David Gemmell
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.

H2G2 de Garth Jennings (2005)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square H2G2 de Garth Jennings (2005)

Message par Albéric le Ven 17 Mai - 18:42


Résumé :
Sale journée pour le Terrien Arthur Dent. Sa maison est sur le point d'être rasée par un bulldozer, il découvre que son meilleur ami, Ford Prefect, est un extraterrestre et pour couronner le tout, la Terre va être pulvérisée dans quelques minutes pour faire de la place à une voie express hyperspatiale. Arthur a une chance de survivre, mais il doit pour cela se faire prendre en stop par un vaisseau spatial, avec l'aide de Ford. Sa plus grande aventure va commencer au moment où notre propre monde disparaît... Arthur se jette dans l'inconnu et entame un délirant périple au cours duquel il va découvrir la véritable nature de l'univers.

La bande-anonce la plus cool de monde, pour un film clivant et finalement plutôt moyen.
L’adaptation de classique de Douglas Adams m’a laissé de marbre : je n’ai pas aimé du tout.
Une histoire complètement décousue servie par un budget de 50 millions de dollars de budget :
- l’aspect SF est bien rendu avec les FX, décors et maquillages
- le casting de semi-luxe s’en donne à cœur joie dans le cabotinage
On est dans un humour britannique à la Monthy Pythons (que j’adore) donc il ne faut absolument pas chercher une explication à tous les trucs capillotractés, incohérents ou qui ne servent quasiment ou carrément à rien.
J’ai eu l’impression d’une suite de sketches au non sens burlesque mais pas d’être dans un véritable film.
Et même question humour il y a quantité des trucs qui tombent complètement à plat comme le générique avec ses dauphins chantant et dansant, la chute libre de la baleine philosophe, Marvin le robot neurasthénique…
Et puis comme les passages les plus compréhensibles du film sont ceux où la voix-off du Guide du Voyageur Galactique nous explique ce qu’on doit savoir, on a l’impression d’être la version SF de Dora l’exploratrice.
Pourtant on sent un univers assez riche avec la Grande Question, les Vogons, infâmes managers de l’espace (métaphore kafkaïenne de notre société moderne), le générateur d’infinies improbabilités, l’Ordinateur Pensée Profonde, les constructeurs de planètes… et j’ai quand même souri de temps en temps.
L’imaginaire et de le ton décalé de Douglas Adams était-il soluble dans le cinéma hollywoodien ?
Là on a un truc réservé aux amateurs de science-fiction tordue et d’humour au second degré.
Les gens vont détester ou adorer, mais dans tous les cas cela va sans doute s’adresser qu'à une minorité.
Restent quand même les jolis yeux de la mimi Zoey Deschanel pour faire passer la pilule de la déception et la superbe séquence des usines de montage de planètes sur mesures. Tout le reste est WTfuckesque.

__________________________________
RES ADVENTURA
avatar
Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum