David Gemmel
L'inscription donne accès aux sections Fantasy, SF, Historique, Ciné et Télé.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


Tim Powers, Les Voies d'Anubis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

White Square Tim Powers, Les Voies d'Anubis

Message par Sieben le Jeu 25 Avr - 15:08

Un classique de la SF paraît-il. Et bien, objectivement, c'est pas mal. Mais je me suis encore fait avoir parce que c'est un roman que je situerai plus dans le fantastique que la SF même si la barrière est mince. Pourquoi aussi le décrire comme un roman steampunk alors qu'on ne retrouve aucun élément propre à ce genre (machine à vapeur, zeppelin, tenues mélangeant le style victorien à la technologie...).
C'est une histoire assez barrée où il faut solidement s'accrocher en raison d'une multitude de personnages, des situations pas toujours très clairs dont on ne comprend le sens que plusieurs pages plus tard, mais à ce moment là on ne se rappelle plus trop du pourquoi du comment (je l'ai dit qu'il fallait s'accrocher).

En fait si je peux donner un vrai conseil, c'est d'avoir un niveau minimum de culture littéraire et d'histoire anglaise. Le côté humoristique vient de l'introduction de personnages historiques comme Lord Byron, Wordsworth, Coleridge ou encore Humphrey Bogart, auxquels l'auteur en fait vraiment baver. Je connais ces personnages célèbres de nom mais je n'ai jamais lu et vu leurs oeuvres. Donc moi, français, qui n'a pas étudié à l'école la culture britannique, j'ai parfois eu le sentiment de passé à côté de certaines références historiques (peut être même d'autres personnages ayant existé) qui me sont étrangères mais pas pour un anglais. De même, presque toute l'action se déroule dans Londres avec une descriptions très détaillée des rues, évènements de l'époque... Si on n'est pas calé un minimum en histoire anglaise, on risque d'être un peu paumé comme moi, et aussi de s'ennuyer.

Voilà, une référence en SF pour les anglophone à n'en pas douter, mais pour un français lambda un livre ardu à lire. J'aurai aussi aimé que le côté mythologie égyptienne soit plus développé car il ne sert ici que d'introduction au reste de l'intrigue.  

Oh, une dernière chose: Ce roman est sorti en 1983 mais il est disponible chez nous depuis un paquet d'années en format "livre de poche". Il n'y a qu'à regarder sur le net qu'il existe plusieurs réédition en format de poche... Alors pourquoi diable les éditions Bragelonne republient-elles le roman, sorti ce moi-ci en avril, dans un grand format et à un prix exorbitant (25 euros) alors qu'on peut le trouver à 2-3 euros sur le marché de l'okaz ?


Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Tim Powers, Les Voies d'Anubis

Message par Albéric le Jeu 25 Avr - 15:31

Alors pourquoi diable les éditions Bragelonne republient-elles le roman, sorti ce moi-ci en avril, dans un grand format et à un prix exorbitant (25 euros) alors qu'on peut le trouver à 2-3 euros sur le marché de l'okaz ?
Pour faire plus de marge tout simplement.
Après le prix exorbitant, cela dépend du contenu.
Pour Le Couteau Aveuglant un grand format avec 715 pages très denses et très remplies et 40 d'appendices, 25€ ce n'est pas exorbitant.
Pour Le Dit de Sargas un semi format avec 140 pages délayées avec de grandes marges et une police d'écriture pour astigmates, 18 euros c'est une grosse arnaque.

Pourquoi aussi le décrire comme un roman steampunk alors qu'on ne retrouve aucun élément propre à ce genre (machine à vapeur, zeppelin, tenues mélangeant le style victorien à la technologie...).
Parce que le livre date de 1983 et qu'à cette date le terme de steampunk n'existait pas encore... car Tim Powers était en train de créer ce genre avec K. W. Jeter et James Blaylock (et Moorcoock n'était pas très loin).
Le steampunk c'est le XIXe siècle uchronique.
Les machines à vapeur en sont un élément souvent important car c'est le siècle de l'énergie vapeur, mais ce n'est pas indispensable.
Les zeppelins c'est le dieselpunk/gazpunk (1er XXe siècle uchronque).
Les tenues mélangeant le style victorien à la technologie, ça c'est les cosplayers qui en ont imposé ce stéréotype : le XIXe siècle ne se limite pas au règne de la Reine Victoria (ainsi il y avait Maléfices, un super JdR qui se déroulait durant le 2nd Empire français, même si s'était plus fantastique qu'uchronique... les exemples sont légions si on cherche un peu hors des sentiers battus).

Pour le reste je suis d'accord avec Sieben.
Mais j'aime bien le côté barré de Tim Powers, car quand il se prend au sérieux (Les Puissances de l'Invisible), cela peut vite devenir ennuyeux.


Dernière édition par Albéric le Jeu 25 Avr - 16:16, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Tim Powers, Les Voies d'Anubis

Message par Sieben le Jeu 25 Avr - 15:48

Ah ok. Merci Albéric pour les explications sur le steampunk, ignorant que je suis.

Sieben
Navarque de la flotte macédonienne

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Tim Powers, Les Voies d'Anubis

Message par Albéric le Jeu 25 Avr - 16:19

A ton service. Sur le cyber / matter / steam / diesel / gaz / stone / bronze / iron / clock / sail... punk
je suis au taquet !

(Et avec le smiley en raccord avec le topic, c'est la classe !)


Dernière édition par Albéric le Jeu 25 Avr - 19:07, édité 1 fois

__________________________________
RES ADVENTURA

Albéric
Nécromancien

Date d'inscription : 16/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

White Square Re: Tim Powers, Les Voies d'Anubis

Message par Oncle Kiin le Jeu 25 Avr - 17:53

Je me retrouve pas mal dans ta critique, Sieben.
J'aurais sans doute été plus enthousiaste (j'avais vraiment bien aimé ^^) mais sur le fond je te rejoins.
J'ai aussi eu l'impression diffuse de louper quelques références (par chance, je venais juste de lire un bouquin sur Coleridge et les origines du romantisme anglais, mais sinon je ne suis pas spécialement féru d'histoire ou de littérature anglaises). D'un autre côté, ça donne un petit cachet au bouquin, une ambiance un peu érudite voire potache qui n'est pas forcément désagréable, même si on a conscience de rater quelques clins d'oeil.
Et cette intrigue un brin bordélique m'avait tout de même bien tenu en haleine :)

Oncle Kiin
Tribun de la Pia fidelis

Date d'inscription : 12/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum