David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


L'Arcane des Epées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square L'Arcane des Epées

Message par Dark schneider le Dim 29 Sep - 22:53

Autant créer un topic.

Simon, orphelin de quatorze ans, travaille en tant que marmiton au Hayholt, actuellement château de Jean Presbytère, Roi d'Osten Ard.

Celui-ci meurt de vieillesse et se voit remplacé par son fils aîné, Elias; Simon, quant à lui, est devenu l'apprenti du docteur Morgénès qui lui apprend l'art de l'écriture.

Mais, les temps changent, la paix qu'avait instaurée Jean à son royaume se voit menacée par Ineluki, Roi de l'Orage et Utuk'ku, Reine des Norns dont le but commun est de dévaster l'humanité.


Énorme trilogie (en terme de volume) dont le 1e tome est paru en 1988 et le dernier en 1993. L'Arcane des Epées connu un certain succès qui permis de faire connaître cet auteur.

Je commence donc cette trilogie...que je ne lirai certainement pas d'une traite. Les volumes de l'édition poche pocket sont vraiment énorme et écrit en petit caractères.  

Le début est on ne peut plus classique. On 'a l'impression de lire un auteur romantique du 19ème parfois, avec beaucoup de descriptions et du tirage à la ligne. Mais ça reste agréable et ça se laisse lire, le tout semblant assez prometteur. Mais pour son introduction, il est évident que Williams ne fait que reprendre le SDA. Avec le personnage du professeur Morgénès qui raconte le passé du monde d'Osten Ard à l'orphelin Simon. Je n'en suis qu'au début donc, mais cette Histoire d'Osten Ard est pour l'instant sans commune mesure avec celle de la Terre du Milieu : on se contente de reprendre l'histoire d'un empire romain détruit par des barbares nordiques avec en plus la présence d'un autre race qui fait penser aux elfes... malgré ce classicisme, je reste intrigué et je ferai part de mes impressions au fil de ma lecture.


Dernière édition par Dark schneider le Lun 3 Fév - 10:29, édité 1 fois
avatar
Dark schneider
Unificateur des Nadirs

Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: L'Arcane des Epées

Message par Albéric le Mer 16 Oct - 14:41

Dark Schneider a écrit:j'ai dépassé les 400 pages dans L'Arcane des Epées et il ne s'est passé que 2 ou 3 trucs et les persos n'ont que très peu de "profondeur", mais bon c'est le pire truc que j'ai lu jusqu'à présent niveau tirage à la ligne
400 pages déjà et cela ne décolle toujours pas ?
A ce tarif un Moorcock t'aurait déjà écrit 2 romans !
Je partais avec des a priori très positifs après avoir lu l'avis plus qu'élogieux d'André-François Ruaud, véritable connaisseur du genre et autre victime des blasés d'en face, mais là du coup je suis refroidi...

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: L'Arcane des Epées

Message par Dark schneider le Mer 16 Oct - 16:30

Après ça reste plaisant à lire. Williams a une plume assez agréable, il n'est pas lourd ni indigeste (rien à voir avec Herbert qui m'a vraiment fait souffrir cet été).

Sauf un gros défaut : une manie de hacher ses dialogues en les interrompt systématiquement pour décrire ce que fait tel personnage pendant que l'autre parle. Du coup, y'a des fois je zappe ces interruptions de dialogue ultra lourdingue afin de rendre la lecture plus fluide.

L'histoire est classique, cousue de fil blanc, mais cela dit, vu le nombre impressionnant de pages qu'il me reste à lire je pense que l'auteur va me réserver quelques surprises.

Dernière chose : le cycle a été vendu comme ayant influencé GRR Martin, et je pense que c'est tout à fait vrai. On ressent vraiment pas mal d'idées qui ont été reprises chez Martin mais en nettement améliorées et développées. Du coup, la plupart des fans de Martin trouverons le Williams fade et plat en comparaison. Cela dit, lui au moins il a terminé son cycle...
avatar
Dark schneider
Unificateur des Nadirs

Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: L'Arcane des Epées

Message par Albéric le Mer 23 Oct - 18:35

Dark Schneider, cela décolle enfin ?
Histoire que je puisse vomir un peu plus sur les spécialistes autoproclamés qui voient des longueurs agaçantes partout sauf là où il y en a vraiment.

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: L'Arcane des Epées

Message par Derfel le Mer 23 Oct - 22:34

Dark schneider a écrit:
Énorme trilogie (en terme de volume) dont le 1e tome est paru en 1988 et le dernier en 1993. L'Arcane des Epées connu un certain succès qui permis de faire connaître cet auteur. 
Qui a découpé la Trilogie en octalogie ?

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: L'Arcane des Epées

Message par Dark schneider le Mer 23 Oct - 22:50

Albéric a écrit:Dark Schneider, cela décolle enfin ?
UN peu... a presque 600 pages, l'histoire un pris son petit rythme de croisière, mais sa reste pépère : simon et ses potes se promènent dans l'immense fôret (mirkwood ?) pourchassé par les soldats du méchants rois et après avoir passé quelques jours chez une gentils sorcière vivant au milieu de ses bois (un pastiche de galadriel ?).

L'action reste light, le récit très planplan, les sous-intrigues peu intéressante pour l'instant, mais ça avance un peu... mais 600 pages pour franchement... suffi de comparer à la densité du Lion de Macédoine!
avatar
Dark schneider
Unificateur des Nadirs

Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: L'Arcane des Epées

Message par Albéric le Dim 17 Nov - 9:42

@ Dark Schneider
Tu peux encore développer SVP ?
High Fantasy ou Low Fantasy, récit à aventures ou à intrigues, worldbuilding, magicbuilding...

C'est un classique donc il fallait que me lance.
J'ai emprunté le tome 1 en bibliothèque.
C'est bien écrit sans être littéraire ni poétique.
Par contre tous ces dialogues vieillots et lourdingues censés apportés de la trivialité à un récit tolkienien... qu'est-ce que ça ralentit un rythme déjà tout sauf trépidant !

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: L'Arcane des Epées

Message par Dark schneider le Lun 18 Nov - 14:13

Oui j'ai terminé le 1er tome.


Au niveau de l'écriture, je dirais que le style de Williams est très classique, académique. C'est donc fluide, très compréhensible, pas surchargé de descriptions lourdingues. Bref, ça se lit sans difficultés. Mais c'est également beaucoup trop sage, le ton est trop égal, il n'y a jamais de fulgurance, de phrases chocs même quand l'action s'emballe. Et puis il y a le problème des dialogues, tellement hachés que c'est très souvent pénible, obligeant le lecteur à lire en diagonale.

Quant à l'histoire, c'est vraiment du archi classique. On est dans la droite lignée du modèle imposé par Tolkien, mais en franchement simplifié.

Le monde d'Ostern Ard est un monde médiéval très classique, façon 13ème siècle, avec bien sur sa dose de fantastique (plutôt bien dosé). On retrouve un bestiaire classique : dragon, géant, elfes (sithis dans le livre, mais ça revient au même), des trolls qui sont en fait des petits hommes rustique de prime abord mais intelligent, etc... Mais l'homme est de loin l'espèce dominante.

Le passé d'Osten Ard est très loin d'être aussi captivant que celui de la Terre du milieu : Williams s’inspire énormément de notre Histoire, ainsi le duché de Nabban était à l'origine un grand empire, dont l'analogie avec Rome est évidente. De même que les populations, tels que les Rimmersleutes, des vikings bien sur. Notre héros, et le pays d'où il part évoque plutôt la France.
Sympathique, mais on ne peut pas dire que l'imaginaire de Williams soit débordant.

L'histoire suit donc les péripéties de l'orphelin Simon, marmiton dans le château du grand roi, pris sous l'aile de son magicien Morgénès qui devient son mentor. Puis le roi meurt, son héritier Elias fait n'importe quoi ce qui suscite la révolte de son frère cadet et d'une partie du royaume. Mais en fait Elias est manipulé par une entité démoniaque supérieur dont le pouvoir émane d'une lointaine montagne, et nos héros comprennent vite qui est le véritable ennemis. Simon part en quête de trois épées prestigieuse, qui rassemblées peuvent mettre en échec le maître du mal.

Le problème c'est qu'une bonne partie de son aventure est un décalque de la communauté de l'anneau : Simon s'enfuit du château, est rejoins par un Troll, traverse une foret immense et y rencontre une sorte de sorcière qui lui vient en aide, est poursuivi par les sbires d'Elias en même temps (les nazguls?), puis trouve enfin refuge (Fondcombe). Ce sera l'occasion d'un conseil de guerre (le conseil d'elrond) qui verra la mise en place d'un groupe de soldat accompagnant simon en quête d'une des 3 épées (la communauté...). Bref, vous avez compris le topo.

Là où Williams se montre plus original c'est quand il adopte le point de vue d'autres personnages (on sent l'influence sur GOT), souvent bien plus intéressant que les aventures de Simon.
Après des longueurs vraiment pénibles durant toute la première partie, le roman prend enfin du rythme et l'histoire est plus accrocheuse, bien que le tout manque de souffle.  

Les personnages sont globalement assez stéréotypés, le tout baignant dans un manichéisme évident (assez inévitable quand l'on s'inspire autant du SDA). Certains se révèlent assez attachant, le problème étant que Simon prend beaucoup de place dans le livre alors qu'il ne fait pas beaucoup d'étincelles, et que son perso, sans être antipathique pour autant, reste encore un peu plat.

Voilà, un livre à mon sens bourré de défaut, avec ses bons moments (et il faut avouer que la fin du premier tome donne envie de lire la suite!). Mais qui fait réfléchir au statu de classique. Alors il est sur que pour l'époque c'en était certainement un, mais j'ai du mal à comprendre ce qu'il aurait de plus que Feist ou Brooks (bien que je ne connaisse pas ses auteurs). La série des Portes de la Mort de Weiss et Hickman paru presque à la même époque, possède un imaginaire beaucoup plus riche, développé, original, et des personnages bien plus haut en couleur. J'ai l'impression qu'elle ne jouit pourtant pas de la même réputation.
avatar
Dark schneider
Unificateur des Nadirs

Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: L'Arcane des Epées

Message par Albéric le Lun 18 Nov - 14:45

Lu plus de 100 pages. Mes impressions sont nettement plus positives que les qques extraits que j'avais feuilletés.
Des grandes saga des années 1980, je comprends aisément que cela soit elle qui présente le plus de qualités littéraires (niveau plaisir de lecture c'est autre chose). C'est de la Fantasy classique à la Tolkien et c'est bien écrit et bien construit...

Sauf que Tolkien a mis 30 ans à imaginer la Terre du Milieu, qu'en tant qu'universitaire il puise largement dans son excellente connaissances des sagas médiévales, qu'en tant qu'humaniste il puise dans sa propre vie pour dénoncer les ravages de la guerre (WWI), du totalitarisme (WWII) et de croissance à outrance (la Révolution Industrielle). Et surtout qu'avec Tolkien on ne se farci pas un gros tome d'introduction, et sans doute le gros tome de transition, avant qu'il se passe vraiment qqch !

Au début je me disais avec cette prose agréable dans sa patine mais assez lente et distanciée "oh là, 3000 pages de Narnia... Au secours !" Mais l'auteur trouve l'équilibre assez rapidement... s'il n'y avait pas cette horripilante propension des personnages à chercher un prétexte pour parler de tout sauf de ce qui pourrait faire avancer le schmilblick : linguistique troll, architecture elfique, théologie, généalogie, histoires du temps jadis en veux-tu en voilà... et tout cela n'a quasiment aucune incidence sur le récit !

Et puis qui dit auteur américain dit worldbuilding avec des immigrants venus d'un vieux continent venus apporter la Vraie Foi aux autochtones au final progressivement chassés de leurs terres. Je n'ai pas compris s'il s'agissait de tous les humains ou seulement des simili-vikings...

Oui le worldbuilding est assez transparent :
Hernystiri = Celtes
Rimmersmen = Vikings
Nabbanai = Romains / Byzantins / Italiens
Thrithings = nomades genre Hongrois ou Mongols
Qanuc = Inuits
Wrannamen = peuples premiers
Sithi = Japon (la Déesse Soleil, le Dieu Lune, etc)

Cela me semble un bon voire un très bon cycle, mais ce genre de Fantasy ne m'attire plus. Déjà faire du Tolkien sans les thématiques tolkieniennes 30 ans après Tolkien, je ne vois pas trop l'intérêt. Et puis 4 livres VF soit 1500 pages avant que cela s'anime vraiment, c'est trop littéraire pour un fils de la Dernière Séance comme moi... Mais d'autres lecteurs trouvent que plus c'est long et plus c'est bon, ayant du mal à décrocher des 11 000 pages de la RdT par exemple. Ici ils devraient être ravis et c'est tant mieux.

J'ai repéré d'autres trucs Dark Schneider, mais on en reparlera en off pour ne pas énerver les lurkers.


__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: L'Arcane des Epées

Message par Albéric le Lun 25 Nov - 15:38

J’ai un peu avancé : sur fond d’héritage tolkienien on voit vraiment arriver Hobb et Martin (d‘ailleurs il y a une Main du Roi). Mais quelle idée de voir l’histoire (ne pas) avancer par le POV d’un ado orphelin pas très malin ? 150 pages et les intrigues n’ont été développées que par 3 ou 4 remarques à la dérobée.
Les dialogues sont toujours aussi lourds : pour 2 mots on se retrouve avec 3 à 5 lignes genre
« Oui » dit X en tournant la tête avant d’arrêter son regard rêveur sur la tapisserie (insert here une description jordanienne)
« Hum » répondit X en essuyant son front écarlate avec un mouchoir brodé (insert here une description jordanienne)


Oui la fantasy est l’héritière du feuilleton romanesque, mais ici on est plus près de Balzac que d’Alexandre Dumas.

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: L'Arcane des Epées

Message par Dark schneider le Lun 25 Nov - 16:01

Albéric a écrit:
Les dialogues sont toujours aussi lourds : pour 2 mots on se retrouve avec 3 à 5 lignes genre
« Oui » dit X en tournant la tête avant d’arrêter son regard rêveur sur la tapisserie (insert here une description jordanienne)
« Hum » répondit X en essuyant son front écarlate avec un mouchoir brodé (insert here une description jordanienne)
Oui c'est ça qui m'a le plus horripilé. Du coup, au bout d'un moment tu repères très vite les guillemets et saute le reste, sinon c'est vraiment trop chiant.

Je te rassure quand même, l'intrigue devient plus intéressante à la fin .Là j'ai entamé le tome 2 (l'intégral 2 en VF), et c'est quand même plus palpitant. Sauf que les point de vue de Roi Josua et de son chevalier sans nettement plus prenant que ceux de Simon. Mais on est toujours pas épargné par les longueurs et les passages qui ne servent à rien !

Mais l'oeuvre reste importante pour son côté transitoire entre deux styles de fantasy. Mais le 1er tome aurait du être deux fois moins long !
avatar
Dark schneider
Unificateur des Nadirs

Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: L'Arcane des Epées

Message par Oncle Kiin le Lun 25 Nov - 17:56

Oui, même moi qui ne déteste pas les descriptions jordaniennes, j'avoue que cet aspect m'avait un peu gonflé. Ca alourdit beaucoup trop les dialogues.
En revanche, j'avais vraiment bien aimé les différents peuples, Sithis, Trolls, etc.
avatar
Oncle Kiin
Tribun de la Pia fidelis

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: L'Arcane des Epées

Message par Albéric le Lun 25 Nov - 18:02

Oncle Kiin a écrit:Oui, même moi qui ne déteste pas les descriptions jordaniennes, j'avoue que cet aspect m'avait un peu gonflé. Ca alourdit beaucoup trop les dialogues.
En revanche, j'avais vraiment bien aimé les différents peuples, Sithis, Trolls, etc.
Il ne faut pas hésite à développer ton opinion sur ce dernier point, mais je suis vachement preneur des infos et les partis pris du worldbuilding !
Sur le hachage des dialogues, cela donne un côté distancié voire vieillot à l'ensemble. Le Prisonnier de Zenda qui date de la fin du XIXe siècle me paraissait vachement plus moderne niveau rythme et style.

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: L'Arcane des Epées

Message par Oncle Kiin le Lun 25 Nov - 18:14

Ben, ça remonte un peu trop loin pour que je puisse dire des trucs très précis, mais je me souviens que ça avait été un des points forts de la série pour moi. Avec un côté Tolkien, un peu : des peuples à la fois fascinants par leur étrangeté et en même temps crédibles, qui ressemblent à des "vrais peuples" par pas mal d'aspects... ce genre de choses.
A la limite, plus les Sithis que les Trolls, parce que ces derniers bien qu'attachants restent très proches des Inhuits du monde réel, tandis que pour les Sithis on a réellement l'impression d'une création originale, mais très classe et qui tient la route.
avatar
Oncle Kiin
Tribun de la Pia fidelis

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: L'Arcane des Epées

Message par Albéric le Dim 8 Déc - 22:09

Fini Le Trône du dragon. Il ne se passe rien ! Dès qu'il y a un pet d'animation, j'avais l'impression de relire le SdA (et oui, dans ce 1er tome on nous refait le coup des cavaliers noirs et du sacrifice de Gandalf, mais dans l'ordre inverse).

C'est un très bon cycle de Fantasy classique, mais j'en ai ma claque des tomes d'introduction qui font la part belle au tirage à la ligne (et ces dialogues hachés c'est véritablement INSUPPORTABLE !).

Compte-rendu complet coming soon...

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: L'Arcane des Epées

Message par Dark schneider le Lun 9 Déc - 9:04

J'ai bien avancé sur l'intégrale 2 et je te rassure : ça s'améliore nettement. Même si les longueurs sont toujours aussi présentes, si certaines péripéties sont clairement du remplissage, ça se lit globalement bien mieux.

Mais on est d'accord : la première partie est vraiment inutilement longue et laborieuse.
avatar
Dark schneider
Unificateur des Nadirs

Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: L'Arcane des Epées

Message par Dark schneider le Lun 3 Fév - 9:07

Achevé le tome 2, enfin. Que ce fut long ! 1200 pages très denses en petits caractères !

Cela dit, c'est clairement meilleur que le tome 1.

L'Arcane des Épées est clairement le chaînon manquant entre le SDA et le Trône de Fer. Quand Tad Williams ne singe pas Tolkien (ou s'en inspire grandement) ça évoque ce que fera plus tard Martin. Il a donc ce mérite. On a donc d'un côté les aventures de Simon (avec un passage largement inspiré des aventures de Merry et Pippin dans Fangorn), et un final Gouffre de Helmesque/Alexandre Nevskiesque (et William nous laisse sur un cliffangher qui forcément donne envie de lire la suite, mais ça attendra tout de même pour ma part). De l'autre, les aventures de Miriamélé et Isgrimnur, et celles de Maegwin, se détachent nettement de l'influence Tolkien et annoncent en grande pompe ce que fera Martin.

Il n'en reste pas moins que les défauts de l'auteur sont toujours aussi présents : beaucoup trop de tirages à la ligne, de longueurs, de passages superflu, de dialogues hachés, et toujours un manque flagrant d'action et un caractère épique très limité durant ses rares moments d'actions. Des personnages auxquels on peine à s'attacher avec des dialogues assez peu naturels... bref. Tout ces défauts atténuent grandement le plaisir de lecture de cette oeuvre, qui du coup, peine à s'ériger ne véritable classique de la fantasy.
avatar
Dark schneider
Unificateur des Nadirs

Date d'inscription : 19/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: L'Arcane des Epées

Message par Albéric le Lun 3 Fév - 13:30

Merci pour les impressions (toujours pas donné les miennes in extenso d'ailleurs), qui toutefois me donnent envie de passer mon tour. Tout ça pour ça... avec 2000 pages je pourrais lire entre 4 et 7 autres ouvrages qui ne cèdent pas autant à la tentation du tirage à la ligne...

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: L'Arcane des Epées

Message par Albéric le Lun 7 Avr - 17:52


On sent tout de suite le cycle de qualité, même si on doit se coltiner le sempiternel tome d’introduction (ici en plus découpé en 4 parties) avant que les choses ne s’animent vraiment. La prose travaillé nous ballade gentiment aux quatre coins du château du Hayholt, et des grands cycles de BCF des années 80/90 c’est sans doute de loin le plus ambitieux.
Signe qui ne trompe pas, les plus grands s’en inspirent : Robin Hobb et son Assassin Royal (Fitz spectateur de la rivalité Vérité / Royal remplaçant Simon spectateur de la rivalité Elias / Joshua), GRR Martin et son Trône de Fer (Bran puis Arya empruntent beaucoup à Simon crapahutant dans les couloirs du Hayholt), mais aussi Greg Keyes et Brian Ruckley qui en auraient presque composé une version dark fantasy avec Les Royaumes d’épine et d’os et Un Monde sans dieux

André-François Ruaud, que j’ai en immense estime, a parlé d’un roman fantasy qui est le fidèle héritier du roman-feuilleton du XIXe siècle. D’accord, sauf qu’ici on est largement plus proche des émules d’Honoré de Balzac que de ceux d’Alexandre Dumas.
Bref, je me suis joliment emmerdé. Les dialogues honteusement hachés m’ont obligé à lire en diagonal (c’est d’un pénible ce gimmick d’entrecouper chaque bout de tirade par la description de toutes les modes de communication non verbale possibles et imaginables !), l’auteur s’échine à esquiver les ressorts pour nous abreuver de détails sur son univers qui finissent par endormir (architecture elfe, linguistique trolle, généalogie des Hernystiris, chroniques des Rimmersmen…) Par contre pour expliquer les pouvoirs du prêtre-sorcier, la rivalité entre les 2 frères, la folie d’Elias, les révoltes, les massacres, le Sombre Seigneur et les Renard Blancs… NADA ! L’intrigue avance ainsi de manière discontinue à partir des remarques volées ici et là par Simon qui vagabonde dans tel ou tel endroit du château.


Pourquoi cela marche chez Tolkien et pas chez Williams ?
Parce que dans Tolkien les Hobbits n’existaient que pour qu’on s’identifie à eux en nous rendant acteurs de l’action à travers leurs yeux. Ici on nous oblige à être spectateur de l’action, quand on le la fuit pas, à travers les yeux d’un adolescent orphelin pas très malin, très naïf voire carrément simplet.
Au bout de 200 pages enfin un rebondissement ? Aussitôt amené, aussitôt évacué.
Très tolkienien, tant mieux, trop tolkienien, tant pis. On retrouve la belle prose poétique à la Tolkien, le worldbuilding approfondi à la Tolkien… Sauf que c’est moins dense et moins riche que Tolkien (derrière l’assemblage haut-médiéval à la Tolkien, on retrouve le traditionnel gimmick de la Fantasy américaine : pour la énième fois des colons anglo-saxons venus d’un vieux continent dont on ne saura rien, ont pris possession d’un nouveau continent en dépit des efforts des indigènes pour défendre leurs terres ancestrales). De plus pas mal de rebondissements sont empruntés à Tolkien…
Car dès qu’on met un peu d’animation, on tombe sur des scènes déjà vu dans le SdA, donc on a droit à : « vous ne passerez pas », des tunnels avec des araignées éclairés à la seul lumière d’un objet magique, l’auberge du Poney Fringant, les Nazgûls, la forêt de Mirkwood, le sombre seigneur dont l’œil se pose sur le pauvre Frodon, euh pardon Simon…
Fort heureusement le mystérieux rôdeur de noble ascendance est remplacé par Bibanik le troll… enfin troll l’auteur s’échine à ne pas trop le décrire. On s’inspire des traditions scandinaves et qui vont du grelin farceur à l’affreux titan... pour finalement explorer l’altérité des Lapons ou des Inuits (le dieu Sedda remplaçant la déesse Sedna). C’est très réussi, le personnage au phrasé ampoulé est délicieux. Je gage que les autres peuples seront aussi à l’honneur ultérieurement.


J’avais vraiment envie d’aimer ce cycle, mais cette entrée en matière ne m’a pas emballé du tout… Le trait d’union entre la Fantasy à aventures et la Fantasy à intrigues… Mais dans les 2 genres il y a des mises en place bien plus palpitantes, Tad Williams prenant tout son temps avec des lenteurs et des longueurs voire même du remplissage pur et simple quitte à rebuter et à perdre des lecteurs.
Mais je continuerai, car les qualités me semblent trop grandes pour laisser tomber l’affaire.
Là tout de suite j’hésite entre un 4/5 pour le style et un 2/5 pour l’ennui…

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: L'Arcane des Epées

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum