David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Kevin J. Anderson, La Saga des Sept Soleils

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Kevin J. Anderson

Message par Albéric le Ven 27 Sep - 6:55

Dark schneider a écrit:Et c'est quoi ta lecture SF ?
La Saga des Sept Soleil de Kevin J. Anderson : ce n'est qu'une nébuleuse de POV découpé en chapitres de 5 pages. L'histoire n'avance pas, on ne sait plus qui est qui et on a la désagréable impression de lire une succession d'interludes qui n'en finit plus. Et je ne parle même pas du fond : c'est attrape-tout pour le meilleur et pour le pire (l'auteur est quand même un spécialiste des récupérations : Dune, Star Wars, X-Files, Starcraft...)

Mais je veux au moins laisser une chance à l'auteur en finissant le tome 1.


Dernière édition par Albéric le Ven 27 Sep - 18:24, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Kevin J. Anderson, La Saga des Sept Soleils

Message par Oncle Kiin le Ven 27 Sep - 13:37

Kevin J. Anderson (né le 27 mars 1962) est un auteur américain de science-fiction. Il a écrit des romans dans les univers de Star WarsStarCraftTitan A.E. et The X-Files, et est coauteur, avec Brian Herbert, des préquelles de Dune.
Il a également travaillé dans l'édition de comics, rédigeant des aventures en bandes dessinées pour Star Wars ou Predator, chez Dark Horse, ou X-Files, chez Topps. Il est l'auteur de romans de super-héros, dont Enemies and Allies, qui raconte la première rencontre entre Superman et Batman, et The Last Days of Krypton, qui narre comment la planète Krypton a été détruite.
De plus, il a créé du matériel original tel que la série La Saga des sept Soleils.
Le Pitch :

Les Ildirans, qui règnent sur tout le bras galactique, ont offert aux humains la technologie du moteur interstellaire, et les ont aidés à coloniser leurs premières planètes. Deux siècles après ce premier contact, l'empire humain, soucieux de montrer sa force, décide d'enflammer Oncier, une planète géante gazeuse, afin de la transformer en soleil. Grâce à la technologie d'une civilisation disparue, les Klikiss, dont les ruines mystérieuses parsèment les planètes de la galaxie, une nouvelle étoile va naître. Mais de mystérieuses sphères émergent du cœur d'Oncier, juste avant son embrasement. Ceux qui vivaient là semblent bien décidés à se venger. Et leur puissance est inimaginable.


Voici ce que j'avais noté à l'époque de ma lecture (c'est sans spoiler a priori) :

Space-op classique, pas déplaisant.
Ça démarre très lentement, mais vue l’ampleur de la série, je m’y attendais un peu, c’est pas très grave.
En revanche, le nombre de personnages points de vue (une petite quinzaine quand même) renforce encore cet aspect et s’avère assez déstabilisant.
Le début, disons presque la première moitié de ce volume, est même chiant, il faut le dire : les personnages ne vivent pas, ils sont déplacés comme des pions, de manière purement utilitariste, si bien qu’on a vraiment du mal à s’attacher à eux. C’est une sorte de « vue du dessus », pas très excitante, à partir de laquelle le lecteur est censé se démerder pour reconstruire l’histoire et deviner les enjeux.
Ceci dit, la qualité de ce défaut (qui en reste un, tout de même), c’est que quand on commence à accrocher, ça s’emballe d’autant plus. Quand elle arrive enfin, la fameuse « première page qui fait aimer un livre » est multipliée par X, et c’est toute une petite rafale de chapitres qui nous font soudain entrer dans le bouquin, nous attacher aux différents persos, etc. Donc à ce moment-là le plaisir est décuplé. Dommage que ça retombe à nouveau un peu par la suite (même si on ne s’ennuie plus comme au début).
Autre défaut gênant : si l’auteur connaît ses classiques et n’oublie aucun archétype du space-op (robots, aliens, pouvoirs psis, civilisations mystérieuses et/ou disparues, etc.), il ne les décrit pas toujours très bien. Un peu comme s’il avait la flemme, parce qu’après tout, on connaît tous, on a déjà vu ça vingt fois. Oui mais non, moi j’aime bien qu’on me les décrive en détail, comme si c’était la première fois, sinon ça me gâche un peu...
Bref, pas passionné par cette série pour l’instant, mais je ne la trouve pas honteuse non plus, et j’aime bien les gros cycles, donc wait and see :)
Je sais, c'est pas super encourageant, mais bon ^^
Personnellement je prévois tout de même de continuer la série un de ces quatre, même si ça n'est pas dans mes priorités.



avatar
Oncle Kiin
Tribun de la Pia fidelis

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Kevin J. Anderson, La Saga des Sept Soleils

Message par Derfel le Ven 27 Sep - 14:30

Donc, personne n'a abordé le tome II...

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Kevin J. Anderson, La Saga des Sept Soleils

Message par Albéric le Dim 29 Sep - 18:24

Absolument tous les éléments ont été piqués à d'autres auteurs. Pire ils ne sont même pas bien exploités. Du coup tout est archi prévisible des centaines de pages à l'avance.
 

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Kevin J. Anderson, La Saga des Sept Soleils

Message par Derfel le Dim 29 Sep - 22:43

Donc, selon toi, c'est mauvais...

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Kevin J. Anderson, La Saga des Sept Soleils

Message par Albéric le Lun 30 Sep - 0:20

Derfel a écrit:Donc, selon toi, c'est mauvais...
Tout a été simplifié voire édulcoré pour se rendre accessible aux novices en matière de space-opéra. Ceux qui ne connaissent pas le genre peuvent adorer, mais tous les amateurs trouveront bien mieux ailleurs car sur le fond j'ai lu des novélisations de films / séries / jeux vidéos mieux écrites que cela. Mais le vrai problème c'est cette détestable structure en POV de 5 pages : on peine à distinguer les personnages principaux des figurants, et tout est expliqué en plusieurs exemplaires. Sur les 40 chapitres que j'ai parcouru, il n'y en avait que 5 ou 6 qui étaient vraiment utiles pour présenter l'univers et faire avancer l'intrigue....

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Kevin J. Anderson, La Saga des Sept Soleils

Message par Derfel le Lun 30 Sep - 0:54

Des POV de seulement 5 pages, ça peut donner du rythme, à l'occasion, mais aussi il y a péril en la demeure pour diluer voire noyer le trait narratif.

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Kevin J. Anderson, La Saga des Sept Soleils

Message par Albéric le Lun 30 Sep - 0:57

Derfel a écrit:
Des POV de seulement 5 pages, ça peut donner du rythme, à l'occasion, mais aussi il y a péril en la demeure pour diluer voire noyer le trait narratif.
Surtout sur 3500 pages...
Là j'ai l'impression que l'auteur est parti de l'idée que ses lecteurs ne pouvaient pas se concentrer plus de 7 pages... J'aime pas qu'on me prenne pour un demeuré !

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Kevin J. Anderson, La Saga des Sept Soleils

Message par Derfel le Lun 30 Sep - 1:00

Il a souvent écrit des Star Wars pour ados...

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Kevin J. Anderson, La Saga des Sept Soleils

Message par Albéric le Lun 30 Sep - 1:08

Derfel a écrit:Il a souvent écrit des Star Wars pour ados...
Les lecteurs qui se lancent dans des sagas de SF de plus de 3000 pages ont rarement moins de 15 ans, faut pas se leurrer hein !

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Kevin J. Anderson, La Saga des Sept Soleils

Message par Derfel le Lun 30 Sep - 1:09

Albéric a écrit:
Derfel a écrit:Il a souvent écrit des Star Wars pour ados...
Les lecteurs qui se lancent dans des sagas de SF de plus de 3000 pages ont rarement moins de 15 ans, faut pas se leurrer hein !
Être ado, ça commence à 13 ans.

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Kevin J. Anderson, La Saga des Sept Soleils

Message par Albéric le Lun 30 Sep - 5:38

@ Derfel
disons simplement qu'il y a un incohérence entre la simplification volontaire du cycle et la longueur dudit cycle si on devait expliquer les lacunes par un parti pris ou de mauvaises habitudes (il y a des auteurs qui simplifie inconsciemment leur style après de long passage jeunesse)

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Kevin J. Anderson, La Saga des Sept Soleils

Message par Albéric le Sam 5 Oct - 11:08

Finalement, ce n’est pas aussi mauvais que j’ai pu laisser l’entendre, mais cela reste un immense gâchis.
Dans le milieu du fandom Kévin J. Anderson a la réputation d’être un tâcheron, et celle-ci n’est pas usurpée.

Le background est rempli de trucs intéressants :
- les Prêtres Verts et les arbres-mondes conscients de Theroc (les Templiers de Dans Simmons)
- la civilisation très science-fantasy organisés en castes génétiques (Idirans, Scarrans, Protoss ou Eldars ?)
- l’opposition entre Ligue et Vagabonds (l’opposition Empire / Rebelles de Starwars & Starcraft)
- les robots amnésiques, dernier dépositaires d’une civilisation éteinte (les Berserkers de Fred Saberhagen)

Sauf que comme rien n’est développé correctement, on devine assez rapidement que tous les éléments du roman ont été empruntés à d’autres auteurs à commencer par le flambeau kikliss élaboré par Gregory Bendford, les robots d’Isaac Asimov, les manipulateurs de Fondation, les matriarches de Dune

Le dramatis personnae est rempli de trucs intéressants :
- le cynique Mage Imperator et son héritier idéaliste
- le président crevard Basil Wencelas et ses marionnettes Frederick et Peter
- le commandant terrien conservateur, le commandant ildiran modernisateur
- Les xénorarchéologues Margaret et Louis
- Jess et Tasia en quête de vengeance

Sauf que tous les personnages ont un air de déjà vu, revu et archivu car piqués chez d’autres auteurs.

Pire on sent l’application des détestables techniques des ateliers d’écriture américains : on nous tient la jambe sur des centaines de pages de tirage à la ligne pour tout balancer dans les 100 dernières pour obliger le lecteur à acheter le tome suivant qui recourra à la même grosse ficelle marketing.
Niveau intrigue c’est 0 originalité, et puisque l’auteur se permet de spoiler à l’avance les rebondissements : aucune surprise du début à la fin du roman et tout se devine des centaines de page à l’avance.
Et que dire des romances, dignes de telenovellas de bas étage tellement c’est naïf et téléphoné !
Les twists à la Martin ? Les personnages sont stéréotypés et les morts presque torchées, donc ça tombe à plat.
Et en plus des trucs tombent totalement à plat par pure flemmardise littéraire : genre
« Les Ildirans sont une espèce polymorphe… comme les chiens »… Quelle analogie !
« Qu’est qu’un transportail ? Une porte interdimensionnelle »… Quelle explication !
Et comme d'habitude quelques grosses incohérences hollywoodiennes des familles...
Spoiler:
Le Mage Imperator qui fait dans son froc en espérant que son master plan soit au point à temps pour utiliser les Hydrogues pour se débarrasser des humains... il ne pouvait terminer son master plan avant de déclencher une guerre galactique qui risque presque à coup sur de les détruire lui et son empire ?

On finit certes par se faire à cet affreux découpage en chapitre de 5 pages qui non seulement empêche d’entrer dans l’histoire puisque ni l’univers ni les personnages ne peuvent être correctement développés (on repart de zéro pu après à chaque chapitre), mais en plus nous gratifie de détestables répétitions dans les explications qui font lever les yeux au ciel.
Aucune temporalité fiable ou au moins claire : entre chaque chapitre / POV il peut s’écouler plusieurs heures, jours, semaines, mois sans que cela soit mentionné ou indiqué, ce qui constitue un élément de plus qui tire l’ensemble vers le bas.
J’ai bien senti que le traducteur Laurent Genefort faisait tout ce qu’il pouvait pour tirer l’ensemble vers le haut, et c’est grâce à lui que cela reste fluide et qu’on obtient un gros pavé qui se lit correctement quand même, mais à l’impossible nul n’est tenu car les lacunes sont trop importantes pour qu’on les ignore.

On se retrouve donc avec un attrape-tout de Starwars, Stargate et Starcraft recommandé par Starlog.
C’est carrément le parangon de la Big Commercial Science-Fiction !
Bref, un cycle idéal pour les novices, mais qui peut vite faire rager les connaisseurs.
Et c’est bien dommage car avec 3 tomes de moins je lui aurais bien laissé sa chance…
Pour moi, et je n’aime pas écrire cela, c’est le livre parfait pour passer du temps aux toilettes.


Oncle Kiin a écrit:Autre défaut gênant : si l’auteur connaît ses classiques et n’oublie aucun archétype du space-op (robots, aliens, pouvoirs psis, civilisations mystérieuses et/ou disparues, etc.), il ne les décrit pas toujours très bien. Un peu comme s’il avait la flemme, parce qu’après tout, on connaît tous, on a déjà vu ça vingt fois. Oui mais non, moi j’aime bien qu’on me les décrive en détail, comme si c’était la première fois, sinon ça me gâche un peu...
C'est juste l'histoire d'un tâcheron qui ne veut pas qu'on ne voit de trop près ses nombreux plagiats. A moins, pire encore, qu'il n'ait même pas le talent pour développer correctement.


Dernière édition par Albéric le Sam 5 Oct - 13:56, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Kevin J. Anderson, La Saga des Sept Soleils

Message par Oncle Kiin le Sam 5 Oct - 13:25

Albéric a écrit:

Oncle Kiin a écrit:Autre défaut gênant : si l’auteur connaît ses classiques et n’oublie aucun archétype du space-op (robots, aliens, pouvoirs psis, civilisations mystérieuses et/ou disparues, etc.), il ne les décrit pas toujours très bien. Un peu comme s’il avait la flemme, parce qu’après tout, on connaît tous, on a déjà vu ça vingt fois. Oui mais non, moi j’aime bien qu’on me les décrive en détail, comme si c’était la première fois, sinon ça me gâche un peu...
C'est juste l'histoire d'un tâcheron qui ne veut pas qu'on ne voit de trop près ses nombreux plagiats. A moins, pire encore, qu'il n'ait même pas le talent pour développer correctement.
En tout cas, moi c'est ça qui m'a le plus dérangé. Je pense que j'aurais pu passer facilement sur le manque d'originalité, et apprécier le côté "somme de tous les trucs cools en space-op", justement. Mais le manque d'approfondissement et cette sensation de survol permanent, c'est vraiment ça qui gâche, à mes yeux.
Après, c'est peut-être moins le cas dans les volumes suivants ? (J'en sais rien, mais j'espère avoir une bonne surprise à ce niveau quand j'attaquerai la suite.)
Quant aux causes de ce défaut, je n'y avais pas pensé mais je crois que tu as mis le doigt dessus : l'auteur n'était sans doute pas assez à l'aise avec ces emprunts, il ne se les était pas suffisamment appropriés, du coup il devait craindre qu'on ne repère trop clairement ses "sources" s'il entrait dans le détail.
Bref, pour le reste d'accord avec les choses que tu pointes, sauf que ça m'a sans doute moins horripilé. Pas un livre que je recommanderais chaleureusement, mais je ne dirais pas non plus que j'avais détesté. De toutes façons, maintenant que j'ai commencé, je pense que j'irai au bout... un de ces jours ^^
avatar
Oncle Kiin
Tribun de la Pia fidelis

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Kevin J. Anderson, La Saga des Sept Soleils

Message par Derfel le Sam 5 Oct - 15:42

Malgré tout, j'ai comme un élan de sympathie envers ce cycle. J'attendrai l'avis du second tome.
EDIT : je parierais qu'il est en rupture de stock chez Bragelonne. Bizarre que dans ce cas précis, on ait poursuivi la traduction jusqu'au tome final, le 7ème !!!

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Kevin J. Anderson, La Saga des Sept Soleils

Message par Derfel le Sam 5 Oct - 15:49

Albéric a écrit:

Et en plus des trucs tombent totalement à plat par pure flemmardise littéraire : genre
« Les Ildirans sont une espèce polymorphe… comme les chiens »… Quelle analogie !

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Kevin J. Anderson, La Saga des Sept Soleils

Message par Albéric le Sam 4 Jan - 17:59

Maître fnitter, spécialiste en SF sur babélio explique que la saga s'anime enfin ou bout de 2000 pages dans le tome 5...
Bon ben c'est clair, peu de chance que je poursuive cette saga de Big Commercial Science-Fiction !


Dernière édition par Albéric le Sam 4 Jan - 19:39, édité 2 fois

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Kevin J. Anderson, La Saga des Sept Soleils

Message par Derfel le Sam 4 Jan - 19:24

C'est dommage, ça semblait prometteur comme idée de départ.

__________________________________
A man is never too weak or too wounded to fight, if the cause is greater than his own life
avatar
Derfel
Prince de Dardanie

Date d'inscription : 23/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Kevin J. Anderson, La Saga des Sept Soleils

Message par Albéric le Sam 4 Jan - 19:35

Derfel a écrit:C'est dommage, ça semblait prometteur comme idée de départ.
Oui le pitch est accrocheur, mais comme tout est absolument repiqué d'ailleurs...

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum