la protection de la nature passe en priorité, on restreint le nombre de fonctionnaires et bien des cadets de famille tombent au rang ingrat de collatéraux. Glawen fait donc du zèle, il est de toutes les enquêtes. Mais où mènent-elles ? Aux autres enquêteurs (qui vendraient leur grand-mère pour devenir fonctionnaires) ; aux immigrés, les Yips, trop nombreux aussi, impatients d'occuper la réserve ; au mouvement Vie, Paix et Liberté qui les soutient, ce qui divise les maîtres de Cadwal. Trop de gens ont intérêt à brouiller les pistes.


Résumé :
Glawen Clattuc — seize ans, toute la témérité des Clattuc — entre comme stagiaire au Bureau des Enquêtes. Il sera fonctionnaire, mais uniquement s'il améliore son indice : sa mère était née hors planète, ce qui est un handicap pour sa promotion. Sur Cadwal, planète-réserve où la protection de la nature passe en priorité, on restreint le nombre de fonctionnaires et bien des cadets de famille tombent au rang ingrat de collatéraux. Glawen fait donc du zèle, il est de toutes les enquêtes. Mais où mènent-elles ? Aux autres enquêteurs (qui vendraient leur grand-mère pour devenir fonctionnaires) ; aux immigrés, les Yips, trop nombreux aussi, impatients d'occuper la réserve ; au mouvement Vie, Paix et Liberté qui les soutient, ce qui divise les maîtres de Cadwal. Trop de gens ont intérêt à brouiller les pistes. A la fin du premier volume des Chroniques de Cadwal, le lecteur avait laissé Glawen en proie aux plus grandes inquiétudes : son père, qui a été enlevé, est-il encore vie ? Wayness reviendra-t-elle de sa mission sur Terre ?


Dernière édition par Albéric le Jeu 19 Déc - 18:01, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Jack Vance, Le Cycle de Cadwal

Message par Albéric le Jeu 19 Déc - 18:01

Concernant Throy :

C’est par inadvertance que je me suis retrouvé à débuter par la fin du cycle. Qu’importe puisque que l’auteur résume tout ce qu’il faut savoir dans ses prolégomènes. Mais force est de constater que ce livre accuse carrément son âge alors qu’il ne date que de 1992. Ce n’était pas terrible du tout alors que je me faisais une joie de retrouver Jack Vance.
On commence par un débat politique entre aristo conservateurs chartistes (UMP ?) et bobos progressistes VPL (PS ?) au sujet d’écologie et des conditions de vie des indigènes (anciens humains surnuméraires de la station d’observation condamnés à l’exile et retournés au niveau technologique des peuples premiers, qui ici rassemblement furieusement aux Afro-Américains voire aux Africains tout court tant cela fleure bon le paternaliste colonial. Paternalisme colonial bien hypocrite comme le prouvera toute la suite du roman).

Entre roman policier et roman d’espionnage tout s’enchaîne comme dans un pulp old school avec ses péripéties qui mènent à d’autres péripéties. Il ne faut pas trop rechercher de cohérence à l’ensemble et donc la suspension d’incrédulité est requise. La résolution des intrigues est plutôt brouillonne et pas satisfaisante pour les Yips qui se retrouvent finalement les dupes des 2 camps. Mais la morale est sauve puisque les méchants et surtout les méchantes sont châtiés comme il se doit.
Toutefois le space-opera vintage se transmue ça et là en véritable planet opera dans des passages écologiques, ethnologiques ou sociologiques bien sentis mais trop courts et trop peu nombreux pour tirer l’ensemble vers le haut.

Il faut quand même creuser un point. Oui tout le roman fleure bon au mauvais la condescendance de l’Homme Blanc. Mais Jack Vance brouille les pistes : les chartistes n’en n’ont pas plus à carrer des indigènes Yips que les VPListes. Ces derniers prétendent défendre leurs droits, mais ne parlent que de l’obtention de manoirs cossus occupés par de dociles servantes à la peau ambrée. D’ailleurs ils utilisent les Yips pour leur coup d’Etat mais s’en débarrassent sans vergogne dès que le vent tourne. Pire, ils nient leur condition d’êtres humains lors de leur procès pour sauver leurs petites personnes et leurs petits egos. Le passage le plus ambivalent reste celui où un personnage fustige la paresse des indigènes et que l’un d’entre eux lui répond « Si c’est moi le paresseux, pourquoi est-ce moi qui porte vos bagages ? »
Malin comme un singe ce bon vieux Jack Vance

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum