David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Mark Lawrence, L'Empire brisé

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

White Square Re: Mark Lawrence, L'Empire brisé

Message par Albéric le Ven 28 Oct - 19:54

et en janvier prochain :


__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Mark Lawrence, L'Empire brisé

Message par Albéric le Mer 11 Jan - 15:20

la version poche du 2e cycle débute en mars 2017 :


__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Mark Lawrence, L'Empire brisé

Message par Albéric le Dim 14 Jan - 12:44

résumé tome 3 : La Roue d'Osheim
Les pions sont faits pour être sacrifiés...
Toutes les horreurs de l’Enfer se dressent devant Snorri ver Snagason, décidé à secourir sa famille... si toutefois il est possible de sauver les défunts. Pour sa part, Jalan Kendeth cherche uniquement à sauver sa peau et à s’emparer de la clé du menteur. L’invention de Loki, qui permet d’ouvrir n’importe quelle serrure ou porte, pourrait bien également influer de façon décisive sur le sort de Jalan, une fois celui-ci revenu dans le monde des vivants.
Jalan entend en effet renouer avec sa vie oisive de débauché. Le destin a cependant pour lui des projets d’une tout autre envergure. La Roue d’Osheim tourne toujours plus vite, et à moins que l’on interrompe sa course, le monde se lézardera.
Jalan et Snorri se retrouvent confrontés à maints dangers, de la horde macabre du Roi Mort aux nombreux miroirs de la Dame Bleue... mais la Roue d’Osheim finit toujours par vous happer à un moment ou à un autre. On ne peut que triompher ou périr...



A la fin du tome 2, nous avions laissé Jalan et Snorri arpentant l'enfer pour échapper aux forces obscures de la crevardise... Au début du tome 3, Jalan éjecté de l'enfer par une succube se retrouve la cul en l'air quelque part dans le désert du Sahara...
On reprend les codes de la série racontée à la 1ère personne par Jalan qui se fait une joie d'apporter avec un réjouissant humour noir ses commentaires cyniques et sarcastique sur tout ce qui l'entoure (d'pù la profusion de citations cools et de punchlines culte, mais le buddy movie marche ici moins bien car Jalan officie plus souvent en solo qu'en duio, et l'auteur aficionado de science-fantasy moorcokienne qui a longtemps a marché sur la corde raide séparant la science-fiction de la fantasy est maintenant obligé de démystifier son univers...
On reprend également le principe de l'histoire dans l'histoire, et après la catabase de notre dynamique duo dans laquelle se catapulte l'enfer de Dante de Jalan et l'enfer viking de Snorri, on va au bout l'histoire de Snorri qui est une formidable fable sur le deuil : je crois bien n'avoir rien lu d'aussi bon et d'aussi beau sur le sujet !
Spoiler:
(Snorri, pastiche de Beowoufl, continue de croire dur comme fer qu'il peut arracher les siens aux griffes de l'enfer... Mais au bout du bout le père qui comptait sauver son fils est sauvé par le fils tel qu'il l'avait imaginer une fois devenu adulte : il retrouve sa famille oui, mais cette dernière l'attendait non pour être sauvée mais pour le sauver lui de ses illusions)

Il y a une 1ère partie picaresque :
Jalan doit accompagner une caravane traversant le Sahara, et doit échapper aux zombies et aux démons, comme aux attentions des filles de son hôte et aux lames des fils de son hôte, avant que n'explose un Soleil des Bâtisseurs (voir L'Empire brisé ^^)... Rescapé des sables du désert, il retrouve de vieux amis en les personnes d'un mathémagicien, d'un fils du calife et de ce bon vieux Jorg d'Ancrath qui devient son coach en développement personnel... Ensuite il traverse la Mer du Milieu, et en passant par les îles corsaires coiffe au poteau son vieux pote en libérant Lisa DeVeer avant lui... Il regagne Vermillon et règle ses comptes : pour ne pas redevenir un pion de la Reine Rouge et de la Sœur Silencieuse, il offre la Clé du Menteur au vieux Garys, et par à la rencontre de se débiteurs pour leur faire avaler leur dents (méthode Jorg ^^).

Il y a une 2e partie 100% zombies !
C'est la lutte finale : la Reine Rouge et la Sœur Silencieuse, qui incarnent à elles deux Elisabeth Ière, chevauchent vers Slov pour affronter la Dame Bleue, qui incarne à elle seule cette sorcière de Margaret Thather et qui se fait une joie de lâcher en retour le Roi Mort et ses troupes mortes-vivantes sur la capitale de Vermillon gardée par la hommes de la famille Kendeth... Je me suis tapé une dizaine de bouquins zombifiques pour retrouver le grand frisson de Word War Z, et c'est ici que l'ai enfin trouvé alors que je ne l'attendais pas !
Face à la horde des non-morts chaque habitant devient un allié en puissance de l'ennemi, et il faut faire dans l'urgence des choix drastiques pour sauver ce qui peut encore l'être... L'auteur met à contribution toute la culture zombie, et j'ai kiffé le gros délire à la fois épique et horrifique avec les nécromanciens, les golems de chair, les créatures à la Resident Evil, les sorciers infiltrés qui multiplient les opérations suicides aux quatres coins du palais... Les frères Kendeth, réunis par le deuil de leur père et la bannière de leur grand-oncle Garyus nommé gouverneur par intérim, se couvrent de gloire avant de devoir affronter l'ennemi intérieur qui les poignarde dans le dos et la Némésis de leur lignée, cette sœur tuée avant d'être née qui a été transformée en véritable antéchrist... On passe si joliment de l'épique à horreur et/ou au burlesque, et de l'horreur et/ou du burlesque à l'épique qu'on j'ai surkiffé de la première à la dernière ligne !

Il y a une 3e partie road movie :
Jalan retrouve Snorri et tous les deux chevauchent ensemble vers Slov, la Reine Rouge et la Dame Bleue... Il y a encore du picaresque avec le retour dans le récit du Baron Fou, de Kara l'apprentie sorcière et d'Hennan l'orphelin polonais, du Docteur Rhizome coincé dans sa bulle de stase, et l'épisode de la cardinale et du dragon zombie (ah ben voila, après Grendel notre détournement de Beowulf trouve enfin son dragon donc son moment de gloire ! ^^), mais plus on se dirige vers la Roue d'Osheim et plus Jalan est confronté à ses tourments intérieurs qui prennent de John Tranchaille son croquemitaine personnel ici en monde Michael Myers d'Halloween (qui lui permet d'oublier que l'horreur qu'est devenue sa sœur a traversé le voile qui sépare le monde des morts de celui des morts pour le dévorer)... C'est-à-dire pour des affrontements de mages détraqués par imaginations interposées grâce à la Roue d'Osheim, génial invention zelaznienne qui met à contribution toute la philosophie jungienne
Spoiler:
La Roue d'Osheim est un accélérateur de particules de plusieurs centaines de kilomètres de diamètre situé quelque part du côté de Leipiz en Allemagne. Il était au centre du projet IKOL qui devait abolir les frontières entres les différentes réalités pour permettre à l'esprit d'influencer sur la matière. Les apprentis sorciers fous persuadés de leur supériorité pensaient qu'ils allaient tous de devenir des dieux en imposant leur volonté au réel, sauf qu'ils ont oublié que leurs volontés n'étaient ait rien face à celles des milliards d'être humains qui les entourent et qui les ont précédés : ils n'ont pas réussi à transformer la réalité à leur image, c'est l'inconscient collectif de l'humanité qui a redimensionner la réalité à la sienne... C'est ainsi que dieux et monstres sont revenus à la vie, et que démons et merveilles sont apparus dans l'Europe du Tragique millénaire, et que les scientifiques Asha Lauglin, Bareth Kell et Laurence O'Kee sont devenus Alsaug la démone-araignée, l'archange Baraquel et le trikster Loki... Ce mélange entre psychologie jungienne et Science-Fantasy complètement barrée est carrément génial !!!
Et c'est ainsi que les Bâtisseurs participent toujours à la grande marche du monde plaqués derrière leurs champs de stase, réfugiés sous une forme complètement digitalisés dans des paradis numériques, transférés dans des vaisseaux de carbone et de silicone appelés « androïdes », ou qui sont passés de la technologie à la magie pour profiter de la situation comme Mora Shival alias la Dame Bleue... Dame qui veut accélérer la course de la Roue d'Osheim pour réussir là où ses prédécesseurs ont échouer : il suffit de détruire l'humanité, pour que son inconscient collectif n'intervienne plus dans la processus !

Comme dans tout bon roman épique digne de ce nom, au bout du bout on suit l'aboutissement de la quête du héros aux mille et uns visages... Les Siths proposent à Jalan de devenir dieu dans un autre monde à condition d'abandonner celui qui est le sien au triste sort qui lui est réservé (allégorie de cette saloperie de carriérisme : améliorer son propre sort en abandonnant les autres à leur sort ?). Jalan est une fois de plus soumis à la tentation, plus que jamais même devrait-on dire... Mais en son âme et conscience peut-être trahir tous ses compagnons qui les uns après les autres passent en mode epicness to the max ?
Spoiler:
- Snorri qui a tout perdu est revenu de l'enfer pour lui prêter main forte
- son vieux père qui finalement lui a tout pardonné est mort pour le sauver
- ses frères qui l'ont toujours détesté en leurs derniers instants ont tout fait pour le protéger
- Kara et Hennan libres des leur choix risquent leurs vies pour détruire les miroirs fractals de la Dame Bleue
- la Reine Rouge et la Sœur Silencieuse affrontent la Dame Bleue, alias Dark Sidious au féminin, alias cette sorcière de Margaret Thatcher... Et elles auraient été vaincues à plates coutures sans l'ultime sacrifice de leur frère Garyus, le pépé handicapé mésestimé et méprisé de tous qui combine la magie et la technologie pour offrir à sa famille et à son camp une chance d'emporter la victoire !
« Nous sommes les Kendeth ! Nous luttons. Nous luttons même lorsqu'il n'y a plus d'espoir. Nous résistons tant que le sang coule dans nos veines. »

On a toujours dit à Jalan que l'homme étant un loup pour l'homme il n'y avait pas d'autre alternative que de mépriser et exploiter son prochain. Et on lui a toujours dit que personne n'était sorti vivant de sa confrontation avec la Roue d'Osheim, or il apprend que seuls deux individus y ont survécu :
- la Dame Bleue qui a troqué son humanité contre le pouvoir absolu, donc Jalan a le choix de passer du Côté Obscur de la Force : « tous pour un », c'est-à-dire abandonner l'humanité à son sort et sacrifier un monde entier pour devenir un dieu dans un autre
- le grand-père d'Hennan qui a abandonné le pouvoir absolu pour retrouver son humanité perdue, donc Jalan a le choix de passer du Côté Clair de la Force : « un pour tous », c'est-à-dire abandonner les ambitions personnelles délirantes pour offrir un sursis au monde et partager son sort avec autrui quel qu'en soit le prix
Dans Le Retour du Jedi, nul ne pouvait douter un instant que face à l'Empereur le noble et valeureux Luke Skywalker allait faire le bon choix... Mais Jalan ? Le dandy égoïste voire égotique qui n'a cessé de répéter depuis le tome 1 qu'il ne pensait qu'à sa grande gueule ? Le suspens est à son comble : les hommes ont-ils vraiment la possibilité de devenir meilleurs contrairement à ce tout ce qu'affirment tous les panégyristes ultralibéraux / néoféodaux du « greed is good » ??? (le jour venu ces traîtres à l’humanité seront tous accueillis à bras ouverts en enfer)
Au au fond de la Boîte de Pandore se trouve toujours l'Espoir : au contact de Snorri il a changé, contaminé par l'héroïsme romantique de son compagnon d'arme... Jamais le Jalan du tome 1 n'aurait réalisé ce qu'accomplit le Jalan du tome 3... Dans le final de chaque tome, il est soumis à la tentation, et à chaque fois on lui promet monts et merveilles en échange de sa collaboration qui consiste à faire taire tout élan de solidarité avec le reste l'humanité... Les intérêts du lâche vont-ils rejoindre eux du héros ? Le sort du monde se joue donc une nouvelle fois dans l’âme et le cœur d'un seul homme donc je ne ferai aucun commentaire sur l'épilogue dont je vous laisse le plaisir de la découverte ! Justice Forever ? ^^


Je ne suis pas aveugle, donc je ne suis pas dupe des lacunes inhérentes au cycle car si l'auteur sait où il va il nous l'explique souvent trop tard en nous laissant trop longtemps dans le schwartz
Spoiler:
- alors qu'un côté on a la Dame Bleue, le Roi Mort et le mage portier Kélem, la 1ère se servant des deux autres pour parvenir à son propre objectif qui est d'accélérer la course de la Roue d'Osheim pour détruire l’humanité et reconstruire le monde à son image bien à l'abri dans l’œil du cyclone (car le Roi Mort lui fragilise la frontière entre les réalités en faisant revenir les morts à la vie pour lui-même franchir le voile qui sépare le monde des morts du monde des vivants, tandis que Kélem poursuit ses expériences sur les voyages interdimensionnels pour trouver la porte du paradis ou à défaut celle qui lui permettrait d'échapper au merdier mis en place par la Dame Bleue)
- d'un autre côté nous avons la famille Kendeth avec Alica, Garyus et la Sœur Silencieuse qui souhaitent sauver ce qui peut encore l'être à l'aide de la magie et de la technologie... l'idée c'est que Garyus a sacrifié son corps et la Sœur Silencieuse a sacrifié son esprit pour faire d'Alica une wonder woman sans peur et sans reproche seule capable d'affronter la Dame Bleue de femme à femme, mais ce n'est explicité à aucun moment !
- l'événement déclencheur du tome 1 (la catastrophe de l'Opéra) était particulièrement mal fagotée, et jusqu'au bout on ne sait pas si la Soeur Silencieuse liseuse d'avenir a manipulé Jalan, Snorri et leurs amis ou si Jalan est le Facteur X de la Reine Rouge de la même manière qu'Edis Dean est le Facteur X de la Dame Bleue
- pas mal d'interlocuteurs essaient de semer le doute dans l'esprit du lecteur, mais franchement j'ai presque envie de dire que le récit est déjà assez touffu comme cela pour pouvoir s'en passer...
- pas fan que le picaresque prenne autant de place dans le récit
- et qu'est devenue la Lance d'Odin récupérée dans le tome 2 ?

Je pensais que l'auteur avait été au bout de lui-même avec son pamphlet anticrevards dans la plus grande tradition de la fantasty populares incarnée par R.E. Howard, Michael Moorcock et David Gemmell... Homme de peu de foi que j'étais ! Le mec est équipé d'une couillerie en béton armé, et il remet ça avec quatre super-héroïnes badass qui dans un univers entre dark fantasy et post-apo rejouent les rôles jadis dévolues à Athos, Portos, Aramis et d'Artagnan, mais ceci est une autre histoire... Justice Forever ? ^^

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Mark Lawrence, L'Empire brisé

Message par Albéric le Mer 22 Aoû - 10:40

séance de rattrapage avec l'intégrale qui va bien


__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Mark Lawrence, L'Empire brisé

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum