David Gemmel
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Pourquoi lit-on aussi peu en France ?

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Re: Pourquoi lit-on aussi peu en France ?

Message par e-bou le Jeu 10 Oct - 10:37

Le capitaine Never serait-il né des mots, ou né des vers ?
Never, more:
Si on est amiénois (habitant d'Amiens), on peut assez facilement reconnaître dans le descriptif de la maison de Never celle que Jules Verne a habité et qui abrite, justement, la maison Jules Verne. En particulier cette tour qui ne sert qu'à rêver.

Travailler sur les anagrammes autour de Verne, c'est un autre hommage, l'homme jouait aussi à ce jeu. Par exemple, Hector Servadac, c'est Cadavres à l'envers. La plus grande difficulté a été de m'assurer que personne n'avait utilisé Never pour Verne.

Lors des épinales 2013, Stéphane Marsan est venu me voir dans un bistrot d'after festival, et m'a dit qu'il aimait bien mon livre, mais aussi dit que pour lui, Rosa aurait du venir dans le second tome (trop tôt ou trop tard, peut-être ;-)).  J'ai été très surpris qu'il me dise que c'était un roman vernien, et qu'il n'y avait pas beaucoup d'auteurs verniens français. Naturellement, j'avais déjà écrit le tome 2, et naturellement je n'avais pas du tout vu cette dimension dans mon livre. Comme quoi... Maintenant, vous avez une clé pour découvrir ce qui se cache derrière le nom de son navire, mais il faudra attendre février 2014 et le tome 3.  

e-bou
Porteur de l'armure de bronze d'Orient

Date d'inscription : 02/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Pourquoi lit-on aussi peu en France ?

Message par Albéric le Dim 13 Oct - 21:28

e-bou a écrit:Le capitaine Never serait-il né des mots, ou né des vers ?
Never, more:
Si on est amiénois (habitant d'Amiens), on peut assez facilement reconnaître dans le descriptif de la maison de Never celle que Jules Verne a habité et qui abrite, justement, la maison Jules Verne. En particulier cette tour qui ne sert qu'à rêver.

Travailler sur les anagrammes autour de Verne, c'est un autre hommage, l'homme jouait aussi à ce jeu. Par exemple, Hector Servadac, c'est Cadavres à l'envers. La plus grande difficulté a été de m'assurer que personne n'avait utilisé Never pour Verne.

Lors des épinales 2013, Stéphane Marsan est venu me voir dans un bistrot d'after festival, et m'a dit qu'il aimait bien mon livre, mais aussi dit que pour lui, Rosa aurait du venir dans le second tome (trop tôt ou trop tard, peut-être ;-)).  J'ai été très surpris qu'il me dise que c'était un roman vernien, et qu'il n'y avait pas beaucoup d'auteurs verniens français. Naturellement, j'avais déjà écrit le tome 2, et naturellement je n'avais pas du tout vu cette dimension dans mon livre. Comme quoi... Maintenant, vous avez une clé pour découvrir ce qui se cache derrière le nom de son navire, mais il faudra attendre février 2014 et le tome 3.  
Mine de rien l'ami Stéphane est un bon connaisseur du genre, on n'en dira pas autant des cadors du faux rhum de ten.nikable de plus en plus en contradiction avec sa mission...
Comme quoi il faut assumer ses influences qu'elles soient conscientes ou inconscientes : cela fait du bien de retrouver un auteur vernien. C'est quand même incroyable que les 2 auteurs français les plus lus dans le monde soient délaissés par les Français au nom d'un élitisme mortifère aussi débile que détestable.

un enseignant de français dans le secondaire a écrit:Je ne comprends pas : les enfants lisent beaucoup de littérature jeunesse en primaire, mais arrivés au collège ils perdent le goût de la lecture, parfois définitivement...
Voyons voir les livres que tes élèves de 4e doivent lire :
Le Père Goriot, L'Homme qui rit, L’Assommoir, L'Education sentimentale, La Cantatrice chauve, En Attendant Godot, ... Bref de bonnes vieilles purges des familles !
Si la France est le pays développé qui lit le moins, c'est peut-être aussi et surtout parce qu'on s'acharne à dégoûter de la lecture des générations et des générations d'adolescents...

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Lesd7r

Message par Sieben le Lun 14 Oct - 13:04

Albéric a écrit:
un enseignant de français dans le secondaire a écrit:Je ne comprends pas : les enfants lisent beaucoup de littérature jeunesse en primaire, mais arrivés au collège ils perdent le goût de la lecture, parfois définitivement...
Voyons voir les livres que tes élèves de 4e doivent lire :
Le Père Goriot, L'Homme qui rit, L’Assommoir, L'Education sentimentale, La Cantatrice chauve, En Attendant Godot, ... Bref de bonnes vieilles purges des familles !
Si la France est le pays développé qui lit le moins, c'est peut-être aussi et surtout parce qu'on s'acharne à dégoûter de la lecture des générations et des générations d'adolescents...
Pas trop le sujet mais bon...

Je ne suis pas vraiment d'accord avec toi là-dessus. Attends, mais se sont des lectures de lycéens ça !
Je ne sais pas ce qu'étudient les nouvelles générations mais déjà lorsque j'étais collégien (il y a un dizaine d'années) les enseignants faisaient de gros efforts pour nous amener au plaisir de la lecture.

Je me souviens avoir étudié "Niourk" de Stefan Wul en classe de 6ème, classique, simple et accessible pour les plus jeunes. En 5ème on nous demandait de choisir n'importe quel livre, classique ou divertissement, d'en rédiger un commentaire et de faire un court exposé à l'oral. J'avais choisi un roman Star Wars dont j'ai oublié le nom (vla la purge d'Anderson mais toujours est-il que...).

Pourquoi les élèves lisent des oeuvres de jeunesses et s'arrêtent dans leurs années de collège ?
Plutôt que de blâmer les romans classiques, qui effectivement parfois peuvent sonner comme des purges, est-ce qu'il ne s'agit pas plutôt d'une responsabilité individuelle ? Rien n'empêche en dehors de l'école une lecture parallèle aux livres classiques. Et puis, à cet âge, période charnière, est-ce qu'on est pas plus attiré par d'autres choses comme je sais pas, les filles/garçons, se faire des copains/copines, le sport aussi ?

Je ne sais pas si t'as pris de vrais exemples (dans ce cas effectivement, le prof ne doit pas s'étonner d'avoir des élèves dissipés) ou si c'est du pif. Si c'est du pif, t'exagères.
Dans mes jeunes années de collégiens j'ai pris énormément de plaisir à lire les nouvelles de Maupassant, que je lis toujours d'ailleurs. C'était un écrivain formidable et l'étudier en classe était très sympa. Je me souviens avoir étudié aussi, les pièces de théâtre de Victor Hugo, Molière et Corneille. Balzac aussi.

Dans une année scolaire les élèves étudient combien ? 4 ou 5 livres maximum. ça va, c'est pas la mer à boire non plus. Surtout si se sont les auteurs que j'ai cité ci-haut.

Et la solution ce serait quoi ? On supprime tout les classiques des programmes et on leur donne à lire Harry Potter, Twilight et Percy Jackson ?
L'air de rien une grande majorité des collégiens vont se retrouver au Lycée par la suite. A ce moment, c'est tout de même très important de connaître les classiques littéraires pour sa culture. Les capacités d'analyse, de compréhension, la vitesse de lecture... tout cela leur sera d'une grande utilité pour leur lecture futur.

Etudier Harry Potter au collège, pourquoi pas ? Mais en lecture parallèle seulement et jamais pour supplanter les classiques.

Après, les œuvres que tu cites sont destinées au lycéens, non ? Moi c'était "Madame Bovary".

Le problème, c'est la notion de "plaisir" de la lecture qu'ils perdent à cet âge-là. Je pense que les causes sont essentiellement extérieur aux choix de lecture qu'on leur impose. Ne blâmons pas les livres.

Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Lecture France

Message par Dark schneider le Lun 14 Oct - 14:21

Je pense que c'est une question d'équilibre. Il est indispensable d'aborder les classiques ne serait-ce que pour des questions historiques. Mais qu'il faut alterner les styles et ce dès le collège. Proposer de la littérature classique, oui, mais dans un format adapté (les nouvelles de Maupassant sont assez idéales c'est sur), mais aussi du fantastique, du polar, un peu de littérature "blanche" contemporaine, etc etc...

J'ai vécu une scolarité un peu similaire à la tienne sieben, je pense. En seconde par exemple, l'objectif de la prof c'était qu'on lise 10 livres. Oui, 10 livres. Mais bien sur, pas 10 pavés. Je me souviens avoir lu : Tristan et iseut (très plaisant), Le dernier jour d'un condamné (intéressant), Sa majesté des mouches (excellent), une nouvelle de maupassant (pas aimé pour le coup), l'honneur perdu de blum (à chier), le reste je m'en souviens plus, devais y avoir une pièce de molière je crois. Bref, dans l'ensemble j'ai trouvé sa méthode très bonne, diversifié et éclectique. Personne dans la classe n'a été saoulé par ces 10 bouquins. C'était une bonne approche. Bon, ça n'a pas empêché qu'elle nous saoule avec les histoires à dormir debout du père Goriot et de Julien Soreil du rouge et le noir mais elle ne nous a pas imposé ces lectures. Ma prof de 5ème nous avait fait lire quelques trucs pas trop mal aussi je crois, mais pour moi c'était totalement insignifiant car je lisais alors le SDA et des LDVH.


Donc tout cela dépend beaucoup des profs...mais les profs sont dépendants des programmes également.

Voici les directives de l'éducation nationale : "Les professeurs choisissent librement des textes et œuvres dans le cadre fixé par les programmes. De la 6e à la 3e, les programmes de français suivent pour partie une progression chronologique en relation avec celle des programmes d’histoire : textes de l’Antiquité en 6e, littérature du Moyen Âge et de la Renaissance en 5e, le récit au XIXe siècle en 4e, œuvres du XXe et du XXIe siècles en 3e."

Et un programme proposé de 4ème par le CNED :

Lire une nouvelle réaliste de Maupassant
Découvrir le fantastique dans ''Le Horla'' de Maupassant
Étudier les rapports entre peinture et littérature au XIXe siècle
Lire et écrire des lettres
Lire ''Au Bonheur des Dames'' d'Émile Zola
Découvrir les thèmes caractéristiques du lyrisme en poésie
La ville dans la poésie du XIXe siècle
Paris dans le roman au XIXe siècle
Scènes de tempête
'Claude Gueux'' de Victor Hugo
Le valet dans la comédie
'Le Cid'' de Corneille


Au secours !!!


(sorry pour le HS)


Je rappelle au passage que Jules Verne c'est le 19ème siècle, donc complètement dans les clous par rapport aux programmes de collège, et on ne le cite jamais, c'est dingue ! Moi c'était le seul auteur que je lisais avec Tolkien, j'aimais beaucoup et ça a bien vieilli.

Dark schneider
Unificateur des Nadirs

Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

White Square Pourquoi lit-on aussi peu en France ?

Message par Albéric le Lun 14 Oct - 14:34

@ Sieben

Je ne suis pas vraiment d'accord avec toi là-dessus. Attends, mais se sont des lectures de lycéens ça !
Je ne sais pas ce qu'étudient les nouvelles générations mais déjà lorsque j'étais collégien (il y a un dizaine d'années) les enseignants faisaient de gros efforts pour nous amener au plaisir de la lecture.
Certains enseignants ont fait et font toujours de gros efforts pour amener au plaisir de lecture, mais difficile de lutter contre l’EN qui considèrent que seuls les classiques listés par l’Académie Française méritent d’être lu. Il suffit de prendre les textes et les programmes :
Littératures du merveilleux ? Après la 6e il faut arrêter car après tout ce n’est pas de la vraie littérature.
Littératures d’anticipation ? Après la 5e il faut arrêter car après tout ce n’est pas de la vraie littérature.
Littératures policières ? Après la 4e il faut arrêter car après tout ce n’est pas de la vraie littérature.

Difficile de lutter contre l’ultraconservatisme des zélites françaises. Je rappelle que l’Académie française refuse que le Seigneur des Anneaux soit étudié à l’école car considéré comme de la sous-littérature aux influences néfastes.

Je me souviens avoir étudié "Niourk" de Stefan Wul en classe de 6ème, classique, simple et accessible pour les plus jeunes. En 5ème on nous demandait de choisir n'importe quel livre, classique ou divertissement, d'en rédiger un commentaire et de faire un court exposé à l'oral. J'avais choisi un roman Star Wars dont j'ai oublié le nom (vla la purge d'Anderson mais toujours est-il que...).
Visiblement tu as eu un peu de chance quand même. Remarque moi j’ai de bon souvenir de Dino Buzzati, Jack London, Marcel Pagnol

Pourquoi les élèves lisent des oeuvres de jeunesses et s'arrêtent dans leurs années de collège ?
Plutôt que de blâmer les romans classiques, qui effectivement parfois peuvent sonner comme des purges, est-ce qu'il ne s'agit pas plutôt d'une responsabilité individuelle ? Rien n'empêche en dehors de l'école une lecture parallèle aux livres classiques. Et puis, à cet âge, période charnière, est-ce qu'on est pas plus attiré par d'autres choses comme je sais pas, les filles/garçons, se faire des copains/copines, le sport aussi ?
Sauf que ces autres choses tu les retrouves aussi dans les autres pays qui lisent beaucoup plus que nous ! Et comme les mêmes causes produisent les mêmes effets, c’est que le problème vient d’ailleurs.
Cela me fait penser aux Américains qui expliquent leurs dizaines de milliers de morts par armes à feu par les familles recomposées et l’influences néfastes des jeux vidéos sans jamais mentionner le vente libres des armes de guerre...

Je ne sais pas si t'as pris de vrais exemples (dans ce cas effectivement, le prof ne doit pas s'étonner d'avoir des élèves dissipés) ou si c'est du pif. Si c'est du pif, t'exagères.
Si si, exemple véridique. Et pas unique. Et pas le pire, loin s'en faut (La Chartreuse de Parme en 4e, au secours quoi !)

Dans mes jeunes années de collégiens j'ai pris énormément de plaisir à lire les nouvelles de Maupassant, que je lis toujours d'ailleurs. C'était un écrivain formidable et l'étudier en classe était très sympa. Je me souviens avoir étudié aussi, les pièces de théâtre de Victor Hugo, Molière et Corneille. Balzac aussi.
Dans une année scolaire les élèves étudient combien ? 4 ou 5 livres maximum. ça va, c'est pas la mer à boire non plus. Surtout si se sont les auteurs que j'ai cité ci-haut.
C’est plutôt 4 à 5 livres par trimestres passé la 5e. Ce n’est pas du tout la même chose avec qques purges des familles.

Et la solution ce serait quoi ? On supprime tout les classiques des programmes et on leur donne à lire Harry Potter, Twilight et Percy Jackson ?
L'air de rien une grande majorité des collégiens vont se retrouver au Lycée par la suite. A ce moment, c'est tout de même très important de connaître les classiques littéraires pour sa culture. Les capacités d'analyse, de compréhension, la vitesse de lecture... tout cela leur sera d'une grande utilité pour leur lecture futur.
Etudier Harry Potter au collège, pourquoi pas ? Mais en lecture parallèle seulement et jamais pour supplanter les classiques.
Aux Etats-Unis tu peux étudier au lycée le même trimestre Shakespeare et Stephen King, Hemingway et Tolkien, Steinbeck et Heinlein ou Asimov. Est-ce que pour autant on est plus inculte ou est qu’on lit moins : et bien pas du tout !
Et que perdrait-on au change à étudier Salâmbo de Flaubert au lieu de Bouvard et Pécuchet du même Flaubert.
Et puis c’est quoi ce racisme anti Jules Verne et anti Alexandre Dumas (ce dernier étant blacklisté ad vitam eternam) : c’est trop populo pour les bobos ?

Après, les œuvres que tu cites sont destinées au lycéens, non ? Moi c'était "Madame Bovary".
Plus maintenant. Grosso modo il n'y a plus de différence entre la 4e et la 3e et le lycée au niveaux des classiques imposés pour bien dégoûter.

Le problème, c'est la notion de "plaisir" de la lecture qu'ils perdent à cet âge-là. Je pense que les causes sont essentiellement extérieures aux choix de lecture qu'on leur impose. Ne blâmons pas les livres.
Moi je pense que les causes sont essentiellement intérieures aux choix de lecture imposées à la jeunesse. Et cela ne va pas en s’arrangeant car c'est totalement déséquilibré. D’autant plus que toutes les émissions de littérature se sont construites sur la même mentalité élitiste.


Dernière édition par Albéric le Dim 5 Jan - 17:52, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Pourquoi lit-on aussi peu en France ?

Message par Derfel le Lun 14 Oct - 20:32

Moi, je fais simple :
1. le goût de lire démarre à la maison.
2. le prix des livres est trop élevé. De plus, la taxe canadienne sur la vente des bouquins, ici au Québec (mais pas de taxe provinciale).

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life

Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Pourquoi lit-on aussi peu en France ?

Message par Albéric le Lun 14 Oct - 20:56

@ Derfel
Sur le prix des livres, pas mal de municipalités disposent de bonnes voire très bonnes bibliothèques publiques (maintenant la moitié ou presque des livres que je lis sont empruntés et je lis très loin d'en voir le bout !)

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Pourquoi lit-on aussi peu en France ?

Message par Derfel le Lun 14 Oct - 22:38

Albéric a écrit:
@ Derfel
Sur le prix des livres, pas mal de municipalités disposent de bonnes voire très bonnes bibliothèques publiques (maintenant la moitié ou presque des livres que je lis sont empruntés et je lis très loin d'en voir le bout !)
Tout dépend des mentalités, ici les bibliothèques municipales n'ont jamais eu la côte. Les lecteurs, les ''vrais', préfèrent posséder leurs livres.

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life

Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Pourquoi lit-on aussi peu en France ?

Message par Albéric le Lun 14 Oct - 22:59

Derfel a écrit:Les lecteurs, les ''vrais', préfèrent posséder leurs livres.
Tu as bien fait de mettre des guillemets.
Sans bibliothèque, il y a des cycles et des auteurs que je n'aurais pas eu le courage de découvrir car YAM les mauvaises surprises (d'un autre côté, j'ai beaucoup moins de mauvaises surprises depuis que je me méfie comme de la peste des avis d'Elbalkin).
Maintenant j'emprunte le tome 1, puis j'achète si cela me botte bien : ainsi pas d'achat à perte, et on peut avancer plus rapidement dans son parcours de lecture.
J'ai vu que tu attends d'avoir tout Feist avant de démarrer : pour moi c'est une énorme prise de risque...


Dernière édition par Albéric le Lun 14 Oct - 23:16, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Pourquoi lit-on aussi peu en France ?

Message par Derfel le Lun 14 Oct - 23:04

Les guillements sont pour la vision québécoise des lecteurs. Ici, on achète, puis on lit, majoritairement, malgré les risques que ça implique.
J'ai débuté Feist, mentalité québécoise de tout acheter, oblige.  
À date, ça vole moyennement bas, mais c'est supportable.
J'ai terminé Insurrection de Robyn Young, courte critique à venir.

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life

Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Pourquoi lit-on aussi peu en France ?

Message par Oncle Kiin le Lun 14 Oct - 23:15

Moi j'arrive pas à emprunter en bibliothèque. Même si le livre ne me plaît pas, ça me dérangerait de ne pas l'avoir en archive.
(Pour ça que je ne suis pas passé au numérique, d'ailleurs. Même si ça paraît sympa côté confort de lecture, ça m'obligerait à acheter les livres en double, puisque je voudrais en plus la version papier pour archivage.)

Oncle Kiin
Tribun de la Pia fidelis

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Pourquoi lit-on aussi peu en France ?

Message par Sieben le Mar 15 Oct - 13:26

Albéric a écrit:

Difficile de lutter contre l’ultraconservatisme des zélites françaises. Je rappelle que l’Académie française refuse que le Seigneur des Anneaux soit étudié à l’école car considéré comme de la sous-littérature aux influences néfastes.

Aux Etats-Unis tu peux étudier au lycée le même trimestre Shakespeare et Stephen King, Hemingway et Tolkien, Steinbeck et Heinlein ou Asimov. Est-ce que pour autant on est plus inculte ou est qu’on lit moins : et bien pas du tout !
Et que perdrait-on au change à étudier Salâmbo de Flaubert au lieu de Bouvard et Pécuchet du même Flaubert.
Et puis c’est quoi ce racisme anti Jules Verne et anti Alexandre Dumas (ce dernier étant blacklisté ad vitam eternam) : c’est trop populo pour les bobos ?
Ah ? Je ne suis pas très au courant des programmes scolaires américains. Faut dire aussi qu'ils ne sont pas très connus pour la qualité de leur enseignement dans les établissements publics. Après c'est peut être un cliché que j'ai en tête, j'ai pas les chiffres sous le nez.

Sinon, si aux USA ils peuvent alterner leur lecture avec Asimov, Heinlein ou King, des auteurs américains donc, se serait une excellente idée si on reprenait ça en France.
Et des bons auteurs, classiques, en France, c'est pas ça qui manque.

Le pieds d'étudier Dumas (le comte de Monte Cristo ou Les trois Mousquetaires). Pour ma part j'avais oublier de le mentionner plus haut mais j'ai étudier Jules Verne (le tour du monde en 80 jours).

Et puisque tu cites les zacadémiciens, n'oublions un des plus notables d'entre eux: Maurice Druon. Pas pour "les Mémoires de Zeus". Pourquoi ne pas faire lire "Les Rois Maudits", notre équivalent du TdF.
Chrétien de Troyes et son "Lancelot".
Pour la SF, Pierre Boule pour "La Planète des Singes". Et si on veut rester dans le classique "Le Horla" de Maupassant.

Franchement je crois qu'en France, le problème varie selon l'établissement et les enseignants. J'ai dû avoir plus de chance que la plupart d'entre vous: mon prof de philo en terminale avait rédiger son mémoire sur Le Seigneur des Anneaux de Tolkien, e j'avais un prof d'histoire mordu du cycle de Dune de Frank Herbert.

Mais au final, ça ne répond pas à la question sur pourquoi lit-on moins en France qu'ailleurs. Je crois honnêtement que c'est un sujet qui me dépasse. Il y a certainement un tas de chercheurs du CNRS qui se sont penchés là-dessus avec tout plein de rapports, statistiques, tableaus, diagrammes et histogrammes et autres camemberts.

Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Pourquoi lit-on aussi peu en France ?

Message par Derfel le Mar 15 Oct - 15:05

Mon prof de français nous avait fait étudier Thérèse Raquin d'Émile Zola. Une bonne lecture, mais à des lieux de la Fantasy.
Au final, j'ai quand même adoré.
Notez qu'à l'époque je lisais du Jean Ray : Les Aventures d'Harry Dickson, Malpertuis, Le livre des Fantômes, etc.

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life

Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Pourquoi lit-on aussi peu en France ?

Message par JMtimba le Mar 15 Oct - 15:41

J'ai eu beaucoup beaucoup de mal avec Thérèse Raquin de Zola.

Le pire restera sans doute les Confessions de JJ Rousseau. Pire qu'une purge, un viol de mon temps libre!

Pour le reste je n'ai pas eu à me plaindre. Pas mal de nombreuses bonnes surprises: le K, recueil de nouvelles de Dino Buzzati, le théâtre classique (Molière et Racine que j'adore - Phèdre est pour moi l'un des plus grands chefs d'oeuvre de la littérature française soit dit en passant), Sa Majesté des Mouches, Les mouchoirs rouges de Chollet, Candide, La condition humaine (Malraux), du Tolkien en lecture libre. Bref vraiment des choses intéressantes qui m'ont ouvert vraiment des horizons en terme de goût littéraire.

JMtimba
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 28/06/2007

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Pourquoi lit-on aussi peu en France ?

Message par Sieben le Dim 5 Oct - 14:11

Cet article récent m'a rappelé ce sujet:
http://rue89.nouvelobs.com/rue89-culture/2014/09/16/si-les-millennials-lisent-ils-lisent-meme-plus-livres-les-vieux-254873

Et bien apparemment, l'idée selon laquelle les français s'imaginent que leurs jeunes lisent de moins en moins serait une sorte de mythe urbain, selon cette étude. Cela vient peut être du fait qu'en France on a une vision pessimiste des choses et on s'imagine toujours que c'était mieux avant.

Enfin bon voilà, les jeunes français, tout comme les jeunes américains, lisent et ils lisent même plus que leurs aînés. Certes il s'agit surtout de livres pour leurs études mais le roman fait aussi parti de leurs lectures.
Un autre facteur qu'on néglige, la "démocratisation" des consoles de salon et du jeu vidéo, pas aussi présents il y a 20, 30 ou 40 ans. On peut aussi ajouter la bande-dessinée (plus comics et manga) dont tout les éditeurs et auteurs disent qu'il y a un trop grand nombre de sorti chaque semaines (et que ça ne peut pas durer comme ça, ça va exploser 1 de ces 4).

Quand on dit que les jeunes lisent moins, on parle surtout de lecture "intelligente", des classiques, de textes universitaires, ce genre de choses. Cette étude démontre qu'en faite, ben pas vraiment.

Et comme je l'ai dit plus haut le roman n'est qu'un format parmi d'autres permettant l'accès à l'évasion et l'immersion dans une vie fictive. Ce que les jeux vidéos et la BD permettent eux-aussi d'une certaine façon. (La BD existait déjà il y a 40 ans mais ce que je veux dire c'est que le nombre de nouvelles séries qui sortent chaque semaine est considérable, sans parler des comics et manga).

Et pour ce qui est de la fantasy chez les jeunes, elle se porte plutôt bien (aux USA en tout cas mais on peut penser que l'effet est similaire en France):
http://www.elbakin.net/fantasy/news/22100-La-fantasy-a-lhonneur-sur-Facebook

Ça fait un peu sujet moisi que je déterre mais vu les débats qu'on a eu par le passé, j'ai pensé que ça pouvait être intéressant de montrer cette perspective. Les choses ne se passe pas si mal que ça finalement en France. On ne lit pas moins qu'avant en résumé.

Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Pourquoi lit-on aussi peu en France ?

Message par Derfel le Dim 5 Oct - 15:40

Moi, je pense qu'on lit moins et que ça se reflète dans les chiffres à la baisse des éditeurs. Chez Fleuve Noir, ça frôlait le seuil de rupture.

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life

Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Pourquoi lit-on aussi peu en France ?

Message par Albéric le Dim 5 Oct - 16:08

Derfel a écrit:Moi, je pense qu'on lit moins et que ça se reflète dans les chiffres à la baisse des éditeurs. Chez Fleuve Noir, ça frôlait le seuil de rupture.
D'un autre côté Fleuve Noir a peu ou prou abandonné toutes ses collections de genre pour faire de la blanche... Mais le public de la blanche lit peu !

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Pourquoi lit-on aussi peu en France ?

Message par Sieben le Dim 5 Oct - 19:05

Derfel a écrit:Moi, je pense qu'on lit moins et que ça se reflète dans les chiffres à la baisse des éditeurs. Chez Fleuve Noir, ça frôlait le seuil de rupture.

Ben il y a eu des études récentes en France comme aux USA et ils en ont conclu que si les jeunes ne lisent pas plus que les jeunes d'avant, ils ne lisent pas moins pour autant. Et quand ils lisent c'est apparemment surtout de la fantasy. 
Après, lecture et chiffre de vente sont deux choses différentes je pense.
Un éditeur comme Bragelonne se porte plutôt bien alors que son existence remonte que depuis 14-15 ans. Si Fleuve Noir marche moins bien je ne me l'explique pas, mais d'autres se sont emparés du marché du roman de genre à leur place visiblement.

Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Pourquoi lit-on aussi peu en France ?

Message par Dark schneider le Mar 7 Oct - 18:33

Trop d'éditeurs, trop de sorties, donc forcément certains ne rentrent pas dans leurs frais. Cela dit c'est bon pour le consommateur qui au moins a du choix (enfin, à relativiser vu le nombre de daubes bit-lit et cie qui sortent et saturent le amrché).

Dark schneider
Unificateur des Nadirs

Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Pourquoi lit-on aussi peu en France ?

Message par Marv le Mar 7 Oct - 20:48

Plusieurs raisons selon moi :

_ le prix forcément, en moyenne 20 euros une première édition, et 9 euros en poche
_ le temps  car physiquement parlant (à part albéric bien sur ;) ) on ne lit pas 10 livres par mois
_ la faible médiatisation des romans de genre
_ des séries  à rallonge qui déroutent ou lassent (ou qui monopolise l'attention et le porte monnaie des lecteurs)
_ le français moyen est sectaire et  prend de haut ce qu'il juge comme de la sous littérature, de la sous culture de manière générale.

 Ce qu'il faudrait en fait c'est un magazine de presse mensuel comme bifrost, qui communique au grand public sur les sorties littéraires, avec interview, actualités etc...

Y a des sites internet qui le font bien sur mais çà touche un cercle de passionnés seulement, c'est le problème de la nébuleuse internet de toute façon

Marv
Le Fléau des Démons

Date d'inscription : 18/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Pourquoi lit-on aussi peu en France ?

Message par Albéric le Mer 8 Oct - 16:36

@ Marv
_ le prix forcément, en moyenne 20 euros une première édition, et 9 euros en poche
C'est le serpent qui se mord la queue. Moins il se vend de livres, et plus les éditeurs gonfle les prix pour garder leurs chiffres d'affaires, moins il se vend de livre à cause du prix, et plus... et ainsi de suite !
Après, il y a clairement des abus : quand je vois les pleureuses habituelles venir nous dire que GRR Martin ou Robin Hobb vendent si peu qu'on est obligé de tronçonner leurs livres en plusieurs volumes pour que l'éditeur rendre dans ses frais... Un livre à 20 euros c'est trop cher, donc on va le vendre à crédit en 3 parties pour un total de 60 euros. Cela pue les écoles de commerce à la con cette politique mercantile débile.


_ la faible médiatisation des romans de genre
_ le français moyen est sectaire et  prend de haut ce qu'il juge comme de la sous littérature, de la sous culture de manière générale.
Un autre serpent qui se mord la queue : les Français prennent de haut la culture populaire parce que les journaliste leur montrent qu'il faut prendre de haut la culture populaire parce qu'ils pensent que les Français doivent prendre de haut la culture populaire et qu'ils ont été formaté pour penser cela...
Au secours !

_ des séries  à rallonge qui déroutent ou lassent (ou qui monopolise l'attention et le porte monnaie des lecteurs)
Là il s'agit d'un problème de long terme.
Les grosses séries monopolisent, inutilement à mon sens, de gros bataillons des lecteurs, ce qui les empêchent d'autant plus de découvrir d'autres auteurs qu'avec la crise l'argent manque et qu'il faut faire des choix : entre continuer sa série fétiche et prendre le risque de découvrir d'autres auteurs qu'on ne connaît pas, le choix est fait.
Moi j'ai fait le choix inverse : j'ai décidé de ne pas lire La Roue de Temps de Robert Jordan, ce qui en nombre de pages économisées (plus de 11000) m'a permis de découvrir plus de 30 auteurs différents. Dans le lot, il y en avaient forcément qui devaient me plaire.
En plus les séries à rallonge sont souvent les plus mainstream, donc les plus lassantes, et tous les tâcherons des littératures de genre se lancent dans leur série à rallonge en espérant être celui qui va rafler la mise en captant le gros du lectorat.
Mais tant que les prescripteurs d'opinion ayant pignon sur rue ne jurons que par le "plus c'est long, plus c'est bon", on n'est pas sorti de l'auberge.

Ce qu'il faudrait en fait c'est un magazine de presse mensuel comme bifrost, qui communique au grand public sur les sorties littéraires, avec interview, actualités etc...
Sauf que Bifrost en a rien à carrer du grand public.
Avant il y avait Dragon Magazine, Casus Belli et tout plein de de magazines geeks avant l'heure qui touchaient à tous les genres populaires. Le développement d'Internet les a tué en France, mais pas forcément ailleurs, preuve que les forces occultes du boboisme franco-français ont là aussi été à l'oeuvre... ^^


Dernière édition par Albéric le Mer 8 Oct - 20:55, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Pourquoi lit-on aussi peu en France ?

Message par Derfel le Mer 8 Oct - 20:52

Albéric a écrit:

_ des séries  à rallonge qui déroutent ou lassent (ou qui monopolise l'attention et le porte monnaie des lecteurs)
Là il s'agit d'un problème de long terme.
Les grosses série monopolisent, inutilement à mon sens, de gros bataillons des lecteurs, ce qui les empêchent d'autant plus de découvrir d'autres auteurs qu'avec la crise l'argent manque et qu'il faut faire des choix : entre continuer sa série fétiche et prendre le risque de découvrir d'autres auteurs qu'on ne connaît pas, le choix est fait.
Moi j'ai fait le choix inverse : j'ai décidé de ne pas lire la Roue de Temps de Robert Jordan, ce qui en nombre de pages économisées (plus de 11000 m'a permis de découvrir plus de 30 auteurs différents. Dans le lot, il y en avaient forcément qui devaient me plaire.
En plus les séries à rallonge sont souvent les plus mainstream, donc les plus lassantes, et tous les tâcherons des littératures de genre se lancent dans leur série à rallonge en espérant celui qui va rafler la mise en captant le gros du lectorat.
J'ai ainsi cessé de lire du Perry Rhodan (je ne lisais que ça, par moment), pour lire de la Fantasy. Au final, j'ai découvert de très nombreux auteurs qui m'ont bien plus emballés.

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life

Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Pourquoi lit-on aussi peu en France ?

Message par Sieben le Mer 8 Oct - 21:33

Albéric a écrit:
La Roue de Temps de Robert Jordan, ce qui en nombre de pages économisées (plus de 11000) m'a permis de découvrir plus de 30 auteurs différents.
Rien que ça, ça me décourage de l'aborder. Ptain 11000 pages ! Faudrait que je me prenne une année sabbatique et ne faire que lire.

Mais bon, j'ai remarqué qu'en France on méprise les lectures populaires à la télévision tant qu'on a pas eu droit à son adaptation ciné ou télé. George Martin est passé au Grand Journal de Canal+, non ? Vous l'avez vu ? Les questions posées par l'autre De Caunes et toutes la clique qui n'y connaissaient strictement rien... j'avais honte pour eux. Apathie: "... mais toutes ces scènes de sexe et de violence ! ça vous plaît ?!" Me souviens qu'il y a un chroniqueur spécial pour la littérature dans cette émission. Ses questions faisaient pennes à entendre.

Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Pourquoi lit-on aussi peu en France ?

Message par Albéric le Mer 8 Oct - 22:11

Sieben a écrit:Mais bon, j'ai remarqué qu'en France on méprise les lectures populaires à la télévision tant qu'on a pas eu droit à son adaptation ciné ou télé.
En fait, on te méprise tant que t'es pas bankable. Ah ça, dès t'engranges du pognon, t'es un bon. On déroule le tapis rouge pour JK ROwlings ou GGR Martin, mais on continue de cracher sur le reste... Mentalité petite bourgeoise de merde.

Sieben a écrit:Me souviens qu'il y a un chroniqueur spécial pour la littérature dans cette émission. Ses questions faisaient pennes à entendre.
Le lapsus est très drôle. Quelle belle saucisse.

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Pourquoi lit-on aussi peu en France ?

Message par Albéric le Mer 5 Nov - 18:29

Neil Gaiman a écrit:Ne découragez pas les enfants de lire parce que vous estimez qu’ils ne lisent pas ce qu’il faudrait. Une fiction qui vous déplaît sera la drogue d’appel vers d’autres livres, que vous préfèrerez peut-être. Et tout le monde n’a pas les mêmes goûts que vous. Un adulte bien intentionné peu facilement détruire l’amour de la lecture chez un enfant : empêchez-le de lire ce qui lui plaît, ou donnez-lui des livres valables mais ennuyeux qui vous plaisent à vous, les équivalents xxie siècle de la littérature « édifiante » victorienne. Vous vous retrouverez avec une génération convaincue que lire n’est pas cool et, ce qui est pire, pas agréable. "
[Conférence de l’auteur sur la défense de la lecture et des bibliothèques.]
Exactement tout le contraire de ce qu'on fait en France... Et c'est pourquoi la France est le pays développé où de loin on lit le moins !

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum